SVM n°212 février 2003
SVM n°212 février 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°212 de février 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 168 Mo

  • Dans ce numéro : Smart Display et Media Center... enfin du nouveau dans la micro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
1 on coulisse Encore taboue, la liquidation de stocks de produits neufs restés invendus est cependant devenue un marché à part entière. On trouve désormais de tout, presque partout, 15% en dessous du prix normal. Visite au rayon de ces cadeaux de la crise. Le déstockage sort de I ombre Pdg de Logistore et fondateur de Zestore "En temps de crise, on a deux solutions : sort on baisse les bras, soit on retrousse les manches Z Responsable de la catégorie micro Tl sur eBay.fr "Bientôt, en France, les grands fabricants écouleront leurs stocks directement sur eBay, comme aux Etats-Unis." 68 Février 2003 Ne vous êtes-vous jamais interrogé sur ce qu'il advenait des machines invendues ? Depuis deux bonnes années que la crise informatique s'est installée, les différentiels entre les prévisions de vente et les résultats affichés du secteur laissent perplexe. Un briscard de l'informatique nous faisait un jour cette confidence : "Lorsque les constructeurs ont des machines qui leur restent sur les bras, ils liquident le plus gros sur des marchés étrangers, là où ça nuira le moins à leur image Les déstockages n'ont rien à voir avec les soldes ou les promotions. Ils correspondent à un type de produits bien particulier : ceux qui ne peuvent plus être vendus dans le circuit traditionnel. Ce sont généralement des matériels neufs en fin de vie, dont le constructeur a arrêté la fabrication mais n'a pas fini d'écouler les stocks. Le de marque. L'Amérique du Sud et l'Afrique sont de véritables poubelles informatiques pour eux. En revanche, sur les machines haut de gamme ou très récentes, le déstockage se joue pas mal ici, en France. Tenez, j'ai eu vent récemment d'un reflux de stocks sur les PC portables." C'est que la crise a créé une situation paradoxale : alors que la conjoncture appellerait logiquement à la prudence, les constructeurs continuent de jouer gros. Coûte que coûte, ils produisent, le plus souvent possible (les gammes sont renouvelées tous les trois ou Qu'est-ce qu'un produit déstocké ? déstockage touche aussi des produits dits "reconditionnés" : quand l'emballage à souffert en rayonnage, le produit est souvent difficilement vendable. Il y a aussi ceux qui ont pâti d'une "panne au déballage" ; même si le constructeur les remet à neuf, il n'a plus le droit de les vendre comme neufs. Même chose pour les produits déballés, en fait des retours de quatre mois !) et autant qu'il est possible. L'objectif : rafler le maximum de parts de marché en imposant sa présence, et laisser sur le carreau les concurrents qui ne peuvent pas suivre. Du surplus, il y en a donc tout le temps. Surtout après les fêtes de fin d'année, saison haute pour l'informatique, où il n'est pas question pour les fabricants d'être en rupture de stock. Traduisez : de bonnes affaires à saisir en janvier ! Les premiers à mettre la main dessus, ce sont les "brokers" ou déstockeurs. Simon- Pierre Mathieu, P-dg de Logis- marchandise sans raison précise effectués dans la limite légale des 15 jours de rétractation accordés aux consommateurs. Bon à savoir : sur les produits neufs, même déstockés, la garantie constructeur est d'un an minimum. Autre bonne nouvelle : en début d'année, les offres devraient pulluler, grâce aux invendus de Noël !
tore, premier grossiste français en produits déstockés, a sa devise : "En temps de crise, on a deux solutions : soit on baisse les bras et on produit moins, soit on retrousse les manches ! Et si les constructeurs se retrouvent alors avec trop de stocks, nous on est là pour leur racheter" Sa façon aussi d'expliquer que les relations avec les constructeurs ont pas mal évolué. Cyrille Baranger, responsable des achats et ventes à l'international chez Logistore, confirme : "Nous serons toujours le côté obscur de la force (sic !), mais depuis deux à trois ans, nous avons imposé le fait que le déstockage faisait partie intégrante du circuit de vente. Nous sommes ainsi entrés dans une logique de partenariat avec les constructeurs, nous les aidons à résoudre leurs problèmes de stocks. Certes, nous achetons les produits plus cher qu'à une certaine époque, mais en contrepartie, les constructeurs font appel à nous de façon très régulière et sur des lots plus importants." Et Logistore se porte bien : avec 22 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2001, il est le numéro un des spécialistes du déstockage, loin devant ses concurrents (une vingtaine en France). Discrétion sur les volumes de vente Difficile de dire combien de machines neuves se retrouvent dans le circuit du déstockage. La question est restée taboue, tant elle montre la mauvaise santé du secteur informatique. Il semble, en fait, qu'un broker OUTIQUE AUX AFFAIRES ore, sise 55, rue de Prony, à Paris 17', est la première boutique ouverte par Logistore, le principal grossiste en produits déstockés. Le concept un espace de vente de 50 à 60 m', trois vendeurs, des produits encore au catalogue, des produits neufs déstockés (10 à 15% en dessous du prix d'origine), un réapprovisionnement régulier, une garantie distributeur, une hot-line. Et une nouveauté : des produits "deuxième clic", en fait des portables haut de gamme rachetés à des entreprises ; encore sous garantie, leurs disques durs nettoyés, l'OS réinstallé, ils sont revendus entre 460 et 760 € (3 000 à 5 000 F). qui travaille bien peut écouler jusqu'à 6 000 machines par mois à lui seul. Les lots vendus sont généralement de dix ou quinze pièces. Ils vont chez quelques-uns des petits revendeurs régionaux, pour ce qui est du matériel professionnel. "Généralement, les petites boutiques ne veulent pas s'embêter avec des PC grand public déstockés. C'est une clientèle difficile. Pour autant, l'activité sur ce marché est extrêmement soutenue. Nous avons donc ouvert en septembre 2001 notre propre surface, Zestore, à Paris dans le 17'arrondissement. Et nous en ouvrirons d'autres, prochainement en province", explique Simon-Pierre Mathieu. Là, vous pouvez trouver des affaires 10 à 15% en dessous du prix normal. Tout comme chez le spé- 3 à 4 mois C'est la durée de vie d'une gamme de produits informatiques grand public. Audelà, les machines entrent dans le circuit du déstockage. 15% moins cher que le prix d'origine, c'est le niveau moyen des réductions sur les produits déstockés. 650 produits en déstoi. ige écoulés en 10 jours, c'est fréquent sur le site d'en h oBay Février 2003 svm 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 212 février 2003 Page 1SVM numéro 212 février 2003 Page 2-3SVM numéro 212 février 2003 Page 4-5SVM numéro 212 février 2003 Page 6-7SVM numéro 212 février 2003 Page 8-9SVM numéro 212 février 2003 Page 10-11SVM numéro 212 février 2003 Page 12-13SVM numéro 212 février 2003 Page 14-15SVM numéro 212 février 2003 Page 16-17SVM numéro 212 février 2003 Page 18-19SVM numéro 212 février 2003 Page 20-21SVM numéro 212 février 2003 Page 22-23SVM numéro 212 février 2003 Page 24-25SVM numéro 212 février 2003 Page 26-27SVM numéro 212 février 2003 Page 28-29SVM numéro 212 février 2003 Page 30-31SVM numéro 212 février 2003 Page 32-33SVM numéro 212 février 2003 Page 34-35SVM numéro 212 février 2003 Page 36-37SVM numéro 212 février 2003 Page 38-39SVM numéro 212 février 2003 Page 40-41SVM numéro 212 février 2003 Page 42-43SVM numéro 212 février 2003 Page 44-45SVM numéro 212 février 2003 Page 46-47SVM numéro 212 février 2003 Page 48-49SVM numéro 212 février 2003 Page 50-51SVM numéro 212 février 2003 Page 52-53SVM numéro 212 février 2003 Page 54-55SVM numéro 212 février 2003 Page 56-57SVM numéro 212 février 2003 Page 58-59SVM numéro 212 février 2003 Page 60-61SVM numéro 212 février 2003 Page 62-63SVM numéro 212 février 2003 Page 64-65SVM numéro 212 février 2003 Page 66-67SVM numéro 212 février 2003 Page 68-69SVM numéro 212 février 2003 Page 70-71SVM numéro 212 février 2003 Page 72-73SVM numéro 212 février 2003 Page 74-75SVM numéro 212 février 2003 Page 76-77SVM numéro 212 février 2003 Page 78-79SVM numéro 212 février 2003 Page 80-81SVM numéro 212 février 2003 Page 82-83SVM numéro 212 février 2003 Page 84-85SVM numéro 212 février 2003 Page 86-87SVM numéro 212 février 2003 Page 88-89SVM numéro 212 février 2003 Page 90-91SVM numéro 212 février 2003 Page 92-93SVM numéro 212 février 2003 Page 94-95SVM numéro 212 février 2003 Page 96-97SVM numéro 212 février 2003 Page 98-99SVM numéro 212 février 2003 Page 100-101SVM numéro 212 février 2003 Page 102-103SVM numéro 212 février 2003 Page 104-105SVM numéro 212 février 2003 Page 106-107SVM numéro 212 février 2003 Page 108-109SVM numéro 212 février 2003 Page 110-111SVM numéro 212 février 2003 Page 112-113SVM numéro 212 février 2003 Page 114-115SVM numéro 212 février 2003 Page 116-117SVM numéro 212 février 2003 Page 118-119SVM numéro 212 février 2003 Page 120-121SVM numéro 212 février 2003 Page 122-123SVM numéro 212 février 2003 Page 124-125SVM numéro 212 février 2003 Page 126-127SVM numéro 212 février 2003 Page 128-129SVM numéro 212 février 2003 Page 130-131SVM numéro 212 février 2003 Page 132-133SVM numéro 212 février 2003 Page 134-135SVM numéro 212 février 2003 Page 136-137SVM numéro 212 février 2003 Page 138-139SVM numéro 212 février 2003 Page 140-141SVM numéro 212 février 2003 Page 142-143SVM numéro 212 février 2003 Page 144-145SVM numéro 212 février 2003 Page 146-147SVM numéro 212 février 2003 Page 148-149SVM numéro 212 février 2003 Page 150-151SVM numéro 212 février 2003 Page 152-153SVM numéro 212 février 2003 Page 154-155SVM numéro 212 février 2003 Page 156-157SVM numéro 212 février 2003 Page 158-159SVM numéro 212 février 2003 Page 160-161SVM numéro 212 février 2003 Page 162-163SVM numéro 212 février 2003 Page 164-165SVM numéro 212 février 2003 Page 166