SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
fenêtres de dialogue viennent s'afficher pour sélectionner, invalider ou confirmer. De la même manière, pour travailler sur un fichier particulier, il suffit, au sein du mini-catalogue, de désigner le nom du fichier qui s'affiche alors en vidéo inverse. De nouvelles options sont alors possibles, toujours suivant le même principe. On peµt désormais copier, effacer, renommer ou lister le fichier, toujours au travers de fenêtres de dialogue. Le listing, sur écran ou imprimante, n'a rien à voir avec le listing habituel d'un programme Basic par exemple. li s'agit en fait du désassemblage, octet par octet, du contenu du fichier tel qu'il est enregistré sur la disquette, Pour ceux que l'étude de la structure exacte d'un fichier pas sionne, c'est parfait... Pas assez intégré Tout ce que l'on peut faire avec Exploita tion de fichiers vient d'être décrit. li y a bien sûr quelques manques sérieux : le minicata Jogue qui ne donne dans un premier temps qu'un contenu très partiel de la disquette, on ne peut voir le tout qu'en pointant sur des flèches de déroulement ; l'ordre de range ment des fichiers, alphabétique, est immua ble ; il n'est pas possible de constituer des dossiers ; on ne peut pas charger un pro QUATRIÈME VÉRITÉ Contrairement à l'idée donnée par une cam pagne de lancement soigneusement orches trée, la mise au point du TO 9 a été marquée par une certaine improvisation. Le passage in extremis du lecteur de disquettes 5 1/4 pouces au lecteur 3 1/2 pouces, le retard prolongé dans l'implantation du gestionnaire de fichiers en mémoire morte qui semble être à l'origine du report de la production (début octobre, les chaînes de Thomson ne tour naient toujours pas alors que la machine de vait être chez les détaillants le 1" du mois), et surtout l'absence de contrôle systématique de la compatibilité jusqu'à une date très tar dive laissent une impression désagréable. gramme directement par• Exploitation de fi chiers•,on ne peut que contrôler sa présence avant de repasser sous le contrôle d'un Jan gage qui permette le chargement. Dans le cas du Basic 128, qui possède une commande DIR pour afficher le catalogue, le détour par• Exploitation de fichiers• est donc quelque peu inutile. Cet utilitaire, malgré les avanta ges certains qu'il apporte dans l'exécution de tàches routinières, n'apparaît donc pas comme suffisamment intégré au système dans son ensemble. Trop refermé sur lui même, il ne peut sûrement pas prétendre au nom de• DOS iconique•. li permet cependant de mettre le doigt sur une nouvelle bizarrerie (faut-il dire une imprudence ?) de Thomson.•Exploitation de fichiers donne en effet l'en vie d'utiliser un deuxième lecteur de disquet tes, de manière notamment à optimiser les opérations de copie. A travers lui, les choses 82 paraissent simples. Si vous achetez le lecteur 3 1/2 pouces Thomson prévu (1 950 F), pas de problème. Si, en revanche, vous souhaitez utiliser le lecteur 5 1/4 pouces de 320 Ko A gauche, les sorties son, imprimante et Péri tel. face aux capuchons, 3 bus identiques, et la prise pour extension mémoire. double face, double densité, destiné au TO 7/70 et annoncé comme compatible, les choses ne se déroulent pas comme prévu. N'essayez pas d'enficher le 51/4 pouces dans l'un des trois ports d'extension comme sur le TO 7/70. Ce n'est pas là que ça se passe. li faut le brancher tout simplement sur la sortie prévue pour un lecteur externe. L'interface n'est pas la même ? Ha, ha. Très drôle. A partir de là, deux cas se présentent : soit vous avez un lecteur 5 1/4 pouces re connu comme deuxième lecteur (sans contrôleur), et dans ce cas il suffit de vous procurer auprès du service après-vente de Thomson un câble en Y qui assurera le branchement ; deuxième cas, le plus fréquent, vous avez un premier lecteur 5 1/4 pouces avec contrôleur ; dès lors, non seulement vous devez obtenir le câble, mais des modifications de vront être apportées au lecteur lui-même. Les services techniques de Thomson s'en charge ront, et gratuitement, ils nous l'ont promis. Merci pour le cadeau, mais on aurait préféré un peu plus de clarté dès le départ. Avec l'imprimante, pas de problème si vous achetez la nouvelle PR 90600 (3 200 F envi ron). Elle est munie à l'origine du câble Cen tronics au format MSX. Si vous voulez utiliser la vieille imprimante de votre TO 7, même adresse que précédemment pour vous procu rer le câble adapté, C'est avec ses logiciels intégrés que le TO 9 prend sa pleine mesure. Et particulièrement avec Paragraphe, le traite ment de texte, qui réussit particulièrement bien à la fois l'intégration au système et les facilités d'emploi fondées sur les leçons du professeur Macintosh. Le gestionnaire de fichiers Fiches et dos siers paraît de prime abord plus décevant. Avec des performances assez quelconques, une• convivialité• moins aboutie que dans Paragraphe, il semble davantage bâclé. A la mi-octobre, il n'était d'ailleurs toujours pas au point : quelques bogues subsistaient, qui ont retardé la mise en production du TO 9, achevé par ailleurs. Un document créé avec Fiches et dossiers comprend au maximum 60 rubriqµes de 52 caractères réparties sur trois pages-écrans. Chaque rubrique est défi nie par un nom de dix caractères au plus, ce qui peut sembler un peu juste. Des attributs• peuvent être déterminés : le type de caractère autorisé, l'obligation de saisir un champ, l'in tervalle dans lequel on peut admettre une donnée numérique (une date par exemple). A partir de là, le logiciel assure les transferts d'information d'une fiche à l'autre, peut effec tuer un classement selon un index primaire et trois index secondaires, opérer des calculs élémentaires entre les différents champs d'une fiche ou intégrer des calculs plus complexes en liaison avec le Basic, faire un tri dans un fichier au moyen d'opérateurs logi ques (ET, OU,...), etc. La saisie à l'écran se fait au moyen du crayon optique, de la souris ou du clavier (c'est un principe sur TO 9 : laisser à l'utilisa teur le choix de son outil), en pointant classi quement dans des menus déroulants. lis sont au nombre de cinq : pour gérer le fichier, créer la forme, saisir des fiches une à une ou globa lement, consulter et sélectionner, et enfin im primer. Dans le bas de l'écran, une barre de pictogrammes autorise certaines fonctions simples telles que valider, stopper, rappeler les menus déroulants, ou lancer l'exécution d'une fonction. Dans la dernière version du logiciel que nous avons pu voir chez Thom son, de la couleur a été introduite dans les écrans. Cela le distingue de Paragraphe, qui n'utilise que deux couleurs au choix, mais n'apporte pas grand-chose en plus. Un éditeur de langage Avec Paragraphe, on accède à des applica tions personnelles d'un niveau beaucoup plus intéressant. Compromis réussi entre Mac Write (avec ses menus déroulants) et Jane (avec ses barres à pictogrammes), le traite ment de texte du TO 9 bénéficie bien sûr, chose exceptionnelle dans sa catégorie, à la fois de l'accès immédiat d'un logiciel en mé moire morte, et des 96 Ko de mémoire de travail disponible. Mais la facilité avec laquelle il absorbe les données d'autres logiciels fait de Paragrâphe un véritable système de traite ment de l'information au sens large. Capable de traiter des textes en format ASCII, et donc pouvant êt(e considéré comme éditeur de Jan gage, Paragraphe peut intégrer des dessins réalisés à l'aide de Colorpaint, un logiciel gra phique sur cartouche, il peut traiter les ta bleaux créés avec Colorcalc, un tout nouveau tableur développé par la société FIL. li est également possible d'utiliser sur Paragraphe des polices de caractères créées avec Carac tor li de To Tek, ou d'éditer des pages vidéo tex à partir de Praxitèle. Ne serait-ce que de ce point de vue, Paragraphe apparaît comme la grande réussite du TO 9, qui pour l'instant souffre du manque de logiciels spécialement développés pour lui. li faut cependant être conscient des limites de Paragraphe, et en particulier de sa lenteur qui se manifeste pro Suite page 84 SCIENCE Br VIE MICRO 1'1° 22l'IOVEMBK:E1985
Le standard de performances SVM HONORABLE, SANS PLUS Comparable à l'Apple Ile mais deux fois plus lent que l'Amstrad B IEN QUE NOTRE ÉTALON DE RÉFÉrence, pour le standard de performances SVM, soit IBM avec son PC et son PC-AT, nous avons voulu comparer aussi la vitesse du Thomson TO 9 à celle de l'un de ses concurrents les plus directs, l'Apple lie. Rapprochons tout d'abord le TO 9 des IBM. Le PC-AT a, arbitrairement, une moyenne de performances de 100% ; le PC, lui, arrive à 38%. On ne s'étonnera pas de constater que la moyenne globale du TO 9 n'est que de 21%. C'est après tout un ordinateur 8 bits, et le microprocesseur 16 bits de l'IBM PC, même avec son bus de données de 8 bits, fait mieux. Cependant, le Thomson va pratiquement aussi vite que l'IBM PC pour les fonctions transcendantes (sinus, cosinus,...) et pour l'affichage de texte. La comparaison avec l'Apple lie est plus significative. Si les moyennes sont presque identiques (21% pour le TO 9, 22% pour l'Apple lie), elles cachent d'importantes disparités. C'est ainsi que la plupart des opérations qui ne font pas appel au lecteur de disquettes sont nettement plus lentes sur le Thomson ; on relèvera en particulier le très mauvais chiffre des opérations logiques (10% contre 32% sur Apple). Notez que l'Apple lie ne possède pas la double précision, d'où la note O au test correspondant. En revanche, le TO 9 surclasse sans peine Apple sur presque tous les tests mettant en jeu le lecteur de disquettes. Le plus petit format (31/2 pouces au lieu de 51/4 pouces) joue sans doute un rôle ; mais la lenteur des lecteurs d'Apple est bien connue. Verdict : des performances honorables, sans plus. N'oublions pas que l'Amstrad 6128, non content d'être deux fois moins cher que le TO 9, va aussi deux fois plus vite que lui (50% au standard SVM), et surtout plus vite que l'IBM PC, preuve qu'un ordinateur 8 bits peut surclasser un 16 bits... MATÉRIEL TESTÉ : Deux TO 9 : un prototype industriel, une machine de pré-série, tous deux dépourvus du logiciel fiches et dossiers en mémoire morte (testé séparément). Moniteur couleur haute résolution, souris, crayon optique, lecteur de disquettes 5 1/4 pouces, imprimante pour TO 7/70, imprimante pour 100- 9C- - ac- - 7C- 6C- - 3C- - ! LE STANDARD SVM Notes : Thomson TO 9 (en gris) : 21% IBM PC XT (en noir) : 38% Référence : IBM PC-AT : 100% 5C- - 4C- 2C- 1C 1 > I,,•.,', 1,i,, , , 1,.._,'-t"""+'.-.,.+-+""", 1 f'-"".._._., """',., 1 + 1 -+ 1 -+ 1, """'i.. "+'-'"""-f- 1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 2C C-+'+-, +i TEST NOM DU TEST 4 1 fI PCAT PCXT APPLEllC T09 (%) (%) (%) (%) 1 Calcul sur des entiers 100 38 34 14 2 Calcul sur des réels 100 38 33 13 3 Calcul en double précision 100 35 0 28 4 Opérations logiques 100 39 32 10 5 Fonctions transcendantes 100 26 12 24 6 Chaînes de caractères 100 35 28 13 7 Manipulation de tableaux 100 38 37 32 8 Branchements de sous-programmes 100 33 13 19 9 Affichage de texte 100 34 40 34 10 Affichage de graphisme 100 37 20 23 11 Ecriture séquentielle sur disquette 100 48 12 20 12 Lecture séquentielle sur disquette 100 43 10 34 13 Création d'un fichier direct sur disquette 100 85 22 19 14 Ecriture d'un fichier direct sur disquette 100 28 9 18 15 Lecture d'un fichier direct sur disquette 100 19 4 10 16 Ecriture séquentielle sur disque dur'17 Lecture séquentielle sur disque dur'18 Création d'un fichier direct sur disque dur'19 Ecriture d'un fichier direct sur disque dur'20 Lecture d'un fichier direct sur disque dur'Moyenne 100 38 22 21 TO 9, logiciels.• Le TO 9 ne possédant pas de disque dur, nous ne publions pas les chiffres correspondants. SCIENCE VIE JlllCKO N°22 NOVEJllBKE 1985 83



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196