SVM n°213 mars 2003
SVM n°213 mars 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°213 de mars 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : DivX, MP3, films, disques... téléchargez !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
d ! gitales es ees I OLED : le successeur de l'écran à cristaux liquides ? technologie engagée : Oled (Organic Light Emitting DisOlayl. quatre petites lettres pour une revolution annoncée : la mise au placard possible des cristaux liquides. Inventée dans les laboratoires de Kodak, cette technologie d'affichage en a dans le ventre. Elle nous promet À des ecrans ultraplats dotés d'une image exceptionnelle. et. cerise sur le gâteau, encore plus economiques que les LCD. Vous disposez peut-être déjà d'un ecran Oled a matrice passive. Certains constructeurs ont en effet lance autoradios ou téléphones pourvus d'écrans fonctionnant avec cette technologie et nous risquons d'en voir de plus en plus dans les années à venir. Mais la bataille se loue aussi et surtout du côté des écrans à matrice active. Et là, chaque constructeur y va de son innovation en prônant sa technique de fabrication maison. On distingue deux procédés. Kodak, lui, utilise des monomères, de petites molécules organiques que l'on place sur le substrat. Mais nombreux sont ceux qui. a II l'instar de Philips, prefèrent employer des polymères. Ceux-ci se présentent sous la forme d'un liquide aisément superposable au substrat. Moins chers à produire, les ecrans à base de polymères sont privilégiés pour la fabrication de moniteurs ou de televisions. tandis que les monomères sont adaptés aux petits écrans des appareils nomades. Cela n'a pas empèche Kodak et Sanyo de montrer en 2002 un ecran Oled 15 pouces couleur en monomères (voir page precedente Mais ces deux alliés ne sont Avec sa diago- pas les seuls à nale de 24 pou- s'être lancés ces, cet écran Oled de Sony est. à ce pour. le plus grand prototype. La technologie Oled selon Kodak www.kodak n/go/display dans la course au plus beau prototype. Pour l'instant, la palme de la diagonale la plus longue revient à Sony. Le geant japonais a en effet expose un ecran OLEO, fabrique en collabo- ration avec Universal Display. de 2LI pouces, au dernier salon CES (notre photo !. Après les mini-ecrans Oled pour telephones et POP, prochaine etape pour Philips. des teléviseurs de grande taille des 2005.
les objets, les idées, les gens, les lieux du tout numérique svm Eliav Haskal, directeur de labo pour Philips Research "Rvec Bled, on pourra accrocher des écrans de 2 mm d'épaisseur au mur ! " Eliav Haskal, docteur en technologie electrique et electroohysique. dirige requipe en charge du projet PolgLED chez Philips Research, un des laboratoires les plus avances du monde en matière d'écrans plats organiques. R quand date la technologie des diodes organiques électroluminescentes ? C'est une technologie assez nouvelle, et ses développements vont très vite. Les premiers papiers scientifiques remontent à 1986/1987 Ceux-ci évoquaient une technologie utilisant des monomères évaporés sur le substrat. Les diodes organiques à base de polymères, sur lesquelles travaille Philips, sont plus récentes. Nous avons commencé à effectuer des recherches à partir de 1991. Quant aux premiers produits, ils ont été lances, en test, sur le marche dès 1996 et 1997 per Pioneer. En 191e, les prod dotés d'écra tlled sortent quantité, n ment des autoradio des téléphones. Quant, nous avons commercialisé notre premier produit dote d'un écran PolyLED. un rasoir, l'an dernier. Vous pouvez d'ailleurs l'admirer dans le dernier James Bond ! Quels sont les principaux avantages des ecrans Oled par rapport aux LCD ? D'abord, la technologie d'affichage Oled est émissive. Sur un écran LCD, une lampe illumine tout l'écran et les cristaux bloquent la lumière. Ru contraire, dans un écran Oled, les matériaux fabriquent eux-mêmes la lumière. Il suffit de leur donner du courant. Chaque pixel étant divisé en trois sous-pixels, un vert, un rouge et un bleu, on peut appliquer un courant différent à chacun de ses souspixels et atteindre ainsi une gamme complète de couleurs. DU4eP, l'écran rend p e- ment la lum t les couleurs, -n conso beaucoup ec un LCD. pille beaucoup d'énergie. De plus. la lumièr avenant de I an, les ecrans Oled ne rencontrent pas de problèmes d'angle de vision comme les moniteurs LCD. Quant au temps de reponse, il dépend, sur un LCD, de la vitesse à laquelle le cristal traite le flux lumineux. On arrive aujourd'hui à des temps de réponse de 16 millisecondes. Rvec un écran Oled, on peut changer un pixel mille fois plus vite ! Et il s'agit vraiment d'un écran plat. Sony et Toshiba ont fabriqué des écrans Oled de 2 millimètres d'épaisseur. On n'aura donc aucun problème pour les accrocher au mur. Quand pourrons-nous découvrir les premiers produits Oled Des écrans Oled de grande taille, comme deslélevisions. seront disi,rles entre 2006 et 20 -temps les écran matrice passive vont équiper de nombreux petits appareils, des téléphon mobiles, d photo nu matéri année arellss, du... Cette erra aussi des démos d'écrans de téléphones Oled en quantité. Nous nous intéressons à tous les appareils équipés d'affichage à cristaux liquides. Le marché des ecrans à matrice passive est énorme ! Et les ecrans souples ? En réalité, toute technologie d'écrans plats peut offrir des écrans flexibles. Certaines sociétés travaillent d'ailleurs à l'élaboration de substrats pour ce genre d'écrans. Mais nous avons aussi investi dans la societé E-I dont la technologie d'affichage diffère complèternent des Oled. Ce sont Oes écrans in_:Ilsari s pour la vid m parfaits po =fflc du texte ou de ages. Rve o -ut réalis ler électronique, des -book ou des panneaux d'affichage Concernant la t Oled. an



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 213 mars 2003 Page 1SVM numéro 213 mars 2003 Page 2-3SVM numéro 213 mars 2003 Page 4-5SVM numéro 213 mars 2003 Page 6-7SVM numéro 213 mars 2003 Page 8-9SVM numéro 213 mars 2003 Page 10-11SVM numéro 213 mars 2003 Page 12-13SVM numéro 213 mars 2003 Page 14-15SVM numéro 213 mars 2003 Page 16-17SVM numéro 213 mars 2003 Page 18-19SVM numéro 213 mars 2003 Page 20-21SVM numéro 213 mars 2003 Page 22-23SVM numéro 213 mars 2003 Page 24-25SVM numéro 213 mars 2003 Page 26-27SVM numéro 213 mars 2003 Page 28-29SVM numéro 213 mars 2003 Page 30-31SVM numéro 213 mars 2003 Page 32-33SVM numéro 213 mars 2003 Page 34-35SVM numéro 213 mars 2003 Page 36-37SVM numéro 213 mars 2003 Page 38-39SVM numéro 213 mars 2003 Page 40-41SVM numéro 213 mars 2003 Page 42-43SVM numéro 213 mars 2003 Page 44-45SVM numéro 213 mars 2003 Page 46-47SVM numéro 213 mars 2003 Page 48-49SVM numéro 213 mars 2003 Page 50-51SVM numéro 213 mars 2003 Page 52-53SVM numéro 213 mars 2003 Page 54-55SVM numéro 213 mars 2003 Page 56-57SVM numéro 213 mars 2003 Page 58-59SVM numéro 213 mars 2003 Page 60-61SVM numéro 213 mars 2003 Page 62-63SVM numéro 213 mars 2003 Page 64-65SVM numéro 213 mars 2003 Page 66-67SVM numéro 213 mars 2003 Page 68-69SVM numéro 213 mars 2003 Page 70-71SVM numéro 213 mars 2003 Page 72-73SVM numéro 213 mars 2003 Page 74-75SVM numéro 213 mars 2003 Page 76-77SVM numéro 213 mars 2003 Page 78-79SVM numéro 213 mars 2003 Page 80-81SVM numéro 213 mars 2003 Page 82-83SVM numéro 213 mars 2003 Page 84-85SVM numéro 213 mars 2003 Page 86-87SVM numéro 213 mars 2003 Page 88-89SVM numéro 213 mars 2003 Page 90-91SVM numéro 213 mars 2003 Page 92-93SVM numéro 213 mars 2003 Page 94-95SVM numéro 213 mars 2003 Page 96-97SVM numéro 213 mars 2003 Page 98-99SVM numéro 213 mars 2003 Page 100-101SVM numéro 213 mars 2003 Page 102-103SVM numéro 213 mars 2003 Page 104-105SVM numéro 213 mars 2003 Page 106-107SVM numéro 213 mars 2003 Page 108-109SVM numéro 213 mars 2003 Page 110-111SVM numéro 213 mars 2003 Page 112-113SVM numéro 213 mars 2003 Page 114-115SVM numéro 213 mars 2003 Page 116-117SVM numéro 213 mars 2003 Page 118-119SVM numéro 213 mars 2003 Page 120-121SVM numéro 213 mars 2003 Page 122-123SVM numéro 213 mars 2003 Page 124-125SVM numéro 213 mars 2003 Page 126-127SVM numéro 213 mars 2003 Page 128-129SVM numéro 213 mars 2003 Page 130-131SVM numéro 213 mars 2003 Page 132-133SVM numéro 213 mars 2003 Page 134-135SVM numéro 213 mars 2003 Page 136-137SVM numéro 213 mars 2003 Page 138-139SVM numéro 213 mars 2003 Page 140-141SVM numéro 213 mars 2003 Page 142-143SVM numéro 213 mars 2003 Page 144-145SVM numéro 213 mars 2003 Page 146-147SVM numéro 213 mars 2003 Page 148-149SVM numéro 213 mars 2003 Page 150-151SVM numéro 213 mars 2003 Page 152-153SVM numéro 213 mars 2003 Page 154-155SVM numéro 213 mars 2003 Page 156-157SVM numéro 213 mars 2003 Page 158-159SVM numéro 213 mars 2003 Page 160-161SVM numéro 213 mars 2003 Page 162-163SVM numéro 213 mars 2003 Page 164-165SVM numéro 213 mars 2003 Page 166