SVM n°212 février 2003
SVM n°212 février 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°212 de février 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 168 Mo

  • Dans ce numéro : Smart Display et Media Center... enfin du nouveau dans la micro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
d gitales les idées I Bluetooth, le réseau à dimension personnelle technologies engagées : Exploitée depuis 1994 par le fabricant de téléphones Ericsson, Bluetooth est une norme de communication par ondes radio. Prévue pour relier les petits appareils ou les périphériques domestiques, elle utilise, comme le Wi-Fi, la longueur d'onde 2,14 GHz. Bluetooth offre de nombreux avantages. LL v.) Contrairement a l'infrarouge, qui équipe habituellement les téléphones portables ou les assistants numériques, elle peut traverser les obstacles : inutile donc que les appareils en communication soient en vue l'un de l'autre. Votre POP peut surfer sur le Web, relié a votre téléphone GPRS qui, lui, restera dans votre poche. Rvant tout échange de donnees, un périphérique Bluetooth Le site officiel de Bluetooth www.bluetooth.org Plvec la connexion Bluetooth, les appareils de nouvelle genération (POP, portatifs, etc.) sont capables déchanger des données sans fils dans un rayon de 10 metres. CI iii17) Menu doit détecter les autres appareils de son voisinage, et établir une connexion selon un profil. Chaque appareil dit "maitre" peut se connecter a un maximum de sept "esclaves" en méme temps. D'ou la naissance d'un nouveau type de réseau : le PAN (Personal Rrea Network), le réseau a dimension personnelle. En effet, Bluetooth, dans sa norme de base IEEE 802.15.1 a une faible portée lune dizaine de métres), ce qui limite un tel réseau a un appartement, voire a une salle, d'ou son nom. Avantage de cette faible puissance il consomme tres peu d'énergie et la petite taille de sa puce émettrice en fait le partenaire idéal de l'électronique nomade, alors que son cousin Wi-Fi trouve plutôt sa place sur les ordinateurs, voire les postes fixes. Son débit n'est pas davantage adapté aux utilisations exigeantes des reseaux, puisqu'il plafonne a 1 Mbit/s (contre 11 pour le avec une efficacité réelle nettement moindre, il est vrai, mais largement suffisante pour l'utilisation personnelle d'un PAN. Les limitations de Bluetooth ne sont qu'apparentes, et certains n'hésitent pas à en exploiter les ressources au maximum. Il est ainsi apparu que Bluetooth pouvait très bien servir à ouvrir un accès à l'Internet sans fil. Des routeurs ont ainsi fait leur apparition : ceux-ci reçoivent la connexion Internet (câble ou
ROSH et la dispersent par les airs vers les peripheriques concernes. La société française Inventel fabrique de tels produits, avec sa ligne BlueDSL qui integre le routeur et le modem RDSL en un seul boîtier. Mais Inventel exploite egalement la specification longue portee de Bluetooth. Son routeur porte sur un rayon d'une centaine de mètres en espace découvert et peut alors couvrir aisément la surface d'un appartement ou d'une petite entreprise. Mais ce n'est pas tout : contrairement à Wi- Fi, la specification Bluetooth inclut aussi des canaux reserves à la voix. On peut donc imaginer un telephone Bluetooth qui ne transmettrait plus la voix vers le reseau classique (GSM ou GPFIS1, mais directement vers le routeur Bluetooth. puis vers Internet, dans le cadre d'une solution de voix sur IP. Le routeur BlueDSL d'Inventel. prèt pour 3 ces nouveaux services. a d'ores et déjà activé les canaux voix de Bluetooth les objets, les idées, les gens, les lieux du tout numérique svm La téléphonie perd la voix technologies engagées Larrivee du GPRS, qui permet d'échanger des donnees à moyen debit via les bornes du reseau mobile GSM, va changer votre manière de concevoir l'abonnement téléphonique. Il faudra peu à peu s'habituer à ce qu'un appareil puisse recevoir une carte SIM sans être pour autant capable de passer des coups de fil. Une nouvelle generation de peripheriques arrive ainsi, plus orientee vers la consultation et rechange de donnees que vers la voix. Parfois meme, la voix n'est que toleree sur certains appareils, manifestement conçus pour être regardes en face, et pas tenus à l'oreille. C'est le cas, par Le modem GPRS d'Olitec se branche sur la prise USE des PC exemple, des assistants sous Ulndows &bande, il telecharge en GPRS 85.6 Kbits/s au personnels TRB 1000 de Lexibook mammum et echange fax et SMS. Env. 300 € Il 970 FI. (voir page 111) ou Blackberry 5810 de RIM. Si ces derniers sont parfaits pour envoyer et recev des mails, des SMS, consult des sites Wap ou Web, en revanche. ils ne permettent telephoner qu'en ayant recoun kit main-libre. Le fabrica modems français, Olitec, a pousse le concept plus loi -',Çant le premier mode marche. Glissez vo SIMAtians un bd'gran bran de votre'utiliser les services de base de l'Internet : le surf et l'e-mail. Le logiciel associé gère en outre les SMS et les fax. Rutoalimenté, l'ensemble est réellement autonome et nomade... mais mobilise une carte SIM. Que faire alors pour s'éviter des manipulations perpétuelles ? Vous pouvez soit demander à votre opérateur d'accepter de vous fournir une carte SIM jumelle - seul Orange propose pour l'instant cette option, au tarif exorbitant de 11 € par mois, soit prendre un nouvel abonnement GPRS. uniquement dédié aux données. On y viendra... N.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 212 février 2003 Page 1SVM numéro 212 février 2003 Page 2-3SVM numéro 212 février 2003 Page 4-5SVM numéro 212 février 2003 Page 6-7SVM numéro 212 février 2003 Page 8-9SVM numéro 212 février 2003 Page 10-11SVM numéro 212 février 2003 Page 12-13SVM numéro 212 février 2003 Page 14-15SVM numéro 212 février 2003 Page 16-17SVM numéro 212 février 2003 Page 18-19SVM numéro 212 février 2003 Page 20-21SVM numéro 212 février 2003 Page 22-23SVM numéro 212 février 2003 Page 24-25SVM numéro 212 février 2003 Page 26-27SVM numéro 212 février 2003 Page 28-29SVM numéro 212 février 2003 Page 30-31SVM numéro 212 février 2003 Page 32-33SVM numéro 212 février 2003 Page 34-35SVM numéro 212 février 2003 Page 36-37SVM numéro 212 février 2003 Page 38-39SVM numéro 212 février 2003 Page 40-41SVM numéro 212 février 2003 Page 42-43SVM numéro 212 février 2003 Page 44-45SVM numéro 212 février 2003 Page 46-47SVM numéro 212 février 2003 Page 48-49SVM numéro 212 février 2003 Page 50-51SVM numéro 212 février 2003 Page 52-53SVM numéro 212 février 2003 Page 54-55SVM numéro 212 février 2003 Page 56-57SVM numéro 212 février 2003 Page 58-59SVM numéro 212 février 2003 Page 60-61SVM numéro 212 février 2003 Page 62-63SVM numéro 212 février 2003 Page 64-65SVM numéro 212 février 2003 Page 66-67SVM numéro 212 février 2003 Page 68-69SVM numéro 212 février 2003 Page 70-71SVM numéro 212 février 2003 Page 72-73SVM numéro 212 février 2003 Page 74-75SVM numéro 212 février 2003 Page 76-77SVM numéro 212 février 2003 Page 78-79SVM numéro 212 février 2003 Page 80-81SVM numéro 212 février 2003 Page 82-83SVM numéro 212 février 2003 Page 84-85SVM numéro 212 février 2003 Page 86-87SVM numéro 212 février 2003 Page 88-89SVM numéro 212 février 2003 Page 90-91SVM numéro 212 février 2003 Page 92-93SVM numéro 212 février 2003 Page 94-95SVM numéro 212 février 2003 Page 96-97SVM numéro 212 février 2003 Page 98-99SVM numéro 212 février 2003 Page 100-101SVM numéro 212 février 2003 Page 102-103SVM numéro 212 février 2003 Page 104-105SVM numéro 212 février 2003 Page 106-107SVM numéro 212 février 2003 Page 108-109SVM numéro 212 février 2003 Page 110-111SVM numéro 212 février 2003 Page 112-113SVM numéro 212 février 2003 Page 114-115SVM numéro 212 février 2003 Page 116-117SVM numéro 212 février 2003 Page 118-119SVM numéro 212 février 2003 Page 120-121SVM numéro 212 février 2003 Page 122-123SVM numéro 212 février 2003 Page 124-125SVM numéro 212 février 2003 Page 126-127SVM numéro 212 février 2003 Page 128-129SVM numéro 212 février 2003 Page 130-131SVM numéro 212 février 2003 Page 132-133SVM numéro 212 février 2003 Page 134-135SVM numéro 212 février 2003 Page 136-137SVM numéro 212 février 2003 Page 138-139SVM numéro 212 février 2003 Page 140-141SVM numéro 212 février 2003 Page 142-143SVM numéro 212 février 2003 Page 144-145SVM numéro 212 février 2003 Page 146-147SVM numéro 212 février 2003 Page 148-149SVM numéro 212 février 2003 Page 150-151SVM numéro 212 février 2003 Page 152-153SVM numéro 212 février 2003 Page 154-155SVM numéro 212 février 2003 Page 156-157SVM numéro 212 février 2003 Page 158-159SVM numéro 212 février 2003 Page 160-161SVM numéro 212 février 2003 Page 162-163SVM numéro 212 février 2003 Page 164-165SVM numéro 212 février 2003 Page 166