SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
LE PETIT JOURNAL DE L'INFORMATIQUE A L'ÉCOLE LA CALCULETIE EXPLORÉE Les éditions Glajean annoncent trois logiciels apparemment absurdes pour Thomson, Exelvision et Apple : pour quoi simuler trois modèles de calcula trices de Texas Instruments sur ordina teur ? En réalité, les Tl-Ciel sont de véritables cours de mathématiques et de programmation qui montrent le fonctionnement interne de chaque cal culatrice, proposent des exercices et provoquent une réHexion sur la préci sion, l'algèbre, les ordres de grandeur, les piles, les boucles, les tests... Les livrets sont de véritables manuels pé dagogiques avec correction d'exerci ces, et non de simples modes d'em ploi. Prix : de 136 à 185 F pour simuler la Tl30 Galaxy, la Tl57 Il ou la Tl-66. Glajean, 93, rue de Maubeuge, 75010 Paris. Tél. : (1) 43 64 30 08. LES PLAISIRS ET LES JEUX Les Plaisirs et les jeux : une raison sociale idyllique pour un éditeur qui présente une série de 14 logiciels édu catifs pour Thomson destinés au pri maire. A côté de thèmes classiques, on notera trois titres plus originaux : La BD, c'est facile permet de dessiner au crayon optique en plaçant des textes dans des bulles ; Tissage associe la représentation graphique de motifs divers et l'apprentissage des techni ques de base de cette discipline ; Gilles et Marina, livré avec une trentaine de cartes représentant un arbre, une voi ture, une maison... permet de composer des tableaux en disposant ces élé ments à sa guise à lécran et en leur ajoutant un commentaire. Les livrets qui accompagnent ces logiciels sont destinés aux instituteurs et non aux enfants ; ils expliquent et justifient l'approche pédagogique choisie. Editions les Plaisirs et les jeux, route de Saint Saturnin, 84310 Morières-lès-Avignon. 32 ourquoi ne pas créer vous-même vos propres logi P ciels éducatifs ? Avec Euridis, vous n'avez plus d'excuses. Euridis est un système-auteur qui vous aide à mettre en page vos cours informatisés, à ques tionner vos élèves, à traiter leurs réponses. Mais sur tout, il apporte sur des ordinateurs familiaux, Thom son MO 5, TO 7/70 et Nanoréseau, des performances que l'on croyait réservées aux systèmes-auteurs sur micros professionnels : un exploit que lon peut sa luer, d'autant qu'il ne coûte que 1 700 F. Créé par un enseignant, Jean-Claude Subert, il comporte un édi teur de textes pleine page pour composer les écrans ; deux éditeurs graphiques (l'un générant de petites figures, l'autre disposant de toutes les commandes de tracé usuelles telles que rectangle, cercle, ellipse, arc de cercle, etc.) ; un zoom pour les petites retouches, des fenêtres (15 au maximum) superposables aux graphismes et aux textes. En ce qui concerne l'analyse des réponses, les opérateurs logiques (etjou, non présence, ordre successiO permettent de reconnaître presque toutes les réponses introduites par les élèves sous forme de textes. Les tolérances portant sur les'LE SYSTEME-AUTEUR Euridis pour Thomson et Nanoréseau : emplois de majuscules ou de minuscules, les accen tuations et les espaces sont modifiables à volonté. Le joker (remplaçant une lettre) sert à anticiper sur les mots mal orthographiés. Il est possible de noter, de chronométrer et d'enregistrer des résultats indivi duels ou collectifs. e programme peut détecter tout seul les appels L d'aide... et les gros mots ! Il vouvoie ou tutoie au choix, et peut répondre au masculin ou au féminin. Enfin, Euridis est un système ouvert auquel on pourra adjoindre des modules de commandes audiovisuelles ou de robots, ou encore un module télématique autorisant le téléchargement des fichiers. Ce logiciel relati vement simple à manipuler est pourvu d'écrans bien conçus et d'icônes judicieusement choisies ; le crayon optique simplifie les opérations. Notons encore la rapidité d'exécution (supérieure à celle des systèmes professionnels) due au bon usage de l'assembleur dans la programmation. Les puristes regretteront l'absence de variables récupérables d'une question à l'au tre, et surtout l'impossibilité de pratiquer des tirages DETOURNEMENT DE LOGICIELS Transformez un gestionnaire de fichiers en programme éducatif 1 n'y a pas que les logiciels éducatifs. Il est possible de détourner avec profit les tableurs, traitements de texte et gestionnaires de fichiers pour en faire de précieux auxiliaires pédagogiques. Ainsi, l'instituteur d'une petite classe peut employer un gestionnaire de fichiers pour l'enseignement de la lecture. La démar che traditionnelle consiste à fournir aux élèves un fonds commun de mots appris globalement sur lequel on basera létude des phonèmes et des graphèmes. Chaque mot introduit en mémoire fera l'objet d'une fiche sur laquelle il figurera en orthographe normale et en code phonétique (c'est à chaque enseignant de créer le sien). L'ordinateur permet donc de constituer un double fichier phonétique/vocabulaire qui permet tra de composer, à partir du nouveau phonème à étudier, tous les termes déjà connus des élèves. Outre cela, ce système permettra d'effectuer des comparai sons pour évaluer la richesse du vocabulaire d'une classe par rapport à un autre. La remise à jour quoti dienne du fichier s'effectue rapidement. La difficulté sera, pour lenseignant, de se créer son propre alpha bet phonétique en n'ayant recours qu'aux caractères disponibles sur le clavier. Le gestionnaire de fichiers trouve également sa place dans le cadre des activités d'éveil. On peut proposer aux enfants d'aller ramasser des feuilles d'arbres divers et de les classer selon des critères d'identification. L'instituteur intervient bien entendu pour accepter ou refuser ces critères, et les élèves doivent pouvoir constituerieur propre fichier en utilisant les critères de leur choix. Si ces derniers sont mal choisis (par exemple la couleur de la feuille), lordinateur ressortira le fichier complet et les élèves pourront analyser leur erreur et la corriger. Les professeurs de langue du secondaire pourront faire constituer par leurs élèves des fichiers ser vant de base à la rédaction de textes. Les élèves introduiront des phrases corrigées par le professeur, et ce fonds leur servira de référence pour composer des textes en calquant les structures de ces phrases. Ainsi, à une situation définie par les thèmes• télé phone•,• proviseur•, collège•, l'ordinateur réagira en ressortant une phrase telle que : • En arrivant au collège, le proviseur a téléphoné à l'inspecteur.• Les possibilités sont donc multiples : à vous d'en faire bénéficier votre enseignement. SCIEl'ICE & VIE JlllCRO 1'1° 23DECEJllBRE1985
DEMOCRATIQUE impossible n'est pas français aléatoires. Essentiellement destiné aux établisse ments scolaires, Euridis est un système-auteur haut de gamme adaptable sur matériel bas de gamme. Un inconvénient cependant : les fichiers prennent beau coup de place sur la disquette de stockage. Dans le meilleur des cas, avec un lecteur de 320 Ko, une disquette ne pourra guère contenir plus de 40 minutes B de cours (et même moins si les graphismes sont abondants). Euridis, chez Hachette Informatique : pour MO 5 ou TO 7/70, 1 700 F le système complet ; 500 F la cartouche interpréteur (Euridis élève) ; 400 F la version maître (pour modifier uniquement) ; 3 000 F la version Nanoréseau (dont 1000 F pour l'interpré teur). Réalisation : Codiciel. LES MATERNELLES ONT LA PAROLE Un bel ensemble de logiciels à synthèse vocaleien que les maternelles ne participent pas au plan Informatique pour tous, bon nombre d'entre elles se sont cependant équipées en ordinateurs. Elles utili sent généralement de petits robots (du type Bigtrack) ou des tortues ; et le Logo constitue leur langage habituel. Mais il restait à résoudre une difficulté : comment réaliser des jeux éducatifs pour des enfants qui ne savent encore ni lire, ni écrire ? Les problèmes d'écriture ont été partiellement résolus par le biais du crayon optique ou de la manette de jeu ; toutefois, les enfants ne pouvaient se servir du logiciel sans l'inter vention de l'instituteur, lequel donnait à la machine des consignes indéchiffrables par les petits. On rêvait donc d'un ordinateur parlant... on l'a, grâce à l'inter face créée pour les ordinateurs Thomson par Aselec, départerœnt d'Asco (cette société est déjà bien connue des écoles auxquelles elle fournit un matériel éducatif de qualité : ballons increvables, dînettes in cassables, etc.). Les systèmes synthétiques ont été rejetés, car ils ne pouvaient générer que des voix de robots déshumanisées et peu précises : elles ne pou vaient par exemple marquer la différence entre les consonnes explosives telles que le p et le b. Aselec a donc choisi un système basé sur la numérisation de la voix humaine. Le résultat est remarquable, car on peut reproduire jusqu'au timbre de la voix : une composante importante de l'univers affectif des 7 jeunes enfants. La qualité de ce système permet égale ment d'assurer une bonne écoute en dépit du bruit ambiant. A partir d'un fond de 2 000 mots stockés en mémoire, des enseignants ont ainsi pu développer une cinquantaine de programmes axés sur l organisa tion spatio-temporelle du jeune enfant. Le sujet est classique, mais les produits d'Aselec se distinguent par leur finition. Les jeux sont courts, riches et variés, adaptés aux capacités des petits et pourvus d'un vocabulaire bien choisi. Les écrans sont bien dessinés, les images aisément reconnaissables• Va vers le manège de gauche•, dit la machine, d'une voix douce et féminine. Et lenfant dessine son itiné raire avec le crayon optique. Les prix restent aborda bles : 2 000 F pour le lot contenant l'interface et les 5 cartouches supportant les 50 programmes. Le sys tème a cependant ses limites : on ne peut utiliser d'autres mots que ceux qui ont été numérisés pour servir avec l'interface. Mais Aselec a prévu de commer cialiser d'autres cartouches contenant de nouveaux programmes et de nouveaux stocks de vocabulaire. Souhaitons que la suite de cette gamme soit â la hauteur des premières productions ! Aselec, av. de Paris, 78820 Juziers. Tél. : (1) 34 75 21 02. LE TRAVAIL DES PROFS Naissance de deux logiciels éducatifs pour classes de seconde, réalisés et édités par un groupe de professeurs : Promeca (4 cassettes), destiné à l'approfondissement des notions de base en mécanique, et Prochim, léquivalent pour lenseignement de la chimie. Les prix sont raisonnables : Promeca, 180 F ; Prochim, 130 F. Les cassettes fonctionnent sur la gamme Thomson : MO 5, TO 7/70, TO 7 avec extension 16 Ko. Commandes à : Frédéric Gruy, 195 rue de Vaugirard, 75015 Paris. UN COMPATIBLE POÙR CARTABLE Les établissements fortunés vont pou voir faire plaisir à leurs enseignants : Data General France leur propose son DG One, un compatible IBM portatif et autonome avec deux disquettes et 256 Ko de mémoire, à prix réduit : 15 000 F TTC. Les ordinateurs équiva lents sur le marché coûtent au moins 20 000 F HT. Une offre intéressante ré servée aux seuls établissements d'en seignement. LES ÉDILES PARLENT Politiques et Technologies diffuse un solide dossier contenant une étude cri tique du plan Informatique pour tous. Fait par des élus locaux pour les élus locaux, ce dossier se présente sous forme de fiches permettant d'évaluer tous les aspects, notamment politi ques et financiers, des actions entrepri ses. 70 F en contactant Politiques et Technologies, 26 rue du Bouloi, 75001 Paris. Tél. : (1) 42 33 92 03. DUO SUR MAC Si les Macintosh n'ont pas été retenus par le plan Informatique pour tous, un certain nombre d'établissements scolaires (notamment ceux du secteur privé) les ont choisis pour s'équiper. Ils seront ravis d'apprendre que leur ordi nateur supporte à présent la version élève de Duo. li s'agit d'un des meil leurs langages-auteurs du monde, à partir duquel on crée des logiciels édu catifs. li est dû à la société française DDTEC. Le professeur doit créer son logiciel sur un IBM PC ou un HP 150 de HewlettPackard, seuls ordinateurs auxquels la version maître est adaptée. Ensuite les logiciels sont transmis par câble entre les deux machines. Les prix sont élevés, hélas : 14 900 F pour la version maître (éditeur graphique en option, 5 900 F HT) ; la version élève Macintosh qui intègre les graphismes est plus abordable : 3 400 F HT. DDTEC, 515 avenue Roland-Garros, ZI, 78530 Buc. Tél. : (1) 30 24 90 66. 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204