SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Marion Vannier : l'ouraganAmstrad France. # AMSTRAD SE MEFIE DU FAMILIAL.MALGRÉ SON EXTRAORDINAIRE SUCCÈS en micro-informatique familiale, Amstrad sent venir le danger dans ce secteur instable, et prépare un rééquilibrage de ses activités en faveur dt: ; la micro professionnelle. Alan Sugar, le président de la société, a déclaré à SVM lors de son récent passage à Paris, à l'occasion du SICOB, que la sortie de la machine de traitement de texte PCW 8256 n'était qu'un premier pas dans cette direction, et que d'autres produits professionnels suivront. Nous amorçons de façon très nette un virage vers le professionnel., a-t-il dit. Jusqu'ici, nous étions dans un secteur (la micro familiale) très saisonnier. Nous sommes à la recherche d'un domaine plus stable, de créneaux dans la bureautique où une production en grande série serait possible.• Visiblement, le fait que moins de la moitié du chiffre d'affaires d'Amstrad provienne de l'informatique ne suffit pas à rassurer Alan Sugar, qui voit plus loin que le succès immédiat. La filiale française, qui contribue pour 20% aux ventes de la société, ne bénéficie plus du même matelas de sécurité : lexercice achevé en juin dernier a dégagé 290 millions de francs de chiffre d'affaires, dont 50 seulement pour les chaines hi-fi, autre activité du constructeur anglais. En attendant, leuphorie règne. Il fallait voir Marion Vannier, la patronne d'Amstrad France, au lancement du PCW 8256. Elle qui s'était fait claquer les portes au nez par les revendeurs, au moment où personne ne connaissait les micros Amstrad, exulte maintenant. Virevoltant entre gros revendeurs et journalistes, interrompant une conversation pour prêter main-forte à Alan Sugar en négociation avec le représentant de NASA (Vous m'excusez, n'est-ce pas ? C'est pour en vendre 5 000...), elle savoure avec ses amis un lancement réussi d'avance : Une fois, un revendeur me tend un chèque de 120 000f. Il me dit : là, vous avez gagné votrejoumée ! J'ai failli lui dire : Mon cher monsieur, ça me paye à peine mes cigarettes pour majoumée, et encore, c'est parce que je ne fume pas beaucoup ! L'autrejour,j'ai vendu.3 000 machines dans ma journée ! Avec des ordinateurs qui coùtent au moins 3 000 Fau détail, en moyenne, et une marge revendeur de 20%, faites le calcul. Quand la micro marche, ça marche vraiment.. - ; déclarent forfait... APPLE TIRE SUR UNE AMBULANCE A PPLE A SOMMÉ DIGITAL RESEARCH DE diverses d'être installés sans modification modifier son logiciel intégrateur GEM parce sur des ordinateurs différents, tout en qu'il ressemblait trop aux écrans du bénéficiant d'une interface graphique Macintosh, a-t-on appris le.30 septembre commune ? Même si ce n'est pas le cas, dernier par un communiqué commun des Digital Research ne sera-t-il pas contraint deux sociétés. Menacé d'un procès au nom d'imposer des modifications aux éditeurs de des lois sur le droit d'auteur, Digital Research logiciel qu'il avait réussi à convaincre d'écrire a préféré s'engager à modifier le noyau de pour GEM ? Quelle va être la réaction des GEM nommé GEM Desktop ainsi que les constructeurs qui ont accepté d'adapter GEM logiciels d'application GEM Paint et GEM sur leurs machines ? Cette affaire tombe très Draw, soumettre les nouvelles versions à mal pour Digital Research : depuis son succès Apple, s'interdire toute publicité comparative mondial dù au système d'exploitation CP/M avec le constructeur de Cupertino, lui payer inventé par Gary Kildall, la société n'a pas su des dommages-intérêts dont le montant n'a trouver sa voie. Elle a raté le passage aux pas été divulgué, et même mettre ses 16 bits, avec son CP/M 86 qui a été ingénieurs à sa disposition ! La firme de rapidement balayé par le MS-DOS de son logiciels dément avoir copié le logiciel du concurrent Microsoft allié à IBM, Elle a cru se Macintosh, mais cela ne change pas grand rattraper avec Concurrent CP/M, qui chose aux conséquences. Celles-ci pourraient promettait compatibilité avec CP/M et MSêtre graves, bien qu'un certain flou subsistàt à DOS, fonctionnement multi-tàche et multiutilisateur, mais qui n'ajamais décollé, GEM, l'heure où nous rédigions ces lignes. li semble qu'Apple ait réagi en priorité contre l'aspect lui, était dans le vent de !'Histoire : Microsoft des écrans de GEM, dont les moindres détails (avec Windows) et IBM (avec Topview) avaient rappellent effectivement le Macintosh. Ceux-ci eu des idées similaires. Et maintenant ? On seront modifiés. Mais ne s'agit-il que vient d'apprendre que Digital Research a d'esthétique ? L'accord stipule que les fermé son bureau de Paris et s'est replié sur nouvelles versions de GEM devront être Londres, Un autre qui est menacé par cette notablement différentes du Macintosh, aussi affaire, c'est A tari, dont le 520 ST repose bien en ce qui concerne l'aspect des écrans entièrement sur GEM, et affirme offrir mieux qu'en ce qui concerne le fonctionnement " Les que le Macintosh pour près de trois fois moins changements exigés par Apple ne vont-ils pas cher. Certes, Atari promet que les vider GEM de sa substance, qui consistait à modifications ne réduiront pas les permettre à des logiciels de provenances performances du 520 ST, et que la.compatibilité avec les applications sous GEM MODEMS : L'EXPLOIT.. A 10 000 BAUDS L Es EXPERTS SONT ÉBAHIS DEVANT LES performances d'un modem mis au point par la société californienne Telebit, qui pulvérise les limites de vitesse admises jusqu'ici. Le Fastlink est en effet capable de transmettre à 10 000 bauds sur des lignes téléphoniques ordinaires, alors qu'on avait du mal à dépasser les 2 400 bauds avec les modems classiques, et que beaucoup utilisent encore des 300 bauds. Son prix relativement élevé de 2 000 dollars (un peu moins de 20 000 F) est négligeable à côté des économies de téléphone qu'il permet aux gros consommateurs de télématique. Il dialogue sans problème avec des modems plus lents, et il est si compact qu'il existe sous forme de carte d'extension pour l'IBM PC. Au lieu de diviser la bande passante du téléphone en deux, comme ses prédécesseurs, le Fastlink la saucissonne en 512 tranches et utilise la commutation par paquets pour réduire le taux d'erreurs. li ne faut pas moins d'un processeur 68000 de Motorola et d'un processeur spécialisé de Texas Instruments pour réaliser ces opérations effroyablement complexes. A 10 000 bauds, affirme Telebit, le Fastlink passe sur des lignes dotées d'un tel bruit de fond que des modems à 300 bauds existantes ou en cours de développement sera maintenue. Cependant, d'après son représentant français, Atari n'enverra pas pour le moment, comme promis, GEM Paint et GEM Write aux acheteurs de 520 ST, mais les remplacera par deux logiciels de son crû, Néo (pour le dessin) et ST Write (pour le traitement de texte). S'ils restent utilisables avec GEM, Néo a son propre bureau•, qui doublonne avec celui de GEM, et ST Write ressemble à un logiciel traditionnel dès qu'on a quitté le bureau. Qu'apporte vraiment GEM dans ces conditions ? e SI LES REVENDEURS n'arrivaient pas à se faire livrer l'Atari 520 ST en octobre, c'est que la filiale française d'Atari était en train de passer des mains de Warner (l'ancien propriétaire d'Atari) à celles d'Atari Corp (dirigé par Jack Tramiel). Tramiel a besoin du moindre sou, et il ne tient pas à ce que le 520 ST profite à Warner...• L'URSS a commandé 10 000 ordinateurs MSX pour ses écoles. e ORDIGRAMES, un petit éditeur de Lyon, lance le Tube, une collection d'applications spécialisées pour médecins, chefs du personnel, architectes... qui personnalisent trois logiciels existants : CX Mac Base, ABC Base et Jazz. Pour Macintosh, Tél. : 78942020. SClt:NCE lr VIE MICRO N°22 NOVEMBRE 1985
LA SITUATION DES CARTES À MÉMOIRE bancaires semble bien partie en France (voir SVM n°21), mais de nombreuses expériences apparaissent pour des applications non monétiques qui se révèlent aussi porteuses d'avenir. La carte à puce est particulièrement bien adaptée aux transports ou au paiement du carburant. Ainsi BP commence léquipement de 1000 stations service par des lecteurs mixtes (cartes à mémoire ou magnétique). Ce système réalise la saisie des données et effectue les autorisations nécessaires en temps réel. tandis que les transferts de fonds s'effectuent chaque nuit vers un centre de traitement bancaire. Les abonnés aux stations-service BP (entreprises, VRP, transporteurs routiers, etc.) recevront également une carte mémoire BP. Dans le.domaine de la distribution d'essence, le pionnier a été Dyneff, réseau indépendant de stations-service implanté dans le sud-ouest, mais les grandes compagnies françaises, telles Total ou Elf, mènent également des études sur ce thème. Par ailleurs, le ministère des Transports a annoncé le lancement d'un programme de développement portant sur la diffusion de la carte à mémoire auprès des Carte à mémoire et disque optique CD-ROM : le dossier médical de Philips. entreprises de transport routier : la carte sera alors un véritable dossier avec accès inviolable contenant des informations sur le chauffeur, le véhicule, !'entreprise et la marchandise. Dès l'année prochaine, une expérience sera également lancée dans le Nord : la carte à puce sera conçue comme un moyen de simplifier les formalités administratives des routiers. Deuxième domaine d'application privilégié de la carte mémoire : la santé. Le petite rectangle de plastique doté d'un microprocesseur sert alors de dossier confidentiel reléguant le traditionnel carnet de santé au rang d'outil préhistorique. L'expérience la plus SCIENCE tr VIE MICRO N°2 2 NOVEMBRE 1985 LA CARTE À MÉMOIRE SUR LE TERRAIN importante a démarré en octobre à Blois sous la houlette de la Sligos avec 12 000 cartes distribuées d'ici deux ans aux femmes enceintes, aux enfants de moins de deux ans et aux personnes âgées. Les informations sont toutes accessibles pour le médecin traitant qui pourra remettre à jour certaines données, tandis que les pharmaciens ou les administrations hospitalières n'auront accès qu'aux renseignements non confidentiels. Les 250 médecins de la ville seront équipés d'un lecteur de cartes couplé à un Minitel afin de visualiser le document. Un système légèrement différent sera mis en place d'ici la fin de l'année pour la Sécurité sociale minière du Pas-de-Calais. Philips, qui a adopté le standard français de carte à mémoire, mis au point par Roland Moreno, propose un système associant son micro compatible IBM, le P3100, à un lecteur de carte à mémoire et à un lecteur CDROM (Compact DiscRead Only Memory). Ce dernier est une version modifiée de la platine laser audio, mais le disque contient une mémoire de 600 Mo, soit léquivalent de 150 000 pages dactylographiées. Les informations enregistrées sur le disque peuvent être des listes de médicaments, mais aussi des logiciels administratifs ou médicaux. La carte personnalisée contient tous les verrous et sécurités habituels, sans compter la possibilité d'une photographie numérisée éliminant toutes possibilités de fraudes. FRAMEWORK PREND DU MUSCLE A vEc 75 ooo UTILISATEURS DANS LE monde, dont 7 000 en France, Framework est l'un des quelques logiciels intégrés qui marci : nt. Créé par la société américaine Ashton Tate, qui a produit aussi les gestionnaires de fichiers dBase II et dBase III, ce logiciel intégré avait besoin d'une cure de rajeunissement. Le principal reproche fait à Framework est que les fichiers et des tableaux devaient obligatoirement tenir en mémoire vive, elle-même limitée à 640 Ko. Avec la nouvelle version, cette limitation disparaît, le disque dur étant automatiquement géré comme une extension de la mémoire vive. Pour ceux qui veulent garder une certaine vitesse de traitement, Framework prendra en compte les nouvelles cartes mémoire développées par Intel, et qui peuvent contenir jusqu'à 2 Mo par carte, 4 cartes étant acceptées simultanément. Voilà donc un logiciel qui peut travailler sur 8 Mo de mémoire vive ! II faut noter que la Commande Electronique, qui distribue les produits Ashton Tate, est aussi le distributeur pour la France des cartes Intel. Le tableau possède maintenant une capacité théorique de 32 000 lignes et 32 000 colonnes. Les autres modules de Framework sont améliorés. Le traitement de texte est complété par un correcteur orthographique. Une nouvelle fonction permettra la lecture et l'écriture de données au format des Multimate, Lotus 1.2.3 ou Multiplan. Autre amélioration : la gestion des communications est réellement intégrée dans le logiciel. La nouvelle version en français de Framework doit être disponible en janvier 1986 pour un prix de 7 950 F HT. Les WANG se rallie au standard IBM en lançant le Wang PC (compatible), l'APC, un multiposte plus puissant (compatible en option }, et surtout en mettant son célèbre traitement de texte à la disposition des utilisateurs d'IBM PC, sur disquette. Tél. : (1) 48 97 06 06. possesseurs de l'ancienne version pourront passer à Framework 2 pourl 500 F HT. (La Commande Electronique, 7 rue des Prias, 27920 SaintPierre-deBailleul. Tél. : 32 52 54 02). LE POUVOIR DU GRIS LEs IDÉES REÇUES, EN INFORMATIQUE comme ailleurs, paralysent le progrès. Alan Kay, le visionnaire de la micro qui est à l'origine de plusieurs des concepts popularisés par le Macintosh d'Apple, en a donné cet exemple frappant au cours d'un congrès aux EtatsUnis : pourquoi n'utilise+ on pas les demi-teintes sur les écrans d'ordinateur ? Pour améliorer la lisibilité d'un écran de texte, explique-t-il, on ne pense qu'à accroître la résolution., Mais faites l'expérience de mettre une page de livre devant une caméra vidéo. Malgré la résolution médiocre de l'écran de télévision, votre texte sera bien plus lisible que sur l'écran de votre ordinateur. Pourquoi ? A cause des différents niveaux de gris utilisés. li suffirait de quatre niveaux de gris, obtenus en doublant simplement la mémoire écran, pour obtenir sur un moniteur d'ordinateur la méme lisibilité que sur une imprimante à laser., dit Alan Kay...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196