SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 134 - 135  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
134 135
134 Un masque de facturation, défini par l'utlllsateur, avant et après l'introduction des informations nécessaires. ASOR Une gestion multifichier complète mais lourde, pour IBM PC Basor est enfin là : cela fait longtemps, en effet, qu'on attendait la sortie de ce gestionnaire de fichiers dû à Talor, la société française de logiciels à laquelle on doit Textor. Ce traitement de texte a connu un remarquable succès sur Victor, puis sur IBM PC et d'autres ordinateurs 16 bits. Verdict de l'essai de Basor : un outil puissant, facile à installer, mais où la facilité d'emploi a parfois été sacrifiée à la proximité avec Textor. SClllNCll l ! r VIII JlllCKO N°22• NOVllJllBKll 1985
EN FRANCE, TEXTOR DE - Talor est l'un des traitements de texte les plus vendus. Son succès prouve qu'un produit de conception française peut concurrencer les logiciels américains. Conçu dans un premier temps pour le Victor Sl, dont il utilise les qualités graphi ques, il s'est rapidement adapté à la vague des ordinateurs IBM PC et compatibles. Fort logiquement, le concepteur de Textor, Thierry Lorthiois, tente la passe de deux avec Basor, une gestion de fichiers qui reprend les caractéristiques qui ont fait le succès de Textor. L'utilisateur de Textor retrouvera son système de menu et les quatre lignes en bas de l'écran qui décrivent à tout moment la signifi cation des touches de fonction. En pratique, tout a été fait pour que les habitudes prises sur Textor servent aussi pour Basor. L'installation de Basor sur un micro-ordinateur utilise au mieux les possibilités du système d'exploitation. li faut tout d'abord indi quer avec quelle imprimante on travaille. La liste de plus de trente modèles proposée devrait satisfaire tout le monde, même ceux qui travaillent avec des imprimantes rares. La procédure se poursuit ensuite par l'indication de la configuration, disque dur ou lecteur de disquettes. Avec un disque dur, le logiciel crée un sousrépertoire nommé Basor, appelé à contenir tous les fichiers indispensables au bon fonc tionnement du programme. La création de ce sous-répertoire et la copie dessus de tous les fichiers indispensables sont automatiques. Lors des utilisations ultérieures, il suffira de taper la commande• Basor• pour lancer le programme, quelle que soit la configuration de l'ordinateur. Tout cela paraît bien simple, et quelques pages du manuel suffisent à l'expliquer. Tant de logiciels, y compris de fort prestigieux, sont d'une telle lourdeur que cette simplicité d'installation est déjà un très bon point. Le logiciel est livré avec un système de protection qui vérifie la présence de la disquette originale dans le lecteur. Dans Basor, la structure des fichiers doit être définie une fois pour toutes. Toute modi fication ultérieure oblige à une recopie complète du fichier modifié, afin de récupérer les données déjà stockées, elle est due à l'organisation très traditionnelle des données de Basor. Une telle contrainte paraîtra natu relie aux habitués des gros ordinateurs alors qu'elle sera ressentie comme un handicap sur certains programmes récents, en particulier sur Macintosh. A côté de File de Microsoft ou 1 WOICIEL TESTÉ : Programme du commerce avec documentation en français. SCll':l'ICl' : tr VIEllllCKO 1'1° 22• l'IOVl':lll8Kl' : 1985 de Quatrième Dimension de AC !, Basor apparaît comme bien classique. Pour ouvrir un fichier, il faut en définir une à une les zones et en donner les caractéristiques. Un enregistrement (ou fiche) peut avoir jusqu'à 250 zones (ou rubriques), totalisant quelque 4000 caractères. Le nombre d'enregistrements par fi chier est en pratique illimité. On peut définir jusqu'à 25 clefs d'accès par fichier : les recherches sur les zones de clefs sont beaucoup plus rapides. Masques à tout faire Une fois la structure de fichier figée, il faut, avant toute saisie ou consultation, dessiner un masque de présentation. On peut regretter que Basor ne propose pas un modèle de mas que standard fourni automatiquement comme la plupart des gestions de fichiers sur micro-ordinateur. En compensation, la créa lion du masque est d'une extrême facilité, et l'habitué de Textor aura une bonne surprise : pour créer un masque 1e saisie, il dispose d'un éditeur très complet, qui est en fait le même que celui de Textor. Ainsi, tous ceux qui maîtrisent déjà Textor se retrouvent en pays de connaissance et bénéficient de toutes ses possibilités pour améliorer la présenta lion de leurs masques. Définition des rubriques d'un enregistrement. Pour indiquer la place d'une zone de fichier dans un masque, il faut uniquement rappeler son nom. Plusieurs fichiers peuvent se mélan ger, il suffit de les déclarer au début du mas que. Au moment de sa création, une fenêtre affiche la liste des variables des fichiers ou verts dans ce masque. Toutes les opérations complexes, comme les calculs et les éditions de lettres-circulaires sont possibles. Un langage d'interrogation très puissant permet de faire des sélections complexes, avec opérations logiques et algébriques sur les zones. L'intérêt réside dans le fait que Basor est un produit multifichier. li est en effet possible de définir des joints entre fichiers, c'est-à-dire des relations entre zones de diffé rents fichiers au moment d'une sélection. Une autre manière de créer un tel joint, consiste à déclarer dans chaque fichier des zones de même nom. Voilà la voie ouverte à de vérita bles applications informatiques, créées au tour de fichiers Basor. Cela dit, il ne faut pas rêver : une telle organisation reste une opération complexe, quelle que soit la facilité d'uti lisation du logiciel. C'est bien là l'un des pro blèmes de la micro-informatique, ce décalage constant entre la facilité d'utilisation des programmes et la profondeur des concepts que ces programmes recouvrent. Bien des utilisa teurs croient que la maîtrise rapide d'un logi ciel va accélérer l'analyse de leur problème. Hélas, il n'en est rien. Soumettre à l'ordinateur une situation réelle n'a jamais fait disparaître les difficultés ! En voulant être un outil complet, Basor s'expose ainsi au reproche de complexité. Son ergonomie est discutable. L'utilisation systématique des touches de fonction est fas tidieuse et quelquefois illogique. Par exem pie, les masques de Basor sont regroupés en dossiers. Pour sélectionner un masque, on choisit tout d'abord le dossier, puis le masque. Dans le premier cas, l'ouverture du dos sier sélectionné est commandée par la touche RETOUR, mais l'ouverture d'un masque dans ce dossier se fait, elle, par la touche Fl. Ce défaut est repris de Textor ; le succès de ce traitement de texte démontre toutefois que ces imperfections dans l'interface homme machine restent acceptables pour une large clientèle. Les créateurs de Basor ont repris une grande partie du traitement de texte Textor, avec le logiciel BTrievede la société améri caine Softcraft, une gestion de fichiers en sé quentiel indexé qui a fait ses preuves. Cela garantit également une structure de fichier sans surprises. Pour développer une applica lion complète autour de Basor, rien n'empê che en effet d'écrire des programmes en ! an gage évolué, tout en consultant la bibliothèque de sous-programmes de B Trievepour gérer les fichiers. Oublions un instant son ergonomie impar faite et certains messages d'erreurs très mys térieux, pour constater que la puissance de Basor le rend sans aucun doute apte à résou dre tous les problèmes liés à l'utilisation in tensive des fichiers. Seymour DINNEMA TIN..,.. Pour IB/11 PC et compatibles, Victor SI et Apricot. Configuration minimale : 256 Ko de mémoire et deux lecteurs de disquettes. Prix : 4 950 f HT. Talor Distribution, 74-80 ruè Roque-de-fillol, 92800 Puteaux. Tél. : (1) 4 7 73 5404. 135



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196