SVM n°24 janvier 1986
SVM n°24 janvier 1986
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°24 de janvier 1986

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 149 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Amiga de Commodore.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
LOGICIELS DE JEUX Suite de la page 101 vers l'écran, une image en gros plan vous montre sa position, que vous devez corriger à tout moment. Conserver les skis parallèles, les jambes raides et le corps en avant de- demande des réactions rapides et précises. La dernière épreuve, le bobsleigh, sans doute la moins sophistiquée de toutes, est cependant la plus spectaculaire. En effet, la piste de glace à travers laquelle vous foncez est représentée en trois dimensions, et vous devez monter le plus haut possit>le possible dans les virages relevés pour gagner de la vitesse, en évitant toutefois de vous renverser. Il faut pour cela compenser la force centrifuge qui vous pousse à l'extérieur des courbes, en déplaçant la manette dans la direction du virage. Si vous voulez avoir une chance de battre les records du monde qui sont stockés sur la disquette, vous avez intérét intérêt à vous entraîner entrainer intensivement ! Chaque épreuve est accompagnée d'un morceau de musique dif- différent, et lorsque vous vou.s gagnez, l'hymne natio- national du pays pour lequel vous avez concouru se fait entendre 1 ! Le chargement du pro- programme et les accès disque en général sont étonnamment rapides lorsque l'on connaît connait la lenteur du lecteur de disquettes. Graphisme, son et animation sont irréprochables, et la qualité générale du programme est encore renforcée par la notice en français qui fournit, pour les possesseurs de la version cassette, la position des épreuves sur la bande. Un excel- excellent programme, que ne né peuvent manquer les amateurs de simulation sportive. Disquette : 200 F.f. Existe aussi sur Apple H, Il, bientôt sur Amstrad et Thomson. Cassette 120 F.f. Edité par Epyx, distribué par RCA. RO ONTlfBRUN THE A LA SUITE D'EXPÉRIMENTATIONS mal contrôlées d'armes chimi- chimiques, un accident a provoqué la contamination de toute une ré- région, dont la faune et la flore ont subi d'étranges mutations. Le département de la Défense a fait appel à vos services pour récupérer d'étran- six reliele*****nta fioles de produits chimiques éparpillées au sein d'un labyrinthe végétal. Equipé d'une combinaison étanche et d'une fusée dorsale, GRAPHISME 9/10 E ANIMATION 8/10 SON 7/10 ERGONOMIE 8/10 RICHESSE 8/10 » » » » > » » » » » » » » » » » » » » > » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » > vous disposez d'une heure pour récupérer tous les flacons. Tout contact avec une créa-.. ture hostile vous fait perdre de l'énergie, lénergie, ce qui pourra vous conduire à la mort. Denombreux De- objets sont dispersés à tra- travers les 300 écrans du jeu ; leur utilité ne vous étant pas dévoilée dans la notice en anglais, c'est donc au cours d'expériences successi- successives que vous apprendrez à vous en servir. Certains se contentent d'augmenter votre ré- réserve d'énergie, alors que d'autres peuvent permettre l'accès à des parties secrètes du labyrinthe. Vous pourrez même découvrir de petites bombes à énergie, qui détruiront en un clin d'œil d'oeil toutes les infâmes créatures pré- présentes sur l'écran. Le personnage, que vous contrôlez à partir de la manette ou du clavier, peut tirer dans toutes les directions, tout en volant au-dessus des champignons cauchemardesques qui constituent le principal décor du jeu. Le haut de l'écran indique votre score, le nombre de flacons retrouvés, et enfin le temps et l'éner- l'énergie restants. Comme vous pouvez le constater, On the Run ne brille pas particulièrement par son originalité, mais il faut signaler que Design Design (autrefois connu sous le nom de Crys- Crystal Software) fut à l'origine du genre « arcadeaventure, en en lançant sur le le Spectrum en 1983 arcade- Halls ofthings.. I> Cassette : 110llO F.f. Edité par Design Design, distribué par Coconut. FIGlfTINO FIGHTING WARRIOR _._. a13) )))))))))).. APRÈS A EXPLODING FIST (VOIR SVM n°21), Melbourne House flouse continue dans la veine, voire le filon, des jjeux de combat, décidément très en vogue actuellement. Pour varier un peu le genre, l'action se passe cette fois-ci au coeur cœur de l'Égypte ancienne. Le pharaon a décidé d'offrir votre dulcinée en sacrifice aux dieux, mais vous n'êtes n'ètes pas du mème même avis et, armé ( ( ((' (de votre seul glaive, vous partez libérer la belle princesse. Mais avant d'atteindre le tem- temple où elle est enfermée, vous devrez lutter contre de nombreux monstres mythologiques ramenés à la vie par les magiciens du pha- pharaon. Sur votre route se trouvent des objets magiques, mais il faut apprendre à les distin- distinguer pour laisser de côté ceux qui possèdent des pouvoirs maléfiques. Votre personnage, guidé à partir de la manette ou du clavier, peut avancer, reculer, sauter ou se baisser et peut frapper en trois endroits différents avec son glaive. Votre force ainsi que celle de votre adversaire est représentée par une rangée de chevrons au bas de l'écran. De temps à autre, une flèche traverse l'écran, lécran, que vous devez ► Cassette : 99 F.f. Existe aussi pour Sinclair Spectrum et Commodore 64. Edité par Mel- Melbourne House, flouse, distribué par Coconut. éviter tout en continuant à combattre. Vos adversaires sont multiples, et leur force aug- augmente au cours de votre progression. Péné- Pénétrer dans le temple ne mettra pas pour autant fin à vos ennuis puisque les magiciens tente- tenteront d'anéantir votre force. Bien que les créa- créatures et le décor soient assez variés, le jeu pèche par sa pauvreté d'action : on est loin des dix-huit mouvements du karatéka d'Ex- d'Exploding Fist, et les combats sont répétitifs. Si le graphisme et l'animation sont excellents, la musique est monotone et les bruitages ré- réduits à leur plus simple expression. La notice est en français pour ce programme qui plaira sans doute aux plus jeunes. GRAPHISME 9/10 ANIMATION 8/10 SON 4/10 >lm ERGONOMIE 8/10 RICHESSE 6/10 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » > 102 SCIENCE SCUNCElk Br VIE MICRO ! "1° N" 24 JANVIER 1986
LB CINQUIÈMBAXE LE CINQUIÈME AXE DEPUIS LE GRAND CATACLYSME DE DEPUIS LE GRAND CATACLYSME DE 2410, la civilisation s'est reconstruite sur de saines bases de sagesse et de paix. Pourtant, le savant Gem B. Dick n'a pas hésité à enfreindre les règles de la coopération scientifique, en construisant en secret sur son planétoïde artificiel 2410, la civilisation s'est reconstruite sur de saines bases de sagesse et de paix. Pourtant, le savant Gem B. Dick n'a pas hésité à enfreindre les règles de la coopération scientifique, en construisant en secret sur son planétoïde artificiel NOm:STEF Vit.. If.e Seme Axe:05. ? ! II MMUMMIMMIÏ ; • une machine à voyager dans le temps, qu'il a une machine à voyager dans le temps, qu'il a expérimentée sans prendre de précautions. Après quelques voyages réussis, la machine a explosé et s'est désagrégée dans l'espacetemps, perturbant gravement la trame spatiotemporelle, ce qui menace l'existence même de l'univers. Le seul moyen d'éviter la catastrophe serait de récupérer les morceaux de la machine éparpillés dans diverses périodes temporelles. De nombreux objets hétéroclites ont été ramenés par la machine lors de ses précédents voyages et sont dispersés à travers le planétoïde. Il suffit d'en ramasser un certain nombre pour provoquer une déformation spatio-temporelle susceptible de vous catapulter dans le passé pendant une trentaine de secondes, vous permettant ainsi de récupérer une des pièces de la machine. Comme toute station spatiale qui se respecte, le planétoïde est habité par de nombreux Cyborgs, mais ces êtres artificiels entièrement dévoués à l'homme, et déréglés au moment de l'accident, s'attaquent désormais à n'importe qui ! L'utilisation d'armes à l'intérieur du planétoïde présente de graves dangers, aussi combattrez-vous les Cyborgs à mains nues. Car, si vous avez été choisi parmi des milliers de volontaires, c'est grâce à votre parfaite maîtrise de la boxe française (un ancien sport de combat pratiqué avant le Grand cataclysme). Le planétoïde comporte 16 étages parsemés de trous, accessibles grâce à nombre d'élévateurs disposés çà et là. Votre personnage, guidé à partir du clavier ou de la manette, peut marcher, courir ou sauter pardessus les trous, tandis que le décor défile dans le sens du déplacement. Vous pouvez aussi frapper les Cyborgs qui vous attaquent mais les combats contre ces créatures vous font perdre quelques points de vitalité, aussi est-il conseillé de fuir, tout en évitant de chuter de plus d'un étage. En plus de la vitalité qui conditionne votre durée de vie, deux autres paramètres influent sur le comporte- expérimentée sans prendre de précautions. Après quelques voyages réussis, la machine a explosé et s'est désagrégée dans l'espacetemps, perturbant gravement la trame spatiotemporelle, ce qui menace l'existence même de l'univers. Le seul moyen d'éviter la catastrophe serait de récupérer les morceaux de la machine éparpillés dans diverses périodes temporelles. De nombreux objets hétéroclites ont été ramenés par la machine lors de ses précédents voyages et sont dispersés à travers le planétoïde. Il suffit d'en ramasser un certain nombre pour provoquer une déformation spatio-temporelle susceptible de vous catapulter dans le passé pendant une trentaine de secondes, vous permettant ainsi de récupérer une des pièces de la machine. Comme toute station spatiale qui se respecte, le planétoïde est habité par de nombreux Cyborgs, mais ces êtres artificiels entièrement dévoués à l'homme, et déréglés au moment de l'accident, s'attaquent désormais à n'importe qui ! L'utilisation d'armes à l'intérieur du planétoïde présente de graves dangers, aussi combattrez-vous les Cyborgs à mains nues. Car, si vous avez été choisi parmi des milliers de volontaires, c'est grâce à votre parfaite maitrise de la boxe française (un ancien sport de combat pratiqué avant le Grand cataclysme). Le planétoïde comporte 16 étages parsemés de trous, accessibles grâce à nombre d'élévateurs disposés çà et là. Votre personnage, guidé à partir du clavier ou de la manette, peut marcher, courir ou sauter pardessus les trous, tandis que le décor défile dans le sens du déplacement. Vous pouvez aussi frapper les Cyborgs qui vous attaquent mais les combats contre ces créatures vous font perdre quelques points de vitalité, aussi est-il conseillé de fuir, tout en évitant de chuter de plus d'un étage. En plus de la vitalité qui conditionne votre durée de vie, deux autres paramètres influent sur le comporte- ment de votre personnage : la force au combat, et l'agilité. Une option au début de la partie vous permet de modifier ces paramètres dans la limite des points disponibles. Lorsque vous êtes projeté dans le passé, le décor change en fonction de l'époque (il y en a 10), et vous devez surmonter divers pièges et épreuves avant d'atteindre une des pièces de la machine. Puis, vous retournez sur le planétoïde pour affronter des Cyborgs encore plus agressifs... Enfin un jeu réellement amusant sur Thomson ! Le personnage principal est animé de façon extrêmement réaliste (il ressemble d'ailleurs étrangement au héros d'• Impossible Mission• sur Commodore, mais qui s'en plaindrait ?), et le diriger est un véritable plaisir. Le graphisme est de bonne qualité, et les couleurs sont utilisées intelligemment, de façon à éviter les habituels problèmes du ► Cassette : 180 F. Édité par Loriciels. luN JEU BASÉ SUR UN GYROSCOPE ? Décidément, les éditeurs de jeux ne savent plus quoi inventer pour nous faire tourner la tête. Le principe est simple mais il fallait y penser : vous devez guider un gyroscope le plus vite possible à travers cinq parcours parsemés d'embûches. Chaque parcours comprend quatre écrans où sont représentés en perspective des décors futuristes avec terrasses, passerelles étroites et descentes vertigineuses. Qu'il soit contrôlé à partir du clavier ou de la manette, le gyroscope est difficile à manipuler dans les premiers temps, à cause de son inertie importante qui oblige à anticiper le moindre mouvement. De plus, les champs magnétiques comme les dalles glissantes, localisés aux endroits les plus dangereux, demanderont beaucoup d'entraînement pour pouvoir être franchis avec succès. Vous perdez une de vos sept vies à chaque fois que vous tombez dans un trou, lorsque vous êtes touché par une des créatures qui se promènent parfois sur les terrasses, ou encore quand vous dépassez le temps qui vous est imparti pour accomplir le parcours. A l'arrivée, un bonus est calculé en fonction du temps restant, et vous redémarrez sur un parcours plus difficle. Heureusement, vous ré- Thomson (voir• Coliséum• SVM n°23). La documentation en français est excellente, mais elle est stockée sur la cassette, avant le programme lui-même. Cette détestable habitude, qui semble propre à certains éditeurs français, non seulement augmente le temps de chargement, mais encore facilite le piratage et interdit la recherche d'un renseignement en cours de partie. D'autre part, le programme testé se• plante• après environ 15 minutes d'utilisation. D'après Loriciels, ce problème n'existerait que sur les toutes premières versions du logiciel, et devrait être corrigé à l'heure où vous lisez ces lignes. Espérons-le, car il serait dommage de gâcher ce qui est actuellement le meilleur jeu d'action sur Thomson ! > GRAPHISME 8/10 ; ANIMATION 9/10 SON 7/10 >' ; ERGONOMIE 8/10 RICHESSE 8/10 » » » » » » >) » » » » > » » » » » » » > GYROSCOPE coltez une vie supplémentaire tous les mille points. Il est presque inutile de lire la notice, rédigée en anglais. Ce programme, qui est une adaptation du jeu d'arcades• Marbles Madness., est assorti des meilleurs effets sonores qu'il nous ait été donné d'entendre sur le Spectrum, et le graphisme y est poussé dans ses derniers retranchements. ► Cassette : 100 F. Édité par Melbourne House, distribué par Coconut. » GRAPHISME 10/10 ANIMATION 8/10 SON 10/10 ERGONOMIE 7/10 RICHESSE 7/10 » » » » » > » » » » » » » » » » » » » > SCIENCE & VIE MICRO N°24 -JANVIER 1986 103 SCIENCE l ! r VIE MICRO l"l 0 24 JAl'IVIER 1986 Pour Toms on NO 5, TO 7/70 ment de votre personnage : la force au combat, et l'agilité. Une option au début de la partie vous permet de modifier ces paramètres dans la limite des points disponibles. Lorsque vous êtes projeté dans le passé, le décor change en fonction de l'époque (il y en a 10), et vous devez surmonter divers pièges et épreuves avant d'atteindre une des pièces de la machine. Puis, vous retournez sur le planétoïde pour affronter des Cyborgs encore plus agressifs... Enfin un jeu réellement amusant sur Thomson ! Le personnage principal est animé de façon extrêmement réaliste (il ressemble d'ailleurs étrangement au héros d" Impossible Mission• sur Commodore, mais qui s'en plaindrait ?), et le diriger est un véritable plaisir. Le graphisme est de bonne qualité, et les couleurs sont utilisées intelligemment, de façon à éviter les habituels problèmes du..,.. Cassette : 180 F. Edité par Loriciels. U Thomson (voir• Coliséum• SVM n°23). La documentation en français est excellente, mais elle est stockée sur la cassette, avant le programme lui-même. Cette détestable habitude, qui semble propre à certains éditeurs français, non seulement augmente le temps de chargement, mais encore facilite le piratage et interdit la recherche d'un renseignement en cours de partie. D'autre part, le programme testé se• plante• après environ 15 minutes d'utilisation. D'après Loriciels, ce problème n'existerait que sur les toutes premières versions du logiciel, et devrait être corrigé à l'heure où vous lisez ces lignes. Espérons-le, car il serait dommage de gâcher ce qui est actuellement le meilleur jeu d'action sur Thomson ! GRAPHISME ANIMATION SON ERGONOMIE RICHESSE » 8/10 9/10 7/10 8/10 8/10 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » OYROSCOPB Pour Sinclair Speètrum N JEU BASÉ SUR UN GYROSCOPE ? Décidément, les éditeurs de jeux ne savent plus quoi inventer pour nous faire tourner la tête. Le principe est simple mais il fallait y penser : vous devez guider un gyroscope le plus vite possible à travers cinq parcours parsemés d'embûches. Chaque parcours comprend quatre écrans où sont représentés en perspective des décors futuristes avec terrasses, passerelles étroites et descentes vertigineuses. Qu'il soit contrôlé à partir du clavier ou de la manette, le gyroscope est difficile à manipuler dans les premiers temps, à cause de son inertie importante qui oblige à anticiper le moindre mouvement. De plus, les champs magnétiques comme les dalles glissantes, localisés aux endroits les plus dangereux, demanderont beaucoup d'entrainement pour pouvoir être franchis avec succès. Vous perdez une de vos sept vies à chaque fois que vous tombez dans un trou, lorsque vous êtes touché par une des créatures qui se promènent parfois sur les terrasses, ou encore quand vous dépassez le temps qui vous est imparti pour accomplir le parcours. A l'arrivée, un bonus est calculé en fonction du temps restant, et vous redémarrez sur un parcours plus difficle. Heureusement, vous ré coltez une vie supplémentaire tous les mille points. Il est presque inutile de lire la notice, rédigée en anglais. Ce programme, qui est une adaptation du jeu d'arcades• Marbles Madness., est assorti des meilleurs effets sonores qu'il nous ait été donné d'entendre sur le Spectrum, et le graphisme y est poussé dans ses derniers retranchements...,.. Cassette : 100f. Edité par Me/boume House, distribué par Coconut. GRAPHISME ANIMATION SON ERGONOMIE RICHESSE 10/10 8/10 10/10 7/10 7/10 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » > 103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 24 janvier 1986 Page 1SVM numéro 24 janvier 1986 Page 2-3SVM numéro 24 janvier 1986 Page 4-5SVM numéro 24 janvier 1986 Page 6-7SVM numéro 24 janvier 1986 Page 8-9SVM numéro 24 janvier 1986 Page 10-11SVM numéro 24 janvier 1986 Page 12-13SVM numéro 24 janvier 1986 Page 14-15SVM numéro 24 janvier 1986 Page 16-17SVM numéro 24 janvier 1986 Page 18-19SVM numéro 24 janvier 1986 Page 20-21SVM numéro 24 janvier 1986 Page 22-23SVM numéro 24 janvier 1986 Page 24-25SVM numéro 24 janvier 1986 Page 26-27SVM numéro 24 janvier 1986 Page 28-29SVM numéro 24 janvier 1986 Page 30-31SVM numéro 24 janvier 1986 Page 32-33SVM numéro 24 janvier 1986 Page 34-35SVM numéro 24 janvier 1986 Page 36-37SVM numéro 24 janvier 1986 Page 38-39SVM numéro 24 janvier 1986 Page 40-41SVM numéro 24 janvier 1986 Page 42-43SVM numéro 24 janvier 1986 Page 44-45SVM numéro 24 janvier 1986 Page 46-47SVM numéro 24 janvier 1986 Page 48-49SVM numéro 24 janvier 1986 Page 50-51SVM numéro 24 janvier 1986 Page 52-53SVM numéro 24 janvier 1986 Page 54-55SVM numéro 24 janvier 1986 Page 56-57SVM numéro 24 janvier 1986 Page 58-59SVM numéro 24 janvier 1986 Page 60-61SVM numéro 24 janvier 1986 Page 62-63SVM numéro 24 janvier 1986 Page 64-65SVM numéro 24 janvier 1986 Page 66-67SVM numéro 24 janvier 1986 Page 68-69SVM numéro 24 janvier 1986 Page 70-71SVM numéro 24 janvier 1986 Page 72-73SVM numéro 24 janvier 1986 Page 74-75SVM numéro 24 janvier 1986 Page 76-77SVM numéro 24 janvier 1986 Page 78-79SVM numéro 24 janvier 1986 Page 80-81SVM numéro 24 janvier 1986 Page 82-83SVM numéro 24 janvier 1986 Page 84-85SVM numéro 24 janvier 1986 Page 86-87SVM numéro 24 janvier 1986 Page 88-89SVM numéro 24 janvier 1986 Page 90-91SVM numéro 24 janvier 1986 Page 92-93SVM numéro 24 janvier 1986 Page 94-95SVM numéro 24 janvier 1986 Page 96-97SVM numéro 24 janvier 1986 Page 98-99SVM numéro 24 janvier 1986 Page 100-101SVM numéro 24 janvier 1986 Page 102-103SVM numéro 24 janvier 1986 Page 104-105SVM numéro 24 janvier 1986 Page 106-107SVM numéro 24 janvier 1986 Page 108-109SVM numéro 24 janvier 1986 Page 110-111SVM numéro 24 janvier 1986 Page 112-113SVM numéro 24 janvier 1986 Page 114-115SVM numéro 24 janvier 1986 Page 116-117SVM numéro 24 janvier 1986 Page 118-119SVM numéro 24 janvier 1986 Page 120-121SVM numéro 24 janvier 1986 Page 122-123SVM numéro 24 janvier 1986 Page 124-125SVM numéro 24 janvier 1986 Page 126-127SVM numéro 24 janvier 1986 Page 128-129SVM numéro 24 janvier 1986 Page 130-131SVM numéro 24 janvier 1986 Page 132