SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
enjeux LE4D Web treneephone Marée noire e SosWd Nature et ernoonnerrient Remi Mort inanL.,eeetaetepat - Marée nove de iEnvo - Coitectifs anlyrnatee noua - Nefaatbr de Matte - Amoco Carin - Victoria de is matés noue - Paillons de Criseittieenie - Ousau. me.-salés - Morde noue promet,. - Noire Sut les cibles - Face e la man. - Collecte citoyen anbrnsrees noires - Nole consecubts - Plan Folmar -% nec Canyon réservés, en fonction de motsclés choisis par leur soin ("voyage Martinique", "location voiture", "réduction d'impôts", etc.). Tous les moteurs s'y mettent en faisant appel à l'un des trois leaders de ce nouveau marché que sont Espotting, Overture et... Google. Google a donc laissé tous les concurrents sur le carreau. Sa potion magique : un look sobre, une grosse capacité d'indexation (3 milliards de pages !) et une technologie de recherche qui connaît un véritable succès populaire. Elle repose essentiellement sur un algorithme Réponses renvoyant à l'actualité récente. Le moteur attire l'attention de l'internaute lorsqu'une réponse correspond à une actualité chaude. Exemple : Altavista. Catégorisation automatique. A partir des documents trouvés à la suite d'une requête, le moteur est capable d'extraire les mots ou les groupes nominaux les plus fréquemment rencontrés. Affichés à l'écran, Accueil Vision Social* : lobs Produits Technologie Darne Web francophone : marée notre. Pelle ile. Nous sommes tous indignés de celle énième manie noire sur les cotes Atlantique sui les cotes Atlantiques. La (rient de lEnks.'Sommaire Le Journal de la marie aire, petites histoires et témoignages Oueliaire SAO, antre Ce r MAIFIre Noire Dernier. Nouvelles Comment Aider'Le Centre de Soins de Nantes Témoignages, Réactions, Derniers Chiffres E-Gard Infos LPO Liens CLIQUEZ : = EF Ce sec est optimise pour Interner Explorer 4 ou sup dans 0e71, nu sup iosoistior Se ruE MANU NiNIRI. - Aidez les associations Rejoignedinous Documentation levoli son Documentation Miré. noire Infos scientifiques Réponses aux questions intemews Enqultes Photos Chanson (exact resubats per page VOS réactions Sur le merde noire Vos questions le Is marée noire Ca que pense DISCUTEZ : Courtier Afchrres Recherche FA() Nouvelles dInternet 1118.411 nelre boycott Exalead, moteur français adopté par AOL France et Netscape France, parvient à catégoriser automatiquement toutes les pages recensées à partir d'une recherche par mots-clés. maison nommé PageRank. Celui-ci donne beaucoup d'importance aux liens hypertextes. Chaque lien d'une page Web pointant vers une autre est considéré par PageRank comme une sorte de vote, une manière de dire "Allez donc voir cette page, elle vaut le coup ! ". Et pour éviter que le vote de sites ne faisant pas autorité pèse trop dans la balance, PageRank donne plus de poids aux votes émis par des sites eux-mêmes abondamment cités. Jusqu'ici, pour la plupart des internautes, la méthode de Google apparaissait parfaite, ils permettent éventuellement de préciser sa question. Exemple : Exalead. Sélections de sites. Le moteur de recherche complète la liste de pages Web trouvées d'une liste de sites sélectionnés par de vrais experts. Exemple : Teoma. Interprétation de la syntaxe. Le moteur comprend toutes les syntaxes utilisées habituel- propre, éthique. Une image qui, récemment, a pris du plombdans l'aile. En quatre ans, en effet, les cybermarchands ont eu tout le temps de disséquer cette formule magique. Puisque Google favorise les sites abondamment cités, il suffit de construire des réseaux de sites qui se citent les uns les autres ! Pour 199 dollars par mois le propriétaire d'un site peut ainsi obtenir qu'un site dont le Page- Rank est de 8 (sur un maximum de 10), pointe un lien vers lui ; le fait d'être cité par un site bien noté augmente du coup son positionnement dans les réponses de Google. CQFD. Cette méthode, grande spécialité des réseaux de sites pornographiques, est même devenue un véritable business. Les communautés de sites déçues par Google D'autres événements ont par ailleurs troublé l'image pure de Google. SearchKing a intenté un procès à la star en l'accusant d'avoir baissé arbitrairement son PageRank. Google a dû rétablir - en partie - son classement. L'entreprise a en outre modifié son algorithme pour corriger certains artefacts qui _Ces_petites fonctions qui font la différence 72 svm Janvier 2003 lement pour faire comprendre à un outil de recherche que l'on cherche tel mot ET (OU, MAIS PAS...) tel mot. Exemple : Kartoo. Suggestion orthographique. Si l'internaute se trompe d'orthographe dans la rédaction de sa requête, le moteur de recherche est éventuellement capable de lui proposer une requête corrigée. Exemple : Google. parasitaient la pertinence de ses résultats. Les weblogs — ces communautés de sites Web amateurs qui se multiplient -, ont pris l'habitude de se citer les uns les autres, pesant de plus en plus lourd dans les résultats de Google. En octobre, l'entreprise a donc modifié PageRank pour leur donner moins de poids. Tout comme elle a accordé moins d'importance aux textes des liens hypertextes. De joyeux lurons commençaient en effet à jouer au "Google Bombing" ; ils ont, par exemple, créé un grand nombre de pages Web porteuses d'un lien hypertexte avec l'inscription' ; go to hen" (va au diable !) en le faisant pointer vers le site de Microsoft... Aussi légitimes soient elles, les réactions de Google ont provoqué l'ire de communautés pourtant tout acquises à sa cause, leur ôtant brutalement les oeillères qui les rendaient aveugles à la concurrence. Et celle-ci se fait du coup de plus en plus pressante. Parmi les grands, Altavista est celui qui fournit actuellement le plus gros effort. "En fait, il joue là son va-tout", explique Olivier Andrieu, consultant français spécialisé dans les moteurs de recherche et animateur du site d'information Abondance. Et pour cause, en quatre ans, l'ancien maître de la recherche a perdu toute sa superbe, payant très cher ses errements stratégiques. Son rachat par CMGI en 1999 l'a poussé à devenir un portail et à négliger son pôle recherche. En 2000, il disparaissait du top 25 des sites les plus visités aux Etats-Unis. "En septembre 2001, la nomination de James Barnett à la tête d'Altavista a marqué le début de la reconquête, explique Stéphanie Himoff, directrice générale d'Altavista France. La grande
majorité du trafic observé sur le site se portait sur l'activité de recherche de pages Web. Nous avons donc recentré toutes nos activités sur ce domaine. Une stratégie payante, puisqu'au mois d'octobre, nous avons déjà enregistré 33 millions de visiteurs. Et le 6 novembre, nous avons lancé une nouvelle version d'Altavista." Le moteur a modifié son algorithme de classement pour donner beaucoup plus de poids aux liens hypertextes...comme Google. Il propose de plus dans ses pages de réponses des informations glanées le jour même sur des sites d'information, comme le faisaient déjà All The Web, Inktomi ou Voila. Il a simplifié aussi sa page de recherche avancée, qui ressemble désormais comme deux gouttes d'eau à celle de Google, mais y a ajouté une technologie nommée Prisma. Celle-ci aide l'internaute à préciser sa requête une fois sa question posée, à l'aide d'une liste de mots-clés supplémentaires lui permettant d'aller plus loin. Un raffinement que Google ne propose pas, et qu'il ne semble pas avoir prévu dans un proche avenir. Néanmoins, Altavista présente un index de taille modeste : 1,2 milliard de pages. Loin derrière les 3 milliards de Google. Autres grands concurrents de Google, All The Web et Inktomi. En octobre, Inktomi a annoncé une nouvelle version de son outil de recherche Web. Le nouvel index, rafraîchi officiellement tous les 10 à 14 jours (contre 45 à 60 pour Altavista), est constitué de 2 milliards de pages Web. Il permet également aux employés d'Inktomi d'intervenir plus directement sur l'algorithme de classement afin d'éliminer ou de déclasser les sites tentant de l'abuser. Il propose enfin à ses clients un concept "d'antiproximité" très intéressant, évitant de sélectionner systématiquement des pages contenant "New York" lorsque l'intemaute demande "York". All The Web a lui aussi mis les bouchées doubles en annonçant un index de 2,1 milliards de pages en juin 2002. Il a également fini par indexer les documents Acrobat, comme les autres, et propose une catégorisation des réponses. A côté de ces grosses écuries, quelques outsiders tentent des percées avec des idées neuves. Teoma, par exemple, est une jeune société américaine qui a développé une sorte de super-PageRank ; celui-ci ambitionne de favoriser les sites qui semblent faire autorité dans une communauté. L'idée était si intéressante que Teoma s'est fait racheter en septembre 2001 par l'outil de recherche AskJeeves. Et malgré un index de seulement 350 millions de pages en novembre, malgré l'absence de fonctions booléennes ("et", "ou", "mais pas"...), Teoma dépasserait désormais le million de visiteurs mensuels ! En France, un autre moteur fait parler de lui : c'est Exalead, adopté par AOL France et Netscape France. La technologie d'Exalead permet de catégoriser à la volée toutes les pages répondant à une requête. on peut ainsi, dans un second temps, préciser sa question en cliquant sur une des catégories proposées. Sa force, par rapport aux autres moteurs qui font de la catégorisation (Vivisimo, NorthernLight, Altavista...), c'est qu'Exalead sait extraire des groupes nominaux de type "marée noire de l'Erika". Reste une autre tendance, attrayante mais qui tarde à percer auprès d'un large public : la représentation cartographique des résultats de recherche. Le métamoteur français Kartoo s'y essaye depuis mars 2001 sans vouloir communiquer ses chiffres d'audience, et ce malgré la multiplication de ses sites dans d'autres pays. Même discrétion de la part de WebMap ou de Map.net. Plus fouillé et basé sur une application qu'il faut installer sur son ordinateur, Grokker tente, quant à lui, de regrouper les pages par groupe sémantique. De là à concurrencer Google, il y a encore de la marge. Danny Sullivan, spécialiste américain des moteurs de recherche et éditeur de la lettre spécialisée Search Engine Watch, est même assez dur en estimant qu —aujourd'hui, les outils cartographiques sont plus amusants qu'efficaces. Pas assez précis pour les professionnels, ils ne sont pas très intuitifs pour le grand public". Reste que de copiage en bonnes idées et en créativité, les concurrents de Google ont attaqué sur presque tous les terrains. Dernière chasse gar- La recette magique de Google qui consiste à favoriser les sites lesp lus cités a été pervertie et donne lieu à un véritable business I Watergele Scandai waiergate Weergate Scandai lnet Le,.-oyed - ar The Watergate Scandai.., gage'] W_etersitette h e flutarlekiLita, 1_1-.Leetle:M The Watergate Scandai. dée du géant, la recherche spécialisée dans les forums de discussion. Un peu maigre... Cela dit, Google n'a évidemment pas dit son dernier mot, et dans les laboratoires bruissent de nombreux projets. "Mais il fautque Google reste concentré sur sa technologie de recherche et qu'il n'empiète pas sur les platesbandes de ses partenaires, au risque de perdre du terrain", conclut Olivier Andrieu. On parle déjà des Google Sets, par exemple, qui permettent d'in- pwd de. abww.Sponsared links yherirgat e- Research the Watergate scandai at the « orles largest onlina library. Wut uniate- Tome Magazine articles. 1973 - 2001 $2,50 per article, daypass 5 $4.95 Results Refine et, Retiraient wreb pales suaiesilons ta nirrow your se.re, Showing 1-10 of about 21,900 4fre - Watergate...the Watergate scandai. Through the eves &Joseph Lowther, Administrative assistant to Judge Sirice, we observe a new focal point or Watergate... oigt59enif, ; ±,eeil arec.., Na ter annal.tie,emate, rahdal Pinerburii 51 Resources lit* collection free eapppend enteastests. Teoma utilise une technologie originale : il est capable de proposer une liste des sites qui font autorité au sein d'une communauté donnée. duire un ensemble de mots à partir d'un faible échantillon ("BMW", "Honda" et "Toyota" produisent, par exemple, une grande liste de constructeurs automobiles). Plairont, plairont pas ? Pas besoin de chercher, la réponse c'est vous qui la donnerez. Serge Courrier Janvier 2003 SVM 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218