SVM n°22 novembre 1985
SVM n°22 novembre 1985
  • Prix facial : 17 F

  • Parution : n°22 de novembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : 5 vérités sur le TO9 de Thomson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
prégravés et fournissent un bit de synchronisation qui permet de maintenir• à l'heure• une horloge interne. Un procédé qui semble un peu compliqué mais qui a déjà attiré un bon nombre de constructeurs (OSL 3M, Optotech Corporation etc.). ATG a très bon espoir de voir son format adopté comme standard par de nombreux autres industriels d'autant qu'il est compatible avec les différentes méthodes d'enregistrement. Trop intelligente Le cas de l'interface est aussi complexe : comment l'ordinateur passe-t-il ses ordres au système de mémoire de masse ? Dans la majorité des systèmes micro-informatiques actuels, on retrouve la même interface : la SCSI (Smalt Computer Sytems Interface). Une de ses particularités est de permettre à un lecteur de disque d'être temporairement déconnecté du processeur central pendant qu'une recherche de données a lieu. Ceci est particulièrement valable pour les disques ayant un temps d'accès relativement long (grand diamètre). Avec des disques plus petits, cet avantage a tendance à disparaître, leur petite taille ne permettant pas de profiter pleinement de l'intelligence de l'interface SCSI. La tendance actuelle oriente donc les constructeurs vers des interfaces mieux appropriées aux systèmes actuellement sur le marché. La nécessité d'un standard se fait de plus en plus sentir. Que faire de toute cette mémoire ? Développer des nouveaux supports de masse n'a un sens que dans la mesure où cela répond à une demande de la part du marché. On l'a vu avec le vidéodisque, le succès commercial n'a pas été à la hauteur des espérances et des capitaux investis dans cette recherche, mais Le lecteur de disque optique Son y. avec les disques optiques numériques, de nouvelles applications accessibles à la microinformatique ont vu le jour. En collaboration avec ATG, certaines sociétés ont écrit des logiciels destinés à exploiter les capacités du Gigadisc. Ainsi Sacado, un logiciel développé par la société Syseca, qui permet à partir d'un IBM PC-XT (ou compatible) d'archiver et de rechercher des documents ; Zibra-1, de la so- LA LECTURE D'UN DISQUE OPTIQUE NUMÉRIQUE disque optique Après avoir été dévié vers la grille de diffraction, le faisceau laser est ensuite focalisé par une lentille et orienté vers un prisme de Wollaston qu'il traverse (le prisme de Wollaston transmet ou réfléchit la lumière suivant la polarisation de celleciLa lumière chemine alors à travers une lame quart d'onde qui modifie la phase du faisceau avant qu'il ne soit dirigé vers la disquette. Sur le disque, la lumière du laser rencontre ou non une micro-cuvette dont la profondeur correspond à un quart de longueur d'onde. En conséquence, la lumière réfléchie après avoir heurté une micro-cuvette sera retardée d'une demi-longueur d'onde (un quart à l'aller et un quart au retour) par rapport à celle qui n'en rencontre pas. Lors du retour, le faisceau qui n'a pas rencontré de micro-cuvette ne traverse pas le prisme, il se trouve donc réfléchi vers une photodiode qui pennettra l'analyse de l'infonnation. 114 ciété MC2 qui assure la saisie optique de documents M. Ceux-ci passent dans un scanner qui les compresse et les archive alors sur le Gigadisc. De nombreuses possibilités d'indexation sont disponibles, ce qui offre une très grande souplesse pour retrouver les documents. Mais plus encore, c'est le• juke-box• développé par ATG qui forçait le plus l'admiration des visiteurs du dernier SICOB. Imaginez une armoire de 4 m 3 capable de stocker 200 giga-octets ! Ons'éloigne du marché de la petite informatique, mais la performance mérite d'être notée. ATG devient avec ce système le leader de la capacité de stockage sur disques optiques numériques. Philips dans son système Megadoc utilise le disque OSI. li faut d'ailleurs noter que la société néerlandaise ne propose que des solutions toutes faites dans lesquelles elle intègre son disque optique numérique. Ainsi Mégadoc peut-il stocker 25 000 documents• image• sur une seule face. Ces documents sont analysés point par point (à travers un scanner) puis stockés sous forme binaire sur le disque. Ce système est aussi commercialisé par Olivetti sous le nom de Filenet. Le disque seul peut ètre connecté à un PC et servir ainsi de support de masse sur lequel on ne peut écrire qu'une fois. La société MBM (1) propose une solution comprenant le disque OS ! et l'interface SCSI pour environ 173 000 F HT.. Le fait que les données ne peuvent être écrites qu'une seule fois représente plus une sécurité dans l'archivage des documents qu'un désavantage. D'autres applications mixent les autres supports optiques numériques avec des micro-ordinateurs. Philips propose d'associer la carte à mémoire (Medi­ Card) à un lecteur de disques compacts. Un des avantages consiste à restreindre l'accès de certaines informations à des usagers précis. Philips prévoit aussi une extension de ce système en liaison avec des éditeurs de logiciels. Il serait tout à fait possible de stocker l'ensemble des logiciels produits par une société sur un seul CD ROM et d'en réserver l'accès, par l'intermédiaire de la carte à mémoire, aux personnes y ayant droit. Les promoteurs du MSX envisagent aussi une large exploitation du CD ROM. L'extension de mémoire morte disponible pourrait élargir les possibilités à la fois graphiques et sonores de ces machines. Dans un autre ordre d'idées, JVC propose de coupler son vidéodisque avec un micro-ordinateur afin d'en faire cette fois-ci un système interactif. Dans ce cas, le disque ne sert pas de support de masse aux données, mais contient des images dont l'accès est piloté par ordina teur. Un système similaire avec un vidéodisque Philips a commencé à être installé par IBM en Angleterre et en Italie sous le nom de PCSS. Il s'agit, grâce à un emploi interactif d'un PC et du vidéodisque de fonner les distributeurs sur les nouveaux produits en les faisant participer activement au déroulement des opérations. Eric TENIN (1) MBM, 87 rue du Château, 92100 Boulogne-sur­ Seine. Tél. : (1) 48.25.50.10. SCIEl"ICE VIE JlllCRO 1"1° 22• l"IOVEJllBRE 1985
 ! ! LA NOUVELLE ENCYCLOPEDIE PRATIQUE Il DU BASI (LE BASIC ET LA PRATIQUE. eurotechnique. FAIRE POUR SAVOIR rue Fernand-Holweck, 21100 DIJON RENVOYEZ vm a BOii POUR UllE DOCU•llTATIOll GRATUm A compléter et à renvoyer aujourd'hui à EUROTECHNIQUE, rue Fernand Holweck, 21100 DIJON. Je désire recevoir gratuitement et sans engagement de ma part votre documentation sur le Livre Pratique du Basic. NOM PRENOM­ ADRESSE CODE POSTAL I lI I VILLE TEL. _



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 22 novembre 1985 Page 1SVM numéro 22 novembre 1985 Page 2-3SVM numéro 22 novembre 1985 Page 4-5SVM numéro 22 novembre 1985 Page 6-7SVM numéro 22 novembre 1985 Page 8-9SVM numéro 22 novembre 1985 Page 10-11SVM numéro 22 novembre 1985 Page 12-13SVM numéro 22 novembre 1985 Page 14-15SVM numéro 22 novembre 1985 Page 16-17SVM numéro 22 novembre 1985 Page 18-19SVM numéro 22 novembre 1985 Page 20-21SVM numéro 22 novembre 1985 Page 22-23SVM numéro 22 novembre 1985 Page 24-25SVM numéro 22 novembre 1985 Page 26-27SVM numéro 22 novembre 1985 Page 28-29SVM numéro 22 novembre 1985 Page 30-31SVM numéro 22 novembre 1985 Page 32-33SVM numéro 22 novembre 1985 Page 34-35SVM numéro 22 novembre 1985 Page 36-37SVM numéro 22 novembre 1985 Page 38-39SVM numéro 22 novembre 1985 Page 40-41SVM numéro 22 novembre 1985 Page 42-43SVM numéro 22 novembre 1985 Page 44-45SVM numéro 22 novembre 1985 Page 46-47SVM numéro 22 novembre 1985 Page 48-49SVM numéro 22 novembre 1985 Page 50-51SVM numéro 22 novembre 1985 Page 52-53SVM numéro 22 novembre 1985 Page 54-55SVM numéro 22 novembre 1985 Page 56-57SVM numéro 22 novembre 1985 Page 58-59SVM numéro 22 novembre 1985 Page 60-61SVM numéro 22 novembre 1985 Page 62-63SVM numéro 22 novembre 1985 Page 64-65SVM numéro 22 novembre 1985 Page 66-67SVM numéro 22 novembre 1985 Page 68-69SVM numéro 22 novembre 1985 Page 70-71SVM numéro 22 novembre 1985 Page 72-73SVM numéro 22 novembre 1985 Page 74-75SVM numéro 22 novembre 1985 Page 76-77SVM numéro 22 novembre 1985 Page 78-79SVM numéro 22 novembre 1985 Page 80-81SVM numéro 22 novembre 1985 Page 82-83SVM numéro 22 novembre 1985 Page 84-85SVM numéro 22 novembre 1985 Page 86-87SVM numéro 22 novembre 1985 Page 88-89SVM numéro 22 novembre 1985 Page 90-91SVM numéro 22 novembre 1985 Page 92-93SVM numéro 22 novembre 1985 Page 94-95SVM numéro 22 novembre 1985 Page 96-97SVM numéro 22 novembre 1985 Page 98-99SVM numéro 22 novembre 1985 Page 100-101SVM numéro 22 novembre 1985 Page 102-103SVM numéro 22 novembre 1985 Page 104-105SVM numéro 22 novembre 1985 Page 106-107SVM numéro 22 novembre 1985 Page 108-109SVM numéro 22 novembre 1985 Page 110-111SVM numéro 22 novembre 1985 Page 112-113SVM numéro 22 novembre 1985 Page 114-115SVM numéro 22 novembre 1985 Page 116-117SVM numéro 22 novembre 1985 Page 118-119SVM numéro 22 novembre 1985 Page 120-121SVM numéro 22 novembre 1985 Page 122-123SVM numéro 22 novembre 1985 Page 124-125SVM numéro 22 novembre 1985 Page 126-127SVM numéro 22 novembre 1985 Page 128-129SVM numéro 22 novembre 1985 Page 130-131SVM numéro 22 novembre 1985 Page 132-133SVM numéro 22 novembre 1985 Page 134-135SVM numéro 22 novembre 1985 Page 136-137SVM numéro 22 novembre 1985 Page 138-139SVM numéro 22 novembre 1985 Page 140-141SVM numéro 22 novembre 1985 Page 142-143SVM numéro 22 novembre 1985 Page 144-145SVM numéro 22 novembre 1985 Page 146-147SVM numéro 22 novembre 1985 Page 148-149SVM numéro 22 novembre 1985 Page 150-151SVM numéro 22 novembre 1985 Page 152-153SVM numéro 22 novembre 1985 Page 154-155SVM numéro 22 novembre 1985 Page 156-157SVM numéro 22 novembre 1985 Page 158-159SVM numéro 22 novembre 1985 Page 160-161SVM numéro 22 novembre 1985 Page 162-163SVM numéro 22 novembre 1985 Page 164-165SVM numéro 22 novembre 1985 Page 166-167SVM numéro 22 novembre 1985 Page 168-169SVM numéro 22 novembre 1985 Page 170-171SVM numéro 22 novembre 1985 Page 172-173SVM numéro 22 novembre 1985 Page 174-175SVM numéro 22 novembre 1985 Page 176-177SVM numéro 22 novembre 1985 Page 178-179SVM numéro 22 novembre 1985 Page 180-181SVM numéro 22 novembre 1985 Page 182-183SVM numéro 22 novembre 1985 Page 184-185SVM numéro 22 novembre 1985 Page 186-187SVM numéro 22 novembre 1985 Page 188-189SVM numéro 22 novembre 1985 Page 190-191SVM numéro 22 novembre 1985 Page 192-193SVM numéro 22 novembre 1985 Page 194-195SVM numéro 22 novembre 1985 Page 196