SVM n°210 décembre 2002
SVM n°210 décembre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°210 de décembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 214

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial jeu... quand le PC rêve de robot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 206 - 207  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
206 207
l'encyclo de la micro Internet Le réseau des réseaux LA DÉFINITION Internet : réseau mondial de réseaux télématiques utilisant le même protocole de communication (cf. Le réseau des réseaux, la Toile). (Le Petit Robert). L'UNITÉ Le nombre des ordinateurs connectés entre eux, calculé à partir de leurs adresses numériques, donne une indication du développement de l'infrastructure Internet d'un pays. La croissance du réseau F1967 4 ordinateurs connectés 1977 111 ordinateurs connectés 1984 1 024 ordinateurs connectés 1989 160 000 ordinateurs connectés 1998 40 000 000 d'ordinateurs connectés 206 SVM Décembre 2002 Ce réseau, qui permet de faire dialoguer ensemble la quasi-totalité des équipements capables de recevoir et d'émettre des informations sous forme numérique, est une invention relativement récente. En 1964, personne ne savait relier entre eux deux ordinateurs. A cette époque, toute manipulation de données avec un ordinateur se faisait en traitement par lots à l'aide de cartes perforées. Et comme un ordinateur valait extrêmement cher, il était impératif de ne pas le laisser au repos. L'objectif était de maintenir un taux d'occupation de l'ordinateur le plus proche possible de 100%. Bien souvent, celui-ci n'était arrêté que moins d'une heure par jour pour des raisons de maintenance. Mais comment soutenir ce taux d'occupation élevé alors que le programmeur ne peut perforer que quelques cartes à la minute ? Il devint L'Arpa, agence de recherche 1969 militaire américaine, lance l'ancêtre des réseaux d'ordinateurs baptisé Arpanet. A la fin de l'année, ce réseau initial est constitué de quatre machines. évident que la meilleure façon de rentabiliser un ordinateur était de permettre l'accès à ses ressources par un nombre élevé d'utilisateurs simultanément. Cela entraîna le besoin de connecter des utilisateurs physiquement éloignés de la machine. Le Dr J.C.R. Licklider, psychologue et directeur à l'Arpa, l'agence de recherche militaire américaine, comprit en 1965 que l'ordinateur était une machine à communiquer. Il utilisa l'expression de "réseau intergalactique" pour exprimer sa vision d'une communauté d'utilisateurs physiquement éloignés mais partageant des données accessibles à tous en même temps. Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network), réseau militaire américain lancé en 1969 à l'initiative du Pentagone, est le précurseur des réseaux d'ordinateurs, mais on ne peut.Un.vees.tw a1 le4nt. Ues.secn Insislulta A IR P NET Les protocoles TCP/IP qui rendent possible 1980 l'interconnexion des réseaux sont rendus publics. Trois ans plus tard ils sont utilisés sur tout le réseau Arpanet. Libres et gratuits, ces protocoles sont désormais à la disposition de toutes les entreprises qui veulent relier leurs propres réseaux.
pas, techniquement, le considérer comme l'ancêtre de l'Internet. En effet, le réseau Arpanet n'utilisait pas le concept de transmission par paquets, à l'origine, et son but était de mettre en réseau des ordinateurs identiques. Il n'était pas encore question de mettre en réseau des réseaux hétérogènes. Or, les premiers réseaux homogènes d'ordinateurs, tous militaires et localisés, démontrèrent leur grande vulnérabilité lors d'un sabotage d'antennes dans l'Utah, en 1961. D'où l'exigence d'une meilleure protection. Il en résulta le concept du découpage des données en petits paquets, transmis indépendamment les uns des autres par chaque noeud du réseau en utilisant la voie la moins encombrée. En 1972, le comité INWG (International Network Working Group), présidé par Vinton Cerf, débuta ses recherches sur la définition d'un protocole unique et disposant d'une traduction dans tous les réseaux existants afin de rendre possible leur interconnexion. La publication du document de Vinton Cerf et Robert Kahn sur le protocole TCP, en mai 1974, peut être considéré comme l'acte de naissance du réseau Internet. Le développement des réseaux d'ordinateurs et du protocole de transmission par paquets est contemporain du développement du système d'exploitation Unix, qui fut conçu pour fonctionner sur de 1989 Vous désirez en savoir p'SVM met en ligne un dossier complet sur http://svm Deux informaticiens du Cern, le laboratoire européen de la physique des particules, mettent au point un système original pour stocker et récupérer des documents de toutes sortes. Tim Berners-Lee (photo) et Robert Cailliau abandonnent la hiérarchisation de l'information au profit de la notion d'hypertexte. Le World Wide Web vient de naître. L'INVENTEUR inton Cerf est considéré comme l'un des pères DR de l'Internet. En 1969, il participe aux premiers développements du réseau Arpanet, l'ancêtre des réseaux d'ordinateurs. Cinq ans plus tard, aidé de son collègue Robert Kahn, il présente le protocole TCP/IP, une sorte de langage universel permettant à tous les ordinateurs, quels que soient leurs systèmes d'exploitation, de communiquer entre eux. Responsable du développement Internet chez WorldCom, un important opérateur de télécommunication américain, il travaille aujourd'hui sur son nouveau projet, appelé InterPlaNet (IPN), visant à étendre l'architecture de la Toile aux planètes du système solaire. nombreux types de machines et pour assurer des communications sécurisées. Les universités, toujours avides de ressources en infor- matique, accompagnèrent l'évolution du système Unix et formèrent le réseau CSNet. Ce dernier fut ensuite rattaché à Arpanet et adopta le protocole TCP-IP en 1983. Dès lors, Internet était devenu indétrônable. Les réseaux étant essentiellement consacrés à l'échange de fichiers, la première fonctionnalité d'Internet fut le FTP. L'utilisation à distance d'un ordinateur, et son contrôle en particulier, fut également l'un des moteurs de l'avènement des réseaux. Cette dernière fonction, appelée Telnet, était présente dès le début. Puis vint, en 1983, le courrier électronique avec le SMTP Ce n'est finalement qu'en 1989 que naquit le World Wide Web au Cern, le laboratoire européen de physique des particules de Genève. Il fut d'abord très discret car il ne disposait pas d'outils permettant son utilisation simple et rapide. Le coup de pouce fut donné en 1993 avec l'apparition du navigateur Mosaic. La possibilité de visualiser des données et de développer des pages Web sans aucune connaissance informatique a permis au World Wide Web de croître à une vitesse vertigineuse, au point de représenter quasiment toute la croissance de'Internet. Jean-Paul Cognot 200. Le réseau des réseaux pour-L.,‘ suit sa formidable croissance. Le monde compte désormais plus de 553 millions d'internautes. (source Nielsenl NetRatings). Rien que dans l'Hexagone, 17 millions de personnes utilisent Internet. Décembre 2002 SVM 207



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 210 décembre 2002 Page 1SVM numéro 210 décembre 2002 Page 2-3SVM numéro 210 décembre 2002 Page 4-5SVM numéro 210 décembre 2002 Page 6-7SVM numéro 210 décembre 2002 Page 8-9SVM numéro 210 décembre 2002 Page 10-11SVM numéro 210 décembre 2002 Page 12-13SVM numéro 210 décembre 2002 Page 14-15SVM numéro 210 décembre 2002 Page 16-17SVM numéro 210 décembre 2002 Page 18-19SVM numéro 210 décembre 2002 Page 20-21SVM numéro 210 décembre 2002 Page 22-23SVM numéro 210 décembre 2002 Page 24-25SVM numéro 210 décembre 2002 Page 26-27SVM numéro 210 décembre 2002 Page 28-29SVM numéro 210 décembre 2002 Page 30-31SVM numéro 210 décembre 2002 Page 32-33SVM numéro 210 décembre 2002 Page 34-35SVM numéro 210 décembre 2002 Page 36-37SVM numéro 210 décembre 2002 Page 38-39SVM numéro 210 décembre 2002 Page 40-41SVM numéro 210 décembre 2002 Page 42-43SVM numéro 210 décembre 2002 Page 44-45SVM numéro 210 décembre 2002 Page 46-47SVM numéro 210 décembre 2002 Page 48-49SVM numéro 210 décembre 2002 Page 50-51SVM numéro 210 décembre 2002 Page 52-53SVM numéro 210 décembre 2002 Page 54-55SVM numéro 210 décembre 2002 Page 56-57SVM numéro 210 décembre 2002 Page 58-59SVM numéro 210 décembre 2002 Page 60-61SVM numéro 210 décembre 2002 Page 62-63SVM numéro 210 décembre 2002 Page 64-65SVM numéro 210 décembre 2002 Page 66-67SVM numéro 210 décembre 2002 Page 68-69SVM numéro 210 décembre 2002 Page 70-71SVM numéro 210 décembre 2002 Page 72-73SVM numéro 210 décembre 2002 Page 74-75SVM numéro 210 décembre 2002 Page 76-77SVM numéro 210 décembre 2002 Page 78-79SVM numéro 210 décembre 2002 Page 80-81SVM numéro 210 décembre 2002 Page 82-83SVM numéro 210 décembre 2002 Page 84-85SVM numéro 210 décembre 2002 Page 86-87SVM numéro 210 décembre 2002 Page 88-89SVM numéro 210 décembre 2002 Page 90-91SVM numéro 210 décembre 2002 Page 92-93SVM numéro 210 décembre 2002 Page 94-95SVM numéro 210 décembre 2002 Page 96-97SVM numéro 210 décembre 2002 Page 98-99SVM numéro 210 décembre 2002 Page 100-101SVM numéro 210 décembre 2002 Page 102-103SVM numéro 210 décembre 2002 Page 104-105SVM numéro 210 décembre 2002 Page 106-107SVM numéro 210 décembre 2002 Page 108-109SVM numéro 210 décembre 2002 Page 110-111SVM numéro 210 décembre 2002 Page 112-113SVM numéro 210 décembre 2002 Page 114-115SVM numéro 210 décembre 2002 Page 116-117SVM numéro 210 décembre 2002 Page 118-119SVM numéro 210 décembre 2002 Page 120-121SVM numéro 210 décembre 2002 Page 122-123SVM numéro 210 décembre 2002 Page 124-125SVM numéro 210 décembre 2002 Page 126-127SVM numéro 210 décembre 2002 Page 128-129SVM numéro 210 décembre 2002 Page 130-131SVM numéro 210 décembre 2002 Page 132-133SVM numéro 210 décembre 2002 Page 134-135SVM numéro 210 décembre 2002 Page 136-137SVM numéro 210 décembre 2002 Page 138-139SVM numéro 210 décembre 2002 Page 140-141SVM numéro 210 décembre 2002 Page 142-143SVM numéro 210 décembre 2002 Page 144-145SVM numéro 210 décembre 2002 Page 146-147SVM numéro 210 décembre 2002 Page 148-149SVM numéro 210 décembre 2002 Page 150-151SVM numéro 210 décembre 2002 Page 152-153SVM numéro 210 décembre 2002 Page 154-155SVM numéro 210 décembre 2002 Page 156-157SVM numéro 210 décembre 2002 Page 158-159SVM numéro 210 décembre 2002 Page 160-161SVM numéro 210 décembre 2002 Page 162-163SVM numéro 210 décembre 2002 Page 164-165SVM numéro 210 décembre 2002 Page 166-167SVM numéro 210 décembre 2002 Page 168-169SVM numéro 210 décembre 2002 Page 170-171SVM numéro 210 décembre 2002 Page 172-173SVM numéro 210 décembre 2002 Page 174-175SVM numéro 210 décembre 2002 Page 176-177SVM numéro 210 décembre 2002 Page 178-179SVM numéro 210 décembre 2002 Page 180-181SVM numéro 210 décembre 2002 Page 182-183SVM numéro 210 décembre 2002 Page 184-185SVM numéro 210 décembre 2002 Page 186-187SVM numéro 210 décembre 2002 Page 188-189SVM numéro 210 décembre 2002 Page 190-191SVM numéro 210 décembre 2002 Page 192-193SVM numéro 210 décembre 2002 Page 194-195SVM numéro 210 décembre 2002 Page 196-197SVM numéro 210 décembre 2002 Page 198-199SVM numéro 210 décembre 2002 Page 200-201SVM numéro 210 décembre 2002 Page 202-203SVM numéro 210 décembre 2002 Page 204-205SVM numéro 210 décembre 2002 Page 206-207SVM numéro 210 décembre 2002 Page 208-209SVM numéro 210 décembre 2002 Page 210-211SVM numéro 210 décembre 2002 Page 212-213SVM numéro 210 décembre 2002 Page 214