SVM n°294 jui/aoû 2010
SVM n°294 jui/aoû 2010
  • Prix facial : 4,25 €

  • Parution : n°294 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 138 Mo

  • Dans ce numéro : 25 idées pour changer le futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
25 IDÉES POUR CHANGER LE FUTUR DOSSIER DICIHAPTIC : QUAND LA PRATIQUE PASSE AU VIRTUEL Appliquant au corps médical des solutions ayant déjà fait leurs preuves, entre autres, pour l'apprentissage du pilotage aéronautique, Didhaptic fait entrer la réalité virtuelle dans la formation des médecins. Cette start-up, créée en 2007 dans la région de Laval, développe en effet des solutions d'apprentissage pour dentistes et autres personnels de santé, leur permettant de s'entraîner sur des situations pratiques sans EDECINE\\pour autant recourir à de vrais patients. Leur première solution se nomme VirTeaSy ImplantPro. Elle s'adresse aux étudiants dentistes et simule la pose d'implants dentaires sur différents types de mâchoires et dentitions, les multiples scénarios étant définis par un formateur. Pour envisager le maximum de situations, une grande partie du travail préparatoire de Didhaptic a consisté en un recensement des nombreuses formes de mâchoires existantes, des différents implants disponibles e'des instruments nécessaires pour les placer sur un patient. Le passage à la pratique s'appuie sur un casque de réalité virtuelle, chaussé par l'étudiant, qui lui sert à visualiser, en images de synthèse, la PLUTÔT QUE DE METTRE EN SITUATION RÉELLE DES APPRENTIS MÉDECINS, DIDHAPTIC PROPOSE AUX FUTURS PRATICIENS DE FAIRE LEURS GAMMES EN RÉALITÉ VIRTUELLE. UN SYSTÈME QUI PEUT PARFAITEMENT S'APPLIQUER À D'AUTRES CORPS DE MÉTIER. GRÂCE, À LA REALITE VIRTUELLE, les apprentis chirurgiensdentistes peuvent s'entraîner sans martyriser leurs patients. Mais, au fait, comment faisaient-ils autrefois ? bouche d'un patient et d'effectuer toutes sortes de manipulations sans jamais risquer la moindre erreur médicale. Un bras à retour d'effort complète le dispositif afin que l'apprenti dentiste puisse "sentir" l'environnement dans lequel il intervient, et éventuellement appréhender les erreurs qu'il commet. Cette solution a été développée avec le concours du Cerv (Centre européen de réalité virtuelle) de Brest, de l'Inria (Institut national de recherche en informatique et automatique) et d'une autre société lavaiboise, Haption, à l'origine du bras à retour d'effort. DES SOLUTIONS POUVANT S'ADAPTER À DE NOMBREUX MÉTIERS Si VirTeaSy a déjà été adopté par des structures de formation médicale comme le CHU Pitié-Salpêtrière à Paris, Didhaptic compte bien ne pas en rester là et adapter sa solution à d'autres pratiques cliniques. Elle présentait aussi au salon "Laval Virtual" l'outil Virtual Handi Tool, développé à la demande de l'agglomération de Laval et destiné à assister des thérapeutes pour résoudre les phobies de leurs patients. Basée sur les thérapies cognitives et comportementales, cette solution permet d'immerger un patient au coeur de son appréhension, sans jamais pour autant le mettre en danger. Ainsi sur le salon, ce système permettait de mettre en situation de "vide virtuel" des individus souffrant du vertige et censés se trouver sur un ascenseur situé à l'extérieur d'un immeuble. En réalité, les cobayes, équipés d'un casque de réalité virtuelle, étaient suspendus par des filins à moins de deux mètres du sol. Cela sous la surveillance constante d'un psychiatre pouvant visualiser sur écran à la fois une représentation en 3D de l'environnement tel que vécu par le patient, mais aussi ses réactions aux événements successifs qui pouvaient survenir. Si Marc des Rieux, le fondateur de Didhaptic, considère cette application comme "une trousse à outils pour thérapeutes", il n'exclut pas de proposer ce système à d'autres types d'activité de formation, par exemple pour des laveurs de carreaux ou de véritables réparateurs d'ascenseurs. Vincent Birebent Pour en savoir plus  : www.didhaptic.com 26 SVM JUILLET-AOÛT 2010
\\SON IDÉE//L'INFORMATIQUE ET LE GÉNOME À 1000  € LA GÉNÉTIQUE ET L'INFORMATIQUE ONT CONNU DES RÉVOLUTIONS SIMULTANÉES au cours des 50 dernières années. La première n'aurait pas pu exister sans les Ordinateurs développés par la seconde. En 000, l'ordinateur privé le plus puissant du monde appartenait ainsi à une entreprise de biotechnologie, Celera Genomics. L'analyse des énomes est probablement le seul domaine où a technologie progresse plus vite que dans 0 OL 00 l'informatique  : depuis 30 ans, si la puissance desrdinateurs double en moyenne tous les deux ans, lauissance des techniques de séquençage d'ADN double, elle, ous les 15 mois. E MARIAGE DE CES DEUX TECHNOLOGIES ouvre aujourd'hui des perspectives incroyables  : dans quelques années, n pense que chacun de nous pourra faire séquencer son énome individuel pour 1000  € environ, soit le prix de trois RM. Cela nécessitera des développements informatiques ajeurs, aussi bien en termes de capacité de tràitement que de stockage des données. Aujourd'hui, un séquenceur d'ADN, une machine à peine plus grosse qu'un four à micro-ondes, produit jusqu'à trois téraoctets de données brutes par jour, soit un pétaoctet par an. Connaître son génome n'est cependant utile que si on peut en extraire des données intéressantes. Ce qui supposera des analyses informatiques massives, pour comparer les individus et identifier les gènes associés aux risques de diabète, d'infarctus ou de cancer, et ainsi traiter de manière préventive et adaptée. L'accès à ces données génétiques soulèvera aussi, inévitablement, des questions aiguës de confidentialité et de risque d'atteinte aux libertés individuelles. Frédéric Dardel CRISTAL, LA TABLE PREND L ES COV VA\DES v4r C onfortablement installé dans son canapé, on lance la lecture d'un DVD sur le téléviseur en faisant glisser une vignette représentant sa jaquette sur l'écran tactile de la table basse du salon. Puis, toujours avec son doigt sur la table, on baisse l'éclairage de la pièce et on monte le son de la hi-fi, en tapotant sur les représen- DOMOTIQUE\\tations de la lampe halogène et de la chaîne. Ce système a pour nom Cristal (Control of Remotely Interfaced Systems Using Touched-based Actions in Living Spaces). Il est né de la collaboration entre le Media Interaction Lab de l'Upper Austria university of Applied Sciences de Salzbourg en Autriche, le Departement of Systems Design Engineering de l'université de Waterloo au Canada et de deux universités japonaises, à Tokyo et à Keio. Aujourd'hui, Cristal cherche à unifier les technologies utilisées par chaque dispositif (Home RF, Bluetooth, Ethernet, CPL, Wi-Fi, etc.) et à les rassembler au sein d'une interface tactile. POUR RENDRE L'EXPÉRIENCE PLUS RÉALISTE, Cristal s'appuie sur une caméra accrochée au plafond de la pièce, qui filme en temps réel les objets et envoie les images sur l'écran tactile. C'est donc bien votre IL « lm- e ma41211e` ri ; "'`1011111 Frédéric Dardel, professeur de biologie moléculaire à l'université Paris-Descartes. Membre de l'équipe initiale de SVM en 1983 PILOTER NOS MATÉRIELS DE SALON DEPUIS UNE TABLE TACTILE, C'EST LE BUT DU PROJET CRISTAL, INITIÉ PAR PLUSIEURS LABORATOIRES EUROPÉENS ET JAPONAIS. Le projet Cristal repose sur une table tactile qui joue les télécommandes géantes et universelles dans nos salons. http://mi-lab.org/projects/cristal propre téléviseur, votre chaîne hi-fi ou votre halogène que vous distinguez sur la table. Cristal est capable de piloter tous les appareils reliés à un PC, qui du coup peuvent aussi être alimentés en médias (film, photos, musique, flux TV...). La table, quant à elle, est composée d'un écran Diamond- Touch de 42 pouces. TESTÉ AUPRÈS D'UNE QUINZAINE DE PARTICIPANTS, Cristal a séduit  : chacun a su prendre en main le système en moins d'une minute ! Reste les points faibles, comme le fait qu'une table de salon est souvent encombrée, compliquant l'utilisation de cette "télécommande géante". La prochaine étape consistera à porter le projet sur d'autres périphériques tactiles, smartphones ou tablettes. Cristal a récemment gagné le grand prix du salon Laval Virtual 2010, qui rassemblait la crème des solutions en matière de 3D et de réalité virtuelle. Vincent Birebent SVM JUILLET-AOÛT 2010 2"



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 1SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 2-3SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 4-5SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 6-7SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 8-9SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 10-11SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 12-13SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 14-15SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 16-17SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 18-19SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 20-21SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 22-23SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 24-25SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 26-27SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 28-29SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 30-31SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 32-33SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 34-35SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 36-37SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 38-39SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 40-41SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 42-43SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 44-45SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 46-47SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 48-49SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 50-51SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 52-53SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 54-55SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 56-57SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 58-59SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 60-61SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 62-63SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 64-65SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 66-67SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 68-69SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 70-71SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 72-73SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 74-75SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 76-77SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 78-79SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 80-81SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 82-83SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 84-85SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 86-87SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 88-89SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 90-91SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 92-93SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 94-95SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 96-97SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 98-99SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 100-101SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 102-103SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 104-105SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 106-107SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 108-109SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 110-111SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 112-113SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 114-115SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 116-117SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 118-119SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 120-121SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 122-123SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 124-125SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 126-127SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 128-129SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 130-131SVM numéro 294 jui/aoû 2010 Page 132