SVM n°23 décembre 1985
SVM n°23 décembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de décembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : Exel... le Macintosh explose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 128 - 129  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
128 129
128 Suite de la page 126 ainsi contrôler la hauteur des tons (trois voix sur huit octaves), le tempo (la durée de chaque note) ainsi que l'enveloppe (les dix enveloppes présélectionnées vous permettent entre autres de simuler le son d'un piano, d'un accordéon, d'une guitare, ou bien d'une trompette). Mais les instructions qui concernent le son et le graphisme ne sont pas les seules à figurer au palmarès des nouveautés. Auparavant, sur le Commodore 64, il fallait se livrer à une gymnastique peu commode pour parvenir à lire le catalogue d'une disquette. En mode 128, cette opération a été remplacée par l'ordre DlRECTORY beaucoup plus conventionnel. Juste au-dessus du pavé numérique se trouvent quatre touches de fonction (qui donnent accès à huit fonctions, en les combinant avec la touche SHlFT) commandant des ordres auxquels on a souvent recours. DlRECTORY, par exemple, est exécuté automatiquement par une simple pression sur la touche F3, le lancement d'un programme s'effectue en tapant sur F6 - ce qui évite de taper les trois lettres RUN. Ces touches de fonction peuvent cependant ètre Caractéristiques Microprocesseurs : 8502 (1 ou 2 MHz}. Z80 (4 MHz), 8 bits. Systeme d'exploitation : Commodore et CP/M Plus. Mémoire : Vive : 128 Ko, extensible à 512 Ko par cartouches externes. Morte : 48 Ko+ 16 Ko pour le DOS. Mémoire de masse : en option : 1541, ancien lecteur de disquettes 5 1/4 pouces (2 120 f NT) simple face 175 Ko. Deux nouveaux lecteurs : 1570, simple face 5 1/4 pouces de 175 Ko (2 480 f NT) et 1571, double face 5 1/4 pouces de.350 Ko (env..3 000 f NT). Datassette - lecteur de cassettes (245 f NT). Cartouches de programmes de mémoire morte. Affichage : en option : moniteur couleur 40/80 colonnes (non disponible), moniteur couleur 40 colonnes (2 160 f NT), moniteur monochrome 80 colonnes (1100 f NT). Câble PAL/Péritel (404 f NT). En standard câble antenne PAL. 40 ou 80 colonnes, résolution.320 x 200 ou 620 x 200 avec 16 couleurs. Clavier : AZER1Y accentué avec pavé numérique et touches de fonction (92 touches), disponible à la fin del'année. Interfaces : vidéo composite, RVB, 2 connecteurs manette de jeu, 1 connecteur cartouche, cassette, utilisateur. Son : Synthétiseur.3 voix, 6 octaves, 10 enveloppes. Langages : Basic 2.0 (mode 64) et 7.0 (mode 128). CP/M Plus. Dimensions/poids/alimentation : 5,6 x 4.3,2 x.32,4 cm/2,4.3 kg/220 Volts, 15 Watts, externe. Prix :.3 490 f TTC, avec 128 Ko et CP/M. Disponibilité : immédiate en QWER1Y fin 85 en AZER1Y. Garantie : 1 an Distributeur : Commodore France,.3 rue du Dr Lanceraux, 75008 Paris. Tél : (1) 45620109. entièrement reprogrammées à l'aide de la nouvelle instruction KEY suivie du numéro de la touche que l'on veut définir puis de la suite de caractères alphanumériques ou de contrôles que l'on veut voir exécuter. Cette facilité existe dans le mode C64, mais uniquement en langage machine. Le formatage des disquettes a aussi été grandement simplifié ainsi que l'accès aux fichiers directs qui n'avaient pas le mérite de la simplicité sur le C64. La gestion des erreurs de lecture ou d'écriture, bien qu'ayant été largement améliorée, laisse encore beaucoup à désirer. Lorsqu'une erreur d'entrées-sorties se produit, le lecteur manifeste son mécontentement en laissant clignoter le témoin d'accès. Vous devez alors donner un ordre pour afficher la nature de l'erreur et repartir du bon pied. Appel obligatoire li est bien spécifié que tout manquement à cette manoeuvre peut avoir des effets désastreux sur les données écrites sur le disque. Cela signifie en d'autres termes que tous les accès au disque qui peuvent avoir lieu au cours d'un programme doivent obligatoirement se terminer par un appel à un sousprogramme (donné en exemple dans la documentation), chargé de vérifier que l'opération s'est bien effectuée. Une contrainte qui existe aussi en mode 64 et qui aurait bien pu ètre supprimée. D'autres commandes d'accès au disque ont été rajoutées en mode 128 (en particulier en ce qui concerne la gestion de la place sur le disque). Seuls les modes 128 et CP/M Plus permettent de profiter de l'amélioration des vitesses de lecture et d'enregistrement. Les efforts de rapidité se sont aussi portés sur la vitesse d'exécution des programmes en Basic. Le mode 128 dispose d'une instruction FAST qui permet de passer de la vitesse lente à la vitesse rapide (la fréquence du microprocesseur passe alors de 1 à 2 MHz. Parmi les autres instructions du Basic 7.0, citons aussi les boucles DO LOOP... UNTIL qui permettent de répéter une séquence tant qu'un paramètre ne vérifie pas la condition figurant après UNTIL, ou bien encore AUTO et RENUMBER qui agissent sur les numéros de ligne et enfin TRON et TROFF qui permettent de suivre l'exécution d'un programme ligne par ligne et dont l'absence faisait cruellement défaut au C64. Un des derniers perfectionnements du Cl28 est le moniteur de langage machine auquel on accède par la commande MONITOR directement à partir du Basic. Ce moniteur permet d'écrire, de relire, d'assembler ou de désassembler un programme écrit en langage machine. Vous pouvez ainsi insérer des routines en assembleur au sein de programmes Basic. Avec l'Apple Il, le Commodore 64 est sans doute l'un des ordinateurs les mieux pourvus en logiciels. Commodore affirme que plus de 6 000 titres existent dans le monde. Naturellement le nombre de programmes disponibles en France est bien inférieur, mais un nux constant de titres nouveaux (surtout des jeux) alimente néanmoins l'hexagone. Malgré la dominance des jeux, des applications plus sérieuses voire professionnelles comme des bases de données, ou des tableurs figurent aussi au catalogue des logiciels pour Commodore 64. Nous l'avons déjà dit, tous les logiciels que nous avons testés sont compatibles avec le Cl28 en mode 64. Reste cependant à savoir si des produits nouveaux seront développés pour le mode 128. Dans l'état actuel des choses, hormis le Basic étendu, le Cl28 est parfaitement sous-employé. On ne trouve que peu de logiciels tirant parti de ses possibilités : Jane, le premier logiciel intégré sur Apple Il, a été adapté au Commodore. Ce produit assez simplifié, regroupe un tableur, un gestionnaire de fichiers et un traitement de texte. On relève aussi Paperclip, un traitement de texte sur 80 colonnes et Superbase, un système de gestion de base de données à michemin entre les très professionnels dBase Il et dBase Ill. De nombreux logiciels sous CP/M fonctionnent également sur le Commodore 128 : ceux destinés aux ordinateurs Kaypro (qui ont connu une certaine vogue il y a deux ans) et Osborne (qui bénéficient d'un club d'utilisateurs en France malgré la disparition du constructeur). Nous avons pu essayer,... Ill ! Tal lie textelllll ! I AOO Son im.. U 1 tesse sour- i s l 2. ! !'. Taille 1exte RBClll ! lll... Type de papi en §'li ! ll Qualité ABC bm 111pr- lnante 0:001 01101 Tes t OKI trSOM AUIJlf Jane, un des rares logiciels profitant des possibilités du mode 128. entre autres, Multiplan et dBase Il. Un mau vais point en revanche pour la filiale française de Commodore : elle se repose entièrement sur les logiciels importés - certes nombreux - et ne fournit pas une aide appropriée aux créateurs français. A qui s'adresse le C128 ? Toujours dans un souci de ne négliger aucune clientèle, Commodore répond : , À tout le monde, ! Il est vrai que pour 3 490 F TTC, le Cl28 paraît tout à fait abordable. Mais si l'on rajoute un lecteur de disquettes et un moniteur couleur, on se retrouve bien au-dessus des prix pratiqués par Amstrad avec le CPC 6128, une machine à peu près équivalente au niveau des logiciels, de la capacité mémoire adressable et également capable d'utiliser des logiciels sous CP/M. Pour le nouvel acheteur, la comparaison risque de souffrir de cet écart de prix. Le Commodore 128 possède en revanche toutes ses chances auprès de sa clientèle déjà équipée en C64 et qui désire passer à une machine plus performante sans pour cela devoir abandonner tous ses logiciels. Ajoutons à cela la clientèle professionnelle qui désire s'équiper au moindre coût, le nom de Commodore leur sonnera peut-être plus doux à l'oreille que celui d'Amstrad. Rendez-vous dans un an. EricTENlN SClt:NCE lit VIE MICRO N°23 - DECEMBRE 1985
ClickWorks Gestion de fichier + tableur la ire gestion de fichier souris sur Apple Il 0 ClickWorks est une gestion de fichiers dotée d'une extraordinaire puissance de calcul. C'est aussi la première gestion de fichiers qui allie les ressources de la souris à l'esthétique de la double résolution graphique. Avec ClickWorks, l'Apple//e et l'Apple//c atteignent le sommet de leur art. Presque du Macintosh ! Comme sur Macintosh avec CX MacBase, jouez des icônes et de la souris - tel un maquettiste - pour mettre en page et embellir vos fiches. Cliquez pour couper, coller, encadrer, agrandir une zone, copier... c'est simple, on se croirait vraiment sur Macintosh ! Des fichiers bien gérés Avec ClickW orks, vous pouvez "dessiner" vos modèles de fiche, saisir, mettre à jour, rechercher, trier, classer, calculer, imprimer états et étiquettes. Retrouvez vos informations par des critères tels que : supérieur, inférieur, compris entre, différent, faux, vrai, etc..., éventuellement combinés avec les ordres conditionnels : si... alors... sinon. C'est pratique, c'est rapide, et vous pouvez même gérer de très grands fichiers.• Bon de réduction inclus dans l"Apple lie. Une puissance de calcul exceptionnelle Envoyez automatiquement une sélection de fiches vers le tableur ; changez une des valeurs... ClickW orks recalcule tout pour vous et renvoie les résultats dans une de vos fiches ! Il vous suffit de cliquer pour lancer les calculs les plus divers dans vos fiches comme dans le tableur : vous disposez d'un nombre impressionnant de fonctions. Le libre échange des données. ClickWorks est ouvert à tous : échangez vos fichiers par modems interposés (en particulier en utilisant Apple Access//) ou éditez automa tiquement du courrier personnalisé avec un traitement de textes, par exemple Epistole de YersionSoft. ili Controle X Les logiciels à tout imaginer 94, rue Lauriston - 75116 Paris Tél. (1)47.27.71.72 Appk Computer cs1 le hccnc1é de la marque M acm t oh CX Mac Basc:. Chc kWorks sont des marques déposCcs de ControleX. JI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 23 décembre 1985 Page 1SVM numéro 23 décembre 1985 Page 2-3SVM numéro 23 décembre 1985 Page 4-5SVM numéro 23 décembre 1985 Page 6-7SVM numéro 23 décembre 1985 Page 8-9SVM numéro 23 décembre 1985 Page 10-11SVM numéro 23 décembre 1985 Page 12-13SVM numéro 23 décembre 1985 Page 14-15SVM numéro 23 décembre 1985 Page 16-17SVM numéro 23 décembre 1985 Page 18-19SVM numéro 23 décembre 1985 Page 20-21SVM numéro 23 décembre 1985 Page 22-23SVM numéro 23 décembre 1985 Page 24-25SVM numéro 23 décembre 1985 Page 26-27SVM numéro 23 décembre 1985 Page 28-29SVM numéro 23 décembre 1985 Page 30-31SVM numéro 23 décembre 1985 Page 32-33SVM numéro 23 décembre 1985 Page 34-35SVM numéro 23 décembre 1985 Page 36-37SVM numéro 23 décembre 1985 Page 38-39SVM numéro 23 décembre 1985 Page 40-41SVM numéro 23 décembre 1985 Page 42-43SVM numéro 23 décembre 1985 Page 44-45SVM numéro 23 décembre 1985 Page 46-47SVM numéro 23 décembre 1985 Page 48-49SVM numéro 23 décembre 1985 Page 50-51SVM numéro 23 décembre 1985 Page 52-53SVM numéro 23 décembre 1985 Page 54-55SVM numéro 23 décembre 1985 Page 56-57SVM numéro 23 décembre 1985 Page 58-59SVM numéro 23 décembre 1985 Page 60-61SVM numéro 23 décembre 1985 Page 62-63SVM numéro 23 décembre 1985 Page 64-65SVM numéro 23 décembre 1985 Page 66-67SVM numéro 23 décembre 1985 Page 68-69SVM numéro 23 décembre 1985 Page 70-71SVM numéro 23 décembre 1985 Page 72-73SVM numéro 23 décembre 1985 Page 74-75SVM numéro 23 décembre 1985 Page 76-77SVM numéro 23 décembre 1985 Page 78-79SVM numéro 23 décembre 1985 Page 80-81SVM numéro 23 décembre 1985 Page 82-83SVM numéro 23 décembre 1985 Page 84-85SVM numéro 23 décembre 1985 Page 86-87SVM numéro 23 décembre 1985 Page 88-89SVM numéro 23 décembre 1985 Page 90-91SVM numéro 23 décembre 1985 Page 92-93SVM numéro 23 décembre 1985 Page 94-95SVM numéro 23 décembre 1985 Page 96-97SVM numéro 23 décembre 1985 Page 98-99SVM numéro 23 décembre 1985 Page 100-101SVM numéro 23 décembre 1985 Page 102-103SVM numéro 23 décembre 1985 Page 104-105SVM numéro 23 décembre 1985 Page 106-107SVM numéro 23 décembre 1985 Page 108-109SVM numéro 23 décembre 1985 Page 110-111SVM numéro 23 décembre 1985 Page 112-113SVM numéro 23 décembre 1985 Page 114-115SVM numéro 23 décembre 1985 Page 116-117SVM numéro 23 décembre 1985 Page 118-119SVM numéro 23 décembre 1985 Page 120-121SVM numéro 23 décembre 1985 Page 122-123SVM numéro 23 décembre 1985 Page 124-125SVM numéro 23 décembre 1985 Page 126-127SVM numéro 23 décembre 1985 Page 128-129SVM numéro 23 décembre 1985 Page 130-131SVM numéro 23 décembre 1985 Page 132-133SVM numéro 23 décembre 1985 Page 134-135SVM numéro 23 décembre 1985 Page 136-137SVM numéro 23 décembre 1985 Page 138-139SVM numéro 23 décembre 1985 Page 140-141SVM numéro 23 décembre 1985 Page 142-143SVM numéro 23 décembre 1985 Page 144-145SVM numéro 23 décembre 1985 Page 146-147SVM numéro 23 décembre 1985 Page 148-149SVM numéro 23 décembre 1985 Page 150-151SVM numéro 23 décembre 1985 Page 152-153SVM numéro 23 décembre 1985 Page 154-155SVM numéro 23 décembre 1985 Page 156-157SVM numéro 23 décembre 1985 Page 158-159SVM numéro 23 décembre 1985 Page 160-161SVM numéro 23 décembre 1985 Page 162-163SVM numéro 23 décembre 1985 Page 164-165SVM numéro 23 décembre 1985 Page 166-167SVM numéro 23 décembre 1985 Page 168-169SVM numéro 23 décembre 1985 Page 170-171SVM numéro 23 décembre 1985 Page 172-173SVM numéro 23 décembre 1985 Page 174-175SVM numéro 23 décembre 1985 Page 176-177SVM numéro 23 décembre 1985 Page 178-179SVM numéro 23 décembre 1985 Page 180-181SVM numéro 23 décembre 1985 Page 182-183SVM numéro 23 décembre 1985 Page 184-185SVM numéro 23 décembre 1985 Page 186-187SVM numéro 23 décembre 1985 Page 188-189SVM numéro 23 décembre 1985 Page 190-191SVM numéro 23 décembre 1985 Page 192-193SVM numéro 23 décembre 1985 Page 194-195SVM numéro 23 décembre 1985 Page 196-197SVM numéro 23 décembre 1985 Page 198-199SVM numéro 23 décembre 1985 Page 200-201SVM numéro 23 décembre 1985 Page 202-203SVM numéro 23 décembre 1985 Page 204