SVM n°212 février 2003
SVM n°212 février 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°212 de février 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 168 Mo

  • Dans ce numéro : Smart Display et Media Center... enfin du nouveau dans la micro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
guide d'achat passer à la gravure de DVD Pioneer DVR-A05 : le 4X bon marché un graveur de DVD capable d'enregistrer ellVoici quelque 4,5 Go en moins d'un quart d'heure. Fabriqué autour du standard DVD-RW, le DVR-A05 est en effet l'un des tout premiers graveurs 4X en écriture. Avec des médias réinscriptibles, en revanche, il se contente d'une vitesse de 2X, soit 28 minutes pour 4,5 Go. Afin d'éviter les ratages, le DVR-A05 intègre la technologie Zero.Link qui supprime les éventuels problèmes de mémoire tampon lors de la gravure. Quant à ses performances en matière de gravure de CD-R/RW, elles sont honorables, avec des vitesses respectives de 16X et 8X. Malgré un temps d'accès moyen, c'est un outil pratique pour débuter dans la vidéo : il réalise des disques généralement compatibles avec les platines de salon et il n'est pas très cher. Le DVR-A05 est fourni avec un logiciel de gravure (Instant CD/DVD) et un autre pour 1'authoring DVD (Ulead Movie factory). Prix : Environ 350 € (2 330 F). veautés, il est quand même préférable d'opter tout de suite pour un graveur puissant. Parmi les plus rapides à ce jour, il faut citer le DVR- A05, dernier-né de la gamme Pioneer : il est capable de Produits/Caractéristiques créer un DVD-R de 4,5 Go en un peu moins d'un quart d'heure. Des performances d'autant plus intéressantes que ce graveur est l'un des moins chers du marché (voir encadré ci-dessus) ! Graveur de DVD externe Archos DexDVD-RW2 — Env. 565 € (3 705 F) Ce graveur bistandard se branche à l'ordinateur via une prise USB 2.0 et assure 2X en gravure de DVD-R et de DVD-Ram,'IX pour les DVD-RW. Il dispose des fonctions de disque dur du DVD-Ram. Graveur de DVD interne Philips DVDRW208K — Env. 330 € (2 165 F) Ce graveur DVD+RW interne ne grave qu'en 2,4X (pour les CD, il se contente de 12X en écriture et 8X en réécriture). Mais il est livré avec d'excellents logiciels, dont Nero 5.5.7 pour la gravure. Carte d'acquisition Studio DV version 8 de Pinnacle — Env. 120 € (790 F) Elle s'enfiche dans un connecteur PCI et offre 3 ports Firewire (1 interne) afin d'importer sur le PC les images de n'importe quelle source numérique. Livrée avec la version complète du logiciel Studio, de Pinnacle. 110 svm Février 2003 Dans le camp du DVD+RW, tous les modèles gravent au moins à 2,4X, aussi bien en écriture qu'en réécriture. Mais les premiers graveurs 4X font déjà leur apparition, notamment grâce à Sony. Le Notre avis **** Un produit cher, mais complet. On aurait quand même aimé, pour ce prix, des logiciels plus avancés et un DVD vierge. *** Lors de nos tests, il ne s'est pas montré très rapide en gravure de DVD, mais son prix en fait une bonne affaire. **** Très facile à utiliser, cette carte transforme votre PC en petit studio de montage. Mais la documentation est sommaire. fabricant japonais vient en effet de commercialiser un intéressant graveur "bistandard", le DRU-500A, qui s'en sort aussi bien avec des DVD+R/RW qu'avec des DVD-R/RW, gravant en 4X dans les deux cas, moyennant une mise à jour de son "firmware" (logiciel embarqué). Pour la réécriture, il faut se satisfaire en revanche de 2,4X sur les DVD+RW et de 2X sur les DVD-RW. Très complet, ce graveur est tout de même bien plus cher que l'appareil de Pioneer (450 € /2 950 F environ). De leur côté, TDK et Nec devraient eux aussi mettre sur le marché des graveurs multistandard dès le début de l'année 2003. Plus onéreux et encore peu répandus, les graveurs DVD+RW disposent, eux aussi, de fonctions séduisantes, qu'on ne retrouve pas sur les graveurs DVD-RW. Par exemple, le "Lossless Linking", technologie qui permet d'effacer puis de réécrire sur n'importe quel secteur du disque sans effacer les autres, ou encore la possibilité de formater un disque en tâche de fond, à condition, bien entendu, qu'aucune autre procédure de gravure ne soit en cours. Enfin, s'il est vrai que les prix des graveurs diminuent, le DVD vierge, en revanche, est toujours à classer dans les consommables de luxe : il faut compter pas moins de 8 € (52 F) pour une galette non réinscriptible, et quelque 13 € (85 F) en moyenne pour des supports effaçables. C'est encore cher, mais rassurezvous, une des caractéristiques intéressantes des graveurs de DVD est qu'ils gravent aussi les CD ! E.L.B.
Les trois bonnes fées du DVD Le logiciel de gravure Le programme de gravure fourni avec l'appareil suffit amplement pour les gravures les plus simples. Mais certains programmes plus pointus peuvent aussi réaliser des tâches complexes, l'édition de pistes audio par exemple (comme Nero, ci-dessus). Avant l'achat, vérifiez tout de même que votre nouveau logiciel peut effectivement graver des DVD ! p our écrire des DVD, les logiciels fournis avec le graveur conviennent amplement au débutant. Mais pour aller plus loin, ils se révèlent un peu trop sommaires : ce sont souvent des versions "allégées" des grands logiciels de gravure dépourvus de programme de création. Bref, il est souvent nécessaire d'avoir recours à de nouveaux programmes, qu'il s'agit de bien sélectionner car ils sont très onéreux. En matière de gravure à proprement parler, notre préférence va à Nero Burning Rom, une référence en la matière, car il est facile à employer malgré un grand nombre d'options avancées. Depuis la version 5, il intègre la gestion des DVD-R/RW et des DVD+R/RVV, la gravure s'effectuant exactement de la même façon qu'avec un CD. Le logiciel d'authoring C'est avec ce type de programme que l'on fabrique des DVD vidéo. Certains, à la limite du logiciel professionnel, sont très compliqués à manipuler, mais il existe des logiciels grand public simples d'utilisation (par exemple VideoStudio 6 de Ulead, ci-dessus). Ils gèrent à la fois l'acquisition vidéo, le montage et la gravure de DVD. A de rares exceptions près, il est en revanche impossible d'éditer ses films et de graver un vrai DVD vidéo avec un simple logiciel de gravure. Pour cela, on a recours à un pro- Produits/Caractéristiques Le logiciel de lecture Il vous faut aussi un logiciel pour décrypter vos DVD. De nombreux logiciels gratuits, et même Windows Media Player, intégré à Windows, en sont capables, même si les programmes payants proposent des fonctionnalités avancées, tel que WinDVD 4 (ci-dessus), dont il existe aussi une version Creator pour le montage (voir les nouveautés logiciels de ce numéro). gramme dit d'authoring. Ce type de logiciel s'acquitte de toute les tâches nécessaires : acquisition des vidéos à graver, montage du film, encodage puis gravure. Nero Burning Rom 5.5 — Env. 75 € (500 F) Malgré une interface un peu ratée, Nero 5.5 est un excellent logiciel de gravure. Il gère évidemment les DVD vierges, mais ce sont surtout les modules complémentaires qu'il embarque qui font la différence, comme son éditeur audio et son encodeur Mpeg 1. Studio 8 de Pinnacle — Env. 100 € (655 F) Tout pour commencer dans le montage et la création de DVD. Son interface simpliste, en trois modules, dissimule un logiciel très performant, idéal pour stocker ses films personnels sur DVD. Video Deluxe 2.0 de Magix — Env. 50 € (328 F) ou 100 € (655 F) pour la version Plus L'interface de Video Deluxe 2.0 fait peur au premier abord, mais on apprend assez vite à naviguer entre toutes les fonctionnalités de ce véritable studio de montage. Le logiciel Studio, de Pinnacle, fait partie des solutions d'authoring les plus simples à utiliser (voir aussi page suivante). Disponible pour 99 € (650 F), il suffit à une utilisation familiale. Ulead propose lui aussi des programmes pas chers pour les débutants, comme VideoStudio 6, ou DVD Movie- Factory, encore plus facile d'accès. Pour passer à la vitesse supérieure sans se ruiner, on peut se procurer Video Deluxe 2.0 de Magix. Moins cher que Studio dans sa version basique, il est aussi bien plus compliqué à manipuler. Mais il s'agit d'un véritable studio 16 ou 32 pistes (selon la version), truffé d'effets spéciaux et respectant la plupart des formats vidéo. Une fois l'oeuvre immortalisée sur la galette, ne reste plus qu'à la regarder ! Le DVD est lisible sur une platine de salon ou sur un PC, à condition de disposer d'un lecteur DVD. Ici, pas de dépenses inutiles : des freewares comme FusionSoft DVD player, Zoom Player ou même Windows Media Player avec le codec approprié liront le film sans souci. E.L.B. Notre avis **** Au-delà de la gravure, Nero vous permet aussi d'éditer des pistes audio et vidéo avant d'écrire le DVD. ***** Assez complet, c'est un logiciel idéal pour le débutant, mais il est un peu cher. ***** Pas cher et performant malgré tout, il s'adresse surtout aux utilisateurs avancés, car sa prise en main est compliquée. Février 2003 svm 111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 212 février 2003 Page 1SVM numéro 212 février 2003 Page 2-3SVM numéro 212 février 2003 Page 4-5SVM numéro 212 février 2003 Page 6-7SVM numéro 212 février 2003 Page 8-9SVM numéro 212 février 2003 Page 10-11SVM numéro 212 février 2003 Page 12-13SVM numéro 212 février 2003 Page 14-15SVM numéro 212 février 2003 Page 16-17SVM numéro 212 février 2003 Page 18-19SVM numéro 212 février 2003 Page 20-21SVM numéro 212 février 2003 Page 22-23SVM numéro 212 février 2003 Page 24-25SVM numéro 212 février 2003 Page 26-27SVM numéro 212 février 2003 Page 28-29SVM numéro 212 février 2003 Page 30-31SVM numéro 212 février 2003 Page 32-33SVM numéro 212 février 2003 Page 34-35SVM numéro 212 février 2003 Page 36-37SVM numéro 212 février 2003 Page 38-39SVM numéro 212 février 2003 Page 40-41SVM numéro 212 février 2003 Page 42-43SVM numéro 212 février 2003 Page 44-45SVM numéro 212 février 2003 Page 46-47SVM numéro 212 février 2003 Page 48-49SVM numéro 212 février 2003 Page 50-51SVM numéro 212 février 2003 Page 52-53SVM numéro 212 février 2003 Page 54-55SVM numéro 212 février 2003 Page 56-57SVM numéro 212 février 2003 Page 58-59SVM numéro 212 février 2003 Page 60-61SVM numéro 212 février 2003 Page 62-63SVM numéro 212 février 2003 Page 64-65SVM numéro 212 février 2003 Page 66-67SVM numéro 212 février 2003 Page 68-69SVM numéro 212 février 2003 Page 70-71SVM numéro 212 février 2003 Page 72-73SVM numéro 212 février 2003 Page 74-75SVM numéro 212 février 2003 Page 76-77SVM numéro 212 février 2003 Page 78-79SVM numéro 212 février 2003 Page 80-81SVM numéro 212 février 2003 Page 82-83SVM numéro 212 février 2003 Page 84-85SVM numéro 212 février 2003 Page 86-87SVM numéro 212 février 2003 Page 88-89SVM numéro 212 février 2003 Page 90-91SVM numéro 212 février 2003 Page 92-93SVM numéro 212 février 2003 Page 94-95SVM numéro 212 février 2003 Page 96-97SVM numéro 212 février 2003 Page 98-99SVM numéro 212 février 2003 Page 100-101SVM numéro 212 février 2003 Page 102-103SVM numéro 212 février 2003 Page 104-105SVM numéro 212 février 2003 Page 106-107SVM numéro 212 février 2003 Page 108-109SVM numéro 212 février 2003 Page 110-111SVM numéro 212 février 2003 Page 112-113SVM numéro 212 février 2003 Page 114-115SVM numéro 212 février 2003 Page 116-117SVM numéro 212 février 2003 Page 118-119SVM numéro 212 février 2003 Page 120-121SVM numéro 212 février 2003 Page 122-123SVM numéro 212 février 2003 Page 124-125SVM numéro 212 février 2003 Page 126-127SVM numéro 212 février 2003 Page 128-129SVM numéro 212 février 2003 Page 130-131SVM numéro 212 février 2003 Page 132-133SVM numéro 212 février 2003 Page 134-135SVM numéro 212 février 2003 Page 136-137SVM numéro 212 février 2003 Page 138-139SVM numéro 212 février 2003 Page 140-141SVM numéro 212 février 2003 Page 142-143SVM numéro 212 février 2003 Page 144-145SVM numéro 212 février 2003 Page 146-147SVM numéro 212 février 2003 Page 148-149SVM numéro 212 février 2003 Page 150-151SVM numéro 212 février 2003 Page 152-153SVM numéro 212 février 2003 Page 154-155SVM numéro 212 février 2003 Page 156-157SVM numéro 212 février 2003 Page 158-159SVM numéro 212 février 2003 Page 160-161SVM numéro 212 février 2003 Page 162-163SVM numéro 212 février 2003 Page 164-165SVM numéro 212 février 2003 Page 166