SVM n°211 janvier 2003
SVM n°211 janvier 2003
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°211 de janvier 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
tous nos tests face-à-face Deux pointures du partage de fichiers Rien n'arrête les logiciels d'échanges de fichiers "peer-to-peer"(P2P). Ni les attaques des majors du disque, ni une législation américaine de plus en plus sévère n'ont encore eu raison des réseaux peer-to-peer décentralisés, qui constituent des réseaux de PC tout à fait ordinaires de plusieurs millions d'ordinateurs. Kazaa et WinMX, que nous comparons ici, ne reposent pas sur des réseaux totalement décentralisés, contrairement aux nombreux logiciels issus du protocole Gnutella (Bearshare, Limewire, etc.). Tous deux empruntent un réseau qui leur est spécifique, et estimé plus performant que celui de Gnutella, qui ne distingue aucune machine (voir aussi encadré). Car à la différence de Gnutella, Kazaa repose sur l'emploi de "supernodes", en fait des machines tout à fait comme les autres, à ceci près qu'elles indexent les listes de fichiers partagés par des utilisateurs qui lui sont proches et qu'elles gèrent leurs requêtes. L'opération mobilisant un certain niveau de ressources et de bande passante, elle n'est acti- Il existe une multitude d'autres logiciels de P2P. A commencer par tous ceux issus du protocole Gnutella. Certains, comme Limewire ou Xolox, autorisent d'ailleurs aussi le téléchargement à sources multiples. Une nouvelle version de Gnutella (version 2, intégrée dans la version bêta de Shareazaa v1.7) devrait corriger de nombreux défauts. D'autres se sont fait un nom pour des contenus particuliers, comme eDonkey pour les films DivX. Les plus réputés ont aussi bon nombre de clones, souvent aussi efficaces, mais moins lourds et sans logiciels espions. C'est le cas d'eMule, reproduction open source d'eDonkey, ou de Kazaalite, qui allège Kazaa de ses spywares. 114 Janvier 2003 Kazaa Media Des vée que sur des machines assez puissantes. WinMX fonctionne presque selon le même principe : au démarrage, l'utilisateur choisit entre deux types de liaison. La connexion primaire, réservée aux usagers du haut débit, relie la machine à un serveur qui stocke les adresses de tous les autres ordinateurs "primaires". En liaison secondaire, l'utilisateur ne se connecte qu'à un ordinateur primaire, d'où une connexion moins robuste et des recherches moins pertinentes. Kazaa, le plus téléchargé du genre (il revendique 150 millions de téléchargements), est pourtant bien plus lourd que WinMX (4,45 Mo environ contre 750 Ko). Fort de cet immense succès, Sharman Networks, éditeur de Kazaa, a ajouté à son programme pas moins de sept discrets logiciels publicitaires. Pensez donc à décocher, lors de l'installation, les cases correspondantes à ces programmes et effacez les autres avec Ad- aware, par exemple. Aucun problème, en revanche, avec WinMX, qui met un point d'honneur à ne contenir aucun "spywares". Eric Le Bourlout N 2 Prise en main du logiciel D'emblée, Kazaa séduit par sa simplicité d'utilisation : l'interface, entièrement traduite en français, dispose d'icônes colorées et de menus en nombre réduit, ainsi que d'un navigateur gérant le HTML. Déjà sympathique à utiliser dans ses versions précédentes, Kazaa autorise le téléchargement de nouvelles "skins" (peaux) depuis sa version 2. Elles sont encore peu nombreuses à circuler sur le Net, mais modifient complètement l'interface du logiciel et le rendent plus convivial. Après installation, la sélection des fichiers à partager s'effectue aussi très aisément : d'un clic, le logiciel peut scanner le disque dur à la recherche de dossiers riches en sons, images et vidéos. On peut aussi les sélectionner manuellement, et interdire par la suite le partage de certains fichiers. Principal reproche à faire à l'interface : l'omniprésence de la publicité ! Durant toute l'utilisation du logiciel, il faut supporter constamment bannières et liens commerciaux aux côtés des fenêtres de recherche et de téléchargement..011111014me Le premier démarrage de WinMX est plutôt laborieux : le logiciel doit recenser tous les fichiers des répertoires partagés avant de se connecter, ce qui prend un temps fou si on partage beaucoup de contenu. On peut bien sûr annuler cette opération, mais on ne distribue alors que les fichiers qui ont été inventoriés. L'interface de WinMX, moins jolie et plus complexe que celle de Kazaa, est en revanche vierge de toute publicité. Entre ses traditionnelles fenêtres de recherche et de téléchargement, WinMX embarque un module de "chat" où l'on trouve des salons aux sujets parfois scabreux, mais très pratiques pour inscrire des amis partageant les mêmes goûts musicaux dans sa "hotlist". Cette fonction de messagerie instantanée, inexistante chez Kazaa, a cependant ses limites, puisque le nom de l'utilisateur, sur le réseau de WinMX tout au moins, change à chaque connexion. Les mordus apprécieront aussi la finesse du paramétrage du logiciel (ports employés, bande passante à consacrer au logiciel) et la visualisation graphique de leurs transferts. Avantage Kazaa, pour son interface agréable et sa traduction française
ktop contre WinMX Critère 2 Critère 3 Recherche et téléchargement Kazaa autorise la recherche de fichiers de n'importe quel type : musique, photos, vidéos, documents et logiciels. On peut exécuter uner, oo recherche simple, à base d'un ou plusieurs motsclés, ou, mieux, préciser un brin sa recherche. Pour chaque catégorie de fichiers, Kazaa peut en effet aller fouiller très rapidement dans les "métadonnées" des fichiers (artiste, langue, année, genre, qualité, etc.), ce qui offre des résultats bien plus pertinents. Une recherche par mot-clé unique ouvre en effet la porte à de nombreux résultats faussés, à commencer par les fichiers promotionnels, placés en tête des résultats, sans oublier les fichiers mal encodés ou tronqués. Une fois la perle rare découverte, reste à la télécharger. Kazaa gère, comme WinMX, le téléchargement à sources multiples et va chercher des bouts de fichiers chez plusieurs utilisateurs, ce qui accélère considérablement les téléchargements. Malheureusement, Kazaa est souvent réticent à trouver de nouvelles sources par lui-même, contrairement à WinMX. WinMX ne se contente pas de fouiller dans son propre réseau, puisqu'il s'agit aussi d'un client pour serveurs Openap, qui recensent chacun des milliers d'utilisateurs. Problème : si la connexion au réseau WinMX est quasi instantanée, il faut, pour trouver un serveur Openap disponible, entrer manuellement son adresse et le port employé, ou télécharger une liste de serveurs, puis croiser les doigts pour y trouver une place. WinMX ne permet pas une recherche aussi précise que son concurrent (deux champs de recherche seulement), et n'écrème les fichiers son qu'en fonction de leur qualité d'encodage. Par contre, les recherches sont rapides, pertinentes, et WinMX donne souvent plus de résultats que Kazaa. WinMX gère le téléchargement à sources multiples de fichiers de tous types. Il repose sur un très robuste système de files d'attente, qui indique, pour chaque fichier trouvé, le nombre d'internautes en suspens. Très robuste, WinMX automatise la recherche de nouvelles sources et l'entrée dans les files. Mais celles-ci peuvent être très longues (parfois plus de cent utilisateurs !) Avantagewinmx, pour sa pertinence et la connexion aux serveurs Openap Lecture et gestion des fichiers Partie intégrante du logiciel, le module Mon Kazaa recense tous les fichiers partagés, et ====. joue le rôle d'une MM mmw. 110:Mile véritable bibliothèque multimédia. On peut y créer des listes de lecture qui seront jouées ensuite dans le "Théâtre" grâce au lecteur intégré. Si Mon Kazaa peut s'avérer pratique, notamment pour noter l'intégrité des fichiers dont on dispose ou interdire le partage de certains d'entre eux, il lui manque quelques options indispensables pour devenir un vrai Winamp, notamment une fonction de recherche. Le lecteur multimédia de Kazaa a aussi ses défauts. S'il lit sans problème sons, photos et vidéos une fois qu'ils ont été téléchargés, il pose de nombreux problèmes lorsqu'il s'agit de tester un fichier en cours de téléchargement ; ainsi, un MP3 pourtant presque complètement acquis refuse bien souvent d'être lu. WinMX ne dispose d'aucun lecteur de fichiers multimédias. Ce pourrait être un défaut, mais c'est un vrai avantage. L'absence de modules complémentaires rend le logiciel particulièrement léger, et cela n'empêche pas l'utilisateur d'accéder rapidement aux fichiers dont il dispose : WinMX lance tout simplement le programme associé avec l'extension. Plus rapide que Kazaa lorsqu'il doit jouer un fichier, WinMX permet aussi de tester beaucoup plus rapidement la qualité de son fichier (dès les premières secondes pour un MP3). En revanche, WinMX ne dispose pas non plus de véritable bibliothèque multimédia à la Kazaa, et se contente d'une liste de fichiers partagés. il n'est donc pas possible de mettre au point des listes de lecture ni d'interdire, comme sur Kazaa, le partage d'un fichier a posteriori. Egalité Kazaa intègre la lecture de fichiers WinMX permet de les tester Les plus de Kazaa Son interface, sa bibliothèque de fichiers, la précision de l'outil de recherche. Kazaa Media Desktop V2.0.2, logiciel gratuit édité par Sharman Networks. Disponible à l'adresse vvwvv.kazaa.com Les plus de WinMX La connexion et la recherche sur plusieurs réseaux, son mécanisme automatisé de recherche de nouvelles ressources, sa légèreté. WinMX 3.31, logiciel gratuit édité par Frontcode Technologies. Disponible à l'adresse www.vvinmx.com Janvier 2003 svm 115



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 211 janvier 2003 Page 1SVM numéro 211 janvier 2003 Page 2-3SVM numéro 211 janvier 2003 Page 4-5SVM numéro 211 janvier 2003 Page 6-7SVM numéro 211 janvier 2003 Page 8-9SVM numéro 211 janvier 2003 Page 10-11SVM numéro 211 janvier 2003 Page 12-13SVM numéro 211 janvier 2003 Page 14-15SVM numéro 211 janvier 2003 Page 16-17SVM numéro 211 janvier 2003 Page 18-19SVM numéro 211 janvier 2003 Page 20-21SVM numéro 211 janvier 2003 Page 22-23SVM numéro 211 janvier 2003 Page 24-25SVM numéro 211 janvier 2003 Page 26-27SVM numéro 211 janvier 2003 Page 28-29SVM numéro 211 janvier 2003 Page 30-31SVM numéro 211 janvier 2003 Page 32-33SVM numéro 211 janvier 2003 Page 34-35SVM numéro 211 janvier 2003 Page 36-37SVM numéro 211 janvier 2003 Page 38-39SVM numéro 211 janvier 2003 Page 40-41SVM numéro 211 janvier 2003 Page 42-43SVM numéro 211 janvier 2003 Page 44-45SVM numéro 211 janvier 2003 Page 46-47SVM numéro 211 janvier 2003 Page 48-49SVM numéro 211 janvier 2003 Page 50-51SVM numéro 211 janvier 2003 Page 52-53SVM numéro 211 janvier 2003 Page 54-55SVM numéro 211 janvier 2003 Page 56-57SVM numéro 211 janvier 2003 Page 58-59SVM numéro 211 janvier 2003 Page 60-61SVM numéro 211 janvier 2003 Page 62-63SVM numéro 211 janvier 2003 Page 64-65SVM numéro 211 janvier 2003 Page 66-67SVM numéro 211 janvier 2003 Page 68-69SVM numéro 211 janvier 2003 Page 70-71SVM numéro 211 janvier 2003 Page 72-73SVM numéro 211 janvier 2003 Page 74-75SVM numéro 211 janvier 2003 Page 76-77SVM numéro 211 janvier 2003 Page 78-79SVM numéro 211 janvier 2003 Page 80-81SVM numéro 211 janvier 2003 Page 82-83SVM numéro 211 janvier 2003 Page 84-85SVM numéro 211 janvier 2003 Page 86-87SVM numéro 211 janvier 2003 Page 88-89SVM numéro 211 janvier 2003 Page 90-91SVM numéro 211 janvier 2003 Page 92-93SVM numéro 211 janvier 2003 Page 94-95SVM numéro 211 janvier 2003 Page 96-97SVM numéro 211 janvier 2003 Page 98-99SVM numéro 211 janvier 2003 Page 100-101SVM numéro 211 janvier 2003 Page 102-103SVM numéro 211 janvier 2003 Page 104-105SVM numéro 211 janvier 2003 Page 106-107SVM numéro 211 janvier 2003 Page 108-109SVM numéro 211 janvier 2003 Page 110-111SVM numéro 211 janvier 2003 Page 112-113SVM numéro 211 janvier 2003 Page 114-115SVM numéro 211 janvier 2003 Page 116-117SVM numéro 211 janvier 2003 Page 118-119SVM numéro 211 janvier 2003 Page 120-121SVM numéro 211 janvier 2003 Page 122-123SVM numéro 211 janvier 2003 Page 124-125SVM numéro 211 janvier 2003 Page 126-127SVM numéro 211 janvier 2003 Page 128-129SVM numéro 211 janvier 2003 Page 130-131SVM numéro 211 janvier 2003 Page 132-133SVM numéro 211 janvier 2003 Page 134-135SVM numéro 211 janvier 2003 Page 136-137SVM numéro 211 janvier 2003 Page 138-139SVM numéro 211 janvier 2003 Page 140-141SVM numéro 211 janvier 2003 Page 142-143SVM numéro 211 janvier 2003 Page 144-145SVM numéro 211 janvier 2003 Page 146-147SVM numéro 211 janvier 2003 Page 148-149SVM numéro 211 janvier 2003 Page 150-151SVM numéro 211 janvier 2003 Page 152-153SVM numéro 211 janvier 2003 Page 154-155SVM numéro 211 janvier 2003 Page 156-157SVM numéro 211 janvier 2003 Page 158-159SVM numéro 211 janvier 2003 Page 160-161SVM numéro 211 janvier 2003 Page 162-163SVM numéro 211 janvier 2003 Page 164-165SVM numéro 211 janvier 2003 Page 166-167SVM numéro 211 janvier 2003 Page 168-169SVM numéro 211 janvier 2003 Page 170-171SVM numéro 211 janvier 2003 Page 172-173SVM numéro 211 janvier 2003 Page 174-175SVM numéro 211 janvier 2003 Page 176-177SVM numéro 211 janvier 2003 Page 178-179SVM numéro 211 janvier 2003 Page 180-181SVM numéro 211 janvier 2003 Page 182-183SVM numéro 211 janvier 2003 Page 184-185SVM numéro 211 janvier 2003 Page 186-187SVM numéro 211 janvier 2003 Page 188-189SVM numéro 211 janvier 2003 Page 190-191SVM numéro 211 janvier 2003 Page 192-193SVM numéro 211 janvier 2003 Page 194-195SVM numéro 211 janvier 2003 Page 196-197SVM numéro 211 janvier 2003 Page 198-199SVM numéro 211 janvier 2003 Page 200-201SVM numéro 211 janvier 2003 Page 202-203SVM numéro 211 janvier 2003 Page 204-205SVM numéro 211 janvier 2003 Page 206-207SVM numéro 211 janvier 2003 Page 208-209SVM numéro 211 janvier 2003 Page 210-211SVM numéro 211 janvier 2003 Page 212-213SVM numéro 211 janvier 2003 Page 214-215SVM numéro 211 janvier 2003 Page 216-217SVM numéro 211 janvier 2003 Page 218