SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
VOUS AIMERIEZ COMMUNIQUER EN CLAIR AVEC VOTRE ORDINATEUR ? C'EST FACILE, BRANCHEZ-LE SUR UN MONITEUR PHILIPS Un moniteur Philips, c'est le meilleur moyen qui vous soit offert aujourd'hui d'exploiter toutes les possibilités de votre ordinateur et de ses logiciels. C'est parce qu'il a été spécialement conçu pour l'affichage de données informatiques que sur un moniteur Phi lips l'image est toujours claire. nette et stable. Rendant ainsi votre travail ou vos jeux plus agréables. moins fatigants pour les yeux. Philips offre une gamme complète de moniteurs couleurs et monochromes qui vous permettront d'optimiser les performances de votre ordinateur. Quel que soit le modèle ou la marque. Pour brancher votre ordinateur sur la bonne image, c'est facile. Renvoyez le coupon-réponse ci -dessous pour recevoir une documentation sur les moniteurs Ph ilips. PH 1 LI PS C'EST DEJA DEMAIN Intéressé par la documentation 0 Intéressé par la visite d'un commercial 0 NOM : PRÉNOM : SOCIÉTÉ : > FONCTION : Adresse : Tél. : S.A. PH ILI PSl.C. - 50. Avenue Montaigne 75008 Paris
IBM RELANCE LA GUERRE DES PRIX LE DUEL IBM-APPLE FAIT RAGE POUR gagner la première place dans la microinformatique professionnelle. Après la baisse des prix décidée par Apple en septembre dernier ijusqu'à - 30%), IBM a également réduit ses prix début novembre de 3 à 44% suivant les modèles : de 15% sur le PC-XT, de 3% sur le PC-AT, de 30% sur les cartes d'extension mémoire et de 44% sur le clavier du PC-AT. Cette baisse est la quatrième depuis 1984. Cette décision constitue l'un des volets d'une vaste offensive pour combler le retard de Big Blue dans la micro-informatique. En effet le groupe représente environ un tiers des ventes françaises de micros et il souhaite visiblement atteindre une part de marché équivalente à celle qu'il détient dans les grands systèmes, soit 60% environ. En France, IBM aurait vendu 7 000 machines en 1983, première année de commercialisation, EXELVISION CROIT # # AU TELEPHONE UNE NOUVELLE VERSION DU EXL 100 est en préparation au centre d'Exelvision de Valbonne. De mème apparence que son aîné et totalement compatible avec celui-ci, il comprendra une carte principale plus petite, résultat d'investissements importants dans l'intégration des circuits et visant à réduire les coûts de production. Grâce au modem existant (voir notre banc d'essai de l'Exelmodem page 114), età des logiciels de communication performants, Exelvision entend s'attaquer au marché du téléphone intelligent avec un appareil à moins de 3 000 F. Un distributeur d'essence s'intéresserait déjà au produit pour équiper ses stations-service. Il n'est pas nécessaire en effet de disposer d'un IBM PC pour transmettre quotidiennement à lordinateur central de la compagnie quelques informations simples comme les chiffres de vente et récupérer les changements de tarifs en fonction de la concurrence. De telles applications sont légion dans le domaine de la distribution. Le nouvel EXL 100, grâce à sa modularité pourra être configuré, par exemple, en poste téléphonique avec émulation d'un terminal Minitel.composition automatique des numéros, gestion de rendezvous, répondeur automatique. A 3 000 F, lobjet peut séduire. Cette achine pourrait. voir le jour à la fin du deuxième trimestre. On imagine cependant que bien que le résultat d'exploitation d'Exelvision reste bénéficiaire de quelques millions de francs à la fin 1985, grâce aux 9 000 machines vendues à !'Education nationale et à une dizaine de milliers à létranger (Maroc, Tunisie, Espagne) sur 28 000 produites pendant lannée, la production en masse du nouvel EXL 100 ne pourra se faire sans partenaires extérieurs. SCIEl'ICt : lr Vit : MICRO 1'1° 23• Dt:Ct:M8Rt : 1985/11onsieur Aguerreberry, â droite, lors de 1'inauguration d'un magasin Random spécialisé dans la distribution de micro-informatique professionnelle. 35 000 en 1984 et 45 000 en 1985. Les efforts d'IBM porteront notamment sur la distribution. A la suite d'une vaste enquête menée auprès de ses distributeurs agréés, le groupe a mis en lumière ses faiblesses : surface des magasins trop réduite, nombre de vendeurs insuffisants, maigres performances des ventes de logiciels, service après-vente à améliorer. La qualité de la distribution est un facteur décisif de réussite " a souligné Michel Aguerreberry, directeur de la division microinformatique d'IBM France. Celui-ci a immédiatement mis ses principes en application en annonçant au cours de la même conférence de presse qu'il quittait IBM pour diriger Agena, principal revendeur de micros IBM. Conservant visiblement de bons rapports avec IBM, Michel Aguerreberry n'a t-il pas été nommé chez Agena pour tenter de relever le niveau général de la distribution en• VECSYS a mis au point avec le LIMSI, un laboratoire d'Orsay, une carte de reconnaissance vocale à moins de 5 000 F, capable d'apprendre 112 mots prononcés par la même personne et de les reconnaître avec moins del% d'erreurs. Tél. : (1) 69411504. e NOUS AVONS INDIQUÉ, le mois dernier, un numéro de téléphone erroné pour le GUFI : le numéro correct est (1) 45651011.• LES DEUX NUMÉROS un de l'informatique japonaise viennentde créer chacun leur filiale en France : NEC, leader de la microinformatique (tél. : (1) 47 47 5109), et Fujitsu, leader de l'informatique tout court (tél. : (1) 43 42 3515). Pourtant, ni l'un ni l'autre ne vendront pour l'instant d'ordinateurs : ils se concentreront sur les imprimantes, les lecteurs de disquettes et les disques durs. Rubrique réalisée par Petros GONDICAS avec la collaboration de Joseph BLONDEL, SeymourDINNEMATIN, Frédéric NEUVILLE et Hervé PROVATOROFF France ? Les transfuges de Big Blue vers la distribution sont tellement nombreux que cela ne s'apparente plus vraiment à une coïncidence. L'INTELLIGENCE EN PLUS L TERME D'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE va devenir autre chose qu'un vague expressionésotérique. Les premiers programmes arrivent enfin sur les microordinateurs. Pour ceux qui veulent s'initier aux systèmes-experts, il existe en France Expert-Ease sur IBM PC et compatibles et Mac Expert sur Macintosh. Mais aux Etats-Unis, des développeurs s'intéressent aux techniques des langages naturels pour faciliter laccès aux bases de données. Paradox est une base de données qui s'interroge grâce à un module intelligent. Ce nouveau produit est développé par Ansa, oû le financier Ben Rosen, qui a participé au lancement de Lotus et de Compaq, a pris des parts. Symantec propose le logiciel Q&'A, un intégré qui comprend un traitement de texte et un système de base de données interrogeables en anglais courant. Pour les logiciels qui ont déjà fait leur preuve, la tendance est d'y ajouter un module intelligent. Ainsi la base de données R:Base 5000, développée par Microrim et distribuée par Microsoft, possède un module optionnel d'interrogation en langage naturel nommé Clout. Lotus, pour sa part, a une participation financière chez Iris et Arity qui travaillent dans le domaine des bases de données et de l'intelligence artificielle. La première société à intégrer un système-expert dans un logiciel intégré sera MDBS. Dès janvier, Guru sera lancé. Il intégrera les fonctions de la base de données Knowledge-Man et un systèmeexpert. Il devrait sortir en France au même moment. utilisable sur l'IBM PC, l'ensemble coûtera environ 35 000 F. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204