SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 152 - 153  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
152 153
LOGICIELS FAMILIAUX GESTION II Ce nouveau logiciel de Version Soft permet à un particulier ou à une association de tenir sa comptabilité, de faire un budget prévisionnel ou une ébauche de bilan. Pour 1200 F TTC, il offre un outil beaucoup plus sérieux que la plupart des autres programmes de budget. Une gestion de budget personnel ou d'association sur Apple lie..., Logiciel de comptabilité personnelle et gestion simplifiée d'associations toi 1901, pour Appte lie et lie nouvelle version (65CQ2) avec 128 Ko de mémoire et 5buris, Prix : 1 200 frrc. Version Soft, 94 rue Lauriston, 75016 Paris. Tél. : (1) 47 27 71 72. l 1 WOJCJEL TESTÉ : Programme du commerce, manuel en français de 100 pages, avec de nombreux exemptes d'application et deux disquettes d'exemples. 1 152 ET ON OSE ENCORE DIRE QUE la comptabilité est une discipline ré barbative ! Gestion IL l'un des der niers-nés de l'éditeur français Ver sion Soit est là pour infirmer cette idée reçue. Fidèle à la tradition d'Epistole et de Version Cale (le traitement de texte et le tableur bien connus du même éditeur), voici un bon logi § ciel avec fenêtres multiples, menus dérou g, lants et utilisation intensive de la souris. Il évite soigneusement la plupart des lacunes qui font de nombreux gestionnaires de bud get pour particuliers des gadgets plus que des outils utiles. Il ne se contente pas d'enregistrer les dépenses et les recettes : il les met en rapport avec vos différents comptes en banque, les compare avec votre budget prévision nel, et tient même compte des délais d'encaissement des chèques et de débit des cartes de crédit. li fait un bilan en enregistrant l'état du patrimoine. Les gestionnaires d'associations trouveront peut-être que la terminologie cmnptable y est simplifiée à l'extrême. Mais l'utilisateur individuel se félicitera de cette simplification, source de facilité. L'enregistrement des dépenses au jour le jour est très simple : il se fait à l'intérieur d'un fichier qui correspond au mois en cours. Vous enregistrez votre mouvement de fonds en précisant s'il s'agit d'une dépense ou d'un revenu, en indiquant la date, le motif, éventuellement le numéro du chèque, et le poste de dépenses ou de revenu concerné (restaurant, loyer, intérêts...), suivant les catégories défi nies par vous. Mais, surtout, vous aurez indiqué auparavant à l'ordinateur quel sera le compte affecté : compte courant si vous avez émis ou reçu un chèque, compte de carte si vous avez payé par carte de crédit, caisse si vous avez payé ou avez été payé en liquide. Deux autres comptes un peu à part peuvent en même temps être affectés par votre saisie : l'actif et le passif. Par exemple, si vous versez les intérêts d'un emprunt qui vous a permis d'acheter votre maison, vous inscrirez cette transaction à votre compte courant, mais aussi à votre passif, puisqu'il s'agit d'une dette. En revanche, au moment de l'achat, le prix de la maison a bien affecté votre compte courant, mais aussi votre actif, puisqu'elle fait partie de votre patrimoine. On retrouve là les principes de la comptabilité en partie double, celle que pratiquent toutes les entreprises mais qui déroute souvent les individus. C'est pourtant elle seule qui permet de tenir des comptes exacts dans toutes les situations. Tout mouvement de fonds est inscrit dans au moins deux endroits à la fois, celui êl'où il vient et celui où il va : du porte-monnaie vers le cinéma, du salaire vers le compte en banque... Naturellement, Gestion Il enregistre les transferts entre comptes : retrait de liquide à votre banque, règlement de la facture de votre carte de crédit, virement d'un compte-chèques à un compte sur livret... Rien ne vous empêche de gérer plusieurs cartes de crédit, plusieurs comptes en banque... Soixante rubriques au total peuvent être ainsi définies, si l'on ajoute les comptes aux postes de dépen ses et de revenus. Avec un logiciel classique, soit vous enregistrez vos dépenses dès que vous signez la facture - mais vous risquez de vous priver d'une somme disponible en ôtant le montant correspondant de façon anticipée du solde de votre compte -, soit vous attendez le débit effectif - mais vous risquez de vous trouver dans le rouge inopinément. Ici, l'option rapprochement vous permet de pointer, comme vous le feriez en comparant votre relevé ban caire et vos talons de chèques, les dépenses effectivement débitées. Vous pouvez ensuite faire apparaître soit le solde instantané, soit le solde tel qu'il sera quand tous les chèques auront été renvoyés par leurs bénéficiaires. Une autre astuce bien pratique consiste à indexer d'un T (pour taxes) tous les mouvements de fonds qui devront être pris en compte pour votre déclaration d'impôts : salaires, intérêts, frais professionnels... Il suffira d'imprimer, chaque fin de mois, la liste récapitulative des écritures indexées pour faciliter la rédaction du pensum annuel. N'oublions pas la possibilité de créer jusqu'à 10 écritures automatiques pour le loyer, l'impôt mensualisé, les traites, le virement périodique d'une somme fixe d'un compte courant à un compte d'épargne... Il suffit de définir le jour du mois et la fréquence de l'opération : mensuelle, bimestrielle, trimestrielle, semestrielle ou an nuelle. L'option• ajuster•, elle, sert notamment à modifier d'autorité le solde du compte des actifs, afin de tenir compte d'une plusvalue d'actions, par exemple. Toutes ces écritures saisies peuvent être analysées de nombreuses manières. Le logiciel les classe automatiquement par ordre chronologique : inutile d'enregistrer achats et revenus dès qu'ils ont été effectués, cela peut se faire dans le désordre. Une fonction vous permet de prévoir un budget sur un ou plusieurs mois de l'exercice en cours pour chacun des comptes. En comparant les dépenses ou les revenus réels à ceux que vous avez prévus, vous connaîtrez les écarts intervenus. Vous pouvez demander à l'ordinateur à tout moment les soldes des différents comptes, l'état de votre patrimoine par le rapprochement actif-passif, ou f'ensemble de vos dépen- SCIENCE. lit VIE MICRO 1'1° 23• DE.CE.MBRE.1985
ses et revenus par type de comptes. Le pro gramme apporte une précision intéressante, en indiquant les pourcentages que représente chaque catégorie par rapport aux revenus et dépenses globaux. Ainsi, par exemple, vous saurez quel pourcentage vous consacrez à votre voiture par rapport à l'ensemble de vos dépenses du mois ou de l'année. Les comptes d'une année entière figurent sur une disquette distincte de celle qui contient le programme. Malheureusement, il est obligatoire de commencer enjanvier et de finir en décembre. On ne peut créer un exer cice de juin 1986 à mai 1987, par exemple, qu'en répartissant le fichier sur deux disquet tes, où les mois avant juin 1986 et après mai 1987 resteront vides. On peut reporter d'une année sur lautre les soldes des comptes. Un exemple de comptabilité d'association est fourni sur disquette avec le logiciel. La structure des comptes et la façon de les gérer ne sont pas différentes d'un budget familial. Simplement les comptes actif et passif seront dans ce cas utilisés à plein, alors qu'ils restent d'une utilité discutable pour un particulier. Comme la plupart des logiciels qui miment le Macintosh sur un Apple de la série IL Gestion II n'est utilisable que sur un Apple lie ou un Apple Ile nouvelle version, muni à l'origine du microprocesseur 65C02 ou adapté ultérieure ment à l'aide du kit de transformation. Le logiciel est actuellement disponible sur une disquette de 5 1/4 pouces protégée contre la copie. Une version pour les nouveaux lecteurs 3 1/2 pouces devrait suivre. Le manuel, qui comprend une partie d'apprentissage et une de référence, s'appuie sur de nombreux exemples, mais ne comporte pas d'index. Gestion II ne prétend pas être un logiciel de comptabilité professionnelle ; on peut regret ter l'absence d'un module graphique en option, qui permettrait de visualiser les écarts à un budget ou l'évolution de différents postes de dépenses. Mais c'est au total un outil très performant pour ceux qui veulent s'astreindre à la tenue d'un budget familial. et qui intéres sera aussi les responsables des innombrables associations sans but lucratif. MXTEXT LA MODE EST AUX TRAITEMENTS DE texte avec des menus déroulants - dans le style des programmes pour Macintosh - plusieurs styles de carac tères et une gestion de fichiers et d'impri mante plus facile. Dans cet esprit, voici pour les micro-ordinateurs au standard MSX, un produit aux performances acceptables, compte tenu d'un prix modeste. MX TEXT est disponible soit en version cassette, soit en version disquette. Seule la première étant commercialisée, les possesseurs d'une unité disquette pourront moyennant l'envoi d'une disquette vierge de 3 1/2 pouces à l'éditeur, obtenir le programme sur disquette. A l'écran, apparaissent la barre des menus, le nom du texte en cours et une fenêtre de treize lignes de trente-huit caractères cha cune. Au fur et à mesure de la saisie, le texte défile dans la fenêtre. En bas de l'écran, une ligne d'état indique la capacité mémoire occu pée. La longueur maximum de texte autorisée est de l'ordre d'une quinzaine de pages. On accède aux cinq menus déroulants grâce aux cinq touches de fonction. Le premier menu gère la création de nouveaux documents, la sauvegarde et le rappel des documents sur cassette ou sur disquette ainsi que l'impres sion. La sauvegarde peut être faite soit selon un format propre à MX TEXT, soit encore selon le standard ASCII, ce qui permet de récupérer le texte sans les caractères de contrôle avec un autre traitement de texte voire un autre ordinateur par le biais d'un SCIENCE 8c VIE MICRO N°23 DECEMBRE 1985 logiciel de transfert de fichiers. Le menu format permet d'adapter le logiciel à l'imprimante utilisée. Les menus style et justification permettent de choisir parmi les cinq styles de caractères : normal. gras, souligné, italique et large ainsi que la justification de différents paragraphes. Le menu structure sert à créer des en-têtes et des pieds de page, ainsi que les fonctions de recherche et de remplacement de un ou plusieurs mots. En ce qui concerne le chargement. sachez que la notice comporte une erreur de frappe, l'ordre de chargement étant LOAD et non BLOAD. Un glossaire de 7 messages de 31 caractè res chacun permet de créer et de mémoriser les formules d'usage habituelles. Cependant les options style et justification ne modifient ni l'agencement du texte ni le style des caractè res à l'écran. Le document affiché à l'écran ne correspond pas à celui qui sera imprimé. Le logiciel est configuré pour une imprimante au standard MSX, ainsi que pour une imprimante Epson, à sortie parallèle. Cependant si ce n'est pas une Canon T 22, il faut redéfinir tous les caractères de contrôle qui gèrent les diffé rents styles de caractères et les justifications de votre texte, à l'aide du manuel fourni avec l'imprimante. Toute autre imprimante à sortie parallèle est compatible, mais nécessite une reconfiguration complète à partir du menu adéquat de MX TEXT. Un produit tout à fait convenable dans la gamme des logiciels MSX, vu ses performances et son prix modeste. ErykSCHMID Un traitement de texte français à usage familial pour ordinateur MSX. Traitement de texte familial pour MSX 32 l\o RAM minimum. Distribué par Canon France, Z.I. du Coudray, 7 av. Albert Einstein, 94154 Le Blanc-Mesnil Cédex. Tél. : (1) 48 65 42 32. Prix : 250 F TTC. 1 1 LOGICIEL TESTÉ : Version définitive sur support cassette. 153



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204