SVM n°212 février 2003
SVM n°212 février 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°212 de février 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 166

  • Taille du fichier PDF : 168 Mo

  • Dans ce numéro : Smart Display et Media Center... enfin du nouveau dans la micro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
guide d'achat Passer à la gravure de DVD Inabordables il y a un an, les graveurs de DVD sont aujourd'hui accessibles à partir de 350 euros. Avec une capacité de stockage de 4,7 Go contre 650 Mo pour un CD, ils deviennent très séduisants pour qui grave beaucoup et pour les passionnés de vidéo. Au placard, les graveurs de CD ? La question mérite bel et bien d'être posée : les graveurs de DVD voient leur prix maigrir à vue d'oeil et, mieux, ils sont carrément embarqués sur les ordinateurs de milieu de gamme proposés par de grands fabricants de PC. Il s'agit pourtant d'un périphérique jeune, dont le nombre de constructeurs est encore assez restreint. Il faut dire que le petit monde de la gravure de DVD est loin d'être pacifié. En réalité, trois standards différents cohabitent, chacun Le stockage 4,7 Go contre 700 Mo pour les CD-R, soit six fois plus d'espace de stockage : un DVD vierge a du répondant ! Il constitue un excellent support pour conserver ses données ou faire une copie de sauvegarde système. En plus, réaliser un DVD n'est pas beaucoup plus long que de créer un CD, puisqu'il faut compter un quart d'heure avec un appareil 4X. BUDGET 1 BUDGET 2 On peut désormais trouver des graveurs véloces pour 350 f (2 300 F). A cela s'ajoute l'achat d'un DVD réinscriptible et d'un DVD enregistrable (8 f/52 F pour les DVD + -/R, 13 € /85 F pour les réinscriptibles). Pour le montage et la création vidéo, vous pouvez employer les logiciels fournis avec le graveur ou acquérir un logiciel de montage vidéo basique (à partir de 50 € /328 F). avant. e Changement d'échelle 108 svrn Février 2003 La vidéo Vous graviez vos disques ? Lancez-vous, gravez vos films ! Avec un graveur de DVD, on peut réaliser ses propres films répondant à la norme DVD, donc lisibles sur des platines de salon. Comptez deux heures de vidéo par DVD. Attention, il est en revanche très compliqué de copier des DVD vidéo du commerce sur support vierge : ils sont Pour manipuler vos vidéos et créer vos DVD, une configuration plus musclée s'impose. Un graveur rapide (350 E/2 300 F) et une carte d'acquisition DV pour importer les images de votre caméra (à partir de 60 € /400 F) constituent le matériel minimum. Il faut aussi un bon logiciel de création de DVD (au moins 100 € /656 F) et des galettes de stockage (10/65 F pour de bons DVD non réinscriptibles). protégés contre la copie et dépassent souvent les 4,7 Go ! Une disquette géante Sur un modèle DVD+RW, on peut modifier n'importe quel bloc de données indépendamment des autres. Certains graveurs en profitent pour proposer des logiciels qui les transforment en véritables disquettes de 4,7 Go. d'eux soutenu par des acteurs majeurs de l'industrie. Parlons d'abord du DVD- Ram, défendu par Panasonic, Toshiba et Hitachi. Il peut être assimilé à une disquette d'une immense capacité de stockage. Fourni seul ou inséré dans une cartouche, il atteint jusqu'à 9,4 Go (4,7 Go x 2) en double face. Le format DVD- Ram repose sur un mode de lecture et de gravure aléatoire, ce qui permet d'écrire, de lire et d'effacer ses données à la volée, sans avoir besoin de clore la session. Pratique, cette technique a toutefois un gros défaut : elle rend ce format difficilement compatible avec les lecteurs DVD, et encore moins avec les platines de salon. Dans les faits, le DVD-Ram reste un format surtout prisé du monde professionnel, même si quelques rares lecteurs grand public savent lire ce support. Le second standard "officiel", c'est-à-dire approuvé par le collectif d'entreprises formant le DVD Forum, n'est autre que le DVD-R et sa variante réinscriptible DVD- RVV. Mis au point par Pioneer, toujours leader dans le domaine des graveurs de DVD, il offre comme son cousin une capacité de 4,7 Go, et
des vitesses de gravure oscillant entre IX et 2X avec des médias réinscriptibles, et jusqu'à 4X pour les nouveaux DVD-R, récemment approuvés. Avantage : ce format, très prisé par les professionnels, est compatible avec la plupart des lecteurs DVD et des platines de salon, mis à part certains modèles assez anciens (des listes de matériels compatibles existent sur le Web, voir l'encadré en dernière page de ce dossier). Enfin, le DVD+R/RW est un standard concurrent du DVD- R/RW. Poussé notamment par Philips, Sony et Thomson, mais répudié par le DVD Forum, il ressemble beaucoup à son frère ennemi, le DVD-R. Plus récent, il est incompatible avec de plus nombreux lecteurs DVD, mais comporte en revanche quelques atouts que son concurrent direct n'a pas : pour une même densité de stockage (4,7 Go), les graveurs sont un brin plus rapides en réécriture (ils tournent tous au moins en 2,4X avec des DVD+RW) et peuvent embarquer la technologie Mount Rainier ou un équivalent, ce qui leur procure des fonctions d'écriture à la volée, similaires à celles du DVD-Ram. Avant d'acheter son graveur de DVD, mieux vaut donc bien réfléchir à l'usage auquel on le destine, et choisir en conséquence la norme adéquate. Pas si simple, d'autant que les choses bougent vite. Si, pour le moment, le DVD- RW est compatible avec de plus nombreux lecteurs, cela pourrait bien vite changer : la majorité des nouveaux lecteurs et platines de salon respectent le DVD+RW, et c'est bien ce dernier format que Microsoft intégrera à Longhorn, le prochain Windows, afin de transformer les DVD en vulgaires disquettes. Alors, quel critère retenir ? Ces pages devraient vous aider à vous décider... Eric Le Bourlout Le bon graveur, tout de suite ! Un PC Le graveur Les DVD Une configuration toute simple suffira à faire tourner le graveur. La connectique dont il dispose est tout de même essentielle, puisque la présence d'un port USB 2.0 ou Firewire servira à connecter une caméra pour importer des images. Un disque dur d'un minimum de 40 Go et plutôt rapide (7 200 t/min) est préférable. Pour des encodages fréquents, il est recommandé de posséder un processeur puissant. A partir de I 0(X)t- (6 500 F) Avant d'acheter votre graveur de DVD, il vaut mieux vérifier que votre ordinateur supportera ce nouveau locataire. Inutile de disposer d'une tbête de course pour praticiller la gravure, un PC vieux de quelques années, comme un PIII à 500 MHz, fera très bien l'affaire. Par contre, le système est rapidement amené à manipuler des fichiers très lourds lorsqu'on pratique l'acquisition vidéo, le montage ou la création de DVD. Pour la vidéo, un disque dur de 40 Go vous apportera le strict minimum du confort nécessaire à la composition de votre projet. Quant à l'encodage des films, procédé qui La plupart des graveurs de première et seconde générations gravent encore en 2X les DVD-RW, et en 2,4X les DVD+RW. Cependant, des modèles 4X en écriture font aujourd'hui leur apparition. Avant de se lancer dans cet investissement essentiel, il faut aussi réfléchir au standard que l'on veut employer, entre le DVD-RW, populaire et compatible avec de nombreux appareils, et le DVD+RW, plus complet. A partir de 350 € (2300 F) requiert énormément de puissance de calcul, il prendra d'autant moins de temps que le processeur est plus puissant. Si vous optez pour un graveur externe, il faut aussi vérifier que vous disposez bien des ports indispensables à sa connexion, c'està-dire USB 2.0 ou Firewire. Pour la vidéo, n'oubliez pas non plus l'indispensable carte d'acquisition DV pour récupérer sur le PC les vidéos stockées sur votre caméscope. Certaines cartes, plus chères, gèrent aussi l'encodage Mpeg-2, soulageant ainsi le PC de longues heures de calcul. Choisir son graveur n'est pas une mince affaire. Nous C'est le nerf de la guerre. Ils sont chers, mais mieux vaut prendre des galettes de bonne qualité pour une compatibilité maximale avec les platines de salon. Attention à choisir les DVD vierges correspondant au standard que vous utilisez. Il existe en outre deux types de DVD-R, l'un à "usage général", l'autre pour l'authoring (création de contenus). N'achetez pas ces derniers, plus chers et incompatibles avec les graveurs grand public. APailirde8ele DI/D non réinsalinible (52 F) l'avons vu, les différents standards sont incompatibles entre eux et disposent chacun de leurs avantages. Cela dit, vous pouvez fuir tout de suite les modèles DVD-Ram, à moins que vous ne vous intéressiez pas du tout à la vidéo : ce format est en effet plutôt réservé au stockage pur et dur, et les médias DVD-Ram sont bien plus coûteux que tous les autres. Il reste à départager les DVD+RW et DVD-RW. En matière de vitesse de gravure, les deux technologies sont à peu près à égalité. En tout état de cause, il est pour l'heure impossible de trouver un appareil dépassant les 4X en écriture. Mais 2003 s'annonçant riche en nou- Février 2003 svm 109



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 212 février 2003 Page 1SVM numéro 212 février 2003 Page 2-3SVM numéro 212 février 2003 Page 4-5SVM numéro 212 février 2003 Page 6-7SVM numéro 212 février 2003 Page 8-9SVM numéro 212 février 2003 Page 10-11SVM numéro 212 février 2003 Page 12-13SVM numéro 212 février 2003 Page 14-15SVM numéro 212 février 2003 Page 16-17SVM numéro 212 février 2003 Page 18-19SVM numéro 212 février 2003 Page 20-21SVM numéro 212 février 2003 Page 22-23SVM numéro 212 février 2003 Page 24-25SVM numéro 212 février 2003 Page 26-27SVM numéro 212 février 2003 Page 28-29SVM numéro 212 février 2003 Page 30-31SVM numéro 212 février 2003 Page 32-33SVM numéro 212 février 2003 Page 34-35SVM numéro 212 février 2003 Page 36-37SVM numéro 212 février 2003 Page 38-39SVM numéro 212 février 2003 Page 40-41SVM numéro 212 février 2003 Page 42-43SVM numéro 212 février 2003 Page 44-45SVM numéro 212 février 2003 Page 46-47SVM numéro 212 février 2003 Page 48-49SVM numéro 212 février 2003 Page 50-51SVM numéro 212 février 2003 Page 52-53SVM numéro 212 février 2003 Page 54-55SVM numéro 212 février 2003 Page 56-57SVM numéro 212 février 2003 Page 58-59SVM numéro 212 février 2003 Page 60-61SVM numéro 212 février 2003 Page 62-63SVM numéro 212 février 2003 Page 64-65SVM numéro 212 février 2003 Page 66-67SVM numéro 212 février 2003 Page 68-69SVM numéro 212 février 2003 Page 70-71SVM numéro 212 février 2003 Page 72-73SVM numéro 212 février 2003 Page 74-75SVM numéro 212 février 2003 Page 76-77SVM numéro 212 février 2003 Page 78-79SVM numéro 212 février 2003 Page 80-81SVM numéro 212 février 2003 Page 82-83SVM numéro 212 février 2003 Page 84-85SVM numéro 212 février 2003 Page 86-87SVM numéro 212 février 2003 Page 88-89SVM numéro 212 février 2003 Page 90-91SVM numéro 212 février 2003 Page 92-93SVM numéro 212 février 2003 Page 94-95SVM numéro 212 février 2003 Page 96-97SVM numéro 212 février 2003 Page 98-99SVM numéro 212 février 2003 Page 100-101SVM numéro 212 février 2003 Page 102-103SVM numéro 212 février 2003 Page 104-105SVM numéro 212 février 2003 Page 106-107SVM numéro 212 février 2003 Page 108-109SVM numéro 212 février 2003 Page 110-111SVM numéro 212 février 2003 Page 112-113SVM numéro 212 février 2003 Page 114-115SVM numéro 212 février 2003 Page 116-117SVM numéro 212 février 2003 Page 118-119SVM numéro 212 février 2003 Page 120-121SVM numéro 212 février 2003 Page 122-123SVM numéro 212 février 2003 Page 124-125SVM numéro 212 février 2003 Page 126-127SVM numéro 212 février 2003 Page 128-129SVM numéro 212 février 2003 Page 130-131SVM numéro 212 février 2003 Page 132-133SVM numéro 212 février 2003 Page 134-135SVM numéro 212 février 2003 Page 136-137SVM numéro 212 février 2003 Page 138-139SVM numéro 212 février 2003 Page 140-141SVM numéro 212 février 2003 Page 142-143SVM numéro 212 février 2003 Page 144-145SVM numéro 212 février 2003 Page 146-147SVM numéro 212 février 2003 Page 148-149SVM numéro 212 février 2003 Page 150-151SVM numéro 212 février 2003 Page 152-153SVM numéro 212 février 2003 Page 154-155SVM numéro 212 février 2003 Page 156-157SVM numéro 212 février 2003 Page 158-159SVM numéro 212 février 2003 Page 160-161SVM numéro 212 février 2003 Page 162-163SVM numéro 212 février 2003 Page 164-165SVM numéro 212 février 2003 Page 166