SVM n°210 décembre 2002
SVM n°210 décembre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°210 de décembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 214

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial jeu... quand le PC rêve de robot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Tout le monde ne peut pas s'abonner à l'ADSL. Certaines lignes téléphoniques ne le permettent pas, d'autres nécessitent des études poussées. Parfois, sur une même ligne, les fournisseurs d'accès ont des avis divergents. Quels sont les critères ? Qui tranche ? Qui décide si j al droit a l'ADSL ? oleurgliâ Directeur général adjoint de Tiscali France "Il existe une zone d'ombre, quand le serveur d'éligibilité'indique qu'une étude compi mentaire est nécessaire." Responsable marketing FAI division opérateurs chez France Télécom "Tous les fournisseurs d'accès " ont le même outil pour décider de l'éligibilité d'une ligne." 74 svm Décembre 2002 1 ne suffit pas d'être résolu à passer au haut débit via l'ADSL, encore faut-il que ce soit possible, que votre numéro I de téléphone corresponde à une ligne dite "éligible ADSL". Pour savoir si c'est le cas, vous pouvez poser la question à votre fournisseur d'accès, lancer une requête sur www.francetelecom.com, rendre visite à une agence France Télécom ou composer le 10 14. Dans certains cas, c'est simple : il suffit que votre ligne téléphonique soit analogique, les lignes Numéris ou portant certains services (alarmes...) n'étant pas compatibles avec l'ADSL. Mais souvent, la question se pose en des termes bien plus compliqués. Et les réponses sont parfois plus tordues qu'elles en ont l'air. Ainsi, un refus d'éligibilité n'est pas forcément sans espoir. Et une réponse positive n'est pas toujours une garantie... Même quand on habite une très grande ville de France raccordée à l'ADSL, il se peut qu'une ligne personnelle ne le soit pas. Une malchance certes rare, mais qui arrive, comme nous l'explique Dominique Ray, directeur du département réseaux et raccordements chez France Télécom : "Si de votre fenêtre vous apercevez un central téléphonique à 2 kilomètres, votre ligne peut en faire 5, voire plus, parce qu'elle emprunte de longs détours." Contournement de rues, de lignes de métro, conduits tortueux... à plus de 5 kilomètres d'un central, vous êtes tout bonnement cuit pour l'ADSL ! Mais ce n'est pas tout. L'éligibilité d'une ligne pour offrir l'ADSL dépend, outre de sa longueur, du nombre de tronçons qui la composent et du diamètre de chacun d'entre eux. Plus on est loin du central téléphonique, plus le diamètre des tronçons est fin, moins on peut transporter du haut débit. "A partir de toutes ces données, nous calculons un affaiblissement'théorique, en décibels. Nous établissons des scénarios de bruits. Plus les signaux sont importants, plus la nuisance est forte, plus il y aura de parasites sur la ligne. Pour qu'une ligne soit éligible, elle ne doit donc pas dépasser un certain taux d'affaiblissement", précise Dominique Ray, qui n'a cependant pas souhaité communiquer quel était ce taux. Chez LDCom, principal opérateur concurrent de France Télécom sur l'ADSL, on est tout aussi muet à ce sujet. Marc Couraud, directeur général de 9 Online, s'en explique : "Si je vous donne le détail des critères que nous prenons en compte, nos règles de calcul et notre affaiblissement limite, cela revient à vous dévoiler un secret de fabrication ! " Cela dit, pour ce qu'on en sait, les marges ne sont pas bien grandes, et les opérateurs évitent généralement de dépasser les 50 décibels d'affaiblissement, comme nous l'a confirmé sans crainte le directeur technique de Free. La hantise du "cas limite" En outre, si les réponses sur l'éligibilité de votre ligne divergent, c'est plutôt du côté du risque commercial que du risque technique qu'il faut chercher. "Il arrive que France Télécom nous informe que sur tel numéro de téléphone une
JACQUE S VALAT/F RANCE TELECOM étude complémentaire est nécessaire avant de déterminer son éligibilité. Pouvons-nous prendre le risque de répondre positivement à l'internaute ? ", lance Jean-Michel Soulier, directeur général adjoint de Tiscali France. Christophe Bailly, responsable marketing FAI à la division opérateurs chez France Télécom tente une réponse : "Généralement, quand notre serveur indique qu'une étude préalable est conseillée, on est sur des zones géographiques denses, et il n'y a pas de problème. Mais c'est vrai que pour le fournisseur d'accès, il y a un risque commercial et qu'il peut être amené à gérer son client en service après-vente si la ligne ne s'avère pas suffisamment correcte." Certains FAI prennent ce risque. Beaucoup ne le font pas. De là naissent pas mal de rancoeurs vis-à-vis de France Télécom. Pourquoi ne peuton pas obtenir à chaque fois une réponse claire et fiable ? Comment être sûr qu'il délivre le même degré d'informations à tous les opérateurs et fournisseurs d'accès ? France Télécom ne privilégie-t-il pas sa filiale Wanadoo ? "Evidemment que nous n'avons qu'une seule base de données sur nos lignes, et pas une pour Wanadoo et une pour les autres, il n'y a aucune ambiguïté, je suis formel là-dessus !, s'exclame Christophe Bailly. Tout le monde a le même outil, issu du même serveur, pour prendre ses décisions. Vous imaginez le risque que prendrait France Télécom à pratiquer de la discrimination ? C'est de l'ordre du fantasme ! " N'empêche, entre Wanadoo et ses concurrents il y a une grosse différence, comme l'explique Antoine Levavasseur, directeur technique de Free : "Pour le moment, pour les lignes mentionnées par France Télécom comme'ligne en zone limite demandant une étude préalable', nous refusons les commandes. Nous n'avons pas un réseau de 600 agences en France pour expliquer ces cas complexes aux clients ! Nous prenons toutes nos inscriptions en ligne, et nous ne pouvons pas gérer les cas limites." Nous avons demandé à France Télécom si, dans ces cas, une étude était immédiatement réalisée ; si des travaux étaient commandés ; si le fournisseur d'accès était informé de l'avancée de l'étude "terrain". Or, il nous a été répondu qu'il n'existe aucun lien entre la demande d'éligibilité et la commande d'accès : le FAI ne peut pas commander l'étude requise, France Télécom n'exploite pas les demandes pour planifier ses travaux sur les lignes ni ses tests de raccordements. Selon l'opérateur historique, à chaque jour suffit sa peine... Delphine Sabattier Pour recevoir de l'ADSL sur son ordinateur, il faut que la ligne téléphonique soit analogique et supporte le transport de données à haut débit. L'évaluation de l'éligibilité à l'ADSL se fait selon plusieurs critères, dont la longueur de la ligne et son diamètre. Même dans les grandes villes (ci-contre la carte ADSL de la région parisienne), certaines lignes sont parfois trop longues pour recevoir l'ADSL. D'autres peuvent nécessiter une intervention des techniciens de France Télécom (nos photos). 21 millions de lignes raccordables a l'ADSL en France à la fin de l'année 2002. 2 à 10 jours C'estie temps que peut prendre l'activation d'une ligne ADSL 50 décibels Au -Dessus rie cet affaiblissement, les opérateurs préfèrent, en général, décréter que la ligne n'est pas éligible à l'ADSL. Décembre 2002 SVM 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 210 décembre 2002 Page 1SVM numéro 210 décembre 2002 Page 2-3SVM numéro 210 décembre 2002 Page 4-5SVM numéro 210 décembre 2002 Page 6-7SVM numéro 210 décembre 2002 Page 8-9SVM numéro 210 décembre 2002 Page 10-11SVM numéro 210 décembre 2002 Page 12-13SVM numéro 210 décembre 2002 Page 14-15SVM numéro 210 décembre 2002 Page 16-17SVM numéro 210 décembre 2002 Page 18-19SVM numéro 210 décembre 2002 Page 20-21SVM numéro 210 décembre 2002 Page 22-23SVM numéro 210 décembre 2002 Page 24-25SVM numéro 210 décembre 2002 Page 26-27SVM numéro 210 décembre 2002 Page 28-29SVM numéro 210 décembre 2002 Page 30-31SVM numéro 210 décembre 2002 Page 32-33SVM numéro 210 décembre 2002 Page 34-35SVM numéro 210 décembre 2002 Page 36-37SVM numéro 210 décembre 2002 Page 38-39SVM numéro 210 décembre 2002 Page 40-41SVM numéro 210 décembre 2002 Page 42-43SVM numéro 210 décembre 2002 Page 44-45SVM numéro 210 décembre 2002 Page 46-47SVM numéro 210 décembre 2002 Page 48-49SVM numéro 210 décembre 2002 Page 50-51SVM numéro 210 décembre 2002 Page 52-53SVM numéro 210 décembre 2002 Page 54-55SVM numéro 210 décembre 2002 Page 56-57SVM numéro 210 décembre 2002 Page 58-59SVM numéro 210 décembre 2002 Page 60-61SVM numéro 210 décembre 2002 Page 62-63SVM numéro 210 décembre 2002 Page 64-65SVM numéro 210 décembre 2002 Page 66-67SVM numéro 210 décembre 2002 Page 68-69SVM numéro 210 décembre 2002 Page 70-71SVM numéro 210 décembre 2002 Page 72-73SVM numéro 210 décembre 2002 Page 74-75SVM numéro 210 décembre 2002 Page 76-77SVM numéro 210 décembre 2002 Page 78-79SVM numéro 210 décembre 2002 Page 80-81SVM numéro 210 décembre 2002 Page 82-83SVM numéro 210 décembre 2002 Page 84-85SVM numéro 210 décembre 2002 Page 86-87SVM numéro 210 décembre 2002 Page 88-89SVM numéro 210 décembre 2002 Page 90-91SVM numéro 210 décembre 2002 Page 92-93SVM numéro 210 décembre 2002 Page 94-95SVM numéro 210 décembre 2002 Page 96-97SVM numéro 210 décembre 2002 Page 98-99SVM numéro 210 décembre 2002 Page 100-101SVM numéro 210 décembre 2002 Page 102-103SVM numéro 210 décembre 2002 Page 104-105SVM numéro 210 décembre 2002 Page 106-107SVM numéro 210 décembre 2002 Page 108-109SVM numéro 210 décembre 2002 Page 110-111SVM numéro 210 décembre 2002 Page 112-113SVM numéro 210 décembre 2002 Page 114-115SVM numéro 210 décembre 2002 Page 116-117SVM numéro 210 décembre 2002 Page 118-119SVM numéro 210 décembre 2002 Page 120-121SVM numéro 210 décembre 2002 Page 122-123SVM numéro 210 décembre 2002 Page 124-125SVM numéro 210 décembre 2002 Page 126-127SVM numéro 210 décembre 2002 Page 128-129SVM numéro 210 décembre 2002 Page 130-131SVM numéro 210 décembre 2002 Page 132-133SVM numéro 210 décembre 2002 Page 134-135SVM numéro 210 décembre 2002 Page 136-137SVM numéro 210 décembre 2002 Page 138-139SVM numéro 210 décembre 2002 Page 140-141SVM numéro 210 décembre 2002 Page 142-143SVM numéro 210 décembre 2002 Page 144-145SVM numéro 210 décembre 2002 Page 146-147SVM numéro 210 décembre 2002 Page 148-149SVM numéro 210 décembre 2002 Page 150-151SVM numéro 210 décembre 2002 Page 152-153SVM numéro 210 décembre 2002 Page 154-155SVM numéro 210 décembre 2002 Page 156-157SVM numéro 210 décembre 2002 Page 158-159SVM numéro 210 décembre 2002 Page 160-161SVM numéro 210 décembre 2002 Page 162-163SVM numéro 210 décembre 2002 Page 164-165SVM numéro 210 décembre 2002 Page 166-167SVM numéro 210 décembre 2002 Page 168-169SVM numéro 210 décembre 2002 Page 170-171SVM numéro 210 décembre 2002 Page 172-173SVM numéro 210 décembre 2002 Page 174-175SVM numéro 210 décembre 2002 Page 176-177SVM numéro 210 décembre 2002 Page 178-179SVM numéro 210 décembre 2002 Page 180-181SVM numéro 210 décembre 2002 Page 182-183SVM numéro 210 décembre 2002 Page 184-185SVM numéro 210 décembre 2002 Page 186-187SVM numéro 210 décembre 2002 Page 188-189SVM numéro 210 décembre 2002 Page 190-191SVM numéro 210 décembre 2002 Page 192-193SVM numéro 210 décembre 2002 Page 194-195SVM numéro 210 décembre 2002 Page 196-197SVM numéro 210 décembre 2002 Page 198-199SVM numéro 210 décembre 2002 Page 200-201SVM numéro 210 décembre 2002 Page 202-203SVM numéro 210 décembre 2002 Page 204-205SVM numéro 210 décembre 2002 Page 206-207SVM numéro 210 décembre 2002 Page 208-209SVM numéro 210 décembre 2002 Page 210-211SVM numéro 210 décembre 2002 Page 212-213SVM numéro 210 décembre 2002 Page 214