SVM n°212 février 2003
SVM n°212 février 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°212 de février 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 168 Mo

  • Dans ce numéro : Smart Display et Media Center... enfin du nouveau dans la micro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 160 - 161  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
160 161
l'encyclo de la micro Le PC au service de la sécurité Comment ça marche, la biométrie La biométrie repose sur l'identification des caractères physiques de chaque individu. C'est un moyen de contrôle et d'autorisation d'accès bien plus efficace que le plus compliqué des mots de passe. Outre des taux d'erreur proches de zéro, qui rendent quasi certaine l'identification d'une personne, la biométrie est aujourd'hui la façon la plus souple de sécuriser l'accès à des zones sensibles car il ne nécessite ni code ni système de cryptage ; le mot de passe devient une partie de nous-même, qu'il est à peu près impossible de retrouver à l'identique chez deux individus. La morphologie de notre visage, nos empreintes vocales ou digitales, l'aspect de notre iris ou de notre rétine sont autant d'éléments de choix pour établir une reconnaissance biométrique. Certes, il existera toujours des moyens de déjouer ces systèmes d'identification. Le moulage d'une empreinte de doigt, l'enregistrement audio d'une voix, la photo d'un iris peuvent servir de leurres si le système d'identification n'est pas doté de moyens de Points de concordance Globalement, et en prenant comme exemple la reconnaissance d'une empreinte digitale, les systèmes de biométrie exploitent le schéma d'interprétation suivant. Les données à traiter sont saisies à partir de capteurs, intrusifs ou non. Une image est transmise au logiciel chargé de l'interprétation. Il organise les données pour les analyser à partir d'une grille d'interprétation plus ou moins fine (re étape) dans laquelle il va faire ressortir les points caractéristiques. Ici (2'étape), 6 points sont pris en compte. Ces 160 SVM Février 2003 contrôle supplémentaires. Pour déterminer de manière certaine que telle empreinte digitale est véritable, il faut, par exemple, utiliser des capteurs capables de contrôler la température du doigt et les battements du coeur, et de déceler ainsi une éventuelle empreinte moulée. De la même manière, il est possible de vérifier que la pupille s'adapte à des conditions de luminosité variables. Pour l'heure, les meilleurs systèmes de biométrie reposent sur des données redondantes en provenance de capteurs multiples : un système basé sur l'analyse simultanée de la voix, de l'iris et d'une empreinte, par exemple. Dans un proche avenir, la biométrie ne s'établira plus seulement à partir de critères purement physiques, mais y mêlera aussi l'analyse dynamique de nos comportements (façon d'utiliser une souris, un clavier, etc.). Si la puissance des processeurs actuels est largement suffisante pour permettre un traitement de ces informations en temps réel, ce sont les logiciels qui ont encore de nombreux progrès à faire. Guy Terrier étapes et ces données peuvent déjà être suffisantes pour obtenir une signature anatomique fiable. Mais, pour valider définitivement les informations saisies, divers algorithmes sont appliqués pour faire ressortir des vecteurs caractéristiques liant les points entre eux (3'étape). Mieux, une intégration (fonction intégrale) peut être réalisée pour définir des surfaces caractéristiques (4'étape). Partant de là, on est en mesure d'établir une forme polygonale type représentant la signature de l'empreinte.
a an aaamaaa RU amm asumigninia ammovaaaa maaamaims ageonnuno, Signé de votre propre main A l'aide de la biométrie, on peut établir une véritable signature corporelle de la personne et l'utiliser comme moyen de reconnaissance et d'autorisation d'accès. Ici, l'empreinte d'une main est disséquée pour en faire ressortir le réseau de construction unique qui est propre à chaque individu. se PC espion L'identification biométrique peut se réaliser au moyen de systèmes intrusifs, tels que la prise d'empreintes digitales (ici en embarquant un capteur directement sur la souris e ou au moyen d'une touche dédiée sur le clavier 0), ou à partir de systèmes d'analyse de la rétine ou de l'iris. Elle peut aussi être réalisée par des moyens beaucoup plus discrets, comme la capture vidéo ou la reconnaissance de formes faciales, des solutions qui commencent à être employées dans de nombreuses zones aéroportuaires et douanières. La majorité des systèmes de biométrie reposent sur une interprétation des points caractéristiques d'un visage, d'un oeil ou d'une empreinte et d'une forme de main. Le schéma d'interprétation repose sur la lecture des données saisies, la synthèse des points caractéristiques et la construction d'une signature par vecteurs ou par polygones (3. La redondance est un moyen de rendre la reconnaissance biométrique plus efficace : ici @, la souris est en plus équipée d'un capteur d'empreinte palmaire et de détection de chaleur. Février 2003 svm 161



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 212 février 2003 Page 1SVM numéro 212 février 2003 Page 2-3SVM numéro 212 février 2003 Page 4-5SVM numéro 212 février 2003 Page 6-7SVM numéro 212 février 2003 Page 8-9SVM numéro 212 février 2003 Page 10-11SVM numéro 212 février 2003 Page 12-13SVM numéro 212 février 2003 Page 14-15SVM numéro 212 février 2003 Page 16-17SVM numéro 212 février 2003 Page 18-19SVM numéro 212 février 2003 Page 20-21SVM numéro 212 février 2003 Page 22-23SVM numéro 212 février 2003 Page 24-25SVM numéro 212 février 2003 Page 26-27SVM numéro 212 février 2003 Page 28-29SVM numéro 212 février 2003 Page 30-31SVM numéro 212 février 2003 Page 32-33SVM numéro 212 février 2003 Page 34-35SVM numéro 212 février 2003 Page 36-37SVM numéro 212 février 2003 Page 38-39SVM numéro 212 février 2003 Page 40-41SVM numéro 212 février 2003 Page 42-43SVM numéro 212 février 2003 Page 44-45SVM numéro 212 février 2003 Page 46-47SVM numéro 212 février 2003 Page 48-49SVM numéro 212 février 2003 Page 50-51SVM numéro 212 février 2003 Page 52-53SVM numéro 212 février 2003 Page 54-55SVM numéro 212 février 2003 Page 56-57SVM numéro 212 février 2003 Page 58-59SVM numéro 212 février 2003 Page 60-61SVM numéro 212 février 2003 Page 62-63SVM numéro 212 février 2003 Page 64-65SVM numéro 212 février 2003 Page 66-67SVM numéro 212 février 2003 Page 68-69SVM numéro 212 février 2003 Page 70-71SVM numéro 212 février 2003 Page 72-73SVM numéro 212 février 2003 Page 74-75SVM numéro 212 février 2003 Page 76-77SVM numéro 212 février 2003 Page 78-79SVM numéro 212 février 2003 Page 80-81SVM numéro 212 février 2003 Page 82-83SVM numéro 212 février 2003 Page 84-85SVM numéro 212 février 2003 Page 86-87SVM numéro 212 février 2003 Page 88-89SVM numéro 212 février 2003 Page 90-91SVM numéro 212 février 2003 Page 92-93SVM numéro 212 février 2003 Page 94-95SVM numéro 212 février 2003 Page 96-97SVM numéro 212 février 2003 Page 98-99SVM numéro 212 février 2003 Page 100-101SVM numéro 212 février 2003 Page 102-103SVM numéro 212 février 2003 Page 104-105SVM numéro 212 février 2003 Page 106-107SVM numéro 212 février 2003 Page 108-109SVM numéro 212 février 2003 Page 110-111SVM numéro 212 février 2003 Page 112-113SVM numéro 212 février 2003 Page 114-115SVM numéro 212 février 2003 Page 116-117SVM numéro 212 février 2003 Page 118-119SVM numéro 212 février 2003 Page 120-121SVM numéro 212 février 2003 Page 122-123SVM numéro 212 février 2003 Page 124-125SVM numéro 212 février 2003 Page 126-127SVM numéro 212 février 2003 Page 128-129SVM numéro 212 février 2003 Page 130-131SVM numéro 212 février 2003 Page 132-133SVM numéro 212 février 2003 Page 134-135SVM numéro 212 février 2003 Page 136-137SVM numéro 212 février 2003 Page 138-139SVM numéro 212 février 2003 Page 140-141SVM numéro 212 février 2003 Page 142-143SVM numéro 212 février 2003 Page 144-145SVM numéro 212 février 2003 Page 146-147SVM numéro 212 février 2003 Page 148-149SVM numéro 212 février 2003 Page 150-151SVM numéro 212 février 2003 Page 152-153SVM numéro 212 février 2003 Page 154-155SVM numéro 212 février 2003 Page 156-157SVM numéro 212 février 2003 Page 158-159SVM numéro 212 février 2003 Page 160-161SVM numéro 212 février 2003 Page 162-163SVM numéro 212 février 2003 Page 164-165SVM numéro 212 février 2003 Page 166