SVM n°25 février 1986
SVM n°25 février 1986
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°25 de février 1986

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 164 Mo

  • Dans ce numéro : simulation... l'ordinateur refait le monde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
PETIT COURRIER (1) Une de nos lectrices, Simone Grillet, a trouvé la solution au problème évoqué par Jean-François Fleurot dans notre n°23 concernant la programmation en langage LSE sur Thomson MO 5. Voici donc les manipulations à effectuer pour obtenir les caractères absents du clavier : appuyer sur la touche ACC, puis sur 1 pour obtenir\, sur ACC puis 2 pour obtenirt. sur ACC puis 3 pour obtenir -, sur ACC puis sur 4 pour obtenir[, sur ACC puis sur 5 pour obtenir], sur ACC puis sur + pour obtenir }, sur ACC puis sur - pour obtenir {. PETIT COURRIER (2) Si comme notre lecteur Alain Kolman, vous vous arrachez les cheveux en es sayant de faire passer vos programmes Thomson sur Nanoréseau, ne vous inquiétez plus, la solution existe : raccor dez votre MO 5 ou T07/70 au Nanoré seau et à son magnétophone, chargez le logiciel NR321 (ou NR32), chargez ensuite votre programme par un LOAD• CASS : NOM DE VOTRE PRO GRAMME " et sauvegardez-le enfin sur disquette Nanoréseau par SAVE• NOM DE VOTRE PROGRAMME•. Si vous désirez programmer directement depuis la tête de réseau, il vous.faudra sauvegar der votre fichier programme en code ASCII, et pour cela, taper impérativement : SAVE : NOM DU PRO GRAMME•, A. MICROLIGUE Comment améliorer la circulation de l'information à l'intérieur des diverses antennes de la Fédération des œuvres laïques ? Comment contribuer au suivi du plan Informatique pour tous et évi ter que le matériel ne dorme dans les placards ? Ce sont ces questions qui sont à lorigine du projet Micro ligue, lancé récemment par la Ligue de l'en seignement. Chaque département devrait ainsi, dans le courant de l'année, s'équiper d'un serveur et proposer à ses adhérents, aux clubs et aux établis sements de la région un journal d'information, des formations utiles comme celles de techniciens de maintenance, du téléchargement... D'ores et déjà prêts à fonctionner : la Lorraine, le Li mousin, les Charentes et Paris. Les clubs qui souhaitent utiliser les Nano réseau des écoles, collèges et lycées sans savoir très précisément comment s'y p'rendre, n'ont pas été oubliés dans ce projet. La Ligue planche, en effet, très sérieusement, sur des contrats type qui devraient leur faciliter la tâche. Une bien heureuse initiative. PROGRAMMEZ EN MULTI Un listage pour réaliser vos propres logiciels etien peu de logiciels exploitent aujourd'hui les B possibilités offertes par le Nanoréseau en matière de communication et d'échanges de poste à poste. C'est pourquoi nous vous livrons une amorce de pro gramme qui contient suffisamment d'éléments pour vous aider à créer vous-mêmes des logiciels qui feront participer tous vos élèves en mème temps. À vous d'imaginer des applications éducatives : des jeux ou des didacticiels basés sur la compétition, ou à l'in verse sur la coopération. Notre programme se limite à créer trois zones d'affichage sur tous les postes utilisés (lignes 150à170). La première zone contiendra la question à poser (ligne 500), la deuxième zone sera utilisée par lélève pour taper sa réponse (lignes 400 à 460), et la voir s'inscrire sur l'écran (lignes 180 à 230). Les lignes 360 à 390 servent à afficher les réponses 100 Fil F.'-'1:.. ! : <'0 NOl.1 : 0,:.. !'1,Vl,0 c1..:(ï- ! l l : N:... :. 0. 0 : rR 1 T< ï IH$ < :... !.0 1 : N f 1 1 1 "1, \TT !.:1-M, 0 : P:f ;."-'Tl.:$ (PFFJ... : > : P$ l l :...:0 LO<:AI E l 0. (, : i\TTr.:u 1. 1 : Ph'. ! NT" (ïlAR : ATTRB0, 1 1-'d" GO.'"'il ! U500 10 Al l : BI 0:El lf_. Xl :...Yl J.:,\ ! :.. ! : lJ: : 00 0 : E:... ! :... : 1 : X: ! :.. ! : Y:.. ! 1 : Ei, 1'1 : F-'• :... !'1 : CONiOl.EE 1. c : 1 : CL.-: ; CRl:F.N :'\1. B 1 : BOX< 0. 1 :..:..) c 120, 1 h 0).1 1f,0 c'ONSOLFF2, F.'1 : Cl.-'C_'f.. ! EFN1\'.2, B:..:. BOX 1 0. lf1Kl <'1:'.0,:'.00>, :..:. 1 70 l'ON:-'OL E.. 1 ! HM LOrATEXl,YI : $ I NFY$ 1'10 IFA$ ""TllFN:..:10 :'.10 cOSl l B.400 :'.. ! 0 ! FA$ Cl-If.. ! $< l'l>THENPRli'/T,..\$:< ; OT070 : 2 "10 1 F 1\$.. "TH EN (iOrn 1 K0 1 N 1 h\$ <ï-1 1\$1 1 1>Tl-IEN.l>:IFO$ r•$TllEWl'o0 Tl0 OPF. N"O",lll•l,/.$0$ 1'\10 NFXT, 0 l\FTl l lN'\(10 FOR 1 JTON : O:f R 1 , l 1 : 1 Fl'$ 0$TllEN'l,'-\U'i7'1 1-'RIN'l#lO• I.A$ IF•\$ C'lll\:-511> Tl l l 4 : NT'l.'-10 NEXT'il)0 11 -:TUlN'o00 FORI ! TON'• 10 l l P:f ; f.. ! 1 liHT:f< : -ilT\$< 1l. l >TltFN.'1'l'1'1'... ;'.0 A$ INNODE$< 1.1 > : oNEPl\O lTHEN(iffl0 ! 170.'i1 1'1 ! FA$'""TH ENl.:FTl l kN'.1r-10 NEXT'di0 l\ETl l l\N'1 70 C'ON... ; OLF0.'... ! ! 1•'1>lï...:EEN. 0.c.'1 C'1.:>'1K0 C'l.o,... ; 1 1\Tl l\H'1, "1 : F:NIJ 1 1')0'.t:> « : •.• :.-x O l lf-'."-'I iu11n1ir -t:-- t : • : c•.• p 500 LOC'r\TEs. :..-\TTRIJ0,l.Pl...:I NT"Lt\(':H':\C.:I r F O'l l NE Hül l TE ll.Lt.. : D t:":LOC',\T l'..-),"l : l'R I NT" l l N L ! TkE l'T EG1-\U-. ; \(" t.OC'l\TE IO,.'-' : Pkl NT "• : 1 Cl":LOC'ATE10.t0PRINT'" : o. l rJ C'l".LO<',..\T l : 1.0<"ATE10. l:.. !.:Pl\INT":o.lllf1 < I "') 10 GOSIJRIS0 des autres élèves. Le programme s'arrête dès que l'on valide une réponse. Pour avoir un programme vrai ment opérationnel. vous devrez ajouter à ce noyau de communication la partie proprement éducative du Iogiciel que vous imaginerez vousmêmes. En queue de programme (ligne 500) nous avons placé une ques tion blanche qui n'estlà que pour l'exemple.'A vous de mettre les vraies questions. les réponses sont saisies lettre à lettre ; les caractères transi tent dans une variable A$. Si vous voulez compléter ce programme en traitant la réponse, il vous faudra traiter chaque réponse dans les variables récupérant les caractères en ajoutant une instruction du type REP$(1) = REP$(1) + A$ dans les boucles où 1 représente les numéros de postes élèves. Le programme démarre en ligne 100 en initialisant divers paramètres : FILES 12 ouvre douze fichiers (deux par poste), le nombre de postes utilisés est contenu dans la variable N. Les autres instructions concernent les paramètres d'affichage. La ligne 110 permet la recherche du poste de travail sur lequel tourne le programme en cours. Son numéro est contenu à l'adresse H2052 (en hexadéci mal). Il sera stocké dans une variable P$. Les lignes 280, 320, 350 et 410 contiennent des instructions évitant de recevoir et d'écrire des caractères sur ce poste. Le programme repose sur deux instructions Basic spécifiques au Nanoréseau : NODE et INNODE$. NODE permet d'ouvrir en lecture ou en écriture les canaux de communication. Sa syntaxe est : OPEN I, n°du poste,• NODE : n°du poste• - en lecture-, et OPEN• 0•, n°du poste,• NODE : n°du poste• - en écriture. Dans notre programme,• NODE : • a été mis SCIENCE VIE MICRO !'1° 25 FÉVRIER 1986
OSTE SUR NANORESEAU aire participer tous les élèves en même temps dans une variable Z$ à la ligne 270. On ouvre autant de canaux par poste que lon veut générer de zones de communication. Ici les canaux 1 à 6 servent à la réponse de l'élève sur son poste (ligne 290), et les canaux 11 à 16 servent à communiquer toutes les réponses sur les six postes. L'instruction INNODE$ joue le rôle d'un INPUT, à la différence qu'il faut spécifier le nombre de caractères attendus. Sa syntaxe est : INNODE$ {nombre de caractères attendus, n°du poste). Pour finir {ligne 480), on ferme les canaux par une instruction CLOSE. Si vous souhaitez qu'un élève puisse valider sans que cela ait d'effet sur les postes de ses camarades, vous pouvez soit créer cinq zones de réception {une par élève), soit tout mettre sur une seule zone. Dans ce cas, il faudra, dès la réception d'une réponse sur un poste, fermer les canaux d'émis sion de tous les autres postes, puis les rouvrir lorsque la réponse en cours est validée. UN BIJOU POUR LE TECHNIQUE Le tour à commande numérique par ordinateur de Multisofl a bouge dans l'enseignement technique : après Ç Micro-tour, le logiciel de commande d'un tour realisé par Aselec {voir SVM n°23), voici le tour à commande numérique de Multisoft Robotique. Un vrai bijou ! Comment mettre à la disposition de chaque élève son propre tour, sachant que les machines utili sées dans les établissements valent aux alentours de 70 000 F ? Simple : on sépare le tour de sa commande qui sera implantée sous forme de logiciel dans un ordinateur. Avantage : un seul tour dans la classe, mais autant de postes de commande que l'on dispose d'ordinateurs et de programmes. Une solution écono mique : le tour proposé par Multisoft vaut 39 000 F HT - y compris le logiciel de commande - sans l'ordina teur. Le programme supplémentaire vaut 1 500 F HT à l'unité ; par lot de cinq le prix unitaire descend à 990 F. L es logiciels existent en version Thomson MO 5, TO 7 ou TO 7/70, Apple lie, Commodore 64 ou même Acom BBC {un ordinateur peu répandu en France). Le choix est vaste. Mais le prix n'est pas le seul atout du tour Multisoft : du même type que le célèbre tour Emco, ses performances seront certaine ment appréciées dans les établissements d'enseigne ment. Il dispose bien entendu de nombreuses op tions : outils, porte-outils, forets, mandrins... Judicieusement, le logiciel de commande respecte de bout en bout la norme {ISO) définie pour la commande numérique en France. Les codes sont strictement les mêmes ; les pictogrammes présents SCIENCE vrn MICRO 1' ! 0 25. FÉVRIER 1986 ÉTUDES SUR MINITEL Étudier seul, c'est un nouveau service offert par le Centre de télé-enseigne ment de l'Université de Provence {sec tion sciences). Pour les candidats au DEUG Sciences et structures de la matière, à la licence {Mathématiques pures ou Physique/Chimie, les cours par correspondance se doublent d'un service sur Minitel, donnant accès à une messagerie, à des aides pédagogiques, à un service d'auto-tests, et à un service• Dico• Aide-mémoire. Une seule contrainte : un stage par an est à effectuer à Marseille pour les travaux pratiques. Adresse : 3, place Victor Hugo, 13331 Marseille Cedex 3. Tél. : 9195 90 71. SIMULATION Destiné aux élèves des terminales F, des IUT, des BTS et des licences avec option électronique, le livre Electro Basic de Claude Nowakowski, publié chez PSI (95 F) propose de nombreux programmes Basic de simulation de circuits. Un bon complément aux tra vaux pratiques. sur les boîtiers de commande classiques ont été fidèlement reproduits. L'élève ayant été formé sur ce tour pourra donc sans problème s'adapter à une commande d'un tour industriel comme le NUM 760 {une référence dans l'industrie). Performant, le logiciel développé par Multisoft gère la vitesse de la broche ainsi que les déplacements des chariots sur les deux RETOUR À L'ENVOYEUR axes du tour. L'usinage peut donc s'effectuer à vitesse Matra n'a pas de chance avec l'Éduca de coupe constante. Autre caractéristique intéres tion nationale : ses Alice n'avaient pas sante : le logiciel peut prendre en compte le tournage été retenus par le plan Informatique d'arcs de cercle supérieurs à 90°. Mais le fin du fin, pour tous. Depuis, Matra a abandonné c'est la multiprogrammation, une option que l'on ne la micro-informatique. Mais il restait trouve que sur les tours professionnels les plus so ses Max 10, qui par groupes de 8, de phistiqués : plusieurs programmes peuvent résider vaient équiper 314 ateliers implantés simultanément en mémoire. Une option très utile lors dans les lycées. Le contrat vient d'ètre qu'il s'agit d'usiner plusieurs pièces différentes mais dénoncé par !'Éducation nationale. Les ayant des éléments communs. Ainsi, pour fabriquer Max 10 étaient des machines proches les pièces d'un jeu d'échecs, la machine fera appel à de l'IBM PC, des 16 bits fonctionnant un premier programme pour la base invariable de la sous MSDOS. Mais leur lecteur de dis pièce, la partie variable sera ensuite réalisée à l'aide quettes était au format 31/2 pouces. Il d'un deuxième programme. Les soucis pédagogiques ne reste donc plus dans les établisse sont évidents : le logiciel propose deux types différents ments scolaires que les Max 20, de de simulation de l'usinage. L'élève peut avoir accès à vrais compatibles IBM PC, qui avaient une simulation complète de l'usinage de la pièce. La faitl'objetd'uncontratprécédent. partie logiciel, entièrement en assembleur, force l'ad _,, miration. Le programme, sur cartouche, vient occuper l'espace mémoire du Basic. Il laisse sur un MO 5 quelque 9 000 pas pour la programmation des commandes. On souhaiterait voir plus souvent des produits d'enseignement d'une telle qualité. Rubrique réalisée par Patrice REINHORN avec la collaboration de Patricia MARESCOT. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 25 février 1986 Page 1SVM numéro 25 février 1986 Page 2-3SVM numéro 25 février 1986 Page 4-5SVM numéro 25 février 1986 Page 6-7SVM numéro 25 février 1986 Page 8-9SVM numéro 25 février 1986 Page 10-11SVM numéro 25 février 1986 Page 12-13SVM numéro 25 février 1986 Page 14-15SVM numéro 25 février 1986 Page 16-17SVM numéro 25 février 1986 Page 18-19SVM numéro 25 février 1986 Page 20-21SVM numéro 25 février 1986 Page 22-23SVM numéro 25 février 1986 Page 24-25SVM numéro 25 février 1986 Page 26-27SVM numéro 25 février 1986 Page 28-29SVM numéro 25 février 1986 Page 30-31SVM numéro 25 février 1986 Page 32-33SVM numéro 25 février 1986 Page 34-35SVM numéro 25 février 1986 Page 36-37SVM numéro 25 février 1986 Page 38-39SVM numéro 25 février 1986 Page 40-41SVM numéro 25 février 1986 Page 42-43SVM numéro 25 février 1986 Page 44-45SVM numéro 25 février 1986 Page 46-47SVM numéro 25 février 1986 Page 48-49SVM numéro 25 février 1986 Page 50-51SVM numéro 25 février 1986 Page 52-53SVM numéro 25 février 1986 Page 54-55SVM numéro 25 février 1986 Page 56-57SVM numéro 25 février 1986 Page 58-59SVM numéro 25 février 1986 Page 60-61SVM numéro 25 février 1986 Page 62-63SVM numéro 25 février 1986 Page 64-65SVM numéro 25 février 1986 Page 66-67SVM numéro 25 février 1986 Page 68-69SVM numéro 25 février 1986 Page 70-71SVM numéro 25 février 1986 Page 72-73SVM numéro 25 février 1986 Page 74-75SVM numéro 25 février 1986 Page 76-77SVM numéro 25 février 1986 Page 78-79SVM numéro 25 février 1986 Page 80-81SVM numéro 25 février 1986 Page 82-83SVM numéro 25 février 1986 Page 84-85SVM numéro 25 février 1986 Page 86-87SVM numéro 25 février 1986 Page 88-89SVM numéro 25 février 1986 Page 90-91SVM numéro 25 février 1986 Page 92-93SVM numéro 25 février 1986 Page 94-95SVM numéro 25 février 1986 Page 96-97SVM numéro 25 février 1986 Page 98-99SVM numéro 25 février 1986 Page 100-101SVM numéro 25 février 1986 Page 102-103SVM numéro 25 février 1986 Page 104-105SVM numéro 25 février 1986 Page 106-107SVM numéro 25 février 1986 Page 108-109SVM numéro 25 février 1986 Page 110-111SVM numéro 25 février 1986 Page 112-113SVM numéro 25 février 1986 Page 114-115SVM numéro 25 février 1986 Page 116-117SVM numéro 25 février 1986 Page 118-119SVM numéro 25 février 1986 Page 120-121SVM numéro 25 février 1986 Page 122-123SVM numéro 25 février 1986 Page 124-125SVM numéro 25 février 1986 Page 126-127SVM numéro 25 février 1986 Page 128-129SVM numéro 25 février 1986 Page 130-131SVM numéro 25 février 1986 Page 132-133SVM numéro 25 février 1986 Page 134-135SVM numéro 25 février 1986 Page 136-137SVM numéro 25 février 1986 Page 138-139SVM numéro 25 février 1986 Page 140