SVM n°213 mars 2003
SVM n°213 mars 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°213 de mars 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : DivX, MP3, films, disques... téléchargez !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
faeCHARGEZ DivX, MP3, films, disques Peertompeer : les o d'un raz-de-marée Le téléchargement de fichiers entre ordinateurs n'est pas mort avec Napster, bien au contraire. Il est même devenu l'activité principale de bon nombre d'internautes, au grand désespoir d'Hollywood. Histoire d'un succès fulgurant. Les pompiers des majors américaines croyaient avoir maîtrisé l'incendie en éteignant Napster. Mais le feu est reparti de plus belle avec le P2P décentralisé, rendant leur tâche plus difficile encore. e télécharge, tu télécharges, ils téléchargent. En l'espace de trois petites années, le transfert de fichiers "de pair jà pair" (peer-to-peer ou P2P) est devenu l'une des applications majeures de l'Internet, au même titre que Fe-mail ou le surf. Chaque seconde, des centaines de milliers de chansons, films, logiciels et documents passent d'un ordinateur à un autre sans transiter par le moindre serveur. Les logiciels d'échange de fichiers revendiquent des millions de connectés, certains FAT vendent le haut débit en vantant ces eldorados numériques et d'autres se plaignent de la bande 52 sv Mars 2003 passante qu'absorbent ces services. Pendant ce temps, impuissants pour quelque temps encore, les industries culturelles et les défenseurs de la propriété intellectuelle fulminent devant l'ampleur des échanges. Attestant ce phénomène sans précédent, l'étude de GfK pour SVM que nous vous proposions le mois dernier place le téléchargement comme l'activité principale de 16% des internautes français, activité reine juste après le courrier électronique et le surf. C'est dire. C'est avec l'apparition de Napster que le grand public a pu se réapproprier les capacités de commu- UNVIL, IVI,INItYVil. T/b11-, nication de pair à pair et l'esprit de collaboration qui animaient le réseau à ses débuts. Ce génial logiciel d'échange de fichiers MP3 a été lancé en 1999 par un étudiant américain, Shawn Fanning... et n'a fonctionné que deux ans. Cela a suffi à bouleverser pour longtemps la distribution des contenus numériques, en donnant l'occasion à tous ses utilisateurs de partager leurs MP3 en ligne. L'architecture du réseau a été fatale à Napster : reposant sur un serveur qui centralisait toutes les requêtes des utilisateurs, le service était extrêmement facile à couper. Quelque 80 millions d'utilisateurs et un procès plus tard, le serveur de Napster fut finalement bloqué sur ordre de la justice américaine. Napster fait des petits A l'époque, l'industrie du disque crie victoire. Elle sera de courte durée. A peine attristés par la nouvelle, les internautes migrent vers une foule de logiciels, peu courus pendant le règne de Napster, mais beaucoup plus puissants que l'ancêtre. La plupart d'entre eux ne reposent sur aucun serveur bien précis, ce qui rend leur fermeture quasi impossible. Et quand le programme de Fanning ne permettait que d'échanger des MP3, les logiciels qui ont capté ses anciens utilisateurs offrent, quant à eux, de partager toute sorte de fichiers, et notamment des vidéos... Mieux, avec la multiplication des réseaux d'échange, les aficionados du téléchargement se sont organisés et savent désormais user du bon
rigines programme pour dénicher leur bonheur : les adeptes du MP3 se ruent notamment sur Kazaa, apprécié pour sa rapidité et la pertinence de ses recherches ; les fanas de films adoptent le robuste e-Donkey ; et les utilisateurs confirmés se tournent vers des logiciels "underground" comme DirectConnect, qui offre d'impressionnantes collections de fichiers. Formats idéaux Brel, la mort tic Napster n'a en rien attenté au succès du P2P. Elle a au contraire ouvert les intemautes à de nouvelles technologies d'échange. Mais sans contenus aux formats adaptés, point de partage ! La révolution P2P s'est développée autour de deux formats de compression désormais connus de tous : MP3 et DivX, élevés au rang de standards pour l'échange de musiques et de vidéos sur Internet. Le premier doit en grande partie sa réputation à Justin Frankel, jeune programmeur allumé qui lance, en avril 1997, un petit logiciel gratuit, Winamp, qui va initier des millions d'intemautes au MP3. Avec son look hi-fi, ses listes de lecture et ses "skins", ce programme séduit 15 millions d'utilisateurs en moins de deux ans, et contribue à faire du MP3 le format incontournable du P2P. Le MP3 avait de fait toutes les caractéristiques pour le devenir : mis au point au début des années 90 par l'institut Fraunhofer, il nécessite moins d'un mégaoctet par minute de musique enregistrée, et ne dispose d'aucun dispositif antipiratage. Lorsque le format a été conçu, on ne se souciait guère en effet de la protection de la propriété intellectuelle... Quant au second format, DivX, il est communément surnommé le "MP3 de la vidéo", du fait de ses Le forfait spécial P2P Certains adeptes du peer-to-peer donneraient n'importe quoi pour quelques Kbits/s supplémentaires. 9 Telecom les a entendus, qui propose, pour 39,90 €, une connexion ADSL atteignant les 1024 Kbits/s en réception et 256 Kbits/s en émission. Tout comme Free, avec son forfait 512 Kbits/s à 29,90 € et Noos, sur le câble, pour son offre 512 Kbits/s à 29 € (voirpp. 28 et 124) P2P sans pub Vous utilisez Kazaa ? Passez à Kazaalite ! Ce logiciel est la réplique parfaite du plus fameux programme d'échanges, sans la tonne de logiciels espions que le vrai Kazaa embarque. Les fonctionnalités sont strictement identiques : avec Kazaalite - fourni sur notre CD-Rom -, vous pouvez bien sûr télécharger des MP3, mais aussi des films ou des images depuis des sources multiples. Attention, cependant, sur le réseau FastTrack, de nombreux fichiers sont des leurres, des fichiers dégradés, qui ne sont là que pour vous égarer... Accélérez vos téléchargements Speedup de ShareMonkey fonctionne avec n'importe quel logiciel basé sur le réseau FastTrack (Kazaa, Kazaalite, Grokster...). Il s'agit d'une petite trousse à outils fort pratique qui s'installe discrètement dans la barre des tâches et s'occupe notamment de rechercher toute seule de nouvelles sources pour accélérer vos téléchargements. Presque indispensable quand on ne reste pas devant son PC après avoir allumé Kazaa ou l'un de ses clones. Vous pouvez le récupérer à l'adresse : www.sharemonkey.com/La Rolls des baladeurs L'iPod d'Apple, tout un symbole ! "La Rolls des baladeurs MP3" mérite son surnom : superbe design, grand écran, gros disque dur (5, 10 ou 20 Go) et une prise Firewire pour transférer rapidement ses MP3. Bonne nouvelle pour les utilisateurs de PC : désormais, vous pourrez parfaitement utiliser l'iPod sous Windows. Seul (gros) problème, son prix très "Apple" : environ 400 € (2625 F) pour la version 5 Go et jusqu'à 649 € (4250 F) pour la version 20 Go. L'iPod des PC Le Mac a son iPod, le PC a le Jukebox Zen. Fabriqué par Creative, il embarque un disque de 20 Go, une prise USB 1.1 ainsi que le Firewire. Beaucoup plus compact que les autres baladeurs de la famille Jukebox, il est également mieux fini que les produits Archos. Il accepte de lire aussi bien les fichiers MP3 que WMA, mais il ne dispose pas des fonctions d'enregistrement et de radio, ce qui, pour son prix (499 € /3270 F), est plutôt décevant. Mars 2003 svm 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 213 mars 2003 Page 1SVM numéro 213 mars 2003 Page 2-3SVM numéro 213 mars 2003 Page 4-5SVM numéro 213 mars 2003 Page 6-7SVM numéro 213 mars 2003 Page 8-9SVM numéro 213 mars 2003 Page 10-11SVM numéro 213 mars 2003 Page 12-13SVM numéro 213 mars 2003 Page 14-15SVM numéro 213 mars 2003 Page 16-17SVM numéro 213 mars 2003 Page 18-19SVM numéro 213 mars 2003 Page 20-21SVM numéro 213 mars 2003 Page 22-23SVM numéro 213 mars 2003 Page 24-25SVM numéro 213 mars 2003 Page 26-27SVM numéro 213 mars 2003 Page 28-29SVM numéro 213 mars 2003 Page 30-31SVM numéro 213 mars 2003 Page 32-33SVM numéro 213 mars 2003 Page 34-35SVM numéro 213 mars 2003 Page 36-37SVM numéro 213 mars 2003 Page 38-39SVM numéro 213 mars 2003 Page 40-41SVM numéro 213 mars 2003 Page 42-43SVM numéro 213 mars 2003 Page 44-45SVM numéro 213 mars 2003 Page 46-47SVM numéro 213 mars 2003 Page 48-49SVM numéro 213 mars 2003 Page 50-51SVM numéro 213 mars 2003 Page 52-53SVM numéro 213 mars 2003 Page 54-55SVM numéro 213 mars 2003 Page 56-57SVM numéro 213 mars 2003 Page 58-59SVM numéro 213 mars 2003 Page 60-61SVM numéro 213 mars 2003 Page 62-63SVM numéro 213 mars 2003 Page 64-65SVM numéro 213 mars 2003 Page 66-67SVM numéro 213 mars 2003 Page 68-69SVM numéro 213 mars 2003 Page 70-71SVM numéro 213 mars 2003 Page 72-73SVM numéro 213 mars 2003 Page 74-75SVM numéro 213 mars 2003 Page 76-77SVM numéro 213 mars 2003 Page 78-79SVM numéro 213 mars 2003 Page 80-81SVM numéro 213 mars 2003 Page 82-83SVM numéro 213 mars 2003 Page 84-85SVM numéro 213 mars 2003 Page 86-87SVM numéro 213 mars 2003 Page 88-89SVM numéro 213 mars 2003 Page 90-91SVM numéro 213 mars 2003 Page 92-93SVM numéro 213 mars 2003 Page 94-95SVM numéro 213 mars 2003 Page 96-97SVM numéro 213 mars 2003 Page 98-99SVM numéro 213 mars 2003 Page 100-101SVM numéro 213 mars 2003 Page 102-103SVM numéro 213 mars 2003 Page 104-105SVM numéro 213 mars 2003 Page 106-107SVM numéro 213 mars 2003 Page 108-109SVM numéro 213 mars 2003 Page 110-111SVM numéro 213 mars 2003 Page 112-113SVM numéro 213 mars 2003 Page 114-115SVM numéro 213 mars 2003 Page 116-117SVM numéro 213 mars 2003 Page 118-119SVM numéro 213 mars 2003 Page 120-121SVM numéro 213 mars 2003 Page 122-123SVM numéro 213 mars 2003 Page 124-125SVM numéro 213 mars 2003 Page 126-127SVM numéro 213 mars 2003 Page 128-129SVM numéro 213 mars 2003 Page 130-131SVM numéro 213 mars 2003 Page 132-133SVM numéro 213 mars 2003 Page 134-135SVM numéro 213 mars 2003 Page 136-137SVM numéro 213 mars 2003 Page 138-139SVM numéro 213 mars 2003 Page 140-141SVM numéro 213 mars 2003 Page 142-143SVM numéro 213 mars 2003 Page 144-145SVM numéro 213 mars 2003 Page 146-147SVM numéro 213 mars 2003 Page 148-149SVM numéro 213 mars 2003 Page 150-151SVM numéro 213 mars 2003 Page 152-153SVM numéro 213 mars 2003 Page 154-155SVM numéro 213 mars 2003 Page 156-157SVM numéro 213 mars 2003 Page 158-159SVM numéro 213 mars 2003 Page 160-161SVM numéro 213 mars 2003 Page 162-163SVM numéro 213 mars 2003 Page 164-165SVM numéro 213 mars 2003 Page 166