Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
Tennis Revue n°2 jan/fév 2013
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : Djokovic toujours plus fort... le n°1 mondial ne craint plus personne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Tennis Revue n°2 - janvier-février 2013 LE JOUR OÙ TOUT A COMMENCÉ FEDERER QUAND LE MAÎTRE ÉTAIT ENCORE APPRENTI A 31 ans, Roger Federer règne sur le tennis comme personne n'avait régné auparavant. Plus impressionnant que ses titres (76), sa régularité et son tempérament sur un terrain relèvent du mythe. Pourtant, Federer n'a pas toujours été un modèle de classe, d'assurance et de respect… Les débuts : Roger Federer commence le tennis avec ses parents à l’âge de 4 ans. Lynette, sa mère, vient d’Afrique du Sud et a connu Robert, le père, sur un terrain de tennis. Comme un symbole. Très vite, Roger se révèle extrêmement doué et n’a aucun mal à faire durer un échange. Comme beaucoup d’enfants, il joue sur ses capacités innées et n’est pas en mesure de travailler sérieusement, que ce soit à l’école ou sur un court de tennis. Son premier club sera le TC Old Boys, son premier entraîneur Adolf Kacovsky. Comme tous les génies, Roger apprend vite, très vite. Ce que les autres gamins apprennent en deux semaines, le Bâlois l’apprend en un jour. Efficace, mais très dispersé, Federer doit apprendre la rigueur. A l’école ou aux entraînements, il ne se donne jamais à fond, pour tout lâcher en compétition. Rapidement, ses envies de devenir numéro 1 mondial se font sentir. Trop perfectionniste, il se disperse durant les matches et s’énerve assez rapidement. Si son entourage est conscient de son énorme potentiel, jamais il ne pouvait imaginer la suite. Personne ne pouvait d’ailleurs. Madeleine Bârlocher, une bénévole qui travaillait au club, déclarait même que « tout le monde riait » lorsque Roger clamait haut et fort, à 10 ans, qu’il serait le futur numéro 1 mondial. Le doute : En janvier 1995, la fédération suisse propose au jeune bâlois d’intégrer le club de tennis d’Ecublens, dans le canton de Vaud. Problème, Federer ne parle pas un mot de français et n’arrive pas à s’intégrer avec les autres élèves. La journée, il se prend défaite sur défaite du fait de son âge et de son physique trop frêle. Le soir, il reste dans sa chambre en téléphonant à sa mère. Roger craque, Roger n’en peut plus, Roger veut arrêter. Cependant, un dénommé Yves Allegro, de trois ans son aîné, le prend sous son aile. Petit à petit, Roger s’améliore, que ce soit en français ou sur les terrains. De benjamin du club, il passe à meilleur jeune de sa catégorie. Il commence à engranger des tournois au niveau régional et national. La défaite : Comme tous les grands champions, Federer hait la défaite. En 1999, il déclare même qu’il pleure dès qu’il perd. Mais comme tous les grands champions, il doit y passer, ne serait-ce qu’au début. Entre le niveau juniors et le circuit ATP, il y a un monde. Vainqueur de Wimbledon juniors en 1998, il participe à son premier tournoi ATP à Gstaad. Alors 700ème mondial, il doit affronter Tommy Haas, jeune prodige allemand. Finalement, c’est l’Argentin Lukas Arnold Ker qui affronte le Suisse, Haas étant forfait. L’enthousiasme autour du terrain est présent, la nervosité également. Défaite 6/4 6/4 de Roger, qui selon son adversaire du jour dispose « d’un bon service à la Sampras, mais ne passe pas un revers ». Une comparaison assez juste au vu du palmarès des deux joueurs... Son deuxième tournoi se déroule à Toulouse. Il bat Guillaume Raoux au 1er tour 6/2 6/2. Le Français se souvient : « Il commettait beaucoup plus de fautes. Le talent était là, mais pour réussir il faut le mental et le physique, des choses qu’il n’avait pas encore. Je ne pouvais pas m’en apercevoir à l’époque. Ce n’était qu’un petit jeune de 18 ans, 700ème mondial. Quand je perds contre lui, c’est d’abord une contre-performance de ma part ». A en croire les journaux, Federer sera au mieux un bon joueur du top 20. Trop nonchalant, trop impatient, trop émotif. Le développement durable : Contrairement aux jeunes joueurs de son époque, Federer prend son temps. Son entourage le lui fait bien comprendre. Peter Lundgren façonne le prodige, Mirka Vavrinec le rend responsable, Pierre Paganini lui forge un physique d’acier. Si les performances ne viennent pas tout de suite, Roger ne s’impatiente pas. En 1999, il remporte son premier tournoi Challenger, l’Open de Brest et finit l’année à la 64ème place. Honorable pour un joueur de 18 ans. Il joue la Coupe Davis, connaît ses premiers tours de Grand Chelem à Roland-Garros et Wimbledon (défaites au 1er tour). Première finale à Marseille contre son compatriote Marc Rosset en 2000, premier titre en 2001 à l’Open de Milan, Federer se fait connaître. Quelques exploits, un huitième à Roland, deux finales dans sa ville de Bâle, et puis la victoire face à Pete Sampras à Wimbledon 2001 en cinq sets, vécue comme une passation de pouvoir entre le maître et son apprenti. n Louis Tapia 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 1Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 2-3Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 4-5Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 6-7Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 8-9Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 10-11Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 12-13Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 14-15Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 16-17Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 18-19Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 20-21Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 22-23Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 24-25Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 26-27Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 28-29Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 30-31Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 32-33Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 34-35Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 36-37Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 38-39Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 40-41Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 42-43Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 44-45Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 46-47Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 48-49Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 50-51Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 52-53Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 54-55Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 56-57Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 58-59Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 60-61Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 62-63Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 64-65Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 66-67Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 68-69Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 70-71Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 72-73Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 74-75Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 76-77Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 78-79Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 80-81Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 82-83Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 84-85Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 86-87Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 88-89Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 90-91Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 92-93Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 94-95Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 96-97Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 98-99Tennis Revue numéro 2 jan/fév 2013 Page 100