SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 124 - 125  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
124 125
guide d'achat passer à la vidéo en DivX Assistance et partage Les réseaux Un site d'échange les sites d'aide d'échange deus-titres Le Web francophone recèle quantité de sites qui vous donneront tous les éléments pour réussir vos DivX. Parmi ceux-ci, www.divxfr.com est notre préféré. Vous y trouverez notamment, en téléchargement gratuit, tous les logiciels cités dans nos pages. Les anglophones pourront utilement visiter le site www.divx-digest.com. Le tout premier service, c'est l'aide et le soutien des autres internautes. A ce titre, nous ne saurions trop vous conseiller de vous diriger vers le site www.divxfr.com. Ce site fabuleux, oeuvre d'un passionné, met à disposition une galerie époustouflante d'articles, de tutoriels et de méthodes. Tout est toujours expliqué pas à pas, avec force captures et légendes : impossible de rater vos DivX avec une telle assistance. Cependant, si des problèmes persistent, un forum est là pour vous faire bénéficier de l'expérience des autres. Le Mpeg-4, famille de standards vidéo dont fait partie le DivX, a été d'emblée prévu pour le Réseau, et donc pour les services qui lui sont associés. Difficile en effet de ne pas voir le DivX comme l'équivalent vidéo du MP3 pour le son : on pense immédiatement à la circulation de films sur des 122 svm Janvier 2003 Al If Z, ero. -immimmiimummuelits - mee,m, Toujours sous les feux de l'actualité, les réseaux d'échange de contenu restent bien vivaces, malgré la mort de Napster. Ils ont même leur portail, exclusivement en anglais : www.zeropaid.com, qui recense tous les logiciels sous les principaux systèmes d'exploitation du marché (Windows, Mac OS et Linux). réseaux d'échange point-àpoint (ou peer-to-peer, ou encore P2P). Si le célèbre et défunt Napster était consacré à la musique, ses successeurs, encore plus actifs, intègrent tous les types de fichiers, aussi bien son que vidéo, les logiciels comme les virus... Malgré cette dissémination, le problème de base demeure : l'échange d'un produit culturel sur lequel vous n'avez pas les droits de distribution reste illégal. A vos risques et périls, Prefflirillr7lifl.19911111 Sur le site www.divx.com/movies existe un service de location sécurisée de films, au Extraire les sous-titres d'un DVD est une étape longue et vite fastidieuse si vous souhaitez un résultat propre et agréable. Comme il ne s'agit au final que d'un banal fichier texte, pourquoi ne pas le mettre à disposition des autres, et bénéficier de leur travail à votre tour ? C'est l'idée du site www.divxsubtitles.net donc ! Néanmoins, vous aurez peut-être envie d'essayer les réseaux eDonkey, eMule ou Kazaa. Les deux premiers sont parmi les plus populaires du moment, notamment en raison de leurs fonctions avancées de recherche et de gestion des téléchargements : pour un même film rapatrié, les sources peuvent être multiples, et quand un participant vient à se déconnecter avant la fin, le logiciel sait, tout seul, reprendre le rapatriement à format DivX, baptisé Open Video System. Ce système gère le paiement des films, le téléchargement optimisé et, bien sûr, les droits : impossible de copier le film ou de le regarder au-delà de la période prévue à la location. Dessins animés, policier, érotisme, beaucoup de genre partir du PC de quelqu'un d'autre, au point où il s'était interrompu. Basé sur le réseau eDonkey, eMule va encore plus loin que ce dernier : pour inciter au partage et éloigner les profiteurs, il intègre un système de crédit pour récompenser ceux qui mettent leurs films à disposition des autres, au lieu de simplement venir se servir. eMule pousse la notion de partage jusqu'à diffuser le code source de son programme : en effet, ses auteurs ont décidé de placer leur logiciel sous la licence GPL, celle qui régit la majeure partie des logiciels libres, comme Linux. Plus honnêtement, si vous étiez tenté d'utiliser les codecs DivX pour encoder vos propres films, réalisés par vous-même, sachez que c'est tout à fait possible : DivXNetworks a mis au point une licence spéciale, gratuite, pour les réalisateurs indépendants. Notez bien que, contrairement à une idée reçue, le DivX est tout à fait diffusable en flux continu sur le Web (streaming). Un outil, livré avec le codec, permet de convertir le fichier Avi, non diffusable, en un autre format, dont les méta-informations (durée, débit...) seront placées au début du fichier, et non pas à la fin. N.R. Regardez des vidéos en ligne sont présents, avec une nette préférence pour l'alternatif et l'underground. Un regret : la plupart des films et services sont uniquement en anglais. Les non-anglophones pourront se rattraper sur www.lfilm2.com, véritable portail du courtmétrage, gratuit celui-là !
Les Konica Revio numériques bi cartes sont déclinés en trois définitions de capteur : 3,2 millions (KD-310z), 4 millions (KD-400z), 5 millions (KD-500z) Des numériques dignes de vos photos alliant élégance et technologie RÈS souvent les appareils numériques privilégient des caractéristiquesmarketing obscures au commun des mortels au détriment de celles qui font les vrais et bonnes photos. Par exemple des pixels par millions mais une optique en plastique incapable de fournir une image suffisamment piquée pour, justement, tirer parti de ces millions de pixels. Chez Konica l'optique des Revio KD bi cartes est un vrai objectif conçu traditionnellement avec 7 éléments en 6 groupes et des lentilles asphériques pour corriger les distorsions. C'est un zoom, équivalent à un 39 - 117 mm sur un 24 x 36. Voila une optique capable de fournir au capteur suffisamment de piqué pour exploiter à fond les 5 millions de pixels du KD-500z et qui pourrait même aller au delà. fakkonica BP uuR la prerniere fois au monde Konica a conçu des appareils numé- acceptent deux standards de cartes mémoire : SD et Memo- Priques ry Stick. Ce sont deux standards aux parrains prestigieux : gage de pérennité. Les KD bi cartes peuvent utiliser soit l'une ou l'autre carte et même les deux à la fois (additionnant ainsi leurs capacités). Les transferts de l'une à l'autre sont aussi possibles. N'est ce pas là une vraie ouverture vers les autres univers numériques comme la téléphonie mobile, les organiseurs ou les ordinateurs ? Cette polyvalence vous permet de faire voir vos photos à qui, où et quand vous voulez. 50077 - 95948 ROISSY CDG CEDEX - www.konicaphoto.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218