SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
[E]N DEHORS DES GRANDS noms• qui précèdent cette page, quelques• petits• méritent aussi que l'on s'y intéresse. Soit parce que, comme le Canon XO 7 ou l'EXL 100, ils présentent des possibilités originales, soit, comme !'Alice et l'Oric, parce qu'ils ont atteint un niveau de prix qui compense leurs défauts. Le Canon X-07 est le plus discret de tous et, pourtant, l'un des plus beaux succès de la pe tite infonnatique : près de 30 000 X-07 circu- 1 erai en t en France depuis sa présentation à la fin 1983. Trois raisons à cela : la bonne conception de départ de ce gros ordinateur de poche ou de ce tout petit ordinateur portatif-les nombreux périphériques dont il a su s'entourer, la faveur rencontrée auprès de plusieurs éditeurs de logiciels. Le X-07 est petit (20 cm sur13 pour 500 g), il marche sur piles, mais il est suffisamment grand pour offrir un écran de quatre lignes de vingt 40UTSIDEKS Quelques micros moins répandus connaissent des fortunes diverses. Pour des raisons différentes, chacun mérite l'attention. ches à la fois. La mémoire morte de 20 Ko abrite un Basic de bonne facture, gérant no tamment des variables entières, simples ou en double précision, ainsi que des instruc tions graphiques. La mémoire vive offre, en version de base, 8 Ko ; elle s'étend à 24 Ko gràce à l'adjonction dans un connecteur ar rière de petites cartes d'extension. La variété des périphériques revêt, pour un appareil de cette taille, une qualité presque miraculeuse : imprimante quatre couleurs, coupleur opti que pour réaliser une liaison infrarouge, inter- caractères, et un clavier où les doigts ne, frappent pas deux tou Le Canon X-07 : pas besoin de faire du bruit pour se faire une place au soleil. 72 SCIENCE lt VIE MICRO N°23 DECEMBRE 1985 ! E f3. 2 0
L'fxelvision EXL 100, en sursis. face RS232C, interface Péritel pour travailler sur un téléviseur, magnétophone à cassettes, connexion sur MSX (Canon adhère à cette norme, avec son V 20), etc. La collection de logiciels est aussi étonnante, du tableur au lecteur de code-barre, du programme d'astrologie au cardio-fréquencemètre. Il y a beaucoup de raisons au semi-échec de l'EXL 100 : son manque de logiciels, ses promesses mal tenues, la concurrence d'Amstrad au moment du lancement. Toujours est-il que cet ordinateur ne semble avoir été sauvé du cimetière que par sa sélection dans le plan Informatique pour tous. Celui-ci donne un second souffle à un appareil dont les périphériques promis se concrétisent enfin. L'EXL 100 se présente en deux parties : une unité centrale et un clavier. Pas de fil : on communique par liaison infrarouge. On doit ainsi pouvoir glisser l'unité centrale en-dessous du téléviseur. Deux microprocesseurs, le TMS 7020 et le 7041, se répartissent le travail. Ils proviennent de chez Texas Instruments. Leur rareté fait que les programmeurs les connaissent mal. La mémoire vive est de 34 Ko, dont 32 Ko disponibles pour l'utilisateur. Le Basic a du bon et du niauvais : pour le bon, son caractère complet, son éditeur efficace, la possibilité de créer des instructions supplémentaires sous forme de sous-programmes la possibilité d'effectuer des calculs sans faire précéder chaque opération de l'instruction PRINT, etc. ; pour le mauvais, sa lenteur, l'effacement du programme par le simple appui sur la touche RESET, la difficulté à gérer le son. Ce dernier point est regrettable : car un synthétiseur vocal est incorporé à l'ordinateur. Mais on ne peut pas créer de sons : il n'existe pas de façon simple de programmer ce synthétiseur pour l'utilisateur final. Une autre caractéristique intéressante est l'incrustation de l'image informatique sur l'écran de télévision. Par ailleurs, un lecteur de disquettes 3 1/2 pouces est disponible. Son modem - longtemps promis, enfin produit - rend cet ordinateur plus motivant : d'un prix modique, il transforme l'EXL 100 en répondeur téléphonique ou en un Minitel intelligent, avec sauve- SCIENCE lr VIE MICRO l'i0 23 DECEMBRE 1985 garde des pages, procédures automatiques de connexion, réponse automatique et possibilité de téléchargement. La règle d'unjeu, c'est qu'il y ait des perdants et des gagnants. Dans le Kriegspiel microinformatique, Matra Alice assume donc le rôle du perdant, après avoir démarré en fanfare. Pourtant, ses appareils n'étaient pas mauvais ; ils n'étaient pas non plus très bons. Pourquoi vous en parler aujourd'hui ? Parce qu'une considérable baisse des prix peut rendre les Alice 32 et 90 intéressants pour des gens qui voudraient juste goûter à l'informatique sans y dépenser une fortune. Encore que si le 32 peut maintenant prétendre être le moins cher du marché, le 90, à 995 F, est concurrencé par l'Atari 800 XL - un autre agonisant-et l'Oric Atmos, tous deux à 990 F. L'Alice 32 tout rouge, tout petit, avec un microprocesseur 6803 a une mémoire vive de 16 Ko dont 4 Ko disponibles. N'attendez pas de miracles pour le reste : clavier AZERTY à touches plates sans accents, 9 couleurs, résolution maximale de 160 sur 125 points, son sur 3 voix et une octave. L'appareil accepte un magnétophone à cassettes quelconque. Il intègre un Basic (très Alice, des prix qui peuvent convaincre. rudimentaire) et un assembleur. Un bon manuel accompagne le tout : c'est le meilleur de l'affaire. Et quelques logiciels pourront donner un peu de sauce - et l'envie d'aller plus loin en achetant un autre ordinateur. L'Alice 90 a une forme différente, mais garde son rouge tomate. Un bon clavier mécanique (mais toujours sans caractères accentués) et surtout une mémoire vive de 40 Ko dont 32 Ko disponibles pour l'utilisateur le distinguent de l'Alice 32. Il y a peu de périphériques : un magnétophone spécifique, une manette de jeu, une extension mémoire de 16 Ko et une imprimante au prix modique de 795 F. Il fut un temps où Oric était le leader des micro-ordinateurs familiaux dans notre doux L oric Atmos, cet ancien leader garde sa séduction. pays ; et voilà que tout le monde s'interroge : passera-t-il l'hiver ? Il avait mal supporté l'hiver dernier : en Angleterre, la micro ludique avait subi un ravageur calme plat. Oric, constructeur anglais, a déposé son bilan en janvier. Mais, en France, cette marque plaisait beaucoup : une société française, Eurêka Informatique, a donc repris les droits et continué l'Oric Almos, affirmant même préparer son successeur, le Stratos. Il n'empêche : le sce pticisme subsiste. Cependant, après une baisse de prix qui amène l'Almos à 990 F, son achat peut s'envisager, d'autant plus qu'il compte une très belle bibliothèque de logiciels, surtout orientée vers le jeu (bien qu'il ne faill e plus attendre beaucoup de nouveaux titres }, et une gamme de périphériques très respectable. Un microprocesseur 6502 A, 48 Ko de mémoire vive dont 43 Ko disponibles, un Basic très correct mais un éditeur déficient, un lecteur de cassettes à la fiabilité de chargement aléatoire et des fils partout sont les principales caractéristiques de l'Oric Atmos. Un détail : son lecteur de disquettes en option est, comme Amstrad, au format de 3 pouces... 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204