SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
LE SUCCESSEUR DU SPECTRUM PLUS DE Sinclair, le Spectrum 128, a été lancé avec discrétion en Espagne seulement, le 23 septembre dernier. Contrairement à ce qu'on attendait, le nouvel ordinateur n'a été montré ni au SICOB, à Paris, ni au Personal Computer Show, à Londres. Présenté à Barcelone par lntestronica, le distributeur local de Sinclair, le Spectrum 128 devrait coûter dans ce pays aux alentours de 3 000 F. Il n'est pas question d'une commercialisation en France ou en Angleterre avant lannée prochaine, et, chez l'importateur français Direco, on reste très évasif quant à la date d'arrivée du Spectrum 128. Sinclair a visiblement décidé de miser, pour les fêtes de fin d'année, sur ses modèles existants, le Spectrum Plus et le QL. Les premières informations en provenance d'Angleterre laissent penser que ce n'est pas un mauvais calcul pour un constructeur qui a grand besoin de liquidités. Grâce au Spectrum Plus, la part de marché de Sinclair outre-Manche a grimpé à 56% entre la seconde semaine d'août et la première de septembre, selon le cabinet d'études anglais AGB. Selon Direco, pas moins de 20 000 QL auraient été vendus en Angleterre pendant la seule semaine suivant la récente baisse de moitié du prix. Il faut dire qu'à 199 livres (l'équivalent de 2 200 F) avec ses logiciels, le QL est une incroyable affaire. Par comparaison, le prix de la version française, 4 500 F, paraît très surévalué ; pour les programmeurs que la francisation intéresse peu, le week-end à Londres est désormais rentable. Dans ces conditions, on comprend que l'arrivée du Spectrum 128 sur le marché anglais, à un prix qui ne pourrait être très inférieur à celui du QL, ne ferait aujourd'hui que troubler l'acheteur. En attendant l'arrivée du 128 en # # ITT : LE TELEVISEUR QUI INCRUSTE UN PAS DE PLUS VERS LE MARIAGE DE LA vidéo et de lordinateur : le téléviseur numérique à incrustation d'ITT. Le Digivision permet d'afficher une image de la dimension d'une carte postale en haut et à droite de l'écran, pendant que l'image normale occupe le reste de la suface. On peut ainsi mettre au point un programme Basic ou consulter un service vidéotex tout en surveillant du coin de l'œil l'image d'Antenne 2, pour ne pas rater le début du journal télévisé. On peut aussi enregistrer une émission tout en regardant une autre. L'échange entre les deux images est instantané. Ce téléviseur, 20% plus cher qu'un modèle sans incrustation, devait être livré en Allemagne en octobre. Une version SECAM est prévue un peu plus tard. (ITT, 30 avenue George-V, 75008 Paris, tél. : (1) 47237808). 12 # LE SPECTRUM 128 LANCE EN ESPAGNE France, voici un aperçu de ses principales originalités techniques. S'il peut, en principe, utiliser tous les logiciels écrits pour son prédécesseur, il semble bien que ses 128 Ko de mémoire vive (contre 48 sur le Spectrum Plus) ne puissent être utilisés d'un seul tenant par un programme Basic, contrairement au TO 9 de Thomson (voir notre banc d'essai en page 78). La mémoire supplémentaire sert soit à des logiciels du commerce écrits en assembleur, soit comme disque virtuel où lon peut stocker programmes et données, grâce aux mêmes commandes qui servent au stockage sur cassette. L'originalité la plus marquante du Spectrum 128 porte sur le son. Le synthétiseur n'est pas aussi puissant que celui de certains de ses concurrents, mais il permet tout de même de brancher jusqu'à 8 instruments de musique électroniques, à travers la prise RS 232 C de l'ordinateur transformée par logiciel en interface normalisée MIDI. Huit canaux peuvent être commandés à la fois si l'on utilise l'interface MIDI, trois si l'on se contente de diriger le son de l'ordinateur sur le haut-parleur du téléviseur. La programmation des sons se fait par l'instruction PLAY suivie d'une chaine de caractères, oû l'on indique : note (avec dièses et bémols, sur 8 octaves), durée (de la quadruple croche à la blanche, triolets), tempo (de 60 à 240), volume (de 0 à 15), enveloppe de volume (seulement 8 prédéfinies). On remarque que Sinclair a préféré la notation musicale (do, ré, mi...) à la notation physique (fréquences). L'ensemble du système parait assez lourd à utiliser, et d'éventuels logiciels de composition musicale seront bienvenus. Mais des astuces facilitent tout de même les choses : ainsi, on peut insérer des commentaires dans une chaine de caractères correspondant à une mélodie donnée, afin de pouvoir retrouver la signification de codes a priori assez abscons. Autre originalité : le nouvel éditeur pleine page, qui sert aussi de petit traitement de texte. Ces fonctions sont commandées à partir d'un boitier d'extension qui se branche sur lordinateur, et qui comprend 18 touches dont un pavé numérique, des touches de curseur, des commandes d'édition, une touche de tir pour les jeux, une touche ENTER et une touche SHIFT. Les fonctions d'édition sont les mêmes pour léditeur Basic et pour le traitement de texte : déplacer le curseur d'un mot, d'une ligne, d'une page, aller au bout d'un programme ou d'un texte, effacer un mot ou une ligne, et même rechercher un mot et le remplacer par un autre. En position traitement de texte, on peut stocker un texte sur cassette ou l'imprimer. Il est loin, le bon vieil éditeur ligne à ligne des précédents Spectrum... Autre entorse bienvenue à la tradition : en mode 128 Ko (il existe un mode 48 Ko qui permet d'utiliser les anciens logiciels), les mots Basic sont tapés lettre par lettre au clavier, et non plus suivant le système qui faisait correspondre plusieurs commandes à une seule touche, et qui déroutait tant les néophytes. Enfin, I Spectrum 128 communiquera mieux avec l'extérieûr, grâce à son interface pour Microdrive incorporée, et à sa RS 232 C standard, dont la vitesse est réglable de 50 à 9 600 bauds. Hélas, le tranformateur d'alimentation reste externe... LE MINITEL 20 : UN ORDINATEUR LA DGT A FAIT SON CHOIX POUR LE Minitel 20, dit Minitel intelligent•, en réalité un véritable micro-ordinateur : la version de base sera un terminal disposant de deux lignes téléphoniques, d'un vrai clavier, et d'une mémoire pouvant atteindre 128 Ko sur cartouche enfichable (mémoire vive et morte confondues). Celle-ci pourra stocker quelques pages vidéotex, offrir un tableau, un gestionnaire de fichiers, un logiciel de communication... L'affichage sera bimode, Télétel en 40 colonnes et ASCII en 80 colonnes. La version de base pourra être complétée par un boitier d'extension qui transformera le Minitel en ordinateur. Adoptant le microprocesseur 16 bits 8088, il pourrait utiliser le système d'exploitation MS­ DOS et offrir une certaine compatibilité avec l'IBM PC. Le boitier comportera deux lecteurs de disquettes de 3 1/2 pouces. La mémoire vive sera au minimum de 128 Ko - et plus si le prix des composants diminue suffisamment. La DGT a retenu le projet de Matra, conduisant à une commande de 50 000 Minitel 20 à livrer fin 1986. La DGT diffusera en 1987 la version de base (à un prix approchant les 300 F par mois), laissant la commercialisation du boitier d'extension à Matra : le constructeurs'est fixé comme objectif un prix de 10 000 F pour lensemble version de base et boitier. Les spécifications précises de l'appareil seront établies à la fin de cette année. Notre photo ne présente qu'une maquette préparatoire : la machine définitive aura un aspect différent, notament quant à la forme du moniteur (moins replet) età la couleur (dans les beiges). SCIENCE 8t vrn MICRO 1'1° 22 - NOVEJ118Kt : 1985
"'E.. u ii a : "'5 e 1 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196