SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
tcoLES PRivtES Le privé auratil droit à l'infonnatique ? Laurent Fabius a décidé de faire un effort en offrant 8 000 places de stage à des enseignants du privé. Il a également demandé aux fournisseurs du plan de pratiquer envers les écoles privées les mêmes prix que ceux qui ont été négociés pour le Public. MINOS ET LOGOMONDE Hatier se signale avec une nouvelle gamme de logiciels destinés aux écoles. Mis à part PiqueFiche retenu dans le cadre du plan lnfonnatique pour tous, et Dico-Logo, déjà signalé, on retiendra Minos (création de laby rinthes en 3 dimensions) et Logo monde (35 programmes, du calcul du PGCD au générateur de jeu d'aven ture). Minos constitue un solide entrai nement à la programmation en Logo (250 F sur IBM PC, Exelvision, Nanoré seau et Thomson). Quant à Logo monde, c'est une espèce de kit pennet tarit de réaliser soimème ses logiciels éducatifs (185 F pour Thomson). BELGIQUE Le Centre lnfonnatiqueLogo propose en Belgique des stages d'initiation au langage Logo et à ses applications en maternelle et primaire. Les partici pants (2 par machine) disposeront de 2 Apple et 4 Atari avec des Logo fran çais, d'une tortue Promobile Jeulin connectée à un TO 7/70, et d'un ca mionrobot Bigtrack. Participation : 500 F par séance d'une après-midi ou d'une soirée, 1500 F pour 4 séances groupées à Noël ou à Pâques. Contac ter le Centre Informatique-Logo, chaussée de Waterloo 1190 1180 Bruxelles Uccle. Tél. : 19 (32) 02 374 35. LE vmtoDJSQUE Vlfl Vifilnternational se lance dans le vi déodisque en proposant un lecteur destiné au grand public ; son prix de vrait se situer aux alentours de 7 000 F. Curieusement. il semble que le standard retenu soit le VHS de JVC en perte de vitesse et non le Laservi sion de Philips. Dès le mois d'octobre, Vifi devrait également fournir un cata logue de disques dont les prix varie ront entre 200 et 600 F. Au pro gramme : grande musique, cinéma, mais aussi visite des châteaux de la Loire et Histoire de France. Les lec teurs étant connectables à des microordinateurs, verra+on bientôt dans les écoles des programmes éducatifs pilotant des vidéodisques ? 28 HISTOIRE D'UNE ABSURDITE Pourquoi diable a-t-on fourni Diane-élève aux lycées et collèges ? P anni les bizarreries du plan lnfonnatique pour tous, il en est une qui mérite quelques développe ments. Tous les lycées et collèges doivent recevoir, dans leur valise de logiciels, un programme nommé Dianeélève. Or, ce choix est à maints égards absurde. Rappelons tout d'abord que Diane, système auteur propre à !'Education nationale mis au point sous l'im pulsion de l'ADI (Agence de l'infonnatique), pennet en théorie à des enseignants ne sachant pas programmer de réaliser leurs propres logiciels éducatifs. Pour ce faire, ils ont le choix entre trois éditeurs•, qui sont en pratique les logiciels-outils pennettant de façonner le programme utilisé par l'élève : Arlequin (dû à la so ciété Cassie), !'Editeur fonctionnel (dû à Eurofonnatique) et Marion (dû à Proxima). Une fois le programme éducatif créé, l'élève a be soin d'une espèce de logiciel-véhicule pour le faire fonctionner, un interpréteur en tennes infonnatiques : c'est précisément Dianeélève. Si Dianeélève a l'avantage de pouvoir faire tourner, indistinctement, des logiciels éducatifs réalisés au moyen de l'un quel conque des trois éditeurs ci-dessus, il a, de l'avis de tous les spécialistes, un gros inconvénient - vraisemblablement dû à cette universalité : sa lenteur. Autre inconvénient : tous ces programmes ne fonctionnent que sur une tête de réseau compatible IBM, mais ne peuvent circuler sur le Nanoréseau luimême. 0 n imagine la queue des élèves derrière cet unique ordinateur. Autre problème : on ne prévoit pas de livrer d'office aux enseignants les éditeurs qui leur pennettraient d'écrire leurs propres logiciels. Peut être pourront-ils utiliser des logiciels déjà écrits par d'autres ? Manque de chance, leur nombre est drama tiquement faible. Continuons. Il n'est pas raisonnable de créer des logiciels sous Diane sans disque dur, sous peine de passer son temps à manipuler de nom breuses disquettes ; mais aucun ordinateur à disque dur n'a été prévu dans le plan. Diane-élève exige (c'est une mesure antipiratage). un bouchon électronique qui doit être branché à l'arrière de l'ordinateur... et qui est facile à perdre ou à voler. eutêtre les enseignants pourront-ils utiliser les P éditeurs dans les centres de ressources qui doi vent être mis en place. Il faut espérer qu'on ne se contentera pas de les équiper, comme les universités, du seul éditeur Arlequin. Issu du CNDP, Arlequin est un logiciel qui date déjà, et que la Cassie a dépous siéré pour l'occasion. Il exige un apprentissage de type infonnatique tout â fait rebutant pour des non spécialistes : à titre d'exemple, il possède un jeu d'instructions plus étendu que celui d'un Basic moyen... Les deux autres éditeurs existants, Marion et !'Editeur fonctionnel, exigent certes eux aussi un ap prentissage, mais sont bien plus simples à utiliser et tout aussi perfonnants. Les universitaires qui seront malgré tout contraints d'utiliser Arlequin consulteront avec profit Lire Arlequin, un guide diffusé par Cedic Nathan, qui montre comment réaliser un logiciel édu catif avec de nombreux exemples concrets. Dommage que léditeur ait jugé bon de faire payer 145 F la disquette de démonstration qui accompagne ce ma nuelde98 F. DANSLABIB Deux livres utiles pour et l'enseignement C'est quand même un peu fort : les ordinateurs encombrent votre école et vous continuez à calcu Ier les moyennes de vos élèves à la main ? Si tel est votre cas, procurez-vous vite Profs Assistance, le der nier livre de Daniel Nielsen édité par PSI. Après tout, un ordinateur sait aussi gérer des fiches et calculer : deux types de travaux qui empoisonnent de façon répétitive directeurs d'écoles, instituteurs et prof es seurs. Du temps perdu bêtement au détriment des actions éducatives. Daniel Nielsen, qui est directeur d'école, propose ici des listages de programmes en Basic destinés au Thomson MO 5 ou TO 7/70, mais aussi, pour ceux qui en disposeraient, à l'Apple Il. La gestion des listes d'élèves n'oublie pas le numéro de téléphone à appeler en cas d'urgence. La gestion de bibliothèque enregistre les prêts, mais fait aussi appa raitre les retards et pennet de savoir combien de fois tel livre a été consulté. Le suivi de notes transcrit les perfonnances des élèves sous fonne de graphique. L'agenda tient compte des vacances scolaires. Un SCIENCE VIE MICRO 1'1° 22• l'IOVEMBKE 1985
ENSEIGNANTS, AU TRAVAIL ! Un peu désinvolte, la procédure retenue pour les commandes de logiciels... out se passe comme si les enseignants et les T responsables d'établissement étaient les dindons de la farce dans ce qu'il est convenu d'appeler le• catalogue• de logiciels du plan Informatique pour tous. Certes, cette liste de 687 titres permettra aux enseignants de choisir les programmes qui correspondent le mieux â leurs partis pris pédagogiques, par opposition aux• valises•, les dotations fixes. Mais cette liberté va se payer. Le ministère de !'Education nationale n'a fait aucune pré-sélection parmi ces logi ciels. Les éditeurs seront ravis d'apprendre que même les plus obscurs d'entre eux auront une chance d'em porter une part du gâteau scolaire ; le contribuable devrait apprécier que grâce â cette procédure, les responsables de l'opération se réservent le droit de réclamer des remises par quantité â ceux qui rempor teront les commandes les plus juteuses. Mais ceux â qui incombe le choix devront se débrouiller tout seuls, et vite : officiellement, le catalogue devait leur être communiqué le 15 octobre dernier ; ils sont censés passer commande avant la fin du mois de novembre. A ce propos, voyez en page 139 le guide que nous avons réalisé pour faciliter votre choix. Chaque école a droit â un certain nombre de points, qui lui permet d'• acheter• des logiciels également cotés en points. La cote de chaque logiciel reflétant en gros son prix de'LIOTHEQUE le suivi des élèves des mathématiques petit traitement de texte délivre des certificats de sco larité. La gestion de la coopérative n'est pas oubliée. Si les programmes ne vous plaisent pas, vous pourrez toujours les modifier : ils sont clairs et abondamment commentés. Prix : 110 F. C hez le même éditeur,• Mathématiques et graphis mes•, de Grandpierre et Cotté, explore l'une des avenues privilégiées - mais pas fréquentées - de la micro-informatique éducative : le traté des courbes et de figures représentatives de fonctions mathémati ques. S'il n'est pas conseillé â ceux qui ne maitrisent pas les notions de mathématiques enseignées en pre mière et terminale, ce recueil de programmes en Basic standard fournit de nombreuses méthodes pour tra cer, déplacer, agrandir ou déformer des figures va riées. li traite aussi bien le plan que lespace, et aborde les notions de parties cachées et de relief. De nombreuses nuits blanches en perspective pour les amateurs de la chose. Prix : 130 F. SCIENCE lt Vit : MICRO N°22• NOVt:l"l6Kt : 1985 vente sur le marché (et non sa qualité), la disparité est grande : de 3 â 399 points. Cela interdit la plupart des logiciels professionnels aux écoles primaires, même pourvues d'un Nanoréseau, d'autant qu'il est interdit de se grouper â plusieurs établissements pour parla ger son capital de points. Les commandes doivent être divisées en deux listes, la principale et la complémen taire. Cette dernière est une espèce de bonus, qui permettra aux établissements de profiter des remises arrachées aux éditeurs au vu de la liste principale. Autre sujet potentiel d'irritation pour les écoles : les commandes devront ètre transmises par Minitel. C ertes, cela permettra de traiter automatiquement un nombre de commandes considérable, 55 000 environ, et donc, en principe, d'accélérer leur livrai son. Des facilités ont été négociées avec la DGT, et 7 000 Minitel devraient être installés dans les collèges. Mais que feront les écoles dépourvues du terminal fétiche des m ? On parle d'inviter les responsables concernés â se rendre â la poste ou â la mairie, où c'est bien le diable si on ne leur trouve pas un petit Minitel ; on parle aussi, pourquoi pas, de leur deman der d'utiliser celui installé â leur domicile. SÉCURITÉ Le Bulletin officiel du ministère de !'Education nationale donne le détail du contrat d'assurance passé avec le GAN pour les ordinateurs d'lnformati que pour tous. En annexe, le ministère dresse une liste de consignes (obligatoires) et de conseils (facultatifs) â suivre pour prévenir les accidents. Ainsi, la présence d'un extincteur est-elle obligatoire dans les ateliers. La salle ne doit pas être située en sous-sol (at tention aux dégâts des eaux). Il est interdit de poser quelque objet que ce soit sur les appareils... A lire attentive ment. Pour prévenir les vols entre voire pendant-les cours, la société Atem propose d'équiper les matériels de capteurs adhésifs déclenchant une alarme sonore en cas de tentative d'ar rachement. Tarif Indicatif : 950 F HT pour la centrale d'alarme, 85 F HT par micro-capteur. Atem, 43 rue des Noyers, 93230 Romainville. Tél. : (1) 48 433252. MARION ET NICOLAS Vu au SICOB, Marion et Nicolas, un logiciel graphique expérimental fonc tionnant sur un Minitel amélioré, avec capacités sonores. Réalisé par Didao, le CCETT et lmédia, il est destiné aux enfants des maternelles. Un logiciel au contenu classique (reconnaissance de formes, spatialisation,...) mais d'une extraordinaire qualité de finition, avec des images réalisées sur Graph 8. Images et sons numérisés sont stockés sur le serveur CCETT. Les enfants utili sent un téléviseur, un clavier Minitel et un décodeur. Ce produit sera sans doute expérimenté â Rennes. Pour en savoir plus : Didao 84, rue de Grenelle, 75007 Paris. Tél. : (1) 4544 39 21. PETITE ANNONCE Suite aux propositions faites par l'as sociation Andante d'utiliser le réseau Trafic fonctionnant sur le serveur uni versitaire Sunist, le mouvement Frei net cherche une trentaine d'ensei gnants souscripteurs pour réunir les 3 500 F nécessaires â l'ouverture d'un réseau pédagogique. Le coùt de la communication avoisinant les 65 F/heure, il faut prévoir une avance de 200 F. Pour participer, contacter : Philippe Bertrand, 45 hameau du Champ Breton, 29210 Morlaix. Pourquoi pas, en effet ? C'est la CAMIF qui traitera ces commandes télématiques, validées grâce au code secret dont disposera chaque établissement. Ensuite, c'est FIL (France image logiciel), la nouvelle société d'édition fondée par Thomson, Answare et la CAMIF, qui sera chargée de collecter les logiciels auprès des éditeurs concernés, puis de les dupliquer,.-...L., et de les conditionner avant les expéditions qui de vraient, en principe, commencer en janvier, sous la responsabilité de la CAMIF, et être achevées pour lessentiel début février. Rubrique réalisée par Patrice REINHORN avec la collaboration de Thierry FASO LIN et Jean-Luc MICHEL. 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196