SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
ESSAI FLASH Fournie avec un logiciel Minitel, de communiquer de communication, la avec des banques de carte modem développée données professionnelles par la société Kortex et de transférer des fichiers entre International permet de micro-ordinateurs. Son prix élevé, transformer un IBM PC (ou un 6 500 f HT,justifie un test sévère compatible) en terminal et les plus grandes exigences. S 1 VOUS AVEZ SUR VOTRE BUREAU À la fois un micro-ordinateur et un Minitel, ne dites pas que vous n'avez jamais songé à utiliser l'écran et le clavier du premier à la place de ceux du second. Pas la peine d'être technicien pourpressentir l'évidente redondance entre les deux appareils : dans un ordinateur, il y a tout pour faire un Minitel, et pour le perfectionner, sauf... un modem. Si l'idée n'est pas neuve, elle est à l'origine de la création de Kortex International par trois étudiants de l'Institut national des Télécommunications, lauréats du concours passeport pour la création d'entreprise• organisé par le ministère de l'industrie, f'Agence nationale pour la création d'en- 70 Une carte modem pour IBM PC et compatibles treprises et la Fédération des grandes écoles. Ils reçurent à cette occasion un prix de 250 000 francs auquel s'est ajoutée une sub vention de l'ANVAR du même montant. KX-Tel se compose d'une carte électronique, d'un câble de liaison au réseau téléphonique, d'une disquette et d'un manuel. L'installation ne pose pas de problème particulier. Pour notre part, nous avons simplement remplacé la carte série de notre IBM PC par la carte de Kortex KXTel. li faut préciser que cette carte modem est en réalité l'association sur un même circuit, d'une interface série et d'un modem. Il est toutefois possible de faire cohabiter la carte série d'origine et la carte KXTel. La carte installée, il suffit de la relier au réseau téléphonique par l'intermédiaire du câble muni d'une prise gigogne. Pas d'instal lation particulière non plus pour le logiciel, en dehors d'une éventuelle recopie sur le disque dur. En tout quelques minutes. Sans rentrer dans les détails, ce logiciel est organisé pour répondre à trois besoins essentiels : la connexion à un serveur vidéotex en mode émulation Minitel, l'utilisation de l'IBM PC comme terminal d'un autre système, le trans fert de fichiers entre micro-ordinateurs. Dans tous les cas, il s agit de communiquer avec un autre ordinateur, seuls les paramètres de la transmission et de la présentation sur l'écran des données transmises changeant. La pre mière opération consiste à saisir dans un ré SCIENCE lt VIE MICRO N°22 NOVEMBRE 1985
pertoire les caractéristiques des services ou des systèmes auxquels vous voulez vous connecter : nom, numéro de téléphone, paramètres de la transmission (vitesse, parité, format des données). Ces paramètres sont généralement déterminés par le choix du type de communication, ainsi pour un service vidéotex grand public on saisira le numéro d'accès au service (6159177), un nom (Télétel 3 par exemple) et on sélectionnera l'option Minitel. Le répertoire est fourni avec les configurations nécessaires pour accéder aux services Télétel, à l'annuaire téléphonique et à Transpac. La présentation du logiciel sous forme de menus arborescents est remarquable ; la prise de contact se fait facilement grâce aux aides à J'écran et à la clarté du produit par contre une fois dépassé le stade de la découverte, on est vite agacé par les fastidieuses manipulations nécessaires aux tâches les plus simples : 14 pressions sur les touches retour charriot ou ESC• pour modifier un numéro téléphonique du répertoire ! Pourquoi ne pas éditer simplement celui-ci dans la philosophie du Macintosh dont se réclame la publicité pour KX-Tel ? Pourquoi disposer de 9 répertoires de 12 noms plutôt que d'un seul que l'on pourrait faire défiler dans une fenêtre ? De même, nous aurions aimé que les fonctions proposées par les menus tiennent compte du point où se trouve l'utilisateur : ainsi pourquoi lui proposer de terminer une tâche qu'il n'a pas commencée ? En dehors de l'horrible documentation provisoire sur laquelle nous reviendrons, voilà pour le mauvais. Un confort de rêve En mode Minitel, le confort d'un vrai clavier est inestimable ; quand on y associe l'intelligence de l'ordinateur, il n'est plus question d'accepter le retour au terminal des PTT. Ainsi la fonction sauvegarde permet d'enregistrer dans un fichier les pages vidéotex consultées : gain de temps et d'argent en consultation, En mode Minitel, des concessions au graphisme pour assurer la compatibilité avec les configurations monochromes. mais également possibilité de mieux exploiter l'information. Seule subsiste dans les fichiers l'information utile (les caractères ASCII), ce qui autorise les reprises avec un traitement de texte ou avec un programme de gestion de fichiers et quelques lignes de Basic. L'affi- 1 MATÉRIEL TESTÉ : Matériel et logiciel du commerce (version 1.4) avec documentation provisoire. SCIENCE VIE MICRO 1'1° 22 l'IOVEMBKE 1985 chage des pages vidéotex se fait en mode semi-graphique, d'où des concessions à la fidélité de représentation - tout en respectant les couleurs - mais une compatibilité du logiciel avec les machines monochromes. En mode terminal, on dispose de la simple émulation télétype - elle autorise la connexion à pratiquement tous les systèmes informatiques et en particulier aux serveurs professionnels - et de l'émulation d'un terminal aux normes VT52 et VTlOO de Digital Equipment. La vitesse de communication sera généralement de 300 bauds (c'est lent) car peu de systèmes, à commencer par Trans- Une présentation claire : à gauche, les menus, à droite la configuration utilisée, en bas une ligne d'état. pac, autorisent la connexion de terminaux à 1 200 bauds en half duplex. On appréciera la fonction d'apprentissage, qui lors de consultations répétitives, enregistre une fois pour toutes, les actions de l'opérateur ; les habitués des serveurs professionnels comprendront vite l'intérêt de laisser à l'ordinateur le soin d'exécuter les procédures de présentation, de sélection des services, et de recherches d'informations. Par sécurité, la saisie des mots de passe peut être exclue de cette procédure automatique. Quant aux fonctions apprentissage et sauvegarde, elles sont accessibles dans tous les modes d'émulation terminal (y compris le mode Minitel). Le transfert de fichiers peut s'éffectuer à 1200 bauds en half duplex et utilise un protocole de détection d'erreur propre au logiciel ou le protocole Xmodem souvent utilisé par les logiciels de communication américains. Dans le premier cas, il faudra disposer d'une Caractéristiques Carte modem : intégrable dans tout micro-ordinateur IBM PC ou compatible. Interface asynchrone incluse dans la carte. Standard de transmission : CC/IT V21 (300 bauds), V23 (1 200/75 bauds) réversible, Be/1103 et 202. facilités : Numérotation et réponse automatiques. Haut-parleur inclus dans la carte permettant de contrôler l'état de la ligne pendant la numérotation. Logiciel : émulation Minitel, terminal VTlOO, VT52, TTY transfert de fichiers. Constructeur : Kortex International, 29, avenue du 8-Mai-1945, 95200 Sarcelles. Tél. : (1) 39.94.02.05. Prix : 6 500 f HT avec logiciel de communication, émulation Minitel et de transfert de fichiers. carte KX-Tel sur chaque ordinateur, on utilise alors le mode KX-Com qui permet d'envoyer ou de se faire envoyer des fichiers. Appel sous surveillance Bien que le logiciel n'ait pas été vraiment prévu pour ça, on peut utiliser la composition automatique des numéros par le modem pour appeler des personnes, mais la taille des répertoires devient alors un handicap (111 enregistrements seulement). Le logiciel permet d'agir sur le modem comme si il s'agissait d'un modem externe : fonction de mise en attente, d'appel manuel, visualisation des états. Citons encore la présence d'un haut- parleur sur la ca1te destiné à faire entendre les étapes de l'établissement de la communication (numérotation, réponse, porteuse) ; et la possibilité bien utile de mettre un préfixe devant les numéros téléphoniques des répertoires ; ceci permet de changer de lieu et généralement de standard téléphonique sans modifier tout le répertoire. A tout moment de la communication, on peut reprendre la main. En haut le temps de connexion. Pour conclure, KX-Tel est un bon produit cher et perfectible. D'ailleurs la jeune équipe de Kortex International ne se lasse pas de le perfectionner. Pendant notre essai, nous avons reçu deux versions ; la deuxième (version 1.4) comblait déjà une partie des lacunes de la première. La prochaine (version 2.0) mettra à disposition un ensemble d'outils pour programmer la carte, et on parle de rendre le programme résident en mémoire pour en faire un• outil de bureau•, voire de modifier en profondeur le logiciel. A 23 ans, les concepteurs de KX-Tel ne manquent pas d'idées. Qu'on se rassure, la mise à jour du logiciel est gratuite ; mais à ce rythme, la documentation risque d'être provisoire et mauvaise pendant longtemps. Le prix de KX­ Tel, moins élevé que celui de quelques concurrents rêveurs, représente pourtant 50% du prix d'un compatible IBM, de quoi faire réfléchir surtout losqu'on sait que le coût des composants de la carte ne dépasse pas quelques centaines de francs. Une concurrence plus vive, conditionnée par des procédures d'agrément PTT plus souples ferait l'affaire du consommateur. A ce sujet précisons qu'au moment où nous terminions cet essai, KX-Tel n'avait pas encore reçu l'agrément en question. Yves HEUILLARD 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196