SVM n°24 janvier 1986
SVM n°24 janvier 1986
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°24 de janvier 1986

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 149 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Amiga de Commodore.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
ESSAI FLASH Une imprimante moins chère et de meilleure qualité que la précédente, une interface RS232C dont étaient dépourvus jusqu'ici ici les Amstrad : voilà les deux périphériques les plus convaincants proposés par le constructeur britannique. L'utilité du synthétiseur de parole et du crayon optique est plus douteuse. MSTRAD Une gamme de périphériques à prix modérés Ci-dessus, synthétiseur de parole, crayon optique et interface RS232C. RS2.32C. A droite, l'imprimante DMP2000. " yOILÀ VOILÀ BIENTÔT TROIS MOIS QU'AMS-'AMStrad n'annonce pas de nouvelle ma- machine. Étonnant, non ? La firme an- anglaise qui a investi avec le succès que lon l'on sait le marché de la micro destinée au grand public se reposerait-elle sur ses lau- lauriers ? En réalité, il était temps pour elle de marquer une pause. Avec une gamme assez complète de machines commercialisées, Amstrad peut maintenant songer à consolider ses positions, et à calmer les esprits. Le faux pas du CPC 664, lancé puis condamné en l'espace de six mois, a donné l'alerte. Lasociété peut désormais consacrer une partie de ses efforts à enrichir lenvironnement l'environnement de ses ordinateurs. Ceci nous vaut la commercialisa- commercialisation d'une gamme de périphériques intéres- intéressants, et à bas prix, utilisables sur les Amstrad CPC 464 et 664 ainsi que sur le 6128. A noter'MATÉRIELS so- 1 TESTÉS: : Périphériques du commerce avec documen- documentation en français. qu'on ne peut les adapter au PCW 8256, l'ordi- l'ordinateur de traitement de texte spécialisé d'Amstrad. L'IMPRIMANTE DMP 2000 Deuxième imprimante commercialisée par Amstrad pour la gamme CPC, la DMP 2000 est à la fois moins chère (2 290 F TTC au lieu de 2 490 F) et plus performante que son aînée, la DMP-1. Certains acheteurs auront ainsi une raison de plus de se lamenter. Mais ne bou- boudons pas ce nouveau plaisir. Matricielle, sur 80 colonnes, riche de plusieurs polices de caractères, sa conception est également astu- astucieuse. Elle peut être étre surélevée gràce grâce à deux pieds rétractables : on peut ainsi loger des- dessous une rame de papier en continu. De plus, le papier en mode traction ou friction reste à plat quand il passe dans l'imprimante. Avec la DMP 2000 sont livrés le càble Gâble Centronics et un copieux manuel d'utilisation qui donne accès à toutes les richesses de la machine. 42 SCIENCE & 8r VIE MICRO N°24 JANVIER 1986 E f3.
À l'origine, l'imprimante est réglée sur le À l'origine, l'imprimante est réglée sur le standard américain. Avec un traitement de texte français par exemple, un petit réglage est nécessaire pour obtenir les caractères accentués, ou la cédille. Il suffit de basculer l'un des 18 micro-interrupteurs à l'arrière de la machine. Contrairement à de nombreuses autres imprimantes qu'il faut démonter pour accéder aux micro-interrupteurs commandant les différents modes d'impression, ceux de la DMP 2000 d'Amstrad sont tout à fait accessibles. Les six polices de caractères disponibles (Standard, Mini, NLQ, etc.) peuvent être associées à plusieurs fonctions : indice, exposant, italique, gras, double frappe. Quarante combinaisons sont ainsi possibles. La vitesse d'impression pourra varier entre 52 et 105 caractères par seconde suivant la police utilisée. Le Basic Amstrad commande directement la sélection des caractères, le format d'impression, les mouvements de chariot, le défilement du papier, et active les six modes graphiques différents qui impriment de 480 à 1 920 points par ligne. Le manuel d'utilisation donne par ailleurs les équivalences en Basic Microsoft (Sinclair, Oric, MSX), BBC et Commodore. La DMP 2000, par ses qualités, pourrait ainsi conquérir un marché encore plus vaste. Son seul défaut : le bruit. Il est vrai que pour un même rapport qualité/prix, la concurrence est muette standard américain. Avec un traitement de texte français par exemple, un petit réglage est nécessaire pour obtenir les caractères ac centués, ou la cédille. Il suffit de basculer l'un des 18 micro-interrupteurs à l'arrière de la machine. Contrairement à de nombreuses autres imprimantes qu'il faut démonter pour accéder aux micro-interrupteurs comman dant les différents modes d'impression, ceux de la DMP 2000 d'Amstrad sont tout à fait accessibles. Les six polices de caractères dis ponibles (Standard, Mini, NLQ, etc.) peuvent être associées à plusieurs fonctions : indice, exposant, italique, gras, double frappe. Qua rante combinaisons sont ainsi possibles. La vitesse d'impression pourra varier entre 52 et 105 caractères par seconde suivant la police utilisée. Le Basic Amstrad commande directe ment la sélection des caractères, le format d'impression, les mouvements de chariot, le défilement du papier, et active les six modes graphiques différents qui impriment de 480 à 192Œpoints par ligne. Le manuel d'utilisation donne par ailleurs les équivalences en Basic Microsoft (Sinclair, Oric, MSX), BBC et Commodore. La DMP 2000, par ses qualités, pourrait ainsi conquérir un marché encore plus vaste. Son seul défaut : le bruit. Il est vrai. que pour un même rapport qualité/prix, la concurrence est muette ! LE SYNTHÉTISEUR DE PAROLE SSA-1 LE SYNTHÉTISEUR DE PAROLE SSA-1 Ne rêvez pas : ce synthétiseur de parole ne vous permettra pas de tenir une conversation avec votre Amstrad. Ses possibilités sont plus modestes. De plus, il s'agit de la commercialisation, sans adaptation, du logiciel anglais. Mais le SSA-1 est un excellent moyen, pour 390 F, de s'initier aux arcanes de la synthèse vocale. Il consiste en un processeur de parole abrité par un boîtier, qui se loge sur le bus d'extension de l'ordinateur. Deux amplificateurs audio séparés mixent la parole à la sortie stéréo de l'ordinateur, en direction des deux mini-baffles fournis avec le synthétiseur. Pour pouvoir utiliser le système à partir du Basic, un logiciel sur cassette doit être chargé. Il ajoute au Locomotive Basic de l'Amstrad neuf commandes externes, et donne accès aux deux modes de programmation du synthétiseur vocal. Le premier, avec la commande I SAY, traite directement une chaine de caractères. Cette méthode, bien que simple et rapide, n'est cependant pas la panacée. Dans la plupart des cas, il vaudra mieux préférer la phonétique à l'orthographe I La deuxième méthode, plus précise, est fondée sur la combinaison de SCIENCE & VIE MICRO No 24 - JANVIER 1986 cinquante-neuf sons de base, appelés allophones, et de cinq temps de pause qui permettent de rythmer la prononciation. A chaque allophone est associée une adresse (de 0 à 63), qu'il suffit d'aligner derrière la commande I APHONE. Facile à dire mais moins évident à mettre en oeuvre, surtout avec une machine qui s'obstine à conserver son accent anglais ! Une expérience intéressante consiste à introduire les allophones de manière aléatoire et en continu. Deux lignes de Basic suffisent pour obtenir une logorrhée en pseudo-anglais du plus bel effet ! cinquante-neuf sons de base, appelés allo phones, et de cinq temps de pause qui per mettent de rythmer la prononciation. A cha que allophone est associée une adresse (de O à 63), qu'il suffit d'aligner derrière la commande 1 APHONE. Facile à dire mais moins évident à mettre en œuvre, surtout avec une machine qui s'obstine à conserver son accent anglais ! Une expérience intéres sante consiste à introduire les allophones de manière aléatoire et en continu. Deux lignes de Basic suffisent pour obtenir une logorrhée en pseudo-anglais du plus bel effet ! L'INTERFACE SÉRIE RS232C L'INTERFACE SÉRIE RS232C Du calme et pas de panique, vous devez Du calme et pas de panique, vous devez savoir, depuis le n ° 20 de Science et Vie Micro, l'essentiel sur l'interface la plus mystérieuse et la plus célèbre de la micro-informatique. En résumé, la RS232C d'Amstrad permet à votre CPC de s'ouvrir un peu plus au monde extérieur : elle permet non seulement l'utilisation d'imprimantes série, mais également l'échange de données à travers un modem ou le port série d'un autre ordinateur. Le matériel est simple : l'interface se présente sous la forme d'un gros boîtier relié par une nappe au bus d'extension de l'ordinateur. Elle possède son propre bus, ce qui permet de continuer à utiliser un lecteur de disquettes externe, et une petite alimentation séparée fournit les 5 volts nécessaires à son fonctionnement. Toute la difficulté vient des problèmes de câblage et des contraintes de logiciels. La documentation fournie permet toutefois de se tirer d'affaire dans les cas les plus courants.La mémoire morte contenue dans l'interface d'Amstrad ajoute une trentaine de commandes externes au Basic. Ces commandes mettent en oeuvre l'interface, en contrôlant la compatibilité (vitesse de transmission, synchronisation, temps d'arrêt, indications d'état) et gèrent les transferts de caractères, de blocs ou de fichiers, entre le CPC et une imprimante, un modem ou un autre ordinateur. Une dernière série de commandes active un émulateur PRESTEL (le système vidéotex anglais), peu utile en France. En tout cas, Amstrad ouvre pour 590 F une porte sur l'univers rude de la norme RS232C. Rude, car l'imprécision de la norme impose réglages et tâtonnements. savoir, depuis le n ° 20 de Science et Vie Micro, l'essentiel sur l'intetface la plus mysté rieuse et la plus célèbre de la microinformati que. En résumé, la RS232C d'Amstrad permet à votre CPC de s'ouvrir un peu plus au monde extérieur : elle permet non seulement l'utilisa tion d'imprimantes série, mais également l'échange de données à travers un modem ou le port série d'un autre ordinateur. Le matériel est simple : l'intetface se présente sous la forme d'un gros boîtier relié par une nappe au bus d'extension de l'ordinateur. Elle possède son propre bus. ce qui permet de continuer à utiliser un lecteur de disquettes externe. et une petite alimentation séparée fournit les 5 volts nécessaires à son fonctionnement. Toute la difficulté vient des problèmes de câblage et des contraintes de logiciels. La Ne rêvez pas : ce synthétiseur de parole ne documentation fournie permet toutefois de se vous permettra pas de tenir une conversation tirer d'affaire dans les cas les plus courants.La avec votre Amstrad. Ses possibilités sont plus mémoire morte contenue dans l'intetface LE CRAYON OPTIQUE LP-1 Dans cette livraison de périphériques, il s'agit probablement du seul faux pas. Pour une fois, Amstrad a, semble-t-il, dù accepter des concessions sur la qualité pour proposer un prix compétitif. Le crayon optique se bran- che sur l'intetface manettes de jeu de nïm che sur l'interface manettes de jeu de n'importe quelle machine de la gamme CPC. Très léger, ce qui n'est pas forcément une qualité, le crayon est conçu avec un système différent de celui popularisé par Thomson. Il n'intègre pas d'interrupteur qui permette de travailler directement sur l'écran. Chaque sélection doit se faire en validant par une touche du clavier. Avec le crayon est fourni un logiciel de dessin, sur cassette. Il s'agit d'un programme Basic non protégé, ce qui permet, d'une part, de le copier sur disquette pour un accès plus rapide, d'autre part de réutiliser les routines de gestion du crayon dans un autre programme. A l'usage, l'ensemble crayon-logiciel se révèle peu convaincant, d'une lenteur exaspérante et d'une fiabilité parfois douteuse. Utilisable uniquement sur moniteur couleur, il est indispensable de régler soigneusement la luminosité de celui-ci pour parvenir à un résultat convenable. Le logiciel de dessin par lui-même ne présente aucune originalité. Il propose deux modes : 16 couleurs parmi 27 et une résolution de 160 x 200 points ; 4 couleurs parmi 27 et une résolution de 320 x 200. La plupart des fonctions classiques sont présentes : tracé de droite, de rectangle, de cercle, de triangle, remplissage, copie, loupe, changement de papier, d'encre, dessin à main levée (très difficile à pratiquer : le crayon n'est pas assez fiable), et bien sùr sauvegarde, chargement sur cassette ou disquette, et impression. L'intérêt de l'ensemble reste mystérieux. Même à ce prix (290 F), on aurait souhaité un peu plus d'imagination et de fiabilité. YannGARRET porte quelle machine de la gamme CPC. Très léger, ce qui n'est pas forcément une qualité, le crayon est conçu avec un système différent de celui popularisé par Thomson. Il n'intègre pas d'interrupteur qui permette de travailler directement sur lécran. Chaque sélection doit se faire en validant par une touche du clavier. Avec le crayon est fourni un logiciel de dessin, sur cassette. Il s'agit d'un programme Basic non protégé, ce qui permet, d'une part, de le copier sur disquette pour un accès plus rapide, d'autre part de réutiliser les routines de gestion du crayon dans un autre pro gramme. A l'usage, l'ensemble crayon-logiciel se révèle peu convaincant, d'une lenteur exaspérante et d'une fiabilité patfois dou teuse. utilisable uniquement sur moniteur couleur, il est indispensable de régler soi gneusement la luminosité de celui-ci pour parvenir à un résultat convenable. Le logiciel de dessin par lui-même ne pré sente aucune originalité. Il propose deux modes : 16 couleurs parmi 27 et une résolu tion de 160 x 200 points ; 4 couleurs parmi 27 et une résolution de 320 x 200. La plupart des fonctions classiques sont présentes : tracé de droite, de rectangle, de cercle, de triangle, remplissage, copie, loupe, changement de pa pier, d'encre, dessin à main levée (très difficile à pratiquer : le crayon n'est pas assez fiable), et bien sûr sauvegarde, chargement sur cas sette ou disquette, et impression. L'intérêt de l'ensemble reste mystérieux. Même à ce prix (290 F), on aurait souhaité un peu plus dïma gination et de fiabilité. Caractéristiques modestes. De plus, il s'agit de la commerciali d'Amstrad ajoute une trentaine de comman Caractéristiques sation, sans adaptation, du logiciel anglais. des externes au Basic. Ces commandes met Mais le SSAl est un excellent moyen, pour tent en œuvre l'intetface, en contrôlant la DMP 2000 : YannGARRET DMP 2000 : - Imprimante matricielle à impact. - Vitesse : 105 cps maximum. - 6 caractères différents. - Interface parallèle. - Prix : 2 290 F. SSA-1 - Synthétiseur de parole. - 59 allophones et 5 pauses. - Deux amplificateurs de 200 mW. - Prbc : 390 F. RS232C - Interface série avec logiciel en mémoire morte. - Vitesse de transmission : de 19 200 à 50 bauds ; 9 600 bauds par défaut. - Alimentation : 5 V, externe. - Prix : 590 F. LP-1 - Crayon optique. - Logiciel de dessin sur cassette. - Prix : 290 F. - Distributeur : Amstrad. 390 F, de s'initier aux arcanes de la synthèse compatibilité (vitesse de transmission, syn Imprimante matricielle à impact. vocale. Il consiste en un processeur de parole chronisation, temps d'arrêt, indications Vitesse : 105 cps maximum. abrité par un boîtier, qui se loge sur le bus d'état) et gèrent les transferts de caractères, 6 caractères différents. d'extension de l'ordinateur. Deux amplifica de blocs ou de fichiers, entre le CPC et une Interface parallèle. teurs audio séparés mixent la parole à la imprimante, un modem ou un autre ordina Prix : 2 290f. sortie stéréo de l'ordinateur, en direction des teur. Une dernière série de commandes active SSA 1 deux mini-baffles fournis avec le synthétiseur. un émulateur PREST EL (le système vidéotex Synthétiseur de parole.. 59 allophones et 5 pauses. Pour pouvoir utiliser le système à partir du anglais), peu utile en France. En tout cas,. Deuxampllflcateursde200mW. Basic, un logiciel sur cassette doit être chargé. Amstrad ouvre pour 590 F une porte sur l'uni. Prix : 390f. Il ajoute au Locomotive Basic de l'Amstrad vers rude de la norme RS232C. Rude, car RS232C neuf commandes externes, et donne accès l'imprécision de la norme impose réglages et. Interface série avec logiciel en mémoire aux deux modes de programmation du syn tâtonnements. morte. thétiseur vocal.. Vitesse de transmission : de 19 200 à 50 Le premier, avec la commande ISAY, traite LECRAYONOPTIQUELPl bauds ; 9600baudspardéfaut. directement une chaîne de caractères. Cette. Alimentation : 5 V,e,xteme. méthode, bien que simple et rapide, n'est Dans cette livraison de périphériques, il Prix : 590f. cependant pas la panacée. Dans la plupart s'agit probablement du seul faux pas. Pour LP 1 des cas, il vaudra mieux préférer la phonéti une fois, Amstrad a, semblet-il, dû accepter Crayon optique. que à lorthographe ! La deuxième méthode, des concessions sur la qualité pour proposer Logiciel de dessin sur cassette. plus précise, est fondée sur la combinaison de un prix compétitif. Le crayon optique se bran Prix : 290f. !. Distributeur : Amstrad. SCIENCE tt VIE MICRO 1'1° 24 JANVIER 1986 43 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 24 janvier 1986 Page 1SVM numéro 24 janvier 1986 Page 2-3SVM numéro 24 janvier 1986 Page 4-5SVM numéro 24 janvier 1986 Page 6-7SVM numéro 24 janvier 1986 Page 8-9SVM numéro 24 janvier 1986 Page 10-11SVM numéro 24 janvier 1986 Page 12-13SVM numéro 24 janvier 1986 Page 14-15SVM numéro 24 janvier 1986 Page 16-17SVM numéro 24 janvier 1986 Page 18-19SVM numéro 24 janvier 1986 Page 20-21SVM numéro 24 janvier 1986 Page 22-23SVM numéro 24 janvier 1986 Page 24-25SVM numéro 24 janvier 1986 Page 26-27SVM numéro 24 janvier 1986 Page 28-29SVM numéro 24 janvier 1986 Page 30-31SVM numéro 24 janvier 1986 Page 32-33SVM numéro 24 janvier 1986 Page 34-35SVM numéro 24 janvier 1986 Page 36-37SVM numéro 24 janvier 1986 Page 38-39SVM numéro 24 janvier 1986 Page 40-41SVM numéro 24 janvier 1986 Page 42-43SVM numéro 24 janvier 1986 Page 44-45SVM numéro 24 janvier 1986 Page 46-47SVM numéro 24 janvier 1986 Page 48-49SVM numéro 24 janvier 1986 Page 50-51SVM numéro 24 janvier 1986 Page 52-53SVM numéro 24 janvier 1986 Page 54-55SVM numéro 24 janvier 1986 Page 56-57SVM numéro 24 janvier 1986 Page 58-59SVM numéro 24 janvier 1986 Page 60-61SVM numéro 24 janvier 1986 Page 62-63SVM numéro 24 janvier 1986 Page 64-65SVM numéro 24 janvier 1986 Page 66-67SVM numéro 24 janvier 1986 Page 68-69SVM numéro 24 janvier 1986 Page 70-71SVM numéro 24 janvier 1986 Page 72-73SVM numéro 24 janvier 1986 Page 74-75SVM numéro 24 janvier 1986 Page 76-77SVM numéro 24 janvier 1986 Page 78-79SVM numéro 24 janvier 1986 Page 80-81SVM numéro 24 janvier 1986 Page 82-83SVM numéro 24 janvier 1986 Page 84-85SVM numéro 24 janvier 1986 Page 86-87SVM numéro 24 janvier 1986 Page 88-89SVM numéro 24 janvier 1986 Page 90-91SVM numéro 24 janvier 1986 Page 92-93SVM numéro 24 janvier 1986 Page 94-95SVM numéro 24 janvier 1986 Page 96-97SVM numéro 24 janvier 1986 Page 98-99SVM numéro 24 janvier 1986 Page 100-101SVM numéro 24 janvier 1986 Page 102-103SVM numéro 24 janvier 1986 Page 104-105SVM numéro 24 janvier 1986 Page 106-107SVM numéro 24 janvier 1986 Page 108-109SVM numéro 24 janvier 1986 Page 110-111SVM numéro 24 janvier 1986 Page 112-113SVM numéro 24 janvier 1986 Page 114-115SVM numéro 24 janvier 1986 Page 116-117SVM numéro 24 janvier 1986 Page 118-119SVM numéro 24 janvier 1986 Page 120-121SVM numéro 24 janvier 1986 Page 122-123SVM numéro 24 janvier 1986 Page 124-125SVM numéro 24 janvier 1986 Page 126-127SVM numéro 24 janvier 1986 Page 128-129SVM numéro 24 janvier 1986 Page 130-131SVM numéro 24 janvier 1986 Page 132