SVM n°213 mars 2003
SVM n°213 mars 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°213 de mars 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : DivX, MP3, films, disques... téléchargez !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Enseignement Supérieur GRANDES ÉCOLES : L'INFORMATIQUE BRANCHE-T-ELLE S F E Il y a eu ia vague Internet, avec l'engouement pour tout ce qui était Nouvelles Technologies et donc l'informatique. Maintenant c'est le reflux. Restent les passionnés. L'informatique captive les garçons, mais les filles restent timidement à la porte.rt é e à l'EPITA, la Mecque des études informatiques, elles restent bien Sophie craignait un peu son entrée à l'EPITA. On lui avait dit : « Tu verras, c'est un repère de mecs ; pour les filles, c'est l'enfer ». Elle ; elle aimait simplement l'informatique. Elle avait aussi une copine de 4 ans son aînée qui lui avait dit : « N'écoute pas les ragots ; c'est d'abord une école qui réunit des passionnés, mais qui savent parler d'autre chose que de leur passion ». Résultat, elle est là depuis quelques mois, en classe préparatoire intégrée et cela se passe plutôt bien. « Au début, dit-elle, on est un peu intimidé parce qu'on n'est vraiment pas très nombreuses. Et puis, en fait on oublie. Ni trop présents, ni trop lourdauds, les garçons nous donnent des coups de main bien utiles parfois, nous respectent avant tout. Et ils sont ouverts à toutes sortes de choses. » Normaux en somme, les informaticiens ? Semble-t-il ! C'est davantage dans les têtes que se situe le problème. Car les carrières qui s'ouvrent aux jeunes informaticiennes sont aussi prometteuses pour elles que pour les garçons : la direction de l'EPITA a diligenté une enquête auprès de ses élèves féminines et de ses anciennes diplômées pour mesurer leur satisfaction, explorer leur mode de vie, évaluer leur épanouissement. UNE INSERTION EXEMPLAIRE Il en ressort que les années écoles sont très bien vécues, jusque dans les inévitables chahuts étudiants qui restent toujours dans les normes de la bienséance (étonnant à notre époque non ?), que les chevaliers servants sont légion dans cet univers masculin, que les études sont dures mais passionnantes et que l'accueil de l'entreprise est à l'image de cette réalité : pas loin de l'idylle. Mêmes postes que les hommes, pas de réelle difficulté pour se faire accepter, mêmes évolutions de salaire, mêmes évolutions de carrière, parfois mieux EPITA. L'école leader en ingénierie Informatique. même, une vie privée qui existe à côté de la vie professionnelle, un sentiment d'épanouissement et de réalisation de soi. On croit rêver : la situation des femmes connaîtrait cette réalité dans les autres professions, on en ferait des tartines. > 6 SPECIALISATIONS MILTIMÉDIA ON-LINE Dans l'informatique, simplement, on est dans un monde plus discret parce que plus technique et moins exposé à la curiosité. Alors, où est le problème ? Il semble que ce soit à la fois en amont et dans l'image que projette l'informatique. « Pas étonnant, nous dit Fabrice Bardèche, directeur général de la Cité de l'Enseignement et de la Recherche (CERSTI) qui regroupe EPITA, EPITECH et IPSA, trois écoles technologiques. SCIENCES COGNITIVES & INFORMATIQUE AVANCÉE TÉLÉCOMS SYSTÈMES D'INFORMATION & GÉNIE LOGICIEL SYSTÈMES, RÉSEAUX & SÉCURITÉ GÉNIE INFORMATIQUE DES SYSTÈMES TEMPS RÉEL
Ces jeunes filles n'ont pas vraiment de modèles auxquels s'identifier (le monde des technologies est encore jeune) et toute la mythologie est très masculine ». Les success stories du domaine ont les hommes pour héros. Les jeux vidéo, qui sont pour beaucoup dans la vocation des jeunes pour l'informatique, retiennent des thèmes très masculins. Le monde professionnel est habité fondamentalement par les hommes. Si une jeune fille témoigne d'un peu de goût pour l'informatique, l'horizon qui lui sera spontanément présenté sera celui de la bureautique, pas celui de l'ingénieur. UN DÉFICIT PRÉVISIBLE DE FEMMES CADRES ? Le fait est, que, dans les écoles scientifiques, L'INGÉNIERIE INFORMATIQUE le taux de jeunes filles est inférieur à 30% et qu'il reste une marge de progression très importante. « On s'étonnera, poursuit F. Bardèche, dans quelques années, de constater un déficit de femmes dans les postes de décision importants des entreprises. La place que vont prendre les ingénieurs informaticiens dans les entreprises et dans la société dans les prochaines années est très importante : il y aura très peu de femmes. Si l'on veut remédier à ce déséquilibre, c'est maintenant qu'il faut sensibiliser les jeunes filles à ces métiers, beaucoup plus ouverts sur le monde extérieur qu'on ne l'imagine ». Aux dernières nouvelles, le taux de féminisation d'EPITA progressait : une hirondelle de passage ou le prélude d'un vrai printemps de l'informatique ? Cr CERST7 Cité de l'Enaeisnement et da la Recherche pour les Sciences. leu Tuchnolog se et l'InFormetipu JOURNÉE PORTES OUVERTES SAMEDI 29 MARS de 10 heures à 17 heures Cité de l'Enseignement et de la Recherche pour les Sciences, les Technologies et l'Informatique IEPITECH 1 www.epita.fr vvww.ipsa.fr www.epitech.net 14/16, RUE VOLTAIRE - 94276 LE KREMLIN BICÊTRE CEDEX M° PORTE D'ITALIE - Tél. 01 44 08 01 01 ÉTABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TECHNIQUES PRIVÉS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 213 mars 2003 Page 1SVM numéro 213 mars 2003 Page 2-3SVM numéro 213 mars 2003 Page 4-5SVM numéro 213 mars 2003 Page 6-7SVM numéro 213 mars 2003 Page 8-9SVM numéro 213 mars 2003 Page 10-11SVM numéro 213 mars 2003 Page 12-13SVM numéro 213 mars 2003 Page 14-15SVM numéro 213 mars 2003 Page 16-17SVM numéro 213 mars 2003 Page 18-19SVM numéro 213 mars 2003 Page 20-21SVM numéro 213 mars 2003 Page 22-23SVM numéro 213 mars 2003 Page 24-25SVM numéro 213 mars 2003 Page 26-27SVM numéro 213 mars 2003 Page 28-29SVM numéro 213 mars 2003 Page 30-31SVM numéro 213 mars 2003 Page 32-33SVM numéro 213 mars 2003 Page 34-35SVM numéro 213 mars 2003 Page 36-37SVM numéro 213 mars 2003 Page 38-39SVM numéro 213 mars 2003 Page 40-41SVM numéro 213 mars 2003 Page 42-43SVM numéro 213 mars 2003 Page 44-45SVM numéro 213 mars 2003 Page 46-47SVM numéro 213 mars 2003 Page 48-49SVM numéro 213 mars 2003 Page 50-51SVM numéro 213 mars 2003 Page 52-53SVM numéro 213 mars 2003 Page 54-55SVM numéro 213 mars 2003 Page 56-57SVM numéro 213 mars 2003 Page 58-59SVM numéro 213 mars 2003 Page 60-61SVM numéro 213 mars 2003 Page 62-63SVM numéro 213 mars 2003 Page 64-65SVM numéro 213 mars 2003 Page 66-67SVM numéro 213 mars 2003 Page 68-69SVM numéro 213 mars 2003 Page 70-71SVM numéro 213 mars 2003 Page 72-73SVM numéro 213 mars 2003 Page 74-75SVM numéro 213 mars 2003 Page 76-77SVM numéro 213 mars 2003 Page 78-79SVM numéro 213 mars 2003 Page 80-81SVM numéro 213 mars 2003 Page 82-83SVM numéro 213 mars 2003 Page 84-85SVM numéro 213 mars 2003 Page 86-87SVM numéro 213 mars 2003 Page 88-89SVM numéro 213 mars 2003 Page 90-91SVM numéro 213 mars 2003 Page 92-93SVM numéro 213 mars 2003 Page 94-95SVM numéro 213 mars 2003 Page 96-97SVM numéro 213 mars 2003 Page 98-99SVM numéro 213 mars 2003 Page 100-101SVM numéro 213 mars 2003 Page 102-103SVM numéro 213 mars 2003 Page 104-105SVM numéro 213 mars 2003 Page 106-107SVM numéro 213 mars 2003 Page 108-109SVM numéro 213 mars 2003 Page 110-111SVM numéro 213 mars 2003 Page 112-113SVM numéro 213 mars 2003 Page 114-115SVM numéro 213 mars 2003 Page 116-117SVM numéro 213 mars 2003 Page 118-119SVM numéro 213 mars 2003 Page 120-121SVM numéro 213 mars 2003 Page 122-123SVM numéro 213 mars 2003 Page 124-125SVM numéro 213 mars 2003 Page 126-127SVM numéro 213 mars 2003 Page 128-129SVM numéro 213 mars 2003 Page 130-131SVM numéro 213 mars 2003 Page 132-133SVM numéro 213 mars 2003 Page 134-135SVM numéro 213 mars 2003 Page 136-137SVM numéro 213 mars 2003 Page 138-139SVM numéro 213 mars 2003 Page 140-141SVM numéro 213 mars 2003 Page 142-143SVM numéro 213 mars 2003 Page 144-145SVM numéro 213 mars 2003 Page 146-147SVM numéro 213 mars 2003 Page 148-149SVM numéro 213 mars 2003 Page 150-151SVM numéro 213 mars 2003 Page 152-153SVM numéro 213 mars 2003 Page 154-155SVM numéro 213 mars 2003 Page 156-157SVM numéro 213 mars 2003 Page 158-159SVM numéro 213 mars 2003 Page 160-161SVM numéro 213 mars 2003 Page 162-163SVM numéro 213 mars 2003 Page 164-165SVM numéro 213 mars 2003 Page 166