SVM n°210 décembre 2002
SVM n°210 décembre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°210 de décembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 214

  • Taille du fichier PDF : 215 Mo

  • Dans ce numéro : spécial jeu... quand le PC rêve de robot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 136 - 137  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
136 137
tous nos tests face-à-face L'encodage DivX en une paire de clics n'y a pas si longtemps, encoder un DVD-vidéo en DivX était un art réservé à quelques sorciers du codec : il fallait jongler avec un nombre ébouriffant de logiciels avant d'obtenir la précieuse copie compressée. Puis sont arrivés EasyDivX et autre Rippack, logiciels gratuits qui ont unifié tous ces programmes sous une seule interface (voir encadré ci-dessous). Parmi ceux-ci, NeoDivx, un "freeware" développé en France. DivX Video Duplicator, présenté ici, n'est autre que la version 10 de ce NeoDivx, désormais édité par le français BVRP. Son concurrent DaVideo 2 Professional est commercialisé par un éditeur allemand, Mediagold. Avec leurs interfaces simplissimes, ces programmes font tous deux le serment de vous fabriquer un DivX en quelques clics seulement. Promesse plus ou moins tenue : il faudra recourir aux utilitaires annexes pour ajouter des sous-titres, une deuxième bande sonore, ou synchroniser le son et les images. Il ne faut pas non plus être pressé. Les deux manuels conseillent d'ailleurs de met- Video Duplicator tre à profit la nuit : le travail prend huit heures sur un vieux PIII 500 ; bien moins évidemment si l'une des dernières bêtes de course d'AMD ou Intel équipe votre machine. Mieux vaut aussi disposer d'un gros disque dur rapide, puisque les importants fichiers vidéo (.vob) des DVD doivent être copiés sur le disque avant d'être transformés. La procédure d'encodage differe peu entre les deux logiciels, et sa durée est à peu près identique si l'on utilise les mêmes codecs. Les deux programmes vous donnent en effet le choix des armes : ils gèrent le DivX 5, bien sûr, mais aussi Xvid, un codec "open source" plébiscité par ses utilisateurs. C'est à peu près tout ce qui rapproche ces deux logiciels : DaVideo 2 Professional, paradoxalement tourné vers le grand public, propose une solution tout en un, de l'encodage à la gravure et la lecture de DivX et de Video-CD. DivX Video Duplicator, plus complexe, est, quant à lui, fourni avec de nombreux outils pour optimiser la copie. Eric Le Bourlout De nombreux logiciels gratuits proposant les mêmes fonctions que les deux étudiés ici, certes un peu plus compliqués à manipuler, sont disponibles sur le Web. A commencer par la version 9.2 de NeoDivX, dont est dérivé DivX Video Duplicator. Son ergonomie rappelle celle de son cousin du commerce. Citons aussi l'ancêtre EasyDivx, premier "tout-en-un" à avoir vu le jour : ici aussi, le processus s'effectue très facilement par étapes ; il ne lui manque qu'un module de montage. Les puristes préféreront sans doute employer un logiciel dédié à chaque tâche : copie du DVD, analyse des fichiers.vob, encodage et sous-titrage, par exemple, soit quatre logiciels pour obtenir une copie. 136 SVFT1 Décembre 2002 0 0. CI g 5 Critère 1 Prise en main Du Velho Omar-aire â Le logiciel Solarlmœu4.Capear lut » 4.11..a, buwe Mo Easyj propose deux EZI modes : Easy et Pro. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils portent bien leurs noms : en mode "débutant", une seule fenêtre permet de configurer entièrement la conversion, l'extraction et l'encodage. Il suffit donc de sélectionner le format, choisir la langue souhaitée, le nombre et la taille des médias que l'on désire utiliser (700 Mo sont préférables), et c'est parti ! La procédure est si simplifiée que l'on ne peut pas choisir le codec à employer ni même intégrer des sous-titres au film. A noter : avant de se lancer pour de bon, on peut faire un test sur le premier chapitre du DVD. Que les débutants se rassurent : malgré son nom, le mode Pro n'est pas si compliqué à utiliser. Il offre un bien meilleur contrôle sur la copie finale. Quatre étapes sont proposées, mais seules deux sont réellement nécessaires pour obtenir le précieux fichier Avi. Difficile de créer un DivX plus simplement. Une fois l'écran de sélection du projet passé, le logiciel affiche les différentes pistes qu'il a repérées sur le DVD. Quelques clics suffisent pour lancer la compression, ou un test pour les plus prudents. Le logiciel poursuit son travail automatiquement jusqu'à la gravure du CD. Outre la réalisation de DivX, DaVideo 2 propose de produire tout aussi simplement des Video- CD, dont l'image est moins bonne, mais qui ont l'avantage d'être lisibles sur une platine de salon. Enfin, le programme dispose d'un lecteur DivX très complet, le seul utilisable d'ailleurs si l'on choisit de créer un CD à démarrage automatique. C'est à lui qu'est consacrée la plus grande partie du manuel, ce qui est heureux car ce lecteur est très peu ergonomique : les icônes sont illisibles et l'on se perd dans ses menus. L'aide, sur la version testée, était en plus entièrement en allemand, tout comme l'éditeur de fichiers.ini, qui permet d'agrémenter votre DivX d'un chapitrage et d'un menu. Avantage Video Duplicator, pour la facilité d'emploi du mode Pro.
contre DaVideo 2 Critère 2 Fonctions avancées uul Zilietifree47.1.eire,1 DivX Vokno Dupticator DivX Video Dupli- aàfiliefflii ? cator et son mode Pro ne dépayseront pas les utilisateurs de NeoDivX, puisqu'il reprend, en les simplifiant beaucoup, les fonctions avancées de ce logiciel gratuit. Contrairement à DaVideo 2, Duplicator ne supporte que les codecs DivX et Xvid, ainsi que le MP3 pour l'audio. En revanche, les outils avancés permettent de sélectionner le nombre de passages à effectuer (deux passages allongent le temps d'encodage mais améliorent la qualité du film) et de modifier visuellement le cadrage. Les utilisateurs confirmés apprécieront aussi la possibilité de n'encoder qu'une partie du film ou encore de choisir le nombre de pistes son à extraire avant de les exporter en MP3 ou en Wav. DivX Video Duplicator dispose aussi d'une très intéressante fonction de traitement par lots, qui permet d'encoder plusieurs fichiers différents à la chaîne. Quant aux sous-titres, ils ne peuvent être ajoutés qu'après coup, via le plug-in Vobsub pour Virtual Dub, compatible avec la plupart des lecteurs multimédias. Ici, pas de mode dédié aux utilisateurs avancés. DaVideo 2 Professional propose par contre des codecs plus nombreux que son concurrent, puisqu'il autorise, outre Xvid et DivX, le MPeg-4 de Microsoft pour la vidéo et Ogg Vorbis pour l'audio. Un utilitaire de téléchargement permet d'ailleurs d'obtenir de nouveaux codecs. Malheureusement, quand nous avons testé celui-ci, plus aucun fichier n'était disponible aux adresses indiquées ! La modification du cadrage s'effectue directement depuis la fenêtre principale, tout comme la sélection de la taille du fichier final. Mieux vaut ne pas être trop pointilleux sur les réglages : le logiciel s'occupe de toutes les étapes, lance par lui-même les différents programmes de compression sans que soit donnée à l'utilisateur l'opportunité de choisir ses options. Quant à la gestion des sous-titres, elle reste assez sommaire : il sont intégrés par incrustation, ce qui empêche de les supprimer par la suite. Avantage Video Duplicator, pour la finesse du paramétrage. Critère 3 Edition du DivX Stiodlinnsz M hala AV1 Sdiedionna k omise ficha son Silledionnea le second kiwi sial Sdhidiariner N comesson du son Pa : de ccenpesse, S'Yeti:maielidabadi 44‘abi,...Pu" een. rit driuMati aatle Zâ Une fois le fichier obtenu, il est tout à fait possible de l'éditer avec plusieurs outils intégrés à Duplicator. La partie "finitions" du mode Pro est particulièrement complète et propose notamment des fonctions de multiplexage et de démultiplexage, outils indispensables pour ajouter ou supprimer une bande son au fichier Avi. Un petit utilitaire de montage est également disponible, permettant de scinder le film en deux parties afin de le faire tenir sur deux CD-R ou de réunir deux fichiers compressés. Pour couper le fichier Avi, rien de plus simple : il faut juste indiquer la taille minimale désirée en mégaoctets. Il est cependant regrettable qu'on ne puisse pas visionner le fichier, pour le couper à la fin d'une scène, par exemple. 0010 « 3 Ilffleleer Comme Duplicator, DaVideo dispose de fonctions Media d'assemblage et de division de 4 JI OF.X. fichiers vidéo. Le module de coupure, plus intuitif et plus complet que celui de la concurrence, permet de scinder le film selon une taille exprimée en mégaoctets, ou en observant directement la vidéo à l'écran. On peut même séparer le fichier en plusieurs segments "comme un monteur professionnel", précise le manuel. Revers de la médaille, le logiciel d'assemblage ne fonctionne qu'avec des vidéos préalablement divisées avec DaVideo 2, car celui-ci travaille sur le film avec ses propres repères. Enfin, le programme bénéficie d'un très pratique module de synchronisation, utile lorsque la bande son est en décalage avec la vidéo. Par contre, aucun utilitaire de multiplexage n'est de la partie, et il est donc impossible d'ajouter une deuxième bande son à son DivX. Avantage Video Duplicator, pour ses options de (dé)multiplexage. Les plus de DivX Video Duplicator Son mode Pro très performant, ses fonctions avancées pour la gestion des bandes son, le choix du traitement en une ou deux passes. Edité par BVRP Software (www.bvrp.fr), disponible sur le site pour 45 € (300 F) Les plus de DaVideo 2 Professional Son module de gravure et son lecteur DivX intégré, son utilitaire de synchronisation, la variété des formats qu'il supporte. Edité par Mediagold, (vvww.mediagold.fr), 60 € (400 F), non disponible sur le site Nou gagnant DivX Video Duplicator Décembre 2002 svm 137



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 210 décembre 2002 Page 1SVM numéro 210 décembre 2002 Page 2-3SVM numéro 210 décembre 2002 Page 4-5SVM numéro 210 décembre 2002 Page 6-7SVM numéro 210 décembre 2002 Page 8-9SVM numéro 210 décembre 2002 Page 10-11SVM numéro 210 décembre 2002 Page 12-13SVM numéro 210 décembre 2002 Page 14-15SVM numéro 210 décembre 2002 Page 16-17SVM numéro 210 décembre 2002 Page 18-19SVM numéro 210 décembre 2002 Page 20-21SVM numéro 210 décembre 2002 Page 22-23SVM numéro 210 décembre 2002 Page 24-25SVM numéro 210 décembre 2002 Page 26-27SVM numéro 210 décembre 2002 Page 28-29SVM numéro 210 décembre 2002 Page 30-31SVM numéro 210 décembre 2002 Page 32-33SVM numéro 210 décembre 2002 Page 34-35SVM numéro 210 décembre 2002 Page 36-37SVM numéro 210 décembre 2002 Page 38-39SVM numéro 210 décembre 2002 Page 40-41SVM numéro 210 décembre 2002 Page 42-43SVM numéro 210 décembre 2002 Page 44-45SVM numéro 210 décembre 2002 Page 46-47SVM numéro 210 décembre 2002 Page 48-49SVM numéro 210 décembre 2002 Page 50-51SVM numéro 210 décembre 2002 Page 52-53SVM numéro 210 décembre 2002 Page 54-55SVM numéro 210 décembre 2002 Page 56-57SVM numéro 210 décembre 2002 Page 58-59SVM numéro 210 décembre 2002 Page 60-61SVM numéro 210 décembre 2002 Page 62-63SVM numéro 210 décembre 2002 Page 64-65SVM numéro 210 décembre 2002 Page 66-67SVM numéro 210 décembre 2002 Page 68-69SVM numéro 210 décembre 2002 Page 70-71SVM numéro 210 décembre 2002 Page 72-73SVM numéro 210 décembre 2002 Page 74-75SVM numéro 210 décembre 2002 Page 76-77SVM numéro 210 décembre 2002 Page 78-79SVM numéro 210 décembre 2002 Page 80-81SVM numéro 210 décembre 2002 Page 82-83SVM numéro 210 décembre 2002 Page 84-85SVM numéro 210 décembre 2002 Page 86-87SVM numéro 210 décembre 2002 Page 88-89SVM numéro 210 décembre 2002 Page 90-91SVM numéro 210 décembre 2002 Page 92-93SVM numéro 210 décembre 2002 Page 94-95SVM numéro 210 décembre 2002 Page 96-97SVM numéro 210 décembre 2002 Page 98-99SVM numéro 210 décembre 2002 Page 100-101SVM numéro 210 décembre 2002 Page 102-103SVM numéro 210 décembre 2002 Page 104-105SVM numéro 210 décembre 2002 Page 106-107SVM numéro 210 décembre 2002 Page 108-109SVM numéro 210 décembre 2002 Page 110-111SVM numéro 210 décembre 2002 Page 112-113SVM numéro 210 décembre 2002 Page 114-115SVM numéro 210 décembre 2002 Page 116-117SVM numéro 210 décembre 2002 Page 118-119SVM numéro 210 décembre 2002 Page 120-121SVM numéro 210 décembre 2002 Page 122-123SVM numéro 210 décembre 2002 Page 124-125SVM numéro 210 décembre 2002 Page 126-127SVM numéro 210 décembre 2002 Page 128-129SVM numéro 210 décembre 2002 Page 130-131SVM numéro 210 décembre 2002 Page 132-133SVM numéro 210 décembre 2002 Page 134-135SVM numéro 210 décembre 2002 Page 136-137SVM numéro 210 décembre 2002 Page 138-139SVM numéro 210 décembre 2002 Page 140-141SVM numéro 210 décembre 2002 Page 142-143SVM numéro 210 décembre 2002 Page 144-145SVM numéro 210 décembre 2002 Page 146-147SVM numéro 210 décembre 2002 Page 148-149SVM numéro 210 décembre 2002 Page 150-151SVM numéro 210 décembre 2002 Page 152-153SVM numéro 210 décembre 2002 Page 154-155SVM numéro 210 décembre 2002 Page 156-157SVM numéro 210 décembre 2002 Page 158-159SVM numéro 210 décembre 2002 Page 160-161SVM numéro 210 décembre 2002 Page 162-163SVM numéro 210 décembre 2002 Page 164-165SVM numéro 210 décembre 2002 Page 166-167SVM numéro 210 décembre 2002 Page 168-169SVM numéro 210 décembre 2002 Page 170-171SVM numéro 210 décembre 2002 Page 172-173SVM numéro 210 décembre 2002 Page 174-175SVM numéro 210 décembre 2002 Page 176-177SVM numéro 210 décembre 2002 Page 178-179SVM numéro 210 décembre 2002 Page 180-181SVM numéro 210 décembre 2002 Page 182-183SVM numéro 210 décembre 2002 Page 184-185SVM numéro 210 décembre 2002 Page 186-187SVM numéro 210 décembre 2002 Page 188-189SVM numéro 210 décembre 2002 Page 190-191SVM numéro 210 décembre 2002 Page 192-193SVM numéro 210 décembre 2002 Page 194-195SVM numéro 210 décembre 2002 Page 196-197SVM numéro 210 décembre 2002 Page 198-199SVM numéro 210 décembre 2002 Page 200-201SVM numéro 210 décembre 2002 Page 202-203SVM numéro 210 décembre 2002 Page 204-205SVM numéro 210 décembre 2002 Page 206-207SVM numéro 210 décembre 2002 Page 208-209SVM numéro 210 décembre 2002 Page 210-211SVM numéro 210 décembre 2002 Page 212-213SVM numéro 210 décembre 2002 Page 214