SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
face qui pennettra de créer une passerelle entre un réseau de type Ethernet (le standard actuel le fait en matière de réseau) et le ré seau local à jeton d'IBM. En adoptant ainsi des technologies connues (passage dù jeton et des nonnes 802.2 et 802.5), IBM annonce implicitement les produits qui pennettent de communiquer avec les autres technologies de réseau local. Altjourd'hui et demain L'avantage est double : il pennet d'une part de ne pas renoncer aux installations existan tes (l'utilisateur peut choisir l'anneau à jeton sans remettre en cause ses investissements précédents) tout en s'engageant dahs la voie d'une technologie porteuse d'avenir puis qu'elle soustend l'utilisation à tenne de plu sieurs sources (voix, données, image, son) sur un seul et même canal, même s'il doit s'améliorer en intégrant plus tard les fibres optiques. Ce câble, dont les caractéristiques techniques correspondent aux différentes an nonces d'IBM sur son propre système de câ blage, relie chaque ordinateur personnel à une unité de raccordement multistation (IBM 8228). Pour être plus précis, le système de câblage IBM comporte deux types de câble que ce réseau devrait pouvoir supporter. Le premier (dit de type 1) est une paire de fils torsadés qui pennet une vitesse théorique de transmission de 16 Mbps (millions de bits par seconde). Sur ce type de câble, 260 stations peuvent être reliées simultanément avec une distance maximum de 100 mètres entre un micro-ordinateur et son unité de raccorde ment. Mais au type 1 peut se substituer le type 3, qui autorise des perfonnances moins élevées : 4 Mbps de vitesse de transfert, 72 stations connectables simultanément et 45 mètres de distance maximumentre le/V1 111uuu111- x-r,.: ; » : >. La simplicité du cablage en étoile due à la boîte de raccordement. LES ANNONCES IBM ENMATJJRE DE RÉSEAUX WCAUX Septembre 1983 : démonstration publi que à l'exposition Telecom'83 à Genè,ve d'un prototype de réseau local à jeton baptisé l'an neau de Zurich. Septembre 1984 : IBM annonce son inten tion de mettre en oeuvre, dans les deux ou trois prochaines années, un réseau local à jeton, le système de câblage IBM correspon dant au type 1 reconnu par l'ISO.lllême date : déclaration d'intention visant à décider l'interconnexion du réseau local en anneau à jeton avec le réseau local d'ordina teurs personnels PC Network. Fin 1984 : IBM annonce le type 1 de son système de câblage (câble simple avec paire torsadée).lllars 1985 : IBM intègre les éléments du PC Network dans son catalogue. l'lovembre 1985 : présentation officielle avec le système de câblage de type 3 et les produits programmes pennettant d'intercon necter ce réseau local au monde de la micro informatique, des mini-ordinateurs et même des grands systèmes. 90 micro et son unité de raccordement. En revan che, le canal utilise également une paire de fils torsadés non blindés qui pennettra de faire circuler conjointement la voix et les don nées, ce qui n'est pas le cas du câblage de type 1. L'anneau à jeton muni de ce type de câblage semble accuser moins de dégrada tions de perfonnances que son concurrent Ethernet par exemple, mais il est impossible de faire circuler sur la bande de base simulta nément la voix et les données, à moins de numériser la voix au préalable. C'est d'ail leurs le réseau muni du type 1 qui est annoncé pour septembre 1986. Il semble en l'occurrence qu'IBM ait seulement choisi de prendre date en annonçant ce câblage simultanément avec son réseau, sans que l'on puisse préjuger aujourd'hui du sort industriel réservé au type 3. C'est donc l'un ou l'autre de ces systèmes de câblage qui sert de cordon ombilical aux micro-ordinateurs reliés aux unités de raccor dement 8228. Chacune de celles-ci peut rece voir jusqu'à 8 machines et être à son tour connectée à d'autres, pour finalement qlfrir une capacité maximum de 260 postes de tra vail (dans le cas du type 1) présentés simulta nément sur un même anneau à jeton. Munies d'un microprocesseur 16 bits, les unités de raccordement gèrent évidemment le proto cole dé communication, en l'occurrence le passage du jeton. Elles assurent aussi l'en semble des tâches résultant de la défaillance éventuelle de stations connectées, pour éviter notamment que le réseau ne soit perturbé par des disfonctionnements de machines. Dès qu'une machine, reliée physiquement au réseau, est mise sous tension, un test se déclenche automatiquement pour contrôler le câble jusqu'à l'unité de raccordement. Si le test est positif, l'unité est insérée dans l'an neau et sa présence contrôlée en pennanence par l'une des stations du réseau appelée mo niteur du réseau. La station moniteur est la première station mise en fonctionnement sur le réseau. En cas de défaillance de celle-ci, l'une des stations voisines devient moniteur à son tour. Il faut par ailleurs pouvoir détecter qu'un jeton s'est égaré ou est devenu inex ploitable pour cause de circulation anarchi que et remédier à un tel disfonctionnement : c'est ainsi le rôle de cette station-moniteur. Enfin, pour clore le chapitre de la surveillance, il faut préciser que chaque utilisateur peut, à partir de n'importe quelle station et à n'im porte quel moment, lancer un programme de diagnostic qui rend compte des pannes per manentes ou intermittentes soit par affichage sur écran, soit par impression. Cette fonction na lité est plus utile qu'il n'y parait (elle pennet de savoir également combien de machines sont connectées à un instant donné) et elle est en tout cas directement issue de l'univers des grands systèmes. L'esprit de famille Sur le plan des annonces de produits pro grammes, IBM ne s'est pas oublié non plus. Si le géant a inhabituellement fait référence au monde extérieur pour définir son offre, l'an neau à jeton reste pourtant bel et bien un produit destiné au monde bleu. Toutes les gammes matérielles de Big Blue sont en effet concernées par lannonce de lanneau à jeton. En commençant par lenvironnement mini-or dinateur, IBM a présenté un autre produit programme, S/lPC Connect, qui pennet à un ensemble de micro-ordinateurs reliés entre eux par le réseau PC Network d'utiliser un mini-ordinateur Série 1 comme serveur ce qui offre davantage de ressources à la machine maitre du réseau et pennet donc une gestion plus puissante à la fois en mémoire et en capacité de stockage. Cette capacité de connexion est encore élargie avec un autre produit programme, l'APPC (Advanced ProgramToProgram Communication). Grâce à celui-ci, deux micro-ordinateurs connectés entre eux peu vent échanger des infonnations entre pro grammes d'applications indépendants, dans des procédures de dialogues propres aux règles habituelles des grands systèmes IBM. Bien entendu, ce qui est valable pour deux PC, l'est également entre un PC et une grande unité centrale IBM, qu'elle soit de la série 43xx (ordinateurs de moyenne puissance) ou carrément 30xx (les plus gros ordinateurs d'IBM). En outre, les mêmes capacités de dialogue sont offertes aux micro-ordinateurs pour accéder à l'ensemble de la gamme des mini-ordinateurs de la gamme 36 et 38. Seul l'ancestral IBM 34 est exclu de cette foire de SCIENCE tt VIE MICRO N°23 DECEMBRE 1985
COMMENT CIRCULE L'INFORMATION DANS UN CIRCUIT EN ANNEAU 1. Le jeton estllbre, une station peut demander l'envoi d'un message. 2. La station A veut envoyer un message à la station B. Lejeton d'information est maintenant occupé. Aucun autre message ne peut circuler sur l'anneau. 3. Le jeton est renvoyé sur l'anneau. Chaque station entre l'émetteur et le récepteur lit le jeton, le régénère et le renvoie à la station suivante. 4. Le message est reçu par la station B. B reconnaît qu'il en est le destinataire. Il copie l'information et renvoie lejeton vers A avec un accusé de réception. 5.. A reçoit l'accusé de réception et rend la liberté au jeton. SCIEl'ICt : lit Vit : MICRO 1'1° 23• DECEMBRE 1985 la communication qui touche les grandes familles de matériel IBM. On peut reproduire ici les prix annoncés par IBM, en précisant toutefois qu'ils ne sont fournis qu'à titre indicatif puisque l'anneau à jeton ne sera commercialisé qu'au mois de septembre 1986 : 7 157 F HT pour la carte.d'adaptation (avec cordon de liaison) qui s'entiche sans autre modification sur le panier du PC prévu ; 7 452 F HT pour le boîtier de raccordement (IBM 8228) ; 5 246 F pour l'interconnexion entre les deux réseaux locaux et 383 F HT pour le programme Netbios. Quant au programme Appc-PC il coûtera 1 637 F et 3 936 F HT pour le logiciel de connexion S/1- PC. Dernier aspect : la distribution. A l'heure actuelle, il est difficile d'avoir des précisions sur le nombre futur des distributeurs de l'anneau à jeton. Toutefois, en raison de la complexité de certains des produits, notamment en ce qui concerne la connexion avec les grands systèmes, le niveau de conseil requis dépasse largement celui de la majorité des distributeurs ayant pignon sur rue. Certains d'entre eux seront cependant sélectionnés par IBM pour recevoir une formation dans cette perspective. Cette redistribution des cartes se fera peut-être à l'occasion de la refonte du réseau de distribution de la marque (distributeurs et agents), souhaitée pour le début de l'année prochaine. PRINCIPE Marc FREMONVILLE DU FONCTIONNEMENT DEL'ANNEAU À JETON. Le fonctionnement d'un réseau local en anneau à jeton est une technique tout à fait connue, qui fait déjà l'objet de nombreuses réalisations, et créditée des meilleures perspectives d'avenir notamment pour la fiabilité des transmissions qu'inclut cette méthode. Lorsqu'une station veut envoyer des informations à une autre station (toutes deux présentes sur l'anneau), elle attend le passage d'un jeton libre qui tircule en permanence sur le réseau (voir dessin ci-contre). Ce jeton, en réalité un paquet dans lequel on place les données à envoyer, est alors marqué par la station émettrice avec l'adresse de la station destinatrice et commence à circuler dans l'anneau. A chaque fois qu'il rencontre une station connectée, celle-ci reconnait si les données sont pour elle. Dans le cas contraire, elle réamplifie le signal contenant les données (ce qui diminue les risques de déperdition d'informations) et le renvoie sur l'anneau. Dès que la station recherchée reconnaît• son jeton, elle recopie évidemment les données et marque sur le jeton qu'elle a reçu les informations. Ce n'est que lorsque ce jeton repasse devant la station émettrice que celle-ci enlève réellement les données contenues sur le jeton qu'elle a envoyé et réemet un jeton• libre., disponible pour les autres. 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204