SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 212 - 213  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
212 213
l'encyclo de la micro Son numérique : la voix du PC Comment ça marche, une carte son Al'origine doté de son seul hautparleur interne, le PC n'était capable de reproduire que des sons nasillards dénués de toute musicalité. Si ce système interne existe encore, ce n'est plus que pour indiquer les éventuels dysfonctionnements du BIOS en phase de démarrage. Car, pour le reste, grâce aux cartes son actuelles, c'en est fini des semblants de musiques et autres bruitages de série Z ! Nos ordinateurs prennent des allures de véritables chaînes hi-fi. Si elles peuvent se présenter sous la forme d'une simple puce implantée directement sur la carte mère, les cartes son les plus performantes s'enfichent sur un port PC'. L'intégration des composants aidant, seules deux ou trois puces suffisent à assurer le fonctionnement de la carte. Celle-ci s'architecture ainsi autour d'un processeur dédié (DSP), chargé du traitement numérique des données en sortie comme en entrée, d'un ensemble de convertisseurs analogiques et 176 SVII1 lanvier 9nrn Surround L'immersion dans un espace acoustique se réalise en entourant l'auditeur de plusieurs sources audio. En Dolby Surround, le son est diffusé sur plusieurs canaux, dont les classiques canaux stéréophoniques Q auxquels s'ajoute un canal monophonique généralement placé à l'arrière (non représenté ici). Avec le Dolby Pro Logic, la source stéréo avant est décomposée pour obtenir un canal centralo. Le Dolby Digital ou Dolby 5.1 utilise quant à lui trois canaux avant (gauche, droit, central, Q et ID), 2 canaux arrière (gauche, droite) et un canal dédié aux graves e pour transmettre les effets tels qu'explosions, vibrations, etc. Les signaux sont totalement numériques, mais peuvent être exploités en analogique. numériques destinés à adapter les signaux aux sources connectées, et d'une zone mémoire chargée de stocker une partie des données, mais aussi des tables d'échantillons de sons (instruments musicaux, bruits divers). Malgré l'utilisation de processeurs spécialisés dans le traitement de toutes les sources sonores connectées à la carte son, ces derniers sollicitent toujours le processeur central de la machine pour assurer certaines opérations comme l'application de filtres spéciaux ou, plus généralement, pour assurer le stockage des informations sur le disque dur. Différentes normes ou standards de reproduction des sons sont utilisés, mais Dolby et DTS sont assurément les plus employés, permettant de reproduire les environnements sonores de salles de spectacle et de placer l'auditeur dans une véritable coupole acoustique pour une immersion toujours plus parfaite. Guy Terrier Le DTS (Digital Theater System) utilise 6 canaux, ceux du Dolby 5.1 plus une source supplémentaire arrière elle-même séparée en canaux gauche et droit Q. Le taux de compression utilisé est également plus faible et permet de restituer une plage dynamique plus large. Au coeur de l'action Idéalement placé au centre de toutes les sources de musiques et de bruitages, il est possible d'être immergé dans un univers sonore virtuel qui renforce l'impression d'être au coeur de l'action.
1. Connectique Toute bonne carte son se doit d'offrir un minimum d'options pour qu'on puisse lui connecter divers périphériques sonores. Outre les classiques Line In (entrée ligne), Mic In (microphone) et Line Out (sortie ligne) sur lesquelles on peut brancher n'importe quelle source son, le microphone et les simples hautparleurs, on voit apparaître des sorties dédiées aux modes de diffusion immersifs comme le Dolby Surround et autre DTS. Les sorties HP (haut-parleur) des cartes de nouvelle génération supportent le mode Dolby Digital (AC-3 via SPDIF), qui permet de faire transiter des données numériques et non plus seulement analogiques comme dans le mode Surround 5.1. 2. Processeur Le DSP (Digital Signal Processor ou processeur de traitement numérique du signal) est le coeur du système. Sa logique câblée lui permet de travailler sur les signaux en temps réel et à partir de toutes les sources mises à sa disposition (mixage). Intégrant des normes comme Dolby Surround ou DTS, il est capable d'adapter le signal de façon à ce qu'il soit diffusé sur plusieurs enceintes acoustiques pour reproduire un effet de volume. Le signal est adapté et décomposé en canaux, en fonction des données transmises par tout lecteur ou programme audio ad hoc. A chaque canal correspond ensuite une enceinte spécifique. 3. Mémoire Il existe actuellement deux méthodes pour créer des sons : la synthèse FM et la synthèse à table d'ondes. La première, qui tend désormais à n'équiper que les cartes d'entrée de gamme, se base sur l'utilisation d'oscillateurs modulés par d'autres oscillateurs pour créer des sons synthétiques. La seconde se base sur des échantillons de sons véritables, stockés en mémoire, sur lesquels agissent divers générateurs pour assurer les transformations de timbre, de durée, etc. 4. Enceintes Bénéficier des dernières technologies en matière de carte son ne veut pas dire pour autant être assuré d'obtenir le meilleur rendu acoustique. Il se peut que les enceintes qui y sont connectées ne permettent pas de restituer tous les effets produits. Carte son de qualité rime donc aussi avec enceintes de qualité. Janvier 2003 SVM 177



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218