SVM n°213 mars 2003
SVM n°213 mars 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°213 de mars 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : DivX, MP3, films, disques... téléchargez !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
tous nos tests nouveautés I matériel Le DivX dans un fauteuil Lecteur DVD Kiss Technology DVD Player DP-450 Env. 450 E/2 950 F Platine DVD de salon supportant les formats DivX 4 et suivants. Compatible DVD vidéo, VCD, SVCD, CD, MP3, CD- RW, DVD-RW. 3 sorties vidéo : Péritel, composite et S-Vidéo. Sorties son coaxiale et optique. Livré avec câblerie, télécommande infrarouge. Dimensions (L x H x P) : 57 x 17 x 36 cm. Regarder un DivX sur votre lecteur DVD de salon, confortablement installé, ça vous dirait ? C'est désormais chose possible avec le DP-450 de Kiss Technology, un lecteur particulièrement polyvalent puisqu'il accepte également les CD audio, les compilations MP3 et même les CD de photos numériques au format Jpeg. Doté d'une connectique très complète, le DP-450 pourra être relié au téléviseur par ses prises Péritel, RCA ou S-Vidéo. Côté son, les prises RCA et coaxiales sont complétées par une sortie optique pour les pistes Dolby ou DTS. Equipé d'une puce EM8500 signée Sigma Designs, le DP-450 sait gérer le décodage Mpeg-4 des vidéos compressées en DivX 4 et 5, la version 3, plus ancienne, n'étant pas supportée. Il est d'ailleurs possible d'appeler depuis la télécommande un menu d'information sur le fichier vidéo en cours de lecture. La lecture se révèle aussi fluide et agréable que sur un PC, sous réserve, bien entendu, de la qualité de l'encodage initial. Si la fonction de zoom de la télécommande, qui permet d'agrandir en plein écran un DivX au format 4:3 ou 16:9, est POUR La compatibilité DivX 4 et 5, le grand nombre de supports reconnus, la télécommande. CONTRE L'absence d'avance ou retour rapides en lecture des DivX, le non-support du DivX 3. Pour un mini-PC très discret Boîtier pour mini-PC ASUS Pundit Asus s'engage résolument sur le marché des mini-PC, un nouveau type de machine combinant 102 svm Mars 2003 Mini-PC avec carte mère Asus P4S8L. Support des processeurs Intel Pentium 4 jusqu'à 2,8 GHz. 2 slots mémoire pour DDR PC 2100/2700. 2 connecteurs PCI. Circuit vidéo SIS 651 avec 32/64 Mo partagés. Connecteurs : 1 parallèle, 1 série, 1 VGA, 1 DVI, 2 S-Vidéo, modem 56 K, réseau 10/100 Mbits, 1 micro, 1 casque, 2 Firewire, 4 USB 2.0, 2 SPdif optique, 1 PCMCIA 1 MMC/SD/Smart Media/Memory Stick. haute intégration technologique, soin du design et très faible niveau de bruit. Son beau boîtier, le Pundit, s'adresse aux connaisseurs : il n'est équipé que d'une carte mère pour Pentium 4 (2,8 GHz maximum) et d'un système de refroidissement. L'évolutivité ne sera pas le point fort de la machine, dont on regrette qu'elle n'intègre pas de plutôt séduisante, il est en revanche décevant de ne pas pouvoir effectuer d'avance ni de retour rapides. P.B. Env. 260 f TTC (1700 F) port AGP. Le circuit vidéo intégré et sa mémoire partagée seront, en effet, insuffisants pour les derniers jeux 3D. En revanche, la connectique, notamment en face avant, est superbe ! P.B. POUR La richesse des branchements, le très faible encombrement, le prix. CONTRE L'absence de connecteur AGP et de version préinstallée. L'AGP 8X au prix du 4X Carte graphique PNY Verto GeForce 4 AGP 8X Env. 250 € /1 640 F Carte vidéo AGP 8X/4X avec GeForce 4 Ti 4200 et 128 Mo de mémoire DDR, 1 sortie VGA, 1 sortie DVI, 1 sortie S-Vidéo. Résolution maxi 2 048 X 1 536 à 75 Hz. Livrée avec le jeu Morrowind complet, adaptateurs DVINGA et S-Vidéo/RCA. Les cartes basées sur le GeForce 4 Ti 4200 remportent un succès mérité, dopé par l'introduction, il y a quelques mois, de versions AGP 8X en remplacement des versions 4X. L'innovation est ici plus "marketing" que technique, puisqu'elle n'apporte pas d'amélioration sensible des performances. Les résultats de la Verto GeForce4 Ti4200 de PNY, équipée de 128 Mo de DDR, restent ainsi très proches de ceux des cartes Ti 4200 ordinaires. La carte fait même moins bien que certains modèles Ti 4200 AGP 4X à 64 Mo de mémoire, mais travaillant à des fréquences plus élevées. La PNY n'en reste pas moins efficace pour les jeux les plus récents, et assez polyvalente, avec ses sorties DVI et S-Vidéo en plus du connecteur VGA. PNY livre son modèle avec un jeu complet et offre une durée de garantie record de cinq ans. P.B. *** POUR La polyvalence, la durée de garantie, le rapport qualité/prix correct. CONTRE L'absence d'entrée vidéo, les performances décevantes en AGP 8X.
Packard Bell passe à la télé Avec coussin, sans votre Ecran plat téléviseur Packard Bell Slim TV 150 Env. 1000 € (6 560 F) souris ? ow, a, 0 parkard tell C'est promis, votre prochaine télé, vous pourrez l'accrocher au mur comme un tableau ! Après avoir conquis le marché de la micro-informatique, les écrans plats débarquent dans votre salon, dotés de tuners TV et d'une panoplie de prises vidéo et audio. Après les LG, Sharp et autre Samsung, c'est au tour de Packard Bell de proposer un appareil hybride, à la fois écran plat d'ordinateur et téléviseur Pal/Secam doté d'un socle amovible pour une fixation murale. Le Slim TV affiche un look agréable, très inspiré de celui des écrans plats qui accompagnent les PC du constructeur. Doté d'une matrice TFT de 15,1 pouces signée LG- Philips, pour une résolution de 1 024 x 768 points, il déploie une connectique qui n'a rien à envier à celle d'un téléviseur cathodique récent, avec la prise d'antenne pour le tuner analogique intégré, deux entrées S-Vidéo et deux *** POUR La qualité du mode téléviseur, la richesse de la connectique, la télécommande complète. CONTRE La rémanence sensible pour le jeu et la vidéo, les hautparleurs médiocres. Ecran plat/TV de 15 pouces à dalle TFT-TN. Résolution 1 024 X 768, 16 millions de couleurs. Contraste 350:1, luminosité 400 cd/m'. Equipé d'un tuner analogique Pal/Secam. Connecteurs : 1 Péritel, 1 S-Vidéo, 1 composite, 2 RCA et 1 jack audio, 1 casque. Livré avec adaptateur secteur, câblerie et notice d'utilisation. Dimensions (L x H x P) : 39,5 x 35 x 21 cm. Poids 6,2 kg. entrées audio. En mode téléviseur, le Slim TV se révèle d'ailleurs plutôt bon, avec une image nette et très lumineuse et une télécommande infrarouge très complète. Seuls les hautparleurs stéréo déçoivent : leur son nasillard est très vite saturé dès qu'on augmente le volume. Le scan automatique des chaînes s'effectue en quelques secondes ; si des ajustements s'avèrent nécessaires, ils sont facilités par un menu de réglages plutôt bien fait. Au besoin, on se reportera à la documentation claire et très détaillée qui accompagne l'appareil. L'écran est malheureusement moins convaincant pour l'affichage des vidéos, avec un léger effet de rémanence auquel on a du mal à s'habituer. Le constructeur nous paraît ici bien optimiste en annonçant un temps de réponse de 25 millisecondes, en principe largement suffisant pour garantir la parfaite fluidité des images animées. Le défaut est encore plus net pour l'affichage des jeux rapides sous Windows, très mal supportés. Aucun problème, en revanche, pour les travaux de bureautique et le surf sur Internet. Pour ces usages, on appréciera particulièrement l'angle de vision très confortable du Slim TV. P.B. Souris Fellowes Opti Gel Souris optique et sans fil à technologie radio. Coussin rempli de gel sur le dessus. 4 boutons dont 2 latéraux et 1 molette de défilement. Alimentation par 2 piles M livrées. Touches configurables via le logiciel Easy Point. Dimensions (L x I x H) : 130 x 86 x 52 mm. Poids 175 g. En matière d'ergonomie, l'innovation n'est pas toujours synonyme d'un meilleur confort de travail : le petit coussin rempli de gel placé sur le dessus de cette souris optique et sans fil, que l'on doit à Fellowes, nous a laissés un peu perplexes. Censé s'adapter à la paume de l'utilisateur, droitier ou gaucher, pour offrir un contact plus agréable et reposant, le coussin n'apporte en fait aucun avantage par rapport à une souris ordinaire, d'autant que cette Opti Gel est plus encombrante et lourde que la plupart des modèles concurrents. Ces défauts sont en partie compensés par la bonne sensibilité du capteur optique et les possibilités de programmation des 4 boutons et de la molette. Pas moins de 41 fonctions peuvent ainsi être attribuées à chaque commande, une fois installée l'interface logicielle Easy Point livrée. P.B. *** POUR La sensibilité du capteur optique, les possibilités de programmation des boutons. CONTRE L'encombrement et le poids importants, l'utilité discutable du coussin de gel. Mars 2003 svm 103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 213 mars 2003 Page 1SVM numéro 213 mars 2003 Page 2-3SVM numéro 213 mars 2003 Page 4-5SVM numéro 213 mars 2003 Page 6-7SVM numéro 213 mars 2003 Page 8-9SVM numéro 213 mars 2003 Page 10-11SVM numéro 213 mars 2003 Page 12-13SVM numéro 213 mars 2003 Page 14-15SVM numéro 213 mars 2003 Page 16-17SVM numéro 213 mars 2003 Page 18-19SVM numéro 213 mars 2003 Page 20-21SVM numéro 213 mars 2003 Page 22-23SVM numéro 213 mars 2003 Page 24-25SVM numéro 213 mars 2003 Page 26-27SVM numéro 213 mars 2003 Page 28-29SVM numéro 213 mars 2003 Page 30-31SVM numéro 213 mars 2003 Page 32-33SVM numéro 213 mars 2003 Page 34-35SVM numéro 213 mars 2003 Page 36-37SVM numéro 213 mars 2003 Page 38-39SVM numéro 213 mars 2003 Page 40-41SVM numéro 213 mars 2003 Page 42-43SVM numéro 213 mars 2003 Page 44-45SVM numéro 213 mars 2003 Page 46-47SVM numéro 213 mars 2003 Page 48-49SVM numéro 213 mars 2003 Page 50-51SVM numéro 213 mars 2003 Page 52-53SVM numéro 213 mars 2003 Page 54-55SVM numéro 213 mars 2003 Page 56-57SVM numéro 213 mars 2003 Page 58-59SVM numéro 213 mars 2003 Page 60-61SVM numéro 213 mars 2003 Page 62-63SVM numéro 213 mars 2003 Page 64-65SVM numéro 213 mars 2003 Page 66-67SVM numéro 213 mars 2003 Page 68-69SVM numéro 213 mars 2003 Page 70-71SVM numéro 213 mars 2003 Page 72-73SVM numéro 213 mars 2003 Page 74-75SVM numéro 213 mars 2003 Page 76-77SVM numéro 213 mars 2003 Page 78-79SVM numéro 213 mars 2003 Page 80-81SVM numéro 213 mars 2003 Page 82-83SVM numéro 213 mars 2003 Page 84-85SVM numéro 213 mars 2003 Page 86-87SVM numéro 213 mars 2003 Page 88-89SVM numéro 213 mars 2003 Page 90-91SVM numéro 213 mars 2003 Page 92-93SVM numéro 213 mars 2003 Page 94-95SVM numéro 213 mars 2003 Page 96-97SVM numéro 213 mars 2003 Page 98-99SVM numéro 213 mars 2003 Page 100-101SVM numéro 213 mars 2003 Page 102-103SVM numéro 213 mars 2003 Page 104-105SVM numéro 213 mars 2003 Page 106-107SVM numéro 213 mars 2003 Page 108-109SVM numéro 213 mars 2003 Page 110-111SVM numéro 213 mars 2003 Page 112-113SVM numéro 213 mars 2003 Page 114-115SVM numéro 213 mars 2003 Page 116-117SVM numéro 213 mars 2003 Page 118-119SVM numéro 213 mars 2003 Page 120-121SVM numéro 213 mars 2003 Page 122-123SVM numéro 213 mars 2003 Page 124-125SVM numéro 213 mars 2003 Page 126-127SVM numéro 213 mars 2003 Page 128-129SVM numéro 213 mars 2003 Page 130-131SVM numéro 213 mars 2003 Page 132-133SVM numéro 213 mars 2003 Page 134-135SVM numéro 213 mars 2003 Page 136-137SVM numéro 213 mars 2003 Page 138-139SVM numéro 213 mars 2003 Page 140-141SVM numéro 213 mars 2003 Page 142-143SVM numéro 213 mars 2003 Page 144-145SVM numéro 213 mars 2003 Page 146-147SVM numéro 213 mars 2003 Page 148-149SVM numéro 213 mars 2003 Page 150-151SVM numéro 213 mars 2003 Page 152-153SVM numéro 213 mars 2003 Page 154-155SVM numéro 213 mars 2003 Page 156-157SVM numéro 213 mars 2003 Page 158-159SVM numéro 213 mars 2003 Page 160-161SVM numéro 213 mars 2003 Page 162-163SVM numéro 213 mars 2003 Page 164-165SVM numéro 213 mars 2003 Page 166