SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
OMME N'EST PLUS DANS POMME ! 1985 aura été l'année terrible pour Apple : ses deux têtes pensantes, les prophètes de la révolution micro-infonnatique, SteveWozniak et SteveJobs sont partis : le premier a préféré rejoindre d'autres rêves en février, le second a démissionné à grand fracas en septembre. Pire encore : Apple Computer lnc poursuit SteveJobs en justice, l'accusant d'avoir débauché des collaborateurs d'Apple et emporté des informa tions techniques sur les nouveaux produits de la compagnie à la pomme. Le mythe informatique se dissout dans une querelle de ménage, Les idoles étant chassées du temple, il était juste que les colonnes en soient ébranlées : alors que les sociétés américaines d'infonnatique licenciaient à qui mieux mieux, Apple elle-même annonçait des résultats en baisse, des méven tes, des licenciements, Apple n'appartient ce pendant pas encore au passé. Les troubles déplaisants de cette année correspondent à une re mise en ordre opérée par John Sculley, le pré sident de la compagnie que SteveJobs avait fait venir en 1983. Fin octo bre, Apple pouvait pré senter un bilan honora APPLE Apple est remis sur pied. Si ses machines sont le coeur de systèmes performants, elles souffrent de prix trop élevés. 1985 (l'exercice se finissait en septembre) de 1,92 milliard de dollars, en progression de 26 °Io sur 1984. Et si les bénéfices diminuaient de 5 °Io, ils s'élevaient encore à 61 millions de dollars : on fait pire. John Sculley soulignait que lendettement de la compagnie était nul, et que les ventes redémarraient depuis juillet. Il indiquait mezzo voce qu'Apple ressentait peu l'effet de la concurrence annoncée -le terrifique épouvantable révolutionnaire Atari 520 SL Ainsi, les mauvaises langues auraient tort d'enterrer Apple trop vite ; mais les idéalistes doible : chiffre d'affaires La dernière version de l'Apple lie est pour l'essentiel techniquement identique à celle de l'Apple lie. 54 SCIENCE VIE MICRO N°23• Df:Cf:MBKl' : 1985
vent se résoudre à ne plus la considérer que comme une firme normale : business as usual. Il n'empêche : il reste les ordinateurs de la marque, et c'est un euphémisme de dire qu'ils ne sont pas les plus mauvais du marché. Commençons par cette vieille casserole d'Apple lie. L'esprit du temps le décrie au nom de son moniteur chargé d'âge : cette machine est ancienne (en France depuis 1983...). au rancart ! L'argument est exagéré ; mais il est vrai que le lie a une longue histoire. puisqu'il dé coule de l'Apple Il. Lequel. né en 1977, avait fait la fortune d'Apple en révolutionnant l'infor matique. Pour la pre pare un successeur, qui bénéficierait d'un mi croprocesseur 16 bits, de 256 Ko de mémoire vive, et de lecteurs de disquettes 3 1/2 pouces d'une capacité de 800 Ko. L'Apple lie ne paraît plus recommandable que pour des applications três particuliêres ou pour ceux qui tiennent aux possibilités d'exten sion maximum, à moins d'obtenir un rabais três substantiel. mière fois, on se trou- Le Macintosh el tous ses périphériques en option. vait devant un ordinateur bon marché et évolutif, grâce à des• slots• d'extension, connecteurs internes où l'on pouvait placer des cartes électroniques se reliant à la carte centrale de l'ordinateur et assurant des fonctions supplémentaires : l'utili sateur pouvait ainsi enrichir sa machine. Le lie succède au Il+, lui-même amélioration de l'Ap pie Il. Il fonctionne autour d'un microprocesseur 8 bits, le 6502 (récemment remplacé par un 65C02 plus rapide), et possède une mé moire vive de 64 Ko extensible à U8 Ko et bientôt à 1 Mo. L'écran (non livré avec la machine) présente 24 lignes de 40 caractères, la résolution étant de 280 points sur 192 lorsqu'on est en six couleurs, sur seize disponibles. La partie musicale de l'appareil reste faible : il n'y a qu'une voix. La mémoire de masse est constituée d'un ou de plusieurs lecteurs de disquettes 51/4 pouces. On peut en placer jusqu'à six de capacité de 140 Ko (en option). Des lecteurs plus modernes de 3 1/2 pouces et 800 Ko viennent de sortir. Le meilleur du lie réside dans son envi ronnement logiciel et matériel : le bon mot habituel consiste à dire qu'il est capable de tout. y compris de faire du café ou de se trans former en machine à coudre... Mais il est gravement atteint de deux défauts : son prix paraît maintenant trop élevé, puisque le fossé qui le séparait de ses camarades s'est rétréci ; il est surtout en instance de retraite : Apple lui pré SCIENCE tt VIE MICRO 1'1° 23• DECEMBRE 1985 L'Apple lie paraît devoir mieux tirer ses billes du jeu, aidé par un prix promotionnel qui fera peut-être avaler la tarification toujours complaisante d'Apple. Compact (3.4 kilos). très chic d'aspect. il intègre un lecteur de disquettes de 5 1/4 pouces et une mémoire vive de 128 Ko. Il n'y a pas ici de connecteurs d'extension internes, puisque l'arrière de l'appareil comporte toutes les sor ties utiles (disquette, moniteur, imprimante, modem, souris). On peut brancher un lecteur de disquettes externe de 5 1/4 pouces ou 3 1/2 pouces. L'alimentation électrique est hélas externe. L'affichage standard compte 24 lignes de 40 ou 80 caractères. Trois modes graphiques différents coexistent. dont le meilleur atteint une résolution de 560 sur 192 points. La documentation qui accompagne lappareil est très bien conçue et orientée vers le néophyte. La facilité d'emploi est accrue par le fait que le système d'exploitation contient l'interface permettant d'utiliser une souris. Outre cet abord agréable, le lie trouve comme le lie un de ses meilleurs atouts dans la gamme très vaste des périphériques propo sés ainsi que dans la bibliothèque de logiciels particulièrement importante : leur prix est ce pendant souvent plus élevé que celui d'autres machines familiales. Il est vrai que l'Apple lie prétend à juste titre échapper à un usage domestique grâce aux logiciels profession nels qui lui sont adaptés et au fait que son système d'exploitation ProDOS est capable de gérer des fichiers atteignant 16 millions de caractères : un disque dur de 10 Mo, Profile, est proposé pour 16 000 F. Son environne ment et sa versatilité font de l'Apple lie un ordinateur encore très présentable. Si l'on a deux briques sous la main, il faudra choisir sans hésiter un Macintosh : c'est le premier ordinateur qui rende l'informatique réellement accessible aux ignorants... Toutes les commandes de l'ordinateur sont opérées par l'intermédiaire d'une• souris• : c'est un petit boîtier que l'on déplace sur la surface du bureau, le curseur sur l'écran suivant les mouvements de la souris. Quand il arrive sur la commande que l'on veut effectuer, il suffit de presser le boîtier pour que l'opération de mandée soit faite. Une présentation des commandes par des pictogrammes (petits dessins) rend le fonctionnement de l'appareil extrêmement clair. Le Macintosh est probablement le seul ordinateur qui serve réellement à quelque chose après une demi-heure seulement d'initiation. Révolutionnaire - le mot n'est pas outré - dans sa philosophie, le Macintosh n'est guère moins de pointe dans sa technique, puisqu'il a été, lors de sa pré sentation au début de 1984, un des premiers micro-ordinateurs à employer un micropro cesseur 16/32 bits, le 68000 de Motorola. Un boîtier intègre unité centrale, lecteur de disquettes 3 1/2 pouces et écran monochrome. La résolution de l'écran est très bonne (512 points sur 342) mais une bonne partie de la mémoire vive est mangée par la gestion de lécran. C'est le principal inconvénient de l'appareil. qui. dans la version 128 Ko, ne permet tra pas de traiter des textes de plus de 10 Ko. Cette contrainte sera oubliée en adoptant la version 512 Ko, plus onéreuse. Le système d'exploitation, très particulier, entraîne par ailleurs des temps d'attente assez longs, par exemple lorsque l'on change de fichier. Le Macintosh est livré avec deux logiciels de grande qualité, l'un de traitement de texte, Mac Write, l'autre de dessin, Mac Paint. Il bénéficie d'une gamme de périphériques à peu près complète. La bibliothèque de logi ciels s'étend sans cesse, mais est incompati ble avec celle de l'Apple Il. 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204