SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
rn HOMSON EST À VOUS ! SI, SI ! D'abord, cette firme est nationalisée, donc elle appartient au peuple français, et le peuple, c'est vous. Ensuite, vous avez déjà donné 22 F à Thomson pour le plan Informatique pour tous (1). Mais il ne s'agit pas d'acheter Thomson pour dire que l'on achète français et qu'on soutient le dernier constructeur costaud du secteur : l'achat d'un micro-ordinateur ne répond qu'à des critères purement rationnels,., Thomson existait avant le plan Informatique pour tous ; depuis 1983, cette firme développe une gamme qui en fait le deuxième vendeur frança is de micro-ordinateurs, à la corde avec Commodore, et derrière Amstrad. La société est respect able, assure l'équilibre de ses comptes et est capable de soutenir ses produits. Le grand public est familiarisé avec la marque, gràce aux machines à laver et autres téléviseurs. Thomson est d'ailleurs le premier grand cargo à s'être aventuré sur un terrain qui était jusque-là le domaine réservé des frégates de tout bord. Avant Philips, avant Sony, avant Amstrad. Thomson dispose aussi de bons atouts stratégiques : d'une part, il est l'un chutes de prix spectaculaires se sont multides seuls - avec les li- Le MO 5 et le TO 7/70, les rois de 1 THOMSON Le chouchou du plan Informatique pour tous présente des machines de qualité mais chères. gueurs MSX - à posséder une compétence d'électronique grand public lui permettant de fondre ordinateurs et télés, hi-fi ou équipements électroménagers. D'autre part, il vient de conclure avec l'italien Olivetti et l'anglais Acom un traité de recherche commune, prometteur d'un pôle'informatique pédagogique. européen. Dans l'immédiat, il faut passer les fêtes, et réussir le lancement du TO 9 en préservant la vita lité des autres modèles, MO 5 et TO 7/70. La principale déficience de Thomson réside dans des tarifs difficiles à défendre face à la concurrence. Alors que les 66 SCIENCE lr VIE MICRO !'1° 23 DECEMBRE 1985
pliées, Thomson maintient des prix quasi ment identiques. Cette écriture fantaisiste des étiquettes est son péché mignon, sa très grande faute. Il n'y aura pas tous les ans des plans étatiques pour soutenir une telle cadence de production. Le MO 5 est sympathique, dans sa jolie boîte noire. D'ailleurs il rassure : il est souvent acheté par Papa pour fiston. Fiston est content. C'est que, quand on débarque sur la planète informatique, Mister MO 5 est un guide tout à fait accueillant. Il est enfin doté d'un clavier mécanique. L'alimentation est extérieure. Le magnétophone à cassettes est spécifique : vous devez acheter celui fourni par Thomson et nul autre. C'est irritant, parce qu'il est cher et trimballe lui aussi une alimentation externe. Autour d'un microprocesseur 6809, on trouve 48 Ko de mémoire vive dont 32 Ko disponibles. Le Basic est bon. rapide (plus par exemple que celui du Spectrum) et accompagné d'un manuel tout à fait adéquat pour un novice ; on regrette l'absence de fonction cer cle ou de motifs graphiques programmables. Hormis l'initiation, le MO 5 prend toute sa mesure dans le domaine graphique. Il présente une résolution de 320 sur 200 points en seize couleurs de très bonne qualité. Un périphérique lui permet d'incruster l'écran informatique sur l'image de la télévision. Le crayon optique, en option pour 195 F, facilite, quand il marche, la communication avec la machine. Une prise permet de brancher imprimante et manette de jeux, alternativement. Mais la connexion n'est pas le fort du MO 5 ; pour étendre ses possibilités, il faudra se munir d'un boîtier d'extension, qui lui ouvrira la porte des périphériques du TO 7/70. Ce boîtier revient à 2 250 F et comprend le logiciel Jane qui rassemble traitement de texte, gestionnaire de fichiers et tableur. Par ailleurs, le MO 5 dispose d'une bibliothèque de logiciels très importante, et qui s'accroit de manière étonnante depuis le lancement du plan Informatique pour tous. On y trouvera parmi les meilleures choses en éducatif, mais aussi des jeux en nombre croissant et des utilitaires intéressants et variés. Les mêmes observations valent pour le TO 7/70 : bonnes capacités graphiques, beau coup de logiciels de qualité, sérieux de l'ensemble, et prix trop élevé. Le microprocesseur 6809 cohabite ici avec une mémoire vive portée à 64 Ko dont 48 Ko sont disponibles. On a un vrai clavier mécanique. Le Basic se charge par cartouche, une nouvelle version comblant les lacunes de la précédente. Seize couleurs s'affichent simultanément à l'écran. Les périphériques sont nombreux et souvent SClt:NCt : 8t Vit : MICRO N°23Dt:Ct:lll8Kt:1985 Le TO 9. Le vrai défaut de cette machine séduisante : son prix de 9 000f. originaux : manettes de jeu, lecteur de disquettes, imprimante, modem, extension de la mémoire vive à 128 Ko, inscrustateur d'image vidéo, boîtier télématique qui transforme le TO 7/70 en Minitel couleur capable de sauvegarder les pages consultées. Cet ordinateur est le coeur d'un système qui s'entoure lui aussi d'un nombre considérable de logiciels dont la plupart sur cassette comportent une face MO 5 et une face TO 7/70.• Et voici, Mesdââmes et Messssieurs, la vedette de ce spectacle, le clou de la revue, la terreur de la jungle informatique. (Pousse-toi, p'tit gars, c'est pas pour toi ce coup-ci, c'est pour ton papa). Il y avait en France l'époque des ténèbres, avant le TO 9, il y a maintenant l'époque des lumières, avec le TO 9. Ce que vous voyez là, cher Monsieur, c'est la version française de l'Apple Il ! En mieux bien sûr. Approchez, approchez...• Gogo approche. Oh la jolie machine : dirait-on pas queq'chose qui r'ssemble à un ibéhèm, avec la télé d'un côté, le clavier par ici, et l'unité centrale par lâ ? Sérieux. Ah, l'alimentation électrique est intégrée ? Pas comme dans le vilain Atari 520 ST ? Et ya 128 Ko de mémoire vive, réellement gérables par la pupuce qui fait pourtant que 8 bits, et c'est unique dans la catégorie ? Et v'là deux logiciels contenus dans le coeur de la machine, et même qu'isont vraiment qualitatifs ? Allez j'achète, vous me plaisez. Quoi. 8 950 f et la télé en plus ! Attendez, faut que je réflexionne,j'reviens. Or donc, le TO 9, construit autour du microprocesseur 6809 E cher à Thomson, présente 128 Ko de mémoire vive, dont 107 Ko disponibles. Il est un des rares à savoir gérer directement sous Basic plus de 64 Ko avec un microprocesseur 8 bits. Cette réussite technique jouxte un Basic de très bon niveau mais lent. Deux logiciels intégrés donnent au TO 9 un text appeal• excitant ; il s'agit de Paragra phe, traitement de texte élaboré et qu'on commande par souris, ce qui est bien prati que, et de Fiches et dossiers, un honnête gestionnaire de fichiers. Ces programmes peuvent échanger leurs données avec d'autres logiciels ! Cela s'appelle... oui, l'intégration ! Sans compter d'autres logiciels puis sants, disponibles ou en préparation : un tableur avec modules graphique et statistique chez FIL, un bloc-notes chez lnfogrames, un système-expert chez Mind Soit... Le graphisme ? 4096 couleurs dont seize peuvent s'afficher simultanément. Et bien sûr, tous les accessoires si amusants propres à Thomson comme celui qui affiche l'écran de l'ordinateur sur les images du Collaroshow ou l'interface télématique qui fait du TO 9 un Minitel intelligent. Ne nous promet-on pas le téléchargement de logiciels dès cet hiver ? Les périphériques du TO 7/70 vont sur le TO 9, moyennant quelques adaptations pour certains. Au fait, les logiciels existants sur MO 5 et TO 7/70 ? La plupart tournent sur le TO 9... sauf une minorité non négligeable, notamment des jeux. Dites-moi, je suis allé sur les autres stands, l'Amstrad 8256, avec imprimante, il vaut 7 000 F, le 6 128 avec moniteut, 5 000 F et vous 9 000 F... Allez, je vous le prends, mais faites-moi un rabais. Entre nous. (1) Environ 1,2 milliard reçu par Thomson, divisé par 55 millions de Français. 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204