SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
le club svm forums courrier bonus Franche adoration ou critique bienveillante, l'OS libre ne désespère personne Tous derrière Linux vos avis. Linux vous séduit de plus en plus malgré ses quelques faiblesses, notamment du côté du multimédia. En tout cas, vous êtes prêts à vous entraider pour sauter le pas sans trébucher. Ça, c'est Linux ! quoi de neuf ? L'offensive de Microsoft contre le modèle du logiciel libre ne semble pas porter ses fruits. Au contraire, selon une enquête commandée par l'éditeur auprès des décideurs informatiques, elle aurait plutôt tendance à les agacer. Et les plus remontés sont les Français, les Allemands et les Japonais. Parmi nos décideurs, 61% se disent favorables aux logiciels libres. Ils les considèrent comme une vraie alternative à Microsoft et ils sont convaincus qu'ils sont bien moins chers que les logiciels propriétaires. Mais ils sont seulement 24 à envisager de les utiliser dans leur entreprise. Encore quelques phrases bien senties contre le logiciel libre, et Microsoft va bien finir par décider les 76% restants... sur nos forums tous nos forums Windows XP Haut débit Les FAI Photo numérique Xbox 12 svm Janvier 2003 495 contributions 398 contributions 179 contributions 42 contributions 45 contributions pratique agité revendicatif imagé joueur De LittleTux > Je me pose une question : pourquoi Linux est-il si peu connu ? Il est gratuit, libre, plus stable que Windows... Parfois, quand je parle de Linux à quelqu'un, il me demande : mais c'est quoi, Linux ? Les gens qui débutent en informatique se posent des questions sur quel processeur acheter, quelle carte graphique pour les jeux, etc. Mais ils ne se posent jamais de question sur l'OS, c'est d'office Windows. Pourquoi ? C'est vrai que Linux peut parfois être plus compliqué, mais moi j'aime mieux avoir quelques complications (très peu avec Mandrake 8.2) et être libre, que d'être enfermé dans un système qui a aussi ses problèmes. De Beni > Linux, c'est hyperstable, et tous les logiciels possibles sont présents par défaut. J'ai pourtant quelques reproches à faire à Linux. D'abord, sa farouche hostilité aux périphé- Free sous surveillance Frustrés par des pannes de réseau fréquentes, les premiers abonnés à Free ont manifesté leur mécontentement sur notre forum consacré au haut débit. Mais, au début décembre, la situation semblait s'améliorer. Si le sujet vous riques USB. Pour en installer un, il faut passer des jours et des nuits à bidouiller chaque ligne de commande pour arriver, parfois, à un résultat à demi satisfaisant. Ensuite, pas question de vouloir jouer sous Linux. En tout cas, pas juste après l'installation du jeu. Il faut configurer l'émulateur Windows, qui ne s'avère pas très stable. Alors, pourquoi ne pas retourner sous Windows ? Je maintiens que Linux est l'un des meilleurs OS du moment, mais je garde en travers de la gorge certains détails de son fonctionnement. De Nemo > Eh bien, moi aussi, je suis linuxien, farouche même. Mais je garde quand même une partition Windows. Pourquoi ? Parce que j'ai suffisamment de place pour me le permettre et que le multi-OS est la solution pour avoir un PC qui fait tout. Linux est toujours intéresse, vous pbuvez suivre les premiers pas de Free haut débit sur ce forum. Le match des consoles Xbox, PS2 ou Gamecube ? Difficile de faire son choix entre ces consoles vidéo de dernière
PE YouS DEMèterz 94M vous fbovE2 £tv(c4ZE Aiizt ()te LiNux hmS Guç LiNu) (PeuT reE gouR vovs rà la traîne au niveau multimédia, et ça risque de durer encore un bout de temps. Pourquoi ? Parce que les pilotes Windows sont tous développés par les constructeurs et, à part nVidia et quelques autres rares fabricants, aucun ne pense à notre cher petit Linux. Mais, à la limite, on s'en fout, on atteint les 100 fps (frames par seconde) sous Windows, avec certes quelques plantages, alors qu'on en atteint que 30, et péniblement, sous Linux. Donc, pourquoi ne pas réserver Linux à ce qu'il fait le mieux : Internet, bureautique, graphisme, programmation, serveur... Je pense que c'est plutôt comme ça qu'il faut le voir. Bien sûr, l'idéal serait un Linux qui ferait un peu de tout, et bien, en gardant ses qualités. Ça viendra avec le temps, Linux a dix ans de retard sur les autres (je pense à MS-DOS, apparu en 1980). Alors, patience. génération, qui ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Onlyrider, par exemple, apprécie la PS2 pour son esthétique et le fait qu'elle lise d'office les DVD. Pour Jon3, le lecteur DVD de la Xbox est de bien meilleure qualité, même s'il faut payer 30 euros supplémentaires pour en disposer. De Ghll Vertefeuille > Par quelle distribution commencer ? Je suis perdu, trop de choix, pas assez de compétences en Unix et bien envie de l'essayer, Linux... mais quelle différence ? ICDE est partout, sinon je ne vois pas de différence... Expliquez-moi. De GML > Essaie tout et fais-toi ta propre idée. Sinon, les différences résident dans ce qu'offre chaque distribution. Le nombre de packages (logiciels, librairies, etc.) ainsi que les outils de configuration. Avec Mandrake, par exemple, il y a plein d'outils pour te faciliter la vie et tout configurer en trois clics. Mais le mieux est d'apprendre à tout faire soimême. Car si un jour tu te retrouves sans outils, ou que les outils sont cassés, tu ne pourras rien faire. De plus, un système compilé et configuré par soimême est bien plus puissant. Si tu prends le noyau de Mandrake, Gare aux intrus Régulièrement alerté par son logiciel pare-feu, Thibault7l se demande d'où viennent ces tentatives d'intrusion sur sa machine. Comment identifier les malotrus ? Retrouvez la réponse à cette question sur notre forum dédié aux virus et aux problèmes de sécurité. pJ Une chose est sûre : la solidarité n'est pas un vain mot dans la communauté des Linuxiens. Tous ceux qui ont exposé leurs problèmes sur notre forum consacré au logiciel libre ont reçu moult conseils et encouragements. Et les béotiens sont choyés aux petits oignons. qui comprend une masse énorme de modules pour pouvoir, par défaut, faire marcher le plus de matériels possible, ce sera lourd. Si tu compiles toi-même ton noyau pour ta config, ce sera très rapide. Les noyaux par défaut (si tu n'as pas envie de compiler), style Debian ou Slackware, sont les plus rapides, mais si tu veux faire marcher quelque chose dessus, tu auras certainement besoin de recompiler. De Black Knight > Comme toujours, je recommande le site http://distrowatch.com. A droite, tu as les distribs classées par popularité, si tu cliques dessus, tu as droit à un petit descriptif et les versions des logiciels qui sont dedans. La différence entre les distribs est maigre une fois que tout est installé et que tout marche bien. Mais avant, il faut tout configurer et installer, et ça, c'est très différent. C'est vrai qu'il faudrait tout essayer (c'est très long), mais regarde déjà les descriptions des dix premières sur distrowatch, ça devrait te donner une idée. Et puis, rien n'empêche de changer. Moi, j'ai dû passer par une dizaine de distribs différentes. De Catalane > Avant de passer à Linux, je voudrais savoir s'il existe des jeux pour Linux et lesquels ? Peut-on les faire tourner avec un émulateur Windows ? De Nemo > Eh bien, si tu aimes les quake like, il y en a pas mal qui fonctionnent sous Linux. Si tu as un PC puissant, tu peux te lancer dans l'émulation avec confort. Tu as, Réagissez sur nos forums : svm. vnunet.fr Etes-vous prêt à acheter en ligne ? L'achat sur Internet peine à se banaliser. Sécurité des transactions, ergonomie des sites commerciaux, problèmes de livraison ou de garantie... Livrez-nous vos expériences et vos appréhensions sur l'achat en ligne.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218