SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
[M] ALHEUR aux bar bus ! Ainsi, comme les députés so cialistes français, Sir Clive Sinclair connait aujourd'hui le temps de l'amertume. Après la gloire du ZX 80 - l'ordinateur qui a donné l'informatique au peuple-, il connait la honte des fins de mois difficiles. L'invraisemblable s'est produit en juin dernier : on apprenait brutale ment qu'un patron de presse anglais, Robert Maxwell, rachetait la compagnie Sinclair Re search. Le ralentisse ment du marché an glais, le bide du QL, l'essouflement du Spectrum, la concur rence d'Amstrad, le désastre de la.voiture électrique avaient transformé le pétulant Clive en habitué du mont-de-piété. Trois semaines plus tard, c'était le retournement spectaculaire : Max well retirait son offre. Sinclair retrouvait ses créanciers. L'hallali ? Mais un important dis tributeur anglais, SINCLAIR Cet hiver, Sinclair mène sa bataille d'Angleterre. Deux atouts : le Spectrum et le QL. Des machines peu chères et excitantes. Dixons, apportait dix Sinclair QL : l'initiation la moins coûteuse aux tableur, traitement de texte et graphique. 64 SCIENCE lt VIE MICRO N°23• DECEM6RE 1985
millions de livres contre un gros stock de Spectrum, les créditeurs accordaient la survie jusqu'aux fêtes de Noël, le prix du QL baissait sauvagement de 399 à 199 livres ! Sinclair est de retour sur la ligne d'avants. Et la rumeur affirme que la comédie de l'été est un coup monté entre Clive et Robert. Tant mieux : on allait oublier que ses machines restent parmi les plus excitantes. Mais il faudra en convaincre les consommateurs de fin d'année : la lutte se mène surtout en Angleterre, où Sinclair doit reconquérir ses positions face à Amstrad. C'est regrettable pour les Français : les baisses de prix de ce côté-ci de la Manche n'ont pas été aussi fulgurantes. Prenez le petit, non, pas le ZX 81, il n'est plus fabriqué, le Spectrum Plus. C'est le frère cadet du Spectrum, présenté en 1982, et remplacé l'année dernière par ce beau gars tout noir ; le recarrossage n'a cependant rien changé à un coeur increvable : le microprocesseur z 80 et ses 48 Ko de mémoire vive. D'aucuns trouvent ce chiffre léger. Ils vont même jusqu'à prétendre que le clavier QWERTY n'est pas d'une bonne frappe, et que quand on le retourne, les touches - pas toujours et pas toutes - mais enfin bon... elles tombent par terre. On entend des gens se plaindre de ce que lécran ne présente que 22 lignes de 32 caractères. Et même - quelle misère-, que les touches servent à plusieurs fonctions à la fois, si bien qu'on s'y emmêle les pinceaux... Monde cruel ! Si on les laissait dire, on oublierait que cet engin est un défi lancé à son utilisateur : quand on en possède toutes les ruses, toutes les ficelles, on est capable d'affronter le plus retors des microordinateurs, qui paraîtra dès lors aussi difficile d'accès qu'un presse-légumes électrique. Il y a dans le Spectrum quelque chose de l'esprit de l'informatique. D'ailleurs, regardez la liste des logiciels : très longue. Rien que du bon. Les programmeurs adorent le Spectrum. Ils l'ont muni d'une des panoplies les plus complètes qui puissent habiller ces sacs à puces : du jeu à foison, de l'éducatif en veuxtu en voilà, des utilitaires à la va-comme j'tepousse. Quant à la gamme des périphériques, elle est très complète, et bon marché. Voici une machine idéale pour l'initiation, la formation ou la détente. Cela dit, on apprend qu'une version de 128 Ko est lancée en Espagne, qu'elle arriverait prochainement sur nos côtes, que le Spectrum serait envoyé à l'hospice... En attendant, et pour 1660 F, le Spectrum Plus tient encore la route. Spectrum trop vieux ? Le QL n'encourt pas ce reproche. On le critiquerait plutôt pour ses péchés de jeunesse. Quoique... en y réfléchissant... il aura deux ans dans un mois ! Avec le QL, on passe dans une autre dimension. Sin- SCIENCE & VIE MICRO N°23 - DECEMBRE 1985 clair est le premier - ce type est toujours volontaire pour ouvrir la route et ramasser les gadins - le premier, donc, à avoir muni un micro-ordinateur familial d'un microprocesseur de 8-32 bits. Familial ? J'ai dit familial ? Ah, vraiment ? Comme c'est bizarre : Sinclair a toujours dit que cet ordinateur était se-mipro-fes-sion-nel ! Manque de pot, les professionnels (c'est-à-dire les gens qui veulent un ZX Spectrum Plus. L'informatique appartient aux pionniers : la preuve. ordinateur pour travailler) sont des gens prudents. Qui n'ont pas été convaincus par le prix trop bas du QL (signe de fragilité ?) et par ses choix techniques. Mais réfléchissons : nous trouvons maintenant, pour 4 980 F un ordinateur de 128 Ko, doté de ses mémoires de masse, d'un moniteur monochrome et de quatre logiciels professionnels de grande qualité. Cette machine n'est peut-être pas une affaire à négliger. Elle est peu encombrante : longue, étroite, noire. Un clavier AZERTY accentué convient au toucher français, mais la frappe est inconfortable et lente : le clavier est un faux mécanique, les touches pressent une membrane en plastique et non pas des ressorts. Le manuel est très clair et guide le débutant pas à pas. Il n'oublie pas les gens d'expérience, avec un manuel de référence des commandes Basic. Justement, le Basic : en toute simplicité, Sinclair le nomme Superbasic ; en toute honnêteté, il mérite ce superlatif. Il réussit à joindre les usages les plus courants des Basic usuels tout en se màtinant d'instructions du langage Pascal : on peut aborder la programmation structurée. Il permet un travail multitâche. Il mélange texte et graphique, celui-ci se présentant en deux modes, 512 x 256 points en quatre couleurs, ou 256 x 256 points en huit couleurs. Dans ce dernier cas, les caractères peuvent clignoter. Sur l'écran, les textes s'affichent au choix sur 42, 64 ou 84 colonnes, au long de 24 lignes. Le QL est fourni avec quatre logiciels : traitement de texte, tableur, gestion de fichiers, créateur de graphiques. Le traitement de texte, Quill, possède une• règle• au-dessus du texte, qui permet d'en définir les caractéristiques. Le texte apparaît sur l'écran tel qu'il sera imprimé - à la différence notable de l'Amstrad PCW 8256. Un glossaire évite de recopier les mots et phrases les plus courants. Ce traitement de texte ne souffre que d'un défaut : la mauvaise qualité du clavier, qui interdit une frappe rapide. De même, le clavier ne possède pas le bloc numérique qui serait bien utile au tableur, Abacus, d'ailleurs ex cellent. Il définit un tableau de 64 lignes de 255 cellules. Tout le tableau est paramétré, mais colonnes et lignes peuvent porter un nom, et non pas seulement une lettre ou un numéro. La ges lion de fichiers, Ar chive, soutient la comparaison avec des bases de données pro fessionnelles. Elle possède un langage de programmation qui lui permet de faire les pieds au mur - l'inconvénient est que si vous voulez bêtement transcrire votre carnet d'adresses, cela vous sera plus difficile que sur un logiciel moins puissant mais plus sim pie. Archive enregistre les fiches sans qu'une longueur fixe soit à prévoir. Mieux encore, il permet de travailler sur plusieurs fichiers en même temps, et de joindre les données de deux d'entre eux pour définir un troisième fichier. Enfin, Easel, le créateur de graphi ques, jongle avec les courbes, histogrammes et camemberts qui deviennent les tartes à la crème du travail de bureau. La bibliothèque de logiciels du QL est restreinte : quelques dizaines dont principalement des langages de programmation, des utilitaires, et quelques jeux. Par ailleurs, les Microdrive (nourris de bandes magnétiques sans fin) ne valent pas la rapidité et la fiabilité des lecteurs de disquettes, et leur capacité est limitée à 100 Ko chacun, ce qui est trop peu. On peut contourner le problème en achetant le lecteur de disquettes, mais il coûte 3 600 F ! Le meilleur argument du QL - son prix - perd alors de sa force. Une machine toutefois ex trêmement séduisante : ses logiciels permet tront de s'initier pour un prix modique aux techniques qui deviennent le pain quotidien du travail des cols blancs. 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204