Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : Djokovic toujours plus fort... le n°1 mondial ne craint plus personne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
L’OEIL TECHNIQUE DE JEAN-PAUL LOTH* SERENA WILLIAMS PEUT-ELLE BATTRE DES HOMMES ? En remportant cette année sept titres dont notamment, Wimbledon, l'US Open, les Jeux Olympiques et le Masters, la cadette des soeurs Williams est revenue au tout premier plan. Elle fait toujours autant parler la foudre à 31 ans, en pratiquant un tennis qui ressemble un peu à celui des hommes. De là à les battre comme elle le laissait entendre il y a quelques années…
Williams reste à mon sens la meilleure joueuse du circuit. Mais le problème avec les soeurs Williams vient du « Serena fait que depuis plusieurs années, elles font des espèces de yoyo, une fois elles s'occupent de leur mode, d'autres, d'autres choses en prétendant qu'elles sont moins intéressées par la petite balle jaune. Et au moment où elles le décident, elles resurgissent et restent parmi les meilleures. En tout cas, quand Serena décide de s'investir à 100%, elle est encore la meilleure joueuse du circuit. Je la trouve bien plus complète que Venus. Elle incarne la combativité. Si je fais une différence entre investissement et combativité, une joueuse comme Sharapova est, elle, remarquable en termes d'investissement. Elle fait tout ce qu'il faut pour être la meilleure. Mais elle est un peu moins bonne que Serena Williams. Le nombre de tournois et de titres de Grand Chelem remportés par l'Américaine l'atteste. Cela n'enlève rien à la Russe qui est très courageuse et qui reste parmi les plus fortes. Elle pourrait pourtant largement gagner sa vie par la mode comme sa copine Kournikova. Serena Williams est la plus forte du tennis féminin depuis le début des années 2000. Pourtant, au fil du temps, je n'ai pas le sentiment qu'elle se soit améliorée techniquement. Sa technique demeure assez simple, rustre, mais précise et nette avec une prise de balle précoce et audacieuse. Elle possède un éventail de coups qui n'est pas si important. Elle n'a pas beaucoup évolué de ce point de vue là. Il lui suffit de retrouver son niveau des années passées pour être encore la meilleure. C'est beaucoup sur son potentiel physique du moment qu'elle peut compter pour remporter des victoires de renom. Si elle est en bonne forme, elle gagne. Elle a un service extraordinaire, tout comme son retour de service, elle a une pugnacité rare sur le circuit féminin. Elle arrive avec ces armes-là à s'imposer quand elle est en pleine possession de ses moyens athlétiques. Dans ce cas, elle laisse peu de chances aux autres. C'est chez elle une constante depuis plus de dix ans. Je ne sais pas combien de temps cela va durer encore. Cependant, en 2013, si elle n'a pas de pépins physiques et si elle décide encore une fois de s'investir totalement dans son tennis, elle peut finir à la première place du classement. Cette année, elle a prouvé de manière éclatante que, si elle le veut, elle le peut. Et c’est le cas. Quand on a en face de soi une femme qui sert entre 180 et 200 km/h, ce qui n'est pas loin de la vitesse chez beaucoup d'hommes, et qui est capable de faire un coup gagnant en coup droit et en revers au troisième coup de raquette, on peut considérer effectivement qu'elle joue un peu comme un homme. Cela étant, le tennis féminin évolue depuis quelques années vers ce type de jeu. Certains esprits chagrins disent même que le tennis des filles ne présente pas beaucoup d'intérêt. La problématique vient du fait qu'il y a une grande mutation du tennis féminin vers un tennis qui ressemble de plus en plus à celui pratiqué par les hommes. On a alors l'impression qu'il y a peu de fantaisie dans ce tennislà. Quand je regarde le tennis masculin, il n'y a pas énormément de fantaisie non plus. Il est basé sur le physique, avec des joueurs qui vont frapper le plus fort possible et de plus en plus tôt. On aimerait bien qu'il y ait un peu plus de Federer ou de Janowicz, ce Polonais qui a brillé à Bercy. Il a tout ce qu'il faut pour amuser les gens. On espère donc voir débarquer des trublions chez les filles comme l'avait été Schiavone en remportant Roland-Garros. Ce genre de joueuses risque de devenir de plus en plus rare avec la manière dont le tennis féminin évolue, et ce avec de plus en plus de qualités physiques et de frappes. Quand on trouvera comme Schiavone des pépites de ce genre, on se réjouira d'une certaine fraîcheur. Malgré tout, pour être parmi les meilleures, il faut frapper de plus en plus fort, et être physiquement très armée. Voir Serena dans un Challenger hommes de 100 000 dollars ? Si elle s'y inscrivait, elle serait battue par des hommes qui pratiquent un tennis un peu identique au sien, mais avec des frappes encore plus fortes, plus liftées et des déplacements plus rapides... Il ne faut pas mélanger le tennis masculin et féminin. Il y a une grande différence de niveau. Je ne sais pas si Serena Williams serait 300ème ou 500ème chez les hommes... Ce qui est certain, c'est qu'elle ne pourrait pas tenir la cadence. C'est un autre tennis avec d'autres qualités ». *Ancien joueur, capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis de 1980 à 1987, consultant télé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 1Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 100