SVM n°39 mai 1987
SVM n°39 mai 1987
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°39 de mai 1987

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (202 x 281) mm

  • Nombre de pages : 172

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : IBM PS/2... tout sur la nouvelle norme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
thèques (plus de 60% des titres). Plusieurs annuaires des ouvrages imprimés sont ainsi disponibles : Books in Print chez Bowker Electronic (795 $), Any Book chez Library Corporation (600 $), Lasersearch chez Ingram Book (795 $, location du lecteur comprise I). Mentionnons également The Bookseller's assistant, réalisé par Del Mar Group pour les libraires : il s'agit d'un système de recherche bibliographique installé dans les boutiques, avec lequel on communique par écran tactile, capable de sélectionner un livre à partir de questions posées au client (fiction ou nonfiction, politique ou économique, etc.). Le système est capable d'afficher les images numérisées des jaquettes de livres, d'imprimer un résultat de la recherche, etc. Au chapitre des encyclopédies, certaines petites choses continuent à bouger. Microsoft a montré à plusieurs reprises son encyclopédie multimédia, qui n'est pas un produit commercial mais un prototype de démonstration : si elle ajoute au texte de l'image et du son, elle ne traite que quelques dizaines de mots, et nécessite un ordinateur plutôt. gonflé. pour pouvoir fonctionner (carte graphique Targa notamment). Le Visual Dictionnary se rapproche de l'idée de Microsoft d'une manière intéressante : il s'agit d'un dictionnaire français-anglais où chaque mot est désigné par un dessin. On sélectionne le dessin ou une partie du dessin, une voix prononce le mot correspond dans la langue choisie. Simple et sympathique. Réalisée par Facts On File New York et les Editions Québec/Amérique Montréal, la version présentée à Seattle fonctionnait sur Macintosh (c'est suffisamment rare pour être signalé). Un gros défaut : les dessins sont vraiment très laids... Le nec plus ultra des atlas Parmi les applications graphiques et visuelles du CD-ROM, encore très peu nombreuses, la palme revient indiscutablement au World Atlas de Delorme, un atlas mondial comme on n'en a jamais vu. Il s'agit d'une base de données cartographiques, utilisable comme une véritable caméra braquée sur le monde, dotée d'un zoom ultra-puissant. A l'échelle 1, vous voyez le monde entier, les contours des continents. A l'échelle 16, l'immeuble du Pentagone est clairement visible à l'écran, coincé sur les bords du fleuve Potomac. De plus, après le zoom, on peut passer au travelling : un défilement d'écran dans toutes les directions permet littéralement de survoler n'importe quelle région du monde, presque n'importe quelle altitude ! Le World Atlas bénéficie d'une méthode originale de compression des images numériques, qui permet notamment de stocker autant d'images sur les 12 cm d'un CD-ROM que sur les 12 pouces d'un vidéodisque analogique. Toutes les ré gions du monde n'atteignent cependant pas un tel niveau de précision. Le minimum obtenu pour l'ensemble est de 13 kilomètres au centimètre, seuls les Etats-Unis et l'Europe sont plus détaillés. Delorme's World Atlas n'a pour l'instant pas de prix, et l'armée américaine s'y intéresserait de très près... 56 Enfin, parmi les bonnes affaires du mois programmation au jeu en passant par les ta- (très beau-pas cher), il ne faut pas oublier PC- bleurs, les applications scientifiques, etc. SIG Library : PC-SIG, le plus gros distributeur Tous les fichiers peuvent naturellement être mondial de logiciels du domaine public, a librement copiés et distribués (certains proporté sur CD-ROM le contenu de 705 de ses grammes réclament une petite contribution disquettes, représentant 550 Mo en 15 000 fi- pour l'auteur...). Compatible avec les princichiers destinés a l'IBM PC, de l'utilitaire de paux lecteurs du marché, le disque CD-ROM LES MATÉRIELS EN FRANCE MODÈLE CONFIGURATION INTERFACE PRIX DISTRIBUTEUR Philips CM 100 Unité séparée CM 153 pour IBM PC/XT/AT 11 400 F HT Philips TRT-TI et CEDROM Philips CM 110 Unité séparée SCSI 13 000 F HT Philips TRT-TI Philips CM 201 et CM 210 Demi-hauteur pour IBM PC CM 153 ou SCSI (fin 1987) Philips TRT-TI Hitachi CDR-1502S Unité séparée IBM PC/XT/AT 9 900 F HT CEDROM Hitachi CDR-1503S Unité séparée, sortie audio IBM PC/XT/AT 11 500 F HT CEDROM AUX ÉTATS-UNIS MODÈLE CONFIGURATION INTERFACE PRIX DISTRIBUTEUR MIMER Laserdrive Unité séparée IBM PC/XT/AT 1 099 $ Livré avec Bookshelf de Microsoft DENON DRD-250 Demi-hauteur IBM PC/XT/AT DRD-550 Unité séparée SCSI ou sur mesure DEC RRD 50 Unité séparée Micro Vax II Vax Mate, IBM PC HITACHI CDR-1502 S CDR-2500 CDR-2500 S Unité séparée Pleine hauteur Unité séparée IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT OEM OEM 1200 $ 950 $ 900 $ 1000 $ Avec porte-disque sortie audio Avec porte-disque audio en option JVC XR-R100 Unité séparée SCSI - Sortie audio porte-disque XR-R1001 Demi-hauteur SCSI - Audio en option porte-disque KNOWLEDGE SET Romulus Unité séparée IBM PC/XT/AT 849 $ PANASONIC SQ-D1 SQ-D101 Demi-hauteur Unité séparée IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT 1 495 $ 1 695 $ SCSI : + 200$ SCSI : + 200$ PHILIPS CM100 Le CM100 peut être CM110 relié à un Apple Ile (voir tableau des matériels vendus en France) CM201 grAce a l'interface CM210 de Microtrends RÉFÉRENCE TECH. Clasix 500 Unité séparée IBM PC/XT/AT 990 $ SANYO ROM-2500 ROM-300 SONY CDU-5002 CDU-100 CDU-400 CDU-450 TAXAN CD-1000 CD-1100 Demi-hauteur Unité séparée Pleine hauteur Unité séparée Unité séparée Unité séparée Unité séparée Demi-hauteur IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT, SCSI SCSI IBM PC/XT/AT IBM PC/XT/AT OEM OEM 590 $ (OEM) 690 $ (OEM) 750 $ (OEM) SCSI possible SCSI possible 750 S (OEM) Sortie audio - - Avec porte-disque Avec porte-disque TOSHIBA XM-2000A Unité séparée SCSI OEM intégrable La mention OEM signifie que le lecteur n'est pas vendu au détail, mals uniquement a d'autres sociétés, qui l'intègrent dans des équipements qu'elles revendent à leur tour. SCIENCE & VIE MICRO No 39 - MAI 1987
seul coûte 295 $ (soit 1 800 F), ou avec une souscription pour deux remises à jour : 495 $. Et la France dans tout ça ? Bien peu de choses se passent en réalité. La raison ? Le Minitel bien sûr. Selon Bernard Prost, qui a fondé en 1985 Cedrom Technologies, l'une des très rares sociétés françaises d'ingénierie réellement actives dans le domaine, les deux millions et demi de Minitel qui ont été distribués dans les entreprises et chez les particuliers vont entraîner un retard de plusieurs mois, voire plusieurs années, pour le développement du CD-ROM dans notre pays. Ce qui n'empèche pas certains projets de voir le jour. Philips TRT-TI par exemple, prépare pour la Bibliothèque publique d'information de Beaubourg, un système de consultation bibliographique ouvert au public. Chez Cedrom, qui a réalisé le premier CD-ROM français (le Rapport sur l'état de l'informatisation de la France), plusieurs prototypes d'application assez audacieuses ont été réalisés. Le premier, co-produit par le CCETT (Centre commun d'études de télédiffusion et télécommunications), est un cours sur les biotechnologies destiné aux étudiants et à la formation professionnelle, qui fait intervenir le texte, le son, l'image et l'animation. Ce CD-ROM hérite de son origine télématique une conception audio-vidéotex, qui exige une configuration matérielle très musclée (carte graphique Targa de ATT, décodeurs vidéotex, etc.). Cette application est d'ailleurs un peu margi- Les prix baissent vite : aujourd'hui, pour 11 400 F HT, Philips propose un lecteur de CD- ROM, carte d'interface comprise. nale dans le monde du CD-ROM : son but et les moyens employés en font plutôt un faux CD-I (voir ci-contre). Autre réalisation de Cedrom, Aptos 3, est également très spectaculaire. Réalisé avec le concours du Centre national de la cinématographie, il est sous-titré. Une visite au musée de la peinture.. Le disque s'appuie en effet sur plusieurs centaines de tableaux numérisés, et bénéficiera, dans sa version finale, de l'apport d'un système-expert capable de retrouver n'importe quel tableau à partir d'indications en langage naturel. Pour en terminer avec Cedrom, signalons par ailleurs qu'il s'agit probablement du seul endroit en France où un particulier peut acheter un lecteur de CD- ROM, Philips ou Hitachi (voir notre tableau). Cedrom distribue également deux disques : l'encyclopédie électronique Grolier (2 000 F HT), et DataPlate, une compilation de 8 800 logiciels du domaine public réalisée par Reference Technologies (3 500 F HT). LE CD-I, UN MERVEILLEUX JOUET Il reste une petite place entre votre téléviseur et votre chaîne ? Tant mieux. Dès 1988, les 600 méga-octets du compact-disc interactif (CD-I) vont l'occuper. Grand frère du compact-disc audio et du CD-ROM, le CD-I en intègre la technologie dans un projet d'envergure, soutenu par les plus grandes sociétés d'électronique grand public du monde. Maitre des images, du son, et de n'importe quelle information qu'il est possible de stocker sous forme numérique, le CD-I a l'ambition de devenir, sous une forme déguisée, le véritable ordinateur grand public de l'avenir. Ses armes secrètes : mémoire, puissance et interactivité. LES ENTHOUSIASTES VOIENT DANS le CD-I, ou compact-disc interactif, le seul moyen de faire redémarrer ce marché de la micro-informatique grand public, autrefois porteur des plus grandes espérances. Les mauvaises langues, elles, l'ont baptisé MSX 3, du nom du standard japonais de micro-informatique familiale dont l'échec fut aussi cuisant que les ambitions (*). Les faits, en tous les cas, ne trancheront pas dans ce débat avant 1988, date prévue pour le lancement du CD-I. Ce nouvel appareil électronique de loisir n'est ni un lecteur de vidéodisques, ni un lecteur de disques laser, ni un ordinateur... mais un peu de tout cela. Physiquement, le CD-I se présentera sous la forme d'un boîtier discret de la taille d'une platine laser - qu'il remplacera -, et qui sera relié d'un côté à la prise Péritel d'un téléviseur couleur, de l'autre au connecteur auxiliaire d'une chaine hi-fi. Que doit apporter de plus le CD-I à ces deux piliers du terrier de l'homme moderne ? Deux adjectifs un peu mystérieux et magiques : multimédia et interactif. Mais encore ? Un grand dessin vaut mieux qu'un petit discours : voici un scénario possible pour un samedi matin banal, dans deux ou trois ans. Huit heures : le CD-I vous réveille aux accents du Boléro de Ravel. C'est ce que vous avez trouvé de plus ébouriffant sur le disque Horoscopitone., produit pas Elisabeth Teissier et Françoise Hardy. Le CD-I rembobine le magnétoscope (l'interface de pilotage était en promotion la semaine dernière) et rediffuse CBS Evening News, enregistré trois heures plus tôt sur Canal Plus. Le Boléro de Ravel continue, en sourdine. Dans une portion d'écran, à côté du visage de Dan Rather, s'affiche votre horoscope du jour, grandes tendances et carte astrale à l'appui. Tandis que vous () Techniquement, il n'y a aucun rapport entre le CD-I et MX. vous éloignez vers la cuisine, Rather s'interrompt et une voix mélodieuse égrène en japonais les différentes catastrophes que vous encourez aujourd'hui - en affaires, en amour, etc. Incroyable, les progrès que vous avez pu faire en japonais depuis que vous avez ce lecteur de CD-I et le disque. Polyglotte interactif.. Une demi-heure par jour d'exercices, à l'oral et à l'écrit, corrigés sur le champ, soutenus par de superbes reportages photos, des animations très drôles, un cours très sérieux sur l'art de l'idéogramme, et une encyclopédie sur la civilisation japonaise. Aujourd'hui samedi, vous faites relàche. Une tasse de café dans une main, vous glissez de l'autre le disque. Le Monde des échecs dans votre lecteur de CD-I. Vous vous sentez suffisamment en forme pour voir rejouer la dernière partie du célèbre combat entre Karpov et Kasparov, il y a quelques années à Leningrad - une parmi les quelques milliers de parties historiques que contient le disque, en plus d'une histoire illustrée du jeu d'échecs, une présentation claire et progressive des règles, et un excellent programme, entièrement paramétrable (force et style de jeu de l'adversaire par exemple), doté d'une incroyable bibliothèque de coups, qu'il est d'ailleurs éventuellement capable d'aller chercher dans les parties célèbres. Sur l'écran du téléviseur, l'échiquier s'affiche en trois dimensions. Karpov est à droite, Kasparov gauche, vous spectateur. Les images numérisées des joueurs restent statiques. Seuls les bras, par un effet d'animation, bougent pour déplacer les pièces. Au quinzième coup, une inspiration géniale traverse votre esprit : d'une pression sur votre manette à infrarouge, vous faites basculer l'échiquier de votre côté. Vous voilà A la place de Karpov, le visage crispé de Kasparov face à vous. Le CD-I, à partir de là, va jouer les coups suivants à la place de Kasparov, mais en respectant, autant que faire se peut, le style agressif du SCIENCE & VIE MICRO N°39 - MAI 1987 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 39 mai 1987 Page 1SVM numéro 39 mai 1987 Page 2-3SVM numéro 39 mai 1987 Page 4-5SVM numéro 39 mai 1987 Page 6-7SVM numéro 39 mai 1987 Page 8-9SVM numéro 39 mai 1987 Page 10-11SVM numéro 39 mai 1987 Page 12-13SVM numéro 39 mai 1987 Page 14-15SVM numéro 39 mai 1987 Page 16-17SVM numéro 39 mai 1987 Page 18-19SVM numéro 39 mai 1987 Page 20-21SVM numéro 39 mai 1987 Page 22-23SVM numéro 39 mai 1987 Page 24-25SVM numéro 39 mai 1987 Page 26-27SVM numéro 39 mai 1987 Page 28-29SVM numéro 39 mai 1987 Page 30-31SVM numéro 39 mai 1987 Page 32-33SVM numéro 39 mai 1987 Page 34-35SVM numéro 39 mai 1987 Page 36-37SVM numéro 39 mai 1987 Page 38-39SVM numéro 39 mai 1987 Page 40-41SVM numéro 39 mai 1987 Page 42-43SVM numéro 39 mai 1987 Page 44-45SVM numéro 39 mai 1987 Page 46-47SVM numéro 39 mai 1987 Page 48-49SVM numéro 39 mai 1987 Page 50-51SVM numéro 39 mai 1987 Page 52-53SVM numéro 39 mai 1987 Page 54-55SVM numéro 39 mai 1987 Page 56-57SVM numéro 39 mai 1987 Page 58-59SVM numéro 39 mai 1987 Page 60-61SVM numéro 39 mai 1987 Page 62-63SVM numéro 39 mai 1987 Page 64-65SVM numéro 39 mai 1987 Page 66-67SVM numéro 39 mai 1987 Page 68-69SVM numéro 39 mai 1987 Page 70-71SVM numéro 39 mai 1987 Page 72-73SVM numéro 39 mai 1987 Page 74-75SVM numéro 39 mai 1987 Page 76-77SVM numéro 39 mai 1987 Page 78-79SVM numéro 39 mai 1987 Page 80-81SVM numéro 39 mai 1987 Page 82-83SVM numéro 39 mai 1987 Page 84-85SVM numéro 39 mai 1987 Page 86-87SVM numéro 39 mai 1987 Page 88-89SVM numéro 39 mai 1987 Page 90-91SVM numéro 39 mai 1987 Page 92-93SVM numéro 39 mai 1987 Page 94-95SVM numéro 39 mai 1987 Page 96-97SVM numéro 39 mai 1987 Page 98-99SVM numéro 39 mai 1987 Page 100-101SVM numéro 39 mai 1987 Page 102-103SVM numéro 39 mai 1987 Page 104-105SVM numéro 39 mai 1987 Page 106-107SVM numéro 39 mai 1987 Page 108-109SVM numéro 39 mai 1987 Page 110-111SVM numéro 39 mai 1987 Page 112-113SVM numéro 39 mai 1987 Page 114-115SVM numéro 39 mai 1987 Page 116-117SVM numéro 39 mai 1987 Page 118-119SVM numéro 39 mai 1987 Page 120-121SVM numéro 39 mai 1987 Page 122-123SVM numéro 39 mai 1987 Page 124-125SVM numéro 39 mai 1987 Page 126-127SVM numéro 39 mai 1987 Page 128-129SVM numéro 39 mai 1987 Page 130-131SVM numéro 39 mai 1987 Page 132-133SVM numéro 39 mai 1987 Page 134-135SVM numéro 39 mai 1987 Page 136-137SVM numéro 39 mai 1987 Page 138-139SVM numéro 39 mai 1987 Page 140-141SVM numéro 39 mai 1987 Page 142-143SVM numéro 39 mai 1987 Page 144-145SVM numéro 39 mai 1987 Page 146-147SVM numéro 39 mai 1987 Page 148-149SVM numéro 39 mai 1987 Page 150-151SVM numéro 39 mai 1987 Page 152-153SVM numéro 39 mai 1987 Page 154-155SVM numéro 39 mai 1987 Page 156-157SVM numéro 39 mai 1987 Page 158-159SVM numéro 39 mai 1987 Page 160-161SVM numéro 39 mai 1987 Page 162-163SVM numéro 39 mai 1987 Page 164-165SVM numéro 39 mai 1987 Page 166-167SVM numéro 39 mai 1987 Page 168-169SVM numéro 39 mai 1987 Page 170-171SVM numéro 39 mai 1987 Page 172