SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
CONSEIL DE CLASSE Voici un logiciel destiné à la gestion des conseils de classe des établisse ments de.l'enseignement secondaire. pennettant le suivi d'un maximum de 36 élèves par classe. Toutes les infor mations sont visualisées sur écran. li fonctionne sur Thomson TO 7 ou TO 7/70. Le programme et sa docu mentation sont vendus 450 F TTC par le collège d'Altitude, 05100 Briançon. Conseil, autre logiciel du mème type et fonctionnant sur Goupil 2 et 3 à double écran, est vendu par l'association Ade mir. Plus perfectionné, mais plus cher : 1000 F HT. Ademir, 9 rue Huysmans, 75006 Paris. ELMO A DISPARU Elmo, le logiciel d'entraînement à la lecture, très apprécié des enseignants, figurait dans les valises• lnfonnatique pour tous• préliminaires de Pàques, mais il a disparu des valises définitives en septembre. Ce sont toujours les meilleurs qui s'en vont ! (Elmo est un produit réalisé par l'AFL, Association française pour la lecture). TÉLÉMATIQUE PRIVÉE L'Union nationale de l'enseignement technique privé (UNETP) va progressi vement équiper ses 700 établisse ments et ses 3 centres nationaux de fonnation de micro-ordinateurs Sanco munis d'un ou deux lecteurs de dis quettes et d'une imprimante, et reliés à un mini-ordinateur central. Le serveur utilisera le logiciel de télécommunica tions Télégos, fournira des bases de données de messageries et du télé chargement et servira aux opérations de gestion de l'UNETP (comptabilité, traitement statistique, etc.). CRITIQUES Un de nos lecteurs, M. JeanFrançois Fleurot, renchérit sur nos critiques du Nanoréseau : impossibilité de pro grammer sur la tète de réseau (il faut utiliser le poste MO 5) ; utilisation diffi cite du langage LSE (par ailleurs dé pourvu de ses fonctions graphiques) due à l'absence sur le MO 5 de certai nes touches nécessaires à la program mation ([,], -) : mauvais enfichage de l'extension mémoire supplémen taire, qui• présente une saillie aber rante et qui ne résistera pas longtemps à un usage collectif et intensif " Ces critiques sont sans doute justifiées, mais un peu dures : le Nanoréseau offre tout de mème de nouvelles possi bilités appréciables telles que léchange de poste à poste. L'ECOLE TELEMATIQUE DE DEMAIN Serveurs locaux et régionaux, banques de données scolaires... Comme nous l'avions annoncé dès le mois d'octo bre, le plan lnfonnatique pour tous comporte un autre objectif : la télématique pour tous. Cette opéra tion ne se limitera pas à !'Education nationale et comprendra un système de messageries et à'infonna tion à l'usage des collectivités locales et des associa tions. Les ordinateurs déjà livrés seront équipés d'in terfaces télématiques et pourront alors servir de terminaux de consultation, se substituer à des Minitel et pennettre des communications non vidéotex. Ajou tés aux Minitel dont disposeront certains établisse ments et foyers, ils fonneront la première couche du système. lis pourront consulter soit un serveur local, soit un serveur régional. L es serveurs locaux seront implantés dans un cer tain nombre d'ateliers sélectionnés. Un atelier sur cinq ou dix devrait ainsi servir de relais. Le choix sera effectué de façon à ce que les appels puissent rester dans la mème zone de taxation téléphonique. Les ateliers retenus devraient ètre dotés d'une nouvelle configuration de type IBM afin de ne pas perturber le fonctionnement des autres activités infonnatiques. Ces• serveurs d'établissements• devraient offrir entre autres la consultation de banques de données vidéo tex, la composition et la gestion de pagesécrans, le téléchargement, le journal, l'agenda et une message rie en étoile qui pennettrait par exemple aux parents de se connecter à l'établissement. On choisira vrai semblablement des serveurs à trois ou quatre voies qui pourraient ètre utilisés conjointement par la commune. Coiffant l'ensemble, une vingtaine de cen tres possédant un niveau supérieur d'équipement de vraient couvrir en moyenne 500 ateliers, équipés ou non. Cette structure présidera à la mise en place d'une vingtaine de• bassins télématiques• couvrant un dé parlement. une région ou une académie.• L'exploi tant• responsable du bassin devra non seulement assurer la mise en œuvre et le fontionnement du serveur central, mais assurera également une tàche d'animation sur toute la zone couverte, participant notamment aux actions de fonnation. Les exploitants pourront ètre des organismes dépendant de l'Educa tion nationale ou d'une collectivité locale, des associa tions, des sociétés de services. L'ensemble sera piloté par un comité composé en partie d'usagers. L'Etat interviendra en fournis sant une dotation à chaque bassin : un serveur complet ou, de préférence, des extensions pennettant de gonfler une installation déjà existante. Les serveurs centraux devront ètre compatibles avec l'un des grands standards du marché : les systèmes d'exploita tion Unix ou MSDOS. lis devront offrir 5 voies d'accès simultanées au minimum et pouvoir évoluer jusqu'à 20 voies sans pertes de perfonnances, se combiner aux Minitel. à tous les matériels infonnatiques et aux serveurs d'établissement. lis offriront aussi tous les services usuels en télématique. L'appel d'offre était clos le 15 octobre. A LE PRIVE Des ordinateurs dansux tennes du plan lnfonnatique pour tous, les établissements de l'enseignement privé n'ont pas bénéficié des mèmes subventions que leurs homolo gues du secteur public, et leur statut se résume à ces tro'ts décisions : - l'Etàhe les subventionnera pas pour l'acquisition de matériel : en revanche, ils bénéficieront de condi lions d'achat identiques à celles des établissements publics : - 4 000 enseignants du secteur privé (contre 110 000 enseignants dans le secteur public) seront admis gratuitement dans les stages organisés par len seignement public : - l'UNAPEC (Union nationale pour la promotion péda gogique et professionnelle dans l'enseignement ca tholique) recevra une subvention de 3 680 000 F desti née à assurer la fonnation de ses instituteurs et professeurs. Ces aides consenties sous diverses fonnes se révé laient indispensables : il n'était pas concevable que l'enseignement privé, qui réprésente 2 millions d'élè ves (17% de la population scolaire !). échappàt au plan lnfonnatique pour tous. Une enquête récemment effectuée par l'UNAPEC auprès d'établissements de l'enseignement catholique (93% du secteur privé) révèle que les établissements privés ont une bonne longueur d'avance. Les chiffres sont éloquents : 80% d'entre eux font une place à l'infonnatique, 80% font état de projets pour l'année scolaire en cours. Sur les 1400 lycées et collèges visités, 6 lycées techniques et 2 collèges ne pouvaient, pour des raisons financières, SCIEl'ICE et VIE MICRO 1'1° 23 DECEMBRE 1985
LA COMMANDE NUMERIQUE Une interface pour piloter un tour par ordinateur : L'enseignement technique fait encore figure de pa rent pauvre pour ce qui est de son équipement : bon nombre d'établissements ne disposent que d'un matériel désuet, et ceux qui ont la chance de posséder un appareillage plus récent le sous-exploitent : les enseignants, insuffisamment formés, ne veulent pas prendre le risque de l'endommager par une fausse manœuvre. Ces établissements sont cependant bien pourvus en ordinateurs, mais leur équipement en logi ciel reste insuffisant. La petitesse du marché a dis suadé les éditeurs d'investir dans ce secteur, et les enseignants ont dû improviser, avec plus ou moins de bonheur. D ans ce contexte, on ne peut que saluer la création par Aselec de Microtour, une interface permettant le pilotage d'un tour par micro-ordinateur. Le produit a été conçu après consultation d'enseignants du tech nique : Aselec s'est associé avec le collège de Meulan dans le cadre des accords écoles/entreprises. Le tour SE DEBROUILLE BIEN tous les établissements malgré des subventions réduites envisager de se mettre au goût du jour. L'enseigne ment de l'informatique figure au programme dans 56% des établissements privés (parmi lesquels 77% d'écoles techniques et 43% d'écoles d'enseignement général). Des clubs informatiques existent dans 55% des établissements visités ; l'EAO (Enseignement as sisté par ordinateur) est intégré aux programmes dans 24% d'entre eux, principalement pour les mathémati ques et la physique, et on signale même une utilisa tion,.. en catéchèse ! 57% de ces établissements ont informatisé leurs systèmes de gestion comptable et administrative (dont la moitié en soustraitance) ; 23% possèdent un Minitel, proportion supérieure à celle de l'enseignement public, et l'on en montre même le maniement aux élèves dans des sections comme le secrétariat ou le tourisme ; enfin, 19% ont informatisé la gestion des notes et des bulletins scolai res. On considère qu'en moyenne 5 enseignants par établissement ont bénéficié d'un stage de formation. Le matériel ? 50% d'Apple (Apple Il et Macintosh) : une retombée de l'opération• L'avenir n'attend pas•, lancée il y a deux ans par Apple, et consentant 40% de réduction aux écoles. Viennent ensuite Commodore (23%) ; Tandy (22%) et Thomson (20%), puis 19 autres marques (IBM, Sharp, Bull, Amstrad, etc.) dont chacune représente moins de 6% de ce marché. 41% des établissements se fournissent en logiciels à lextérieur : cette proportion est faible. Le financement est assuré par les subventions et l'ap pel aux parents et, dans 10% des cas, par la kermesse SCIENCE VIE MICRO 1'1° 23DECEMBRE1985 ainsi équipé, Unimat 3 (qui figure au catalogue de la CamiO est un modèle non-professionnel, mais il pré sente de grandes qualités de précision et usine des pièces au centième de millimètre près. L'interface se connecte à n'importe quel ordinateur disposant d'une sortie parallèle. L'ensemble ainsi commercialisé (tour, interface et logiciel) constitue un excellent outil d'apprentissage de la commande numérique et du pilotage de processus industriels. Le système complet est commercialisé pour un prix inférieur à 10 000 F : un bon investissement pour préparer les élèves à l'utilisation des machines plus coûteuses. De plus, cet ensemble permet d'étudier les problèmes de protec tion, de fiabilité et de sécurité posés par la manipula tion de machines professionnelles. Signalons toute fois qu'actuellement, le logiciel de démonstration - écrit en LSE - et les outils de développement ne sont actuellement disponibles que sur TO 7, MO 5 et compatibles. Aselec, avenue de Paris, 78800 Juziers. Tél. : 34 75 2102. annuelle. On ne peut que souhaiter des améliorations diverses : faciliter le financement ; pallier l'insuffisance de logiciels ; combler l'écart séparant les établisse ments urbains de leurs homologues ruraux. Toute fois, le bilan s'avère positif : 87% des enseignants et 93% des élèves se déclarent satisfaits. Et si le privé lemportait dans la course à l'informatique ? LECTURE A HAUTE VOIX A titre expérimental, deux classes (l'une dans le MaineetLoire, l'autre dans les HautsdeSeine) viennent d'être équipées d'ordinateurs parlants pour l'apprentissage de la lecture. Le modèle est un BBC d'Acom Computer gonflé, relié par la sortie à un synthéti seur de parole Ferma. La voix roboti sée ne marque cependant pas toujours bien les différences entre les sons très proches, et le prix reste prohibitif : 13 000 F. Pour information, contacter Catherine Plaisant et Joëlle Coniol, CML 22 avenue Matignon, 75008 Paris. AVEC DIX DOIGTS Apprenez la dactylographie avec Acdi dact, un logiciel signé ISECEGOS et adaptable sur IBM PC ou compatible. Une trentaine d'heures d'exercices en tout. Acdidact existe en version indivi duelle (1600 F HT pour la disquette et le manuel) et en version profession nelle pour les écoles (8 000 F HT pour 5 disquettes individuelles et un logiciel de gestion des élèves). Pour informa tion, contacter ISECEGOS, Tour Che nonceaux, 204 RondPoint du Pont de Sèvres, 92516 Boulogne. BANQUE DE DONNÉES Pour les enseignants et organismes de formation, Daicadif lance Diacom 1. Cette banque de données destinée à l'enseignement du français aux étran gers recense tous les manuels audiovi suels et logiciels disponibles. La consultation multicritère peut s'effec tuer soit par Minitel (abonnement : 2 500 F pour les organisations ; 700 F pour les particuliers) : soit par courrier (envoi de listings d'imprimante) ; soit par disquettes vendues par catégories pré-définies (tournant sous MSDOS). Daicadif, 61 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél. : (1) 42 2218 88. INFORMATIQUE ET LANGUE FRANÇAISE La revue• Le Français dans le monde• (coédition Hachette/Larousse) pré sente dans son n°195 un dossier• Informatique, premiers pas• : un guide, une bibliographie et des comp tesrendus d'expériences. Le Français dans le monde, 79 boulevard Saint Germain, 75288 Paris Cedex. Tél. : (1) 43291224. Rubrique réalisée par Patrice REINHORN et Jean François des ROBERT 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204