SVM n°214 avril 2003
SVM n°214 avril 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°214 de avril 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 178 Mo

  • Dans ce numéro : virus... prévenir, guérir et éradiquer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
à la une VIRUS Prévenir, guérir, éradiquer Chevaux de Troie, vers et autres virus pullulent sur Internet ou pénètrent insidieusement dans votre messagerie. Face à ces attaques, mieux vaut connaître les périls qui attendent votre PC sur la Toile et s'en prémunir. En quelques minutes, un virus est capable d'envoyer vos documents perso à tous vos contacts, effacer les fichiers de votre disque dur, ou encore anéantir le Bios, indispensable au démarrage de l'ordinateur. Quant aux chevaux de Troie, ils ouvrent les portes de votre disque dur à un pirate (même débutant), qui peut à loisir y copier ses fichiers ou détruire les vôtres. Bref, autant dire qu'il vaut mieux se prémunir contre ces sales bêtes ! Pour s'en protéger, certaines mesures "préventives", accompagnées d'un antivirus et d'un parefeu, devraient suffire. Les virus se propageant désormais principalement par Internet, il faut surtout faire attention aux fichiers que vous récupérez sur la Toile, que vous les ayez téléchargés sur le Web, acquis sur un réseau P2P (peer-to-peer) ou reçus par mail. Ainsi, tous les fichiers portant l'extension.vbs,.bat,.scr, ou encore.pif, ainsi que les exécutables.exe ne provenant pas d'une source sûre, sont à proscrire. Les documents Office (surtout.doc et.xls) sont eux aussi des nids à virus car ils peuvent conte- Sur de nombreux sites d'éditeurs d'antivirus, on peut dénicher des outils gratuits dédiés à l'éradication d'un ver ou virus précis. Encore faut-il connaître son nom ! securityresponse. symantec.com/avcenter/tools.list.html www.bitdefendercom/html/free_tools.php nir des macros. Défendez-vous en n'autorisant, dans Word ou Excel, que les macros certifiées. Et ne vous fiez même pas à un mail de votre mère garni d'une pièce attachée suspecte : les vers ont pour sale habitude de voler les adresses e-mail pour se répandre. Si vous avez un doute, contactez l'expéditeur. Attention, les créateurs de virus se donnent du mal pour faire passer leur bestiole pour un document anodin — un fichier texte, par exemple — en ajoutant une fausse extension dans le nom du fichier. Ne vous laissez pas tromper et Quelques adresses pour la lutte virale 56 svm Avril 2003 www.mcafeeb2b.com/naicommon/avert/avertresearch-center/tools.asp Sur le Web, on trouve aussi des antivirus gratuits. Certains ne nécessitent qu'un plug-in et scannent votre disque dur depuis une fenêtre de votre navigateur Internet. D'autres, forcément plus lourds, doivent être entièrement téléchargés. Plug-in : housecall.antivirus.com/housecall/start_corp.asp k www.pandasoftware.com/activescan/fr/A télécharger : 4 www.free-av.com/www.grisoft.com/14 MAI 2000 Onel de Guzman, ici avec sa soeur, est arrêté par les autorités philippines. Cet étudiant est l'auteur du virus Love Bug, qui a infecté des millions de PC à travers le monde et a occasionné sept milliards de dollars de dégâts. configurez votre système afm qu'il affiche les noms de fichiers complets ! Certains virus, comme Klez, profitent des failles d'Internet Explorer et s'activent par un script sans même que l'on ouvre la pièce jointe. On peut les contrecarrer grâce aux mises à jour de sécurité publiées régulièrement sur le site de Microsoft. Autre solution, radicale mais sûrement plus efficace : cesser d'employer les logiciels par lesquels transitent les virus. Ainsi, la plupart des vers se propagent via le carnet d'adresses d'Outlook, ils seront aussitôt stoppés si vous employez un autre client e-mail. Autre maille sensible de la Toile : les services P2P, qui regorgent de vers, virus et autres chevaux de Troie. Là encore, ils se cachent dans des documents aux extensions douteuses et, dans le cas des vers, se reproduisent sur les dossiers partagés sous des noms variés une fois activés. Cela dit, ils sont faciles à repérer dans les résultats de recherches, car ils sont souvent de très petite taille (de 15 à 40 Ko en général) et vous promettent, par exemple, des photos de Britney Spears en petite tenue ou la version pirate d'un jeu vidéo à peine sorti... Contre les virus, de bons logiciels correctement mis à jour ainsi que quelques règles de sécurité devraient donc suffire. Mais pas toujours ! Par exemple, entre deux mises à jour d'antivirus votre machine peut tout de même être
contaminée. Première chose à faire en ce cas : ne pas redémarrer l'ordinateur sans connaître l'intrus avec précision, car certains codes malicieux profitent d'un nouveau chargement des fichiers système pour porter le coup de grâce. Tentez donc avant tout d'éradiquer la bestiole sans redémarrage, à moins que le virus n'ait déjà commencé son travail de sape. Si vous devez absolument redémarrer, faites-le en mode "sans échec", qui ne charge que les éléments essentiels au lancement du système d'exploitation, et qui ignore donc les lignes ajoutées dans les fichiers de démarrage par les virus. Ensuite, un petit tour sur le Web s'impose. Si vous possédez un antivirus, empressezvous de le mettre à jour afin qu'il dispose des dernières signatures virales. Durant cette connexion, le ver peut se propager. Pour éviter que vos contacts n'en soient à leur tour les victimes, renommez provisoirement votre carnet d'adresses Outlook (voir aussi le supplément offert avec ce numéro p.51). Sans antivirus, vous pouvez avoir recours à des outils dédiés à la suppression d'un ver précis, que vous trouverez sur les sites des éditeurs de logiciels de sécurité (voir cicontre). Mais encore faut-il connaître son nom ! Une fois les bons outils en main, déconnectez-vous afin de limiter les risques de propagation ou d'infiltration, puis lancez une analyse de la mémoire et de vos disques avec votre antivirus, qui devrait rapidement éliminer toute trace de l'envahisseur. Reste une dernière étape : envoyer un mail à tous vos contacts afin qu'ils évitent d'ouvrir un éventuel message contenant votre ver, ou pour les mettre au courant, le cas échéant, de la procédure à suivre pour s'en débarrasser ! E.L.B., roà11D1,11111 I.Y114.11 J4T1 SLP01 911.101 5 Arn 5111111.1 511./49, 13.111 8L1301 91/1:1111 s, P01 91.1301 91,141T1 5 LAIT1 51_1301 SIAM 5 L1,1111 91.1301 SILP01s../3111 91.1301 911:1111 5.1401 61.1 ; 19 SIAM 5.Api 91.1301 SUU ! : L1301 911191 MAYA Après avoir parcouru la table d'allocation du Kernel, ce virus prend le contrôle des fonctions d'affichage de windows. 1m C NOM r Ce ver, peu dangereux, se contente de changer le fond d'écran de tous les ordinateurs auxquels il accède. Un antivirus pour Pocket PC PC-cilln for Pocket PC 18:29 (91é Scan statua : Total files scanned : 258 Total vwuses found:\Vifindows\htmlview.d11 11111M111110 Fie Name y:mea Les virus pour Pocket PC sont extrêmement rares, voire inexistants. Et pourtant, quelques antivirus offrent de protéger son assistant numérique sous Windows. C'est le cas de PC-Cillin for Pocket PC v2.0. Une fois installé, il peut scanner tous les fichiers du PDA à la recherche de virus que l'on aurait copiés par mégarde sur l'ordinateur de poche. Seul problème : il ne prend en compte que certains virus VBscript et quelques virus de macro Excel... Gratuit, il est téléchargeable à l'adresse suivante : www.trendmicro.com/down load/product.asp ? productid=2 SPV, téléphone à virus ? Orange vient de mettre en ligne une première mise à jour pour le fameux SPV, ce téléphone élaboré avec Microsoft, et qui tourne sous Windows. Outre intégrer deux nouveaux logiciels et améliorer l'ergonomie comme l'autonomie de l'appareil, ce patch tend à rendre plus difficile l'installation de logiciels non certifiés par un éditeur. Orange craint en effet l'explosion des logiciels gratuits et, surtout, l'arrivée de virus sur ce téléphone. Et pourtant, sur le Web, des petits malins sont déjà parvenus à détourner ces nouvelles mesures de protection pour charger ce qu'ils souhaitent sur le SPV. Pour télécharger la mise à jour : 4 www.orange.com/francais/forwardth in king/spvu pdate2.asp Des informations pour débloquer le SPV : www.coolsmartphone.com/app-cert.htm Eicar.com, vrai-faux virus Comment savoir si votre antivirus fonctionne bien ? En le testant avec le faux virus de l'Eicar (European Institute for Computer Antivirus Research). Ce fichier - téléchargeable aussi.en version compressée -, passe pour un vrai virus, sans, évidemment, provoquer le moindre dégât ! On peut le télécharger sur : www.eicar.org/anti_virus_testfile.htm Une messagerie sécurisée Pour les pirates et diffuseurs de virus, les messageries instantanées sont une voie royale. Peu sûrs, ces logiciels sont très utilisés pour l'échange de fichiers. Pour y remédier, Bitdefender propose une série de freewares, qui surveillent les transferts de fichiers sur messagerie instantanée et éradiquent éventuellement les virus. Leurs interfaces permettent d'actualiser les signatures sans repasser par le navigateur. Existe pour ICQ, AIM, MSN, Yahoo Messenger, Netmeeting et mIRC : www.bitdefender.com/html/freewareproducts.php Avril 2003 svm 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 214 avril 2003 Page 1SVM numéro 214 avril 2003 Page 2-3SVM numéro 214 avril 2003 Page 4-5SVM numéro 214 avril 2003 Page 6-7SVM numéro 214 avril 2003 Page 8-9SVM numéro 214 avril 2003 Page 10-11SVM numéro 214 avril 2003 Page 12-13SVM numéro 214 avril 2003 Page 14-15SVM numéro 214 avril 2003 Page 16-17SVM numéro 214 avril 2003 Page 18-19SVM numéro 214 avril 2003 Page 20-21SVM numéro 214 avril 2003 Page 22-23SVM numéro 214 avril 2003 Page 24-25SVM numéro 214 avril 2003 Page 26-27SVM numéro 214 avril 2003 Page 28-29SVM numéro 214 avril 2003 Page 30-31SVM numéro 214 avril 2003 Page 32-33SVM numéro 214 avril 2003 Page 34-35SVM numéro 214 avril 2003 Page 36-37SVM numéro 214 avril 2003 Page 38-39SVM numéro 214 avril 2003 Page 40-41SVM numéro 214 avril 2003 Page 42-43SVM numéro 214 avril 2003 Page 44-45SVM numéro 214 avril 2003 Page 46-47SVM numéro 214 avril 2003 Page 48-49SVM numéro 214 avril 2003 Page 50-51SVM numéro 214 avril 2003 Page 52-53SVM numéro 214 avril 2003 Page 54-55SVM numéro 214 avril 2003 Page 56-57SVM numéro 214 avril 2003 Page 58-59SVM numéro 214 avril 2003 Page 60-61SVM numéro 214 avril 2003 Page 62-63SVM numéro 214 avril 2003 Page 64-65SVM numéro 214 avril 2003 Page 66-67SVM numéro 214 avril 2003 Page 68-69SVM numéro 214 avril 2003 Page 70-71SVM numéro 214 avril 2003 Page 72-73SVM numéro 214 avril 2003 Page 74-75SVM numéro 214 avril 2003 Page 76-77SVM numéro 214 avril 2003 Page 78-79SVM numéro 214 avril 2003 Page 80-81SVM numéro 214 avril 2003 Page 82-83SVM numéro 214 avril 2003 Page 84-85SVM numéro 214 avril 2003 Page 86-87SVM numéro 214 avril 2003 Page 88-89SVM numéro 214 avril 2003 Page 90-91SVM numéro 214 avril 2003 Page 92-93SVM numéro 214 avril 2003 Page 94-95SVM numéro 214 avril 2003 Page 96-97SVM numéro 214 avril 2003 Page 98-99SVM numéro 214 avril 2003 Page 100-101SVM numéro 214 avril 2003 Page 102-103SVM numéro 214 avril 2003 Page 104-105SVM numéro 214 avril 2003 Page 106-107SVM numéro 214 avril 2003 Page 108-109SVM numéro 214 avril 2003 Page 110-111SVM numéro 214 avril 2003 Page 112-113SVM numéro 214 avril 2003 Page 114-115SVM numéro 214 avril 2003 Page 116-117SVM numéro 214 avril 2003 Page 118-119SVM numéro 214 avril 2003 Page 120-121SVM numéro 214 avril 2003 Page 122-123SVM numéro 214 avril 2003 Page 124-125SVM numéro 214 avril 2003 Page 126-127SVM numéro 214 avril 2003 Page 128-129SVM numéro 214 avril 2003 Page 130-131SVM numéro 214 avril 2003 Page 132-133SVM numéro 214 avril 2003 Page 134-135SVM numéro 214 avril 2003 Page 136-137SVM numéro 214 avril 2003 Page 138-139SVM numéro 214 avril 2003 Page 140-141SVM numéro 214 avril 2003 Page 142-143SVM numéro 214 avril 2003 Page 144-145SVM numéro 214 avril 2003 Page 146-147SVM numéro 214 avril 2003 Page 148-149SVM numéro 214 avril 2003 Page 150-151SVM numéro 214 avril 2003 Page 152-153SVM numéro 214 avril 2003 Page 154-155SVM numéro 214 avril 2003 Page 156-157SVM numéro 214 avril 2003 Page 158-159SVM numéro 214 avril 2003 Page 160-161SVM numéro 214 avril 2003 Page 162-163SVM numéro 214 avril 2003 Page 164-165SVM numéro 214 avril 2003 Page 166-167SVM numéro 214 avril 2003 Page 168-169SVM numéro 214 avril 2003 Page 170-171SVM numéro 214 avril 2003 Page 172-173SVM numéro 214 avril 2003 Page 174-175SVM numéro 214 avril 2003 Page 176-177SVM numéro 214 avril 2003 Page 178-179SVM numéro 214 avril 2003 Page 180-181SVM numéro 214 avril 2003 Page 182-183SVM numéro 214 avril 2003 Page 184-185SVM numéro 214 avril 2003 Page 186-187SVM numéro 214 avril 2003 Page 188-189SVM numéro 214 avril 2003 Page 190-191SVM numéro 214 avril 2003 Page 192-193SVM numéro 214 avril 2003 Page 194-195SVM numéro 214 avril 2003 Page 196-197SVM numéro 214 avril 2003 Page 198-199SVM numéro 214 avril 2003 Page 200-201SVM numéro 214 avril 2003 Page 202