SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
d gitales es i ees I iMode, le réseau animé technologies engagées : Après les Pays-Bas et l'Allemagne, la France est le troisième pays européen à avoir vu débarquer l'iMode, le 15 novembre. C'est l'opérateur Bouygues Telecom qui a adapté en France cette technologie, née au Japon sous la houlette de NTT Docomo et déjà adoptée par 35 millions de mobinautes. L'iMode, c'est quoi Tout simplement un nouveau réseau de sites spécialement adaptés pour l'affichage sur les petits écrans des téléphones compatibles'Mode. Un réseau qui devrait envoyer le décevant Wap aux oubliettes : sites en couleurs, photos, images Gif, animations et, surtout, rapidité de navigation grâce au GPRS Qu'empruntent les données pour circuler. Que trouve-t-on sur l'iMode ? Bouygues Telecom annonce que 80 sites sont présents des le lancement, dans tous les domaines. Ru rayon des banques, beaucoup sont déjà là, comme le CCF, le Crédit Agricole. ou encore la Société Générale, dont le site nous a permis de consulter un compte. Nous avons aussi pu lire les dernières nouvelles de l'AFP ou du Monde (notre photo), ou encore les horaires de cinéma d'Rllociné. Le tout dans une présentation claire et colorée. Attention, cependant, à la facturation, assez lourde : 3 € en plus d'un Forfait Evolutif Bouygues pour l'accès à l'iMode, puis de 0 à 3 € par mois pour l'accès à la plupart des sites, et, surtout, 1 centime par Ko émis ou reçu. Avec des images Gif pouvant "peser" jusqu'à 10 Ko et des pages pouvant atteindre 30 Ko, la note est vite salée. Pour découvrir l'iMode www.imode.fr Tu veux ma photo ? technologies engagées : Les MMS, pour Multimedia Messaging System. sont une évolution du SMS. Là où les SMS se limitaient à du texte uniquement, les MMS permettent d'adjoindre à la fois des images et du son, tout en voyageant rapidement, grâce au canal du réseau GPRS. Une fois reçues, À les images peuvent servir de fond d'écran ou être sauvegardées. Le MMS est multiplate-forme, vous pouvez l'envoyer vers un téléphone MMS, bien sûr, mais aussi vers une adresse mail, ou même vers un téléphone non MMS : le destinataire recevra un SMS l'invitant à retirer son MMS sur le site Web de l'opérateur. Compagnon idéal des téléphonesappareils photo, le MMS peut envoyer de courtes vidéos : un service déjà lancé en Allemagne par T-Mobile avec les Nokia 7550. et qui devrait arriver en France'année prochaine. Pour l'insant. les MMS ne peuvent passer
C'e:t ma nouvelle coiffure tions F- P > d'un opérateur a l'autre. mais les premieres expériences d'interopérabilité ont été réussies le 25 novembre en Finlande, et devraient arriver en France au premier semestre 2003. les objets, les idées, les gens, les lieux du tout numérique svrn technologies engagées : Le jeu, principal moteur de l'informatique grand public, n'épargne pas l'univers des téléphones portables. Ces derniers sont en passe de devenir une nouvelle plate-forme ludique, et certains, comme le Nokia 7650, n'ont plus rien à envier aux consoles de poche du genre Gameboy. Pour arriver a un tel résultat, les constructeurs ont implémenté dans leurs appareils différentes techniques. La première consiste en un jeu embarqué, installé en usine, généralement assez basique, à l'image du célèbre Snake. Plus avancé, le principe des machines virtuelles : un langage de programmation spécifique, en sus du système propre au téléphone, et qui s'enclenche lors du lancement du jeu : c'est le cas du moteur ExEn, Massivement multijoueurs Les univers persistants, et les jeux massivement multijoueurs arrivent... Lands of Shadowgate est un jeu de stratégie au tour par tour, qui utilise une technologie maison, Play-by-Sync, où chaque joueur va synchroniser la situation du jeu avant de prendre son tour. Il tourne sous Palm OS 5, Pocket PC, et sur les téléphones sous Smartphone. de la société InFusion, ou du fameux Java, présent dans la gamme Java de Siemens (M50, SL1-151, C55, 5551, et dans certains Nokia. La société Gameloft s'est fait une spécialité de ces jeux en Java "à installer par l'intermediaire d'un SMS'explique Rnne-Laure Descleves, responsable communication chez Gameloft, qui ajoute : "Le paiement peut se faire sur notre site, par Rudiotel ou carte prépayee."Et le jeu massivement multijoueur, ou a univers persistant ? "Nous avons des projets, mais c'est encore trop tôt. R titre indicatif, notre jeu à succès Mobi Mushi rassemble une dizaine de connectés en permanence, et c'est une réussite, mais ce n'est pas assez pour se lancer dans du multijoueur direct", poursuit Rnne- Laure Descleves. Le jeu en réseau est un pari que veulent pourtant tenter les Français de Zenops, avec leur jeu Load & Shoot, disponible pour Symbian 6 et Smartphone, avec lequel vous allez pouvoir défier les autres joueurs en duel, dans une ambiance de western parodique : "Les duels se feront en exploitant les liaisons réseaux GPRS, LLli-Fi, Bluetooth, et même Infrarouge", précise son directeur Pascal Boiteux " les joueurs pourr ennecter a nos'erveurs e défier Profiter de la connexion GPRS, Bluetooth ou Wi-Fi offerte par les nouveaux terminaux, c'est encore mieux. Load E. Shoot, de Zenops, où vous incarnez des cow-boys duellistes, pourra se jouer aussi bien sur Pocket PC que sur téléphone Smartphone ou Symbian. contre tout adversaire connecté, soit directement en point-à-point, soit par le serveur. Les graphismes, et les paysages, différents à chaque fois, sont de toute beauté.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218