SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
F ONDÉ IL y A DEl:lX ANS PAR DEUX personnes, Bruno Bonneil et Christophe Sapet, lnfogrames est aujourd'hui un éditeur de logiciels familiaux de poids qui n'emploie pas moins de 50 salariés à plein temps, dont 35 travaillent à la création des programmes. Mais les jeux et les éducatifs ne lui suffisent plus. lnfogrames va se lancer dans le logiciel professionnel. En un an., explique Bruno Bonneil, nous sommes passés de 1 à 15 millions de chiffre d'affaires. li est évident que nous ne pouvons poursuivre indéfiniment notre croissance à ce rythme. Pourtant, nous avons besoin d'augmenter nos ventes. En mars 86, nous espérons atteindre les 20 millions. L'année d'après, il nous faudrait faire 30 millions. Ce n est pas avec les logiciels famll/aux que nous y arriverons...• Le standard choisi est celui de l'IBM PC. Les éditeurs qui ne font que du logiciel pour Apple Il devront rapidement se diversifier sur IBM s'ils veulent survivre•, prédit Bonneil. La baisse continue et spectaculaire du prix des compatibles IBM n'est pas là pour le démentir (voir notre banc d'essai du Laser PC page 66). Premiers titres prévus fin novembre : une gestion de réservation de courts de tennis (la demande existe, parait-il), et un assembleurdésassembleur avec outils graphiques qui sera le premier, selon lnfogrames, à gérer le co-processeur arithmétique de l'IBM PC. L'activité plus traditionnelle de l'éditeur LA TRADUCTION PAR MINITEL C ERTAINS PROFS D'ANGLAIS VONT AVOIR des surprises : ils vont recevoir de leurs élèves des versions traduites de manière identique, mot pour mot - et erreur pour erreur. A qui se fier ? Gràce à Gachot Traduction, le Minitel se transforme en aide aux cancres : ce serveur, qui doit ouvrir en novembre sur le kiosque (code d'accès MITRAD), opère en effet la traduction de textes anglais en français et réciproquement. Cette utilisation extraordinaire repose sur le système Systran de traduction, dont Gachot s'est fait le héraut en France. L'accès par le 615 ne permettra cependant que des tranductions d'une page d'écran Minitel (en à peu près6 minutes). Un autre type d'accès, sans limite, sera possible par abonnement sur le 614 : il en coûtera 4 000 F par mois comprenant un crédit de 10 000 mots, chaque mot supplémentaire étant facturé 0,25 F. La traduction est assez bonne, nonobstant quelques contre-sens invraisemblables. li faudra aussi s'armer de beaoucoup de patience : nos tests effectués en octobre n'ontjamais pu aboutir, que cela soit la faute du serveur ou celle du réseau Télétel. (Gachot, 26 bis av. de Paris B.P.14 95230 Soisy-s/Montmorency. Tél. : (1) 39 899011.) 18 INFOGRAMES PASSE AU PROFESSIONNEL lyonnais dans le domaine du logiciel éducatif pour ordinateurs Thomson est illustrée par cinq nouveaux titres, sélectionnés pour le plan Informatique pour tous. On y relève Animatix, pour créer des dessins animés à 25 images/seconde (350 F), mais surtout Microscillo, le premier d'une série de simulations en physique-chimie pour première et terminale (300 F). Il permet de créer, au crayon optique, un circuit électrique avec résistances, selfs et condensateurs, d'appliquer la tension voulue, et de faire des mesures sur l'écran simulé d'un oscilloscope bicourbe. Le but est de vérifier SYMAG CHANGE DE CAP.ArRÈS UN PREMIER ÉCHEC QUI AVAIT conduit à un dépôt de bilan et à une restructuration, le constructeur français Symag change de cap en lançant une gamme de compatibles IBM à bas prix, dans le sillage des américains Zénith, Commodore et Tandy. La tentative de !'Orchidée, censée aboutir à un micro-ordinateur professionnel original, puissant et muni de dispositifs techniques jamais réunis auparavant, avait avorté. Symag se replie donc aujourd'hui sur le standard du marché, avec cependant des prix que les constructeurs français n'ont pas pu - ou pas osé- pratiquer jusqu'ici. L'Azalée, modèle de table, est affiché en version de base à 13 500 F avec 250 Ko de mémoire et un lecteur. L'Edelweiss, avec 640 Ko de mémoire, deux vitesses au choix et un disque dur de 20 Mo, est à 38 000 F. Symag reprend aussi le nom de son premier ordinateur avec !'Orchidée 5, désormais un compatible IBM PC-AT avec son processeur 80286 à 8 MHz, 512 Ko de mémoire, 8 connecteurs d'extension et un disque dur de 20 Mo, ce haut de gamme est plus proche des tarifs de Big Blue à 58 500 F. Par ailleurs, le Myosotis, portatif de 5 kilos sous CP/M, avec écran à cristaux liquides et un lecteur de disquettes de 360 Ko est proposé à 12 500 F HT, traitement de texte, tableur et gestionnaire de fichiers compris mais n'est pas un compatible IBM. (Symag, 72 bis rue de Lourmel, 75015 Paris, tél. : (1) 45 78 65 75.) L'Azalée, un compatible IBM PC à petit prix. expérimentalement les principes concernés. Un second titre en préparation permettra à un professeur de composer une solution chimique, à charge pour lélève de trouver les éléments présents à l'aide d'un pH-mètre simulé, tandis qu'un troisième traitera de la mécanique vibratoire. Enfin des gens qui ont compris à quoi sert vraiment l ordinateur à l école... Dans un autre domaine, lnfogrames devait lancer le 4 novembre un service de jeux et d'informations par Minitel. Par ailleurs, sans abandonner le MSX dont il avait fait l'un de ses chevaux de bataille, lnfogrames adoptera désormais une attitude prudente à légard de ce standard. Bruno Bonneil reconnait que les investissements réalisés (5 programmeurs à temps plein l'année dernière) se sont traduits par un bouillon : pas plus de 1000 exemplaires par titre. Bien loin des 50 000 exemplaires du Cube d'initiation au Basic vendus en uh an, sans doute l'une des plus belles téussitès en France... Et déjà, lnfogrames pense à la programmation sur CD-ROM : c'est prévu pourfin86. LE MICRO TOMBE DANS LE PANNEAU Er VOICI LE NOUVEAU PANNEAU d'information, celui que commande un micro ordinateur : breveté par la société japonaise Pilot, le panneau est une surface magnétique dont les particules se polarisent et forment des caractères sous l'action d'une tête magnétique ; celle-ci est commandée par un bras articulé, qui reçoit ses ordres d'un micro ordinateur. L'avantage ? On présente une image beaucoup plus riche que les traditionnels tableaux qui n'admettent qu'une seule taille de caractères et sont souvent limités en capacité. Ici, on peut dessiner, écrire un texte avec plusieurs types de lettres- et le panneau accepte jusqu'à 2 000 caractères. L'armée japonaise essaie même le système, qui lui permettrait de figurer rapidement les mouvements de troupe sur une carte. Le procédé est encore en test, et ne dervrait pas être commercialisé avant un an. (Unie Pilot, 10 rue Juliette-Dodu 75010 Paris. Tél. : (1) 42 08 04 72.) SCIEl"ICE lit VIE MICRO 1"1° 22• l"IOVEMBKE 1985
EUROPE : L'ALLIANCE DE LA DERNIÈRE CHANCE l oo 000 MICRO-ORDINATEURS FAMILIAUX par an en 1984, un million en 1985 : le seuil minimum de production pour survivre sur le marché mondial évolue vite. Seules les firmes américaines ou japonaises sont capables de suivre un tel train d'enfer. En Europe, Sinclair a acquis cette taille industrielle, mais au prix de tels efforts que la santé du groupe en est chancelante. Thomson, de son côté, peut seulement se prévaloir d'une capacité de production de 400 000 unités. Quant aux autres firmes européennes, elles sont soit trop petites, soit peu créatives, soit sur le chemin de la faillite. Un tel morcellement des initiatives a conduit trois firmes européennes de premier plan à s'associer pour relever le défi technologique américain et japonais : Thomson. Olivetti et Acom ont signé en septembre dernier un accord portant sur les micros familiaux 16 bits dont les premiers modèles sortiront début 87. Cette tentative visant à l'élaboration d'un véritable standard européen (avec un système d'exploitation probablement conçu par Microsoft) devrait se solder par la commercialisation d'un micro bon marché (environ 10 000 F) destiné aux applications de productivité personnelle, de communication et d'éducation. Cette future machine offrirait des possibilités graphiques sophistiquées, en couleur et haute résolution, serait très ergonomique et se connecterait avec un CD-ROM (disque compact pour le. ETRANGER BENELUX : 1 AN 1300 FB. stockage des données, utilisé en BON NEZ-VOUS 1 AN -160 F Excelsior Publications, B.P. N°20 IX ELLES 6 1060 BRUXELLES. Comg ; te n• 551-8615600-32. CANADA : 1 AN 30 $ CAN. Périodica lnc.,C.P. 444 OUTREMONT P.Q. CANADA H2V 4R6. SUISSE : 1 AN 55 FS. Naville et Cie, 5-7, rue Levrier 1211 GENEVE 1. AUTRES PAYS : 1 AN 250f. Commande à adresser directement à SVM. Gratuit : SVM-ASSISTANCE, un service exclusif de conseils par téléphone réservé aux abonnés. remplacement ou en supplément du traditionnel lecteur de disquettes). Les trois sociétés, qui ont mis en commun leurs efforts de recherche, vendront chacune leurs produits sous leur propre marque. Les accords de distribution sont encore en négociation, de même que le volet industriel, mais il est clair que chaque partenaire aimerait bien fabriquer les micros dans ses propres usines : Olivetti en Espagne ou en Italie, Acom dans son usine de Cambridge et Thomson dans celle d'Angers. Cet aspect industriel pourrait constituer la première pomme de discorde entre les trois firmes, dont les motivations pour une telle association sont nettement divergentes. Pour Thomson, il s'agit d'une question de survie : il lui est indispensable de s'allier à un partenaire pour atteindre ce fameux seuil minimum d'un million de micros par an. L'échec de l'accord avec Philips l'année dernière avait mis le groupe français dans une position inconfortable. Pour Olivetti, les choses se présentent sous un aspect tout différent : la micro-informatique familiale constitue une diversification parmi d'autres et des priorités beaucoup plus importantes sont à l'ordre du jour (devenir une alternative crédible à IBM, par exemple). C'est la raison pour laquelle Olivetti s'est abstenu - à la différence de Thomson - de publier des communiqués triomphalistes à ce sujet : il attend que le travail concret débute pour exprimer son éventuelle satisfaction. Quant à Acom, le problème se pose d'une toute autre manière : son capital est contrôlé à 80% par Olivetti et il a perdu énormément d'argent : 22 millions de livres pour un chiffre d'affaires en recul de 16%. Aussi Olivetti devra continuer à faire le ménage chez son partenaire britannique, qui est destiné à devenir le pôle micro-familiale du groupe italien. Autre difficulté en perspective : ces micros arriveront bien tard, si lon songe que l'Amiga, le 520 ST ou même le Macintosh occupent déjà le terrain, même si le premier n'est pas encore disponible, sans parler du futur MSX 16 bits, certainement commercialisé à cette époque. Malgré ces lourds handicaps, cette alliance est celle de la dernière chance : en cas d'échec, il ne sera plus question de recoller les morceaux ou de trouver d'autres partenaires.• UN BON TUYAU pour les possesseurs de Sinclair QL qui ont des ennuis avec leur Microdrive : Cartridge Doctor, un logiciel qui vient de sortir en Angleterre, est censé récupérer les données perdues. Renseignements : Talent Computer Systems, 101 St-James Road, Glasgow, G4 ONS, tél. : 19 (41) 552.21.28. [ ; ""§ ! ===. : ===":­ èB ==, i LA MICRO-•l.:=.:.. SCIENCE Vlf MICRO BULLETIN D'ABONNEMENT à adresser, paiement joint, à SVM 5, rue de La Baume, 75008 Paris• Je désire recevoir SVM pendant 1 an à compter du prochain numéro. Nom : Prénom : Adresse : Code Postal : Ville : Profession (facultatif) : _• Ci-joint mon règlement par chèque à l'ordre de SVM-BRED. Etranqer : chèque compensable à Paris ou mandat international. SVM 22L..-=



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196