Tennis Revue n°1 nov/déc 2012
Tennis Revue n°1 nov/déc 2012
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 33,1 Mo

  • Dans ce numéro : Gaël Monfils a choisi Tennis revue pour afficher son ambition... « revenir au top. »

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Tennis Revue n°1 - novembre-décembre 2012 LE JOUR OÙ TOUT A COMMENCÉ FERRER A FAILLI TOUT ARRÊTER… Dans l'ombre du Big Four, l'Espagnol David Ferrer fait son petit bonhomme de chemin. Régulièrement dans le dernier carré en Grand Chelem, celui qui a commencé à jouer au tennis à l’âge de 8 ans aurait pu connaître un destin très différent. Retour sur ses débuts. Joueur très respecté et très apprécié sur le circuit, David Ferrer va bientôt fêter ses 13 ans de carrière dans le monde professionnel, à l’aube de ses 31 ans. Un âge déjà avancé pour un joueur de tennis. Pourtant, le métronome espagnol est dans la forme de sa vie, réalisant sans doute la meilleure saison de sa carrière, avec déjà cinq titres remportés et deux demi-finales de Grand Chelem (Roland-Garros et US Open). Un parcours singulier pour ce joueur habitué au top 10 depuis 5 ans. Cependant, malgré un talent certain, la carrière de David Ferrer aurait pu ne jamais voir le jour. « Ferru » est né le 2 avril 1982 à Javea, petite ville située sur la côte Est de l’Espagne, à quelques centaines de kilomètres de Valence. Fils d’un père comptable et d’une mère professeur d’école primaire, David se met très tôt au tennis, à l’âge de 8 ans. Il s’entraîne alors avec son père, Jaime, mais également avec son frère aîné, Javier, qui deviendra joueur professionnel entre 1995 et 2000. Très vite remarqué, il est obligé, avec ses parents, de déménager à Gandie, ville de la province de Valence, afin de poursuivre sa progression tennistique. Il réalise alors des performances remarquées dans les tournois de jeunes, avec un premier tournoi remporté lors du championnat de la Communauté de Valence. S’en suit une demi-finale au championnat d’Espagne et d’Europe. C’est véritablement dans la catégorie des moins de 15 ans que le talent de David Ferrer va exploser aux yeux de tous. En 1996, il remporte le tournoi d’Espagne de sa catégorie, et le vicechampionnat d’Espagne en individuel et en double dans la catégorie cadets. Des performances et une progression qui lui ouvrent les portes de la Fédération Catalane de Tennis située à Barcelone. Il y passa trois ans, remportant au passage le championnat du monde par équipes aux côtés de Marc Lopez et Carlos Cuadrado. Il rejoint alors l’académie de tennis de son compatriote et modèle Juan Carlos Ferrero, l’Académie Equelite de Villena. Il y reste seulement neuf mois, puis retourne, en compagnie de son entraîneur Javier Piles, rencontré quelques mois plus tôt, dans sa ville natale, Javea. Agé alors de 17 ans, l’Espagnol ne pense plus trop au tennis et commence à se lasser des séances d’entraînement et des méthodes d’apprentissage de son entraîneur. Javier Pilas raconte : « On travaillait six heures par jour, quatre heures le matin et deux heures l’après-midi. Quand David était plus jeune et qu’il ne voulait pas travailler, je l’enfermais à clé dans une pièce sombre de 2m². C’était l’endroit où on stockait les balles. » Des conditions de travail insupportables pour le « Pou » qui décide alors d’arrêter de s’entraîner et part travailler sur un chantier. Finalement, une semaine seulement après avoir claqué la porte du terrain d’entraînement, David retourne aux côtés de son entraîneur. Le numéro 5 mondial déclarera plus tard : « J’ai compris que le tennis, finalement, ce n’était pas si désagréable que ça. » Un an plus tard, il intégrera le circuit professionnel. Il termine sa première année chez les pros à la 419ème place mondiale sans avoir disputé le moindre match sur le circuit ATP, mais a tout de même remporté deux titres Future en Pologne et en Espagne. Sa deuxième saison professionnelle se ponctuera d’un premier titre Challenger à Sopot, mais toujours aucun match ATP. C’est en 2002 que la carrière de David Ferrer commence réellement. Il dispute son premier match sur le circuit ATP, le 8 avril, lors du tournoi d’Estoril au Portugal. Il affronte lors du 1er tour l’un des meilleurs joueurs du moment et une véritable star du circuit, le Russe Marat Safin. Classé 207ème à l’époque, l’Espagnol perd logiquement face au 7ème mondial, sans pour autant avoir démérité. En effet, le natif de Javea a causé pas mal de soucis au Russe et l’a obligé à disputer un troisième set (6/4, 2/6, 6/2). De belles promesses pour la suite. Et comme tout bon Espagnol, c’est sur terre battue qu’il confirme. Il brille au mois de juillet lors du tournoi de Umag en Croatie, où il élimine David Nalbandian dès le 1er tour, et parvient à se hisser en finale où il sera battu par son compatriote Carlos Moya (6/2, 6/3). Deux mois plus tard, il remporte son premier tournoi ATP à Bucarest. Un tournoi qu’il a dominé de la tête et des épaules, où il a éliminé notamment Jurgen Melzer, et Arnaud Di Pasquale, avant de battre en finale l’Argentin José Acasuso (6/3, 6/2). Des débuts très prometteurs pour le joueur espagnol qui, aujourd’hui, a confirmé tous les espoirs qui étaient placés en lui dès sa plus tendre enfance. n Corentin Hubert 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 1Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 2-3Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 4-5Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 6-7Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 8-9Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 10-11Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 12-13Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 14-15Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 16-17Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 18-19Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 20-21Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 22-23Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 24-25Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 26-27Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 28-29Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 30-31Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 32-33Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 34-35Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 36-37Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 38-39Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 40-41Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 42-43Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 44-45Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 46-47Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 48-49Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 50-51Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 52-53Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 54-55Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 56-57Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 58-59Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 60-61Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 62-63Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 64-65Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 66-67Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 68-69Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 70-71Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 72-73Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 74-75Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 76-77Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 78-79Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 80-81Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 82-83Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 84-85Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 86-87Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 88-89Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 90-91Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 92-93Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 94-95Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 96-97Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 98-99Tennis Revue numéro 1 nov/déc 2012 Page 100