SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 160 - 161  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
160 161
LOGICIELS DE JEUX SUR UNE AUTRE PLANÈTE, une autre dimension, existe un laby rinthe qui n'a ni début ni fin. Les gentils Speeps y vivent, et leur seule obsession est de se réunir pour ne faire plus qu'un. Car en un Peep unique seulement ils pourront par le miroir s'enfuir pour une re naissance. Comment pourront-ils faire ? Car ils tournent en rond tous à la même vitesse et dans le même sens. Il faut les faire sauter d'un palieP à un autre. Et quand ils se rejoignent, ne deviennent plus qu'un, qui tourne en es sayant de rattraper les autres. Le temps leur est compté, alors vite, tous pour un... Mais la vie de nos Speeps serait bien plus facile, si des lézards roulants n'allaient à leur rencon tre. Par leur morsure atroce, les Speeps mal habiles se retrouvent un de plus courant contre la montre. Mais l'on sait toutefois de JEU D'ACTION OU DE STRATÉGIE ? SI mulation commerciale ou aventure in tergalactique ? Inutile d'essayer de classer ce programme dans un genre ou dans un autre : Elite est le jeu de toute une vie... Vous venez de passer votre brevet de pilote interstellaire, et vous êtes maintenant prêt à embrasser la carriêre de commerçant spatial. La GalCop, coopérative intergalacti que, vous a gracieusement fourni un vaisseau de commerce et de combat Cobra mk Ill équipé d'un laser avant à pulsations, ainsi que 100 CR (unités de crédit universel) pour démarrer votre affaire. La GalCop, qui est la plus importante des fédérations planétaires, 160 ILLUSIONS. PourMSX ces reptiles affreux que personne ne les craint s'ils sont sur des paliers. Pour les Speeps qui tournent, ils ne sont dangereux que s'ils font leur rencontre dans tous les escaliers. Nous avons préféré reproduire ces quel ques vers extraits de la notice plutôt que de tenter de vous décrire l'indescriptible, mais voici tout de même quelques éclaircisse ments : vous contrôlez le mouvement d'en semble des Speeps. Les touches du curseur ! GRAPHISME 9/10 ANIMATION 7/10 SON 8/10 ERGONOM IE 7/10 RICHESSE 6/10 » » » » » » » » » » » » » » » > » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » > BLITB Testé sur Commodore 64 maintient des relations commerciales et di plomatiques avec plus de 2 000 planètes réparties à travers huit galaxies. Pour faire fructifier votre maigre capital de départ, vous devez voyager d'une planète à l'autre en achetant ou en vendant diverses marchandises aux prix les plus avantageux (pour vous !). Les cours varient bien sûr en.,... Cassette : 260f. Existe aussi pour BBC et Spectrum, bientôt sur Amstrad et MSX. Edité par firebird, distribué par Coconut. contrôlent leur sens de rotation, tandis que la barre d'espace ou la touche Shift les fait sau ter vers un étage supérieur ou inférieur. Lors que vous demandez un saut, chaque Speep mémorise l'ordre et attend d'arriver sur un palier pour l'exécuter. Ainsi, tous les Speeps sautent, mais pas en même temps. Quand un Speep est tout près d'en rejoindre un autre, vous pouvez inverser leur marche durant le saut pour essayer de les faire se rapprocher. Si tout cela ne vous paraît pas très clair, prenez un cachet d'aspirine, et reprenez depuis le début en vous concentrant mieux... Ça y est ? Maintenant que vous avez bien compris, sachez que c'est exactement le contraire pour le tableau suivant ! Inutile de nous étendre plus longtemps sur le sujet, on ne peut vraiment comprendre ce jeu (conçu par l'ancienne équipe de développement de Matte ! Electronics France) qu'après y avoir joué. RéHexes, concentration et même ré nexion sont nécessaires pour maîtriser ce jeu particulièrement original, dont l'action est ponctuée par une musique omniprésente mais supportable. Il faut noter que les mouve ments décrits plus haut peuvent être contrôlés à partir d'une manette de jeu, mais seule ment si celle-ci possède deux boutons de tirs indépendants (la plupart de manettes, dont les Quickshot 1 et 2, possèdent deux boutons qui sont connectés sur la même broche du port joystick). Malgré une apparente complexité, Illusions semble particulièrement convenir aux enfants qui en devineront le principe sans nécessairement lire la notice (par ailleurs bien faite, et en français)..,... Cassette : 149 F. füité par Nice ldeas. immeuble Héraklion, route des Dolines, Sophia Antipolis, 06560 Valbonne. Tél. : 93 74 05 04. fonction de l'offre et de la demande, mais les chiffres exacts ne sont communiqués qu'à proximité de la planète concernée, vous obligeant ainsi à prévoir les prix en tenant compte du contexte politicoéconomique de cette pla nète. En effet, l'ordinateur de bord peut four nir des informations sur n'importe quel monde officiellement enregistré par la Gal Cop : tendances économique et politique, ni veau technique, population, produit mondial brut, diamètre, distance par rapport à vous, et même un petit commentaire touristique. Votre vaisseau ne peut pas atterrir sur les planètes, et toutes vos transactions devront être effectuées dans les centres de transit qui SCIENCE 8t Vit : MICRO N°23 DECEMBRE 1985
gravitent autour. Ces astroports, appelés• stations Coriolis•, sont défendus par une puissante flotte de vaisseaux de police qui offre une relative. sécurité à quiconque travaille dans la légalité. La procédure d'appontage sur un astroport demande beaucoup de doigté et d'entrainemenet, car la station est en constante rotation sur elle-même, et vous devez compenser ce mouvement tout en restant dans l'axe d'approche du couloir d'entrée. En dehors de cette manœuvre délicate, le pilotage du vaisseau (avec le clavier ou la manette) est assez simple lorsqu'on est habitué à se mouvoir dans un espace traditionnel. Les voyages interplanétaires s'effectuent en hyper-espace : aprês avoir choisi votre destination sur la carte galactique et dans les limites de votre autonomie, un appui sur la touche H vous catapulte en quelques secondes en vue de la planête choisie. Vous devez vous en rapprocher le plus vite possible, car tant que vous n'êtes pas dans le périmètre de sécurité d'une station Coriolis, vous risquez d'avoir à combattre des pirates qui n'hésiteront pas à vous détruire pour récupérer votre cargaison. Vos victoires sont transmises à la GalCop qui évalue votre niveau de pilotage et vous attribue une prime en fonction du casier judiciaire de la victime. Mais tous les vaisseaux qui sillonnent l'espace ne sont pas des pirates, et vous pourrez croiser des commerçants, des chasseurs de primes, des policiers, des prospecteurs, des vaisseaux de l'armée, ou même des envahisseurs Thargoides. La plupart répondront hostilement à toute agression, aussi devez-vous savoir discerner les ennemis des amis et ne pas tirer sur tout ce qui bouge ! Les mondes anarchiques ou féodaux sont toujours infestés de bandes de pirates bien armés, et il est essentiel d'éviter de telles planètes tant que l'on n'est pas un pilote confirmé dans un vaisseau bien équipé. En effet, nombre d'options permettent d'étendre les capacités de votre vaisseau en fonction de vos besoins et surtout de vos moyens : du simple missile à tête chercheuse disponible sur toutes les stations Coriolis pour 30 CR, au laser militaire disponible pour 6 000 CR sur les planètes les plus évoluées, en passant par le laser à faisceaux (1000 CR), le système anti-missiles (600 CR) et la bombe à énergie (900 CR), les engins de destruction ne manquent pas ! Mais lon peut aussi acquérir des équipements plus pacifiques, tel l'ordinateur d'appontage (1 500 CR) qui prend en charge la délicate manœuvre décrite plus haut, ou l'extension SCIENCE lit VIE MICRO 1'1° 23• DECEJll6RE 1985 de la soute (400 CR) qui permet de transporter 15 tonnes de marchandises en plus. Bien que le commerce soit la façon la plus sûre de gagner sa vie, il existe d'autres alternatives, aussi risquées que lucratives : partir à la chasse aux pirates pour toucher de substantielles primes, ou encore faire de la contrebande d'esclaves, de drogue, ou d'armes ! Vous pouvez aussi détruire des astéroïdes pour en récupérer le minerai, à condition d'être équipé d'un laser à fragmentation (800 CR), et d'un récupérateur de matériaux (525 CR). Ce dernier peut aussi vous servir à happer la cargaison d:un vaisseau que vous auriez détruit, pour la revendre ensuite ! Mais sachez qu'un pirate n'a pas d'amis, et survivre dans un tel contexte requiert une grande expérience du combat, ainsi qu'un vaisseau bien armé. Le but du jeu est avant tout de survivre, mais aussi d'atteindre la plus haute classification possible : pilote d'élite. Une partie peut durer très longtemps, pour peu que l'on prenne la peine d'effectuer des sauvegardes fréquentes sur cassette. L'action est vue à travers la vitre du cockpit en perspective• fil de fer•, celle-là même qui déplait tant à certains critiques amateurs, alors qu'elle seule permet l'animation rapide d'objets en trois dimensions sur micro. Le jeu n'est pas aussi rapide que Starion (voir SVM n°20), mais le graphisme est plus réaliste car les lignes cachées n'apparaissent pas. li est possible de regarder devant, derrière, ou sur les côtés, et le radar tri-dimensionnel permet de repérer de façon précise la position de chaque objet par rapport à votre vaisseau. De chaque côté de lécran radar, des voyants vous renseignent sur vos réserves de carburant, d'énergie ou de missiles, sur votre vitesse, la température de votre laser, etc. Grâce à un dosage subtil entre l'action et la stratégie, entre le jeu d'arcade et la simulation, plus une pincée d'aventure pour relever le tout, Elite atteint presque la perfection. Plus de 40 heures de pérégrinations interplanétaires, 108 sauvegardes, 3 litres de thé, ont été nécessaires à votre critique de jeux préféré pour tester ce programme impressionnant dont l'intérêt grandit avec le temps ! La notice contribue à vous mettre dans l'ambiance... à condition, une fois de plus, de maitriser l'anglais. Pouvoir communiquer avec les vaisseaux amis ou ennemis autrement que par des tirs de rayons laser aurait certainement rendu le jeu plus réaliste et attrayant. Mais ces quelques critiques ne font qu'égratigner ce programme en or massif, qui fait partie de l'élite du jeu sur micro-ordinateur. : GRAPHISME ANIMATION SON ERGONOMIE RICHESSE 8/10 9/10 8/10 7/10 9/10 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » SORDERON'S SIIADOW LA CONTRÉE D'ELINDOR ÉTAIT AU trefois prospère et gouvernée par le bon et juste roi Ba. Mais, un jour, un sorcier maléfique vint de l'Est. Sorderon était son nom. Il ensorcela le roi et celui-ci chassa tous ses loyaux gardiens. Lorsque Ba fut seul, Sorderon le tua et vola le légendaire parchemin de Dorian qui contient le secret de l'immortalité. Après s'être rendu immortel, le sorcier cacha le parchemin dans la cité de Baramund, qu'il fit disparaitre par magie. Alors commença le règne de Sorderon. Tous ceux qui osaient lui résister étaient tués puis transformés en pantins humains. Des seigneurs, il fit les Kremens, et de leurs soldats les Krillans, combattants sans âme de l'armée des ombres. Seuls les seigneurs Aravor, Plavor et Karavor échappèrent à son emprise et se cachèrent, comme tous ceux qui voulaient rester libres, en attendant l'homme sans nom. Héros de ce jeu d'aventure, vous êtes l'Homme sans nom et vous devez détruire l'ignoble Sorderon. Votre tâche est longue et difficile : réunir les quelques seigneurs et guerriers encore libres qui sont dispersés et Pour Sinclair Spectrum cachés dans toute la contrée, résoudre des énigmes complexes, trouver et payer un sculpteur de bois en lui fournissant les outils et matériaux nécessaires pour façonner un bâton magique, et faire réapparaitre la légendaire cité de Baraniund, au cŒu"r de laquelle se trouve le fameux parchemin de Dorian, qui vous permettra enfin d'en finir avec Sorderon. Pour cela, vous aurez besoin de communi Suite page 162 161



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204