SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 120 - 121  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
120 121
guide d'achat Passer à la vidéo en DivX De la même façon que vous êtes passé au MP3 avec vos CD audio, pourquoi ne pas vous laisser tenter par le DivX pour vos DVD ? Au prix d'une petite baisse de qualité sonore et visuelle, c'est un nouveau type d'utilisation qui s'ouvre à vous. Fabriquer un DivX, c'est-à-dire copier un film, originellement inscrit sur un DVD, vers un CD-R, peut s'avérer utile à plus d'un titre. Vous pourrez par exemple regarder votre film sur un simple lecteur de CD : très pratique pour les ordinateurs non équipés d'un lecteur de DVD. Vous pourrez aussi disposer du film de façon beaucoup plus libre. En effet, avant l'opération, le film est fragmenté sur le DVD, en plusieurs fichiers (dits fichiers Vob), qui peuvent occuper un espace assez énorme : jusqu'à 9 Go, voire plus ; à l'is- Bonus et menus La fabrication d'un DivX ne se concentre le plus souvent que sur le film lui-même. Si vous voulez ajouter les bonus, il vous faudra relancer l'opération. Si vous les placez sur le même CD que le film principal, c'est autant de place, et donc de qualité en moins, pour ce dernier. Les menus propres au DVD ne seront pas non plus sauvegardés ; il faudra, là aussi, 118 svm Janvier 2003 BUDGET 1 BUDGET 2 La plupart des logiciels nécessaires à la fabrication d'un DivX sont disponibles gratuitement sur le Web, y compris les codecs. Côté matériel, si votre PC est déjà équipé d'un graveur de CD, tant mieux, mais il n'est même pas nécessaire que votre film DivX soit sur une galette pour pouvoir le regarder : vous pouvez le faire directement à partir de votre disque dur. des étapes et des logiciels supplémentaires, pour les refaire vous-même. La qualité Si les films au standard Mpeg-2 sont stockés sur des DVD c'est bien pour profiter au maximum de leurs 8,5 Go d'espace, soit une douzaine de fois plus que le CD-R qui va accueillir votre DivX. Pas de mystère : la qualité souffrira de ce transfert. Un Vous pouvez aussi préférer acheter un logiciel dédié, vendu en boîte, disponible dans la grande distribution. On en trouve à partir de 45 € (300 F). Un graveur de CD, à partir de 70 € (460 F), sera indispensable si vous n'en êtes pas encore équipé. Avec un graveur de DVD, entre 300 et 500 € (2 000 à 3 300 F), vous pourrez même créer des DivX de plus de 4 Go, d'une qualité hors pair. sacrifice qui vous fera, par exemple, perdre des pistes sonores ou des langues. Cependant, avec les derniers codecs et les réglages adéquats, la qualité de votre DivX restera tout à fait satisfaisante, et toujours meilleure qu'une cassette VHS. Pour récupérer de l'espace, et donc de la qualité, vous pouvez couper votre fichier Avi en deux, et le faire tenir sur deux CD, voire plus. sue de l'encodage DivX, vous obtiendrez un fichier unique, de la taille que vous souhaitez, et pourrez alors facilement le copier sur disque dur, l'envoyer sur le Net ou le graver sur CD- R. En effet, la fabrication d'un DivX n'est ni plus ni moins qu'une recompression du film source — au format Mpeg-2 — avec un nouvel algorithme de compression/décompression, ou codec, qui appartient, lui, à la famille Mpeg-4. Le codec DivX, mis au point par la société américaine DivX- Networks, et inventé initialement par le Français Jérôme Rota et ses amis, est devenu, dès son apparition en version 3, l'un des codecs les plus populaires du Web. D'ailleurs accompagné d'une sulfureuse réputation, étant immanquablement associé à la notion de piratage. C'est oublier un peu vite que tous les codecs Mpeg- 4 peuvent servir à recompresser un film. C'est ainsi que l'on trouve des DivX qui sont en fait encodés avec le codec Windows Media de Microsoft, un éditeur pas vraiment connu pour son soutien aux pirates... D'autres codecs peuvent être utilisés, comme le Xvid, pendant du DivX dans le domaine du logiciel libre. Remarquons bien que ces derniers exemples
d'encodage n'ont de DivX que le nom ; mais que ce terme soit devenu une appellation générique pour tout type de DVD transféré sur un CD, quel que soit le codec utilisé, prouve bien la popularité du format. Aujourd'hui, le codec DivX existe dans sa version 5.0.2. Entièrement réécrit depuis la version 4, il est annoncé comme totalement compatible avec le standard officiel Mpeg-4, et est disponible sur de nombreuses plates-formes. Attention ! Lors de la fabrication d'un DivX, la compression de la vidéo et du son sont deux étapes bien distinctes. Et pour la bande son aussi, il est possible de choisir entre plusieurs codecs. Pour la majorité des DivX, c'est le traditionnel MP3 qui sera utilisé. Ce n'est cependant pas obligatoire, et l'excellent format OggVorbis, issu de la galaxie des logiciels libres gagne de plus en plus les faveurs du public, tandis que le WMA de Microsoft, inclus dans Windows, se rencontre lui aussi très souvent. Au final, le son et la vidéo, compressés en deux fichiers distincts, doivent être mélangés, pour ne plus donner qu'un seul énorme fichier : cette opération, qui devra veiller à une juste synchronisation entre le son et l'image, s'appelle le multiplexage. Le fichier final obtenu sera de type Avi. Avi n'est pas un nouveau codec, c'est seulement un contenant, uniquement là pour décrire ce qu'il contient ; c'est ainsi qu'un film en Avi pourra par exemple contenir de la vidéo DivX et du son MP3, alors qu'un autre contiendra de l'image Xvid et du son Real. Un rappel légal avant d'aller plus loin : si l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle vous autorise à copier une oeuvre, la copie doit être "strictement réservée à l'usage du copiste", et ne saurait être "destinée à une utilisation collective". Vous voilà prévenu ! Nicolas Robaux S On paye si on veut Les codecs de compression DivX.com a lancé trois versions de son codec DivX 5 : la version de base est gratuite. La documentation jointe sur le site vous donnera un aperçu de la complexité de ses paramètres. Si vous n'avez pas peur d'aller plus loin, passez à la version pro, gratuite avec de la pub, ou payante. De gratuit à 30 € (200 F) Ce n'est pas sans raisons que le DivX est devenu si rapidement populaire : quasiment tous les logiciels nécessaires à sa réalisation sont gratuits, librement disponibles sur le Web. Avant toute chose, il importe de bien comprendre que la création d'un DivX passe par de nombreuses étapes, chacune faisant appel à un logiciel différent. Ensuite, pour chaque étape, il existe plusieurs logiciels, se différenciant par leurs performances, leur ancienneté, leur complexité, leur mise à jour et leur prise en compte des dernières technologies. Il en découle une multitude de méthodes différentes, en fonction des logiciels choisis, du résultat voulu et de l'exigence de l'utilisateur. Les logiciels proposés ci-dessous ne couvrent qu'une méthode, mais il en existe des dizaines d'autres. Le logiciel de compression Vous pouvez télécharger indépendamment chaque logiciel de chaque étape : tous sont gratuits sur le Web. Mais il existe des versions tout en un : Video Duplicator de BVRP, DaVideo 2 de Mediagold ou Neodivx, l'un des meilleurs tout-en-un, gratuit de surcroît. De gratuit à 60 € (400 F) Avant toute chose, les codecs ! Ce sont eux qui seront utilisés pour compresser votre DVD. Les codecs DivX peuvent se récupérer directement sur le site officiel www.divx.com. Le DivX 5 est disponible en trois versions : la gratuite conviendra tout à fait à une utilisation domestique. Son installation ne pose guère de problème, et elle s'accompagne même d'un logiciel de lecture de DivX, qu'on préférera pour l'instant oublier... Si vous voulez encoder le son en MP3 et que votre logiciel de création de DivX ne prend pas en compte ce format, il vous faudra l'installer aussi. Le codec MP3 Radius fera tout à fait l'affaire. La toute première étape consiste à "ripper" votre DVD, c'est-à-dire à transférer les fichiers du DVD, dits "fichiers Vob", vers votre disque dur. Le logiciel chargé de cette étape devra aussi savoir passer outre Le logiciel de lecture 00:00:00 r 00:00:00 Ox0 Stop version 0.85 Repeat off BSPlayer est l'un des meilleurs logiciels de lecture de DivX pour Windows. Il gère toutes les subtilités que bien d'autres ignorent, comme les sous-titres sous une multitude de formats. Il dispose d'options très avancées, son interface est modulable, il est léger... Une merveille. Gratuit les protections CSS et Macrovision que les éditeurs placent parfois (mais, de moins en moins, car ces protections leur coûtent fort cher). Nous vous conseillons SmartRipper, très simple d'utilisation, et dont il existe une version française. Il vous faudra ensuite un logiciel chargé de préparer la vidéo, comme DVD2AVI. L'étape suivante consiste à encoder cette vidéo : c'est l'étape la plus longue, et celle qui demande les réglages les plus subtils. Le logiciel Virtual Dub remplira cet office. Pour encoder le son, vous pourrez utiliser VOB2Audio. Enfin, Nandub saura mixer le tout en un seul fichier. Un pack, baptisé GordianKnot, rassemble tous ces logiciels pour vous, et les classe en onglets ; les paramétrages restent cependant délicats. Tout cela vous semble obscur et compliqué ? Pas de pa- Janvier 2003 svm 119



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218