SVM n°209 novembre 2002
SVM n°209 novembre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°209 de novembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 220

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : le guide du PC 2002-2003.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
phénomène Ils sont des millions à travers le monde à se retrouver chaque nuit, sur Internet ou dans des lieux dédiés pour jouer en réseau. Les plus passionnés ont créé leurs propres clans et règles de jeu. Plongée au coeur de mondes parallèles... Les tribus du jeu en réseau pendant la journée, S. va à son travail, comme tout un chacun. Mais le soit, il devient Atomic, de la Green Team. Et il ne dort pas beaucoup, 4 à 5 heures par nuit tout au plus. A partir de 22 heures, c'est toujours le même rituel : connexion sur Internet pour des parties de Counter Strike (CS), un quakelike mâtiné d'une bonne dose de stratégie. La Green Team est ce qu'on appelle un clan, une équipe créée de toutes pièces fini de jouer ! David Lalepka est l'inventeur de l'Armageddon (avec Stéphane Martinez, cofondateur du concept). Cette salle de jeu en réseau parisienne compte deux équipes de semi-pros, les ArmaTeams, respectivement sur Counter Strike et Warcraft III. Ambition : prouver au monde entier dubitatif que les Français peuvent rivaliser, malgré le handicap d'une connexion calamiteuse. "Nous sommes 82 SVM Novembre 2002 par des joueurs passionnés de CS qui ont sympathisé sur Internet. Elle possède son site Web, son propre "chan" (canal) IRC pour communiquer, et aussi son serveur : "On l'a eu par relation : un des membres de l'équipe a un poste assez important dans une grosse société d'hébergement, avec beaucoup de bande passante, et de ce fait on a réussi à disposer discrètement d'un serveur assez conséquent", explique Atomic. Nombre de clans se débrouillent ainsi pour avoir des ser- pépinière de cyberchampions veurs hébergés, de manière officielle ou non, dans les locaux des sociétés. "Sachant que ce sont des serveurs qui n'utilisent la bande passante que la nuit, et que CS n'est pas un jeu très gourmand en ressources, en général ça passe assez inaperçu", précise Atomic. Comment se fait la prise de contrôle ? "On a des accès à distance sur les machines qui nous permettent de démarrer le serveur sans problème et de faire ce qu'on veut avec, grâce à un petit logiciel." D'autres clans orientés vers le pro-gaming : des joueurs passent 3 heures par jour à la salle pour devenir les meilleurs et gagner de l'argent. Il y a des tournois européens, mondiaux, des sommes de plus en plus importantes en jeu. Le prochain toumoi de Dallas est doté de 100 000 $ ! " Le joueur qui rejoint une ArmaTeam doit, par contrat, s'entraîner sur du matériel dernier cri avec la connexion de 4 Mo de l'Armageddon. En contrepartie, ses frais de compétitions sont pris en charge. procèdent différemment : ils investissent des serveurs publics lors de sessions FFA (Free forAll - gratuit pour tous), où tout le monde peut donc venir jouer. II suffit ensuite d'entrer un mot de passe connu des seuls membres pour verrouiller le serveur afin que plus personne d'autre n'y ait accès ! Outre la passion pour le jeu vidéo, c'est la convivialité qui motive Atomic : "On critique beaucoup le côté déshumanisant d'Internet. Moi, j'ai rencontré énormément de gens, que j'ai vus après, IRL, comme on dit [in real life - dans la vraie vie,ndlr], pour aller au resto, pour boire un coup."La Green Team appartient en fait à une communauté, baptisée RL, réunissant plusieurs clans. Elle compte environ 170 membres. "Nous nous retrouvons 4 à 5 fois par an dans une salle de jeu en réseau pour des LAN [Local Area Network - zone de réseau local,ndlr] privées. La dernière, c'était fin septembre, au Cybermania de Melun. Nous étions soixante, venus de Paris, Nice, Grenoble... ! ", s'enthousiasme Atomic. Groborg, père au foyer, est, lui, un mordu des MMORPG
g (Massively Muid- § player Online Role Playing Game, ou g jeu de rôle en ligne e massivement mul-.tijoueur). Il y in- Z carne un person-.9 nage qui évolue ='dans un monde 3 persistant : lorsqu'il se déconnecte, le jeu continue ! Le plus grand succès ` ? du genre, Ever- 11 millions de joueurs ont joué à Warcraft sur le serveur dédié Battle.net 410 000 abonnes à Everquest. 8 000 spectateurs et 1 500 participant à la dernière LAt\Arena 7, disputét en juillet 2002 0.- quest, se situe dans l'univers d'heroïc fantasy cher à Tolkien, fourmillant de monstres, de trésors, de quêtes. Au moment où l'on parle tant des 35 heures, Groborg en a passé jusqu'à 40 par semaine sur Everquest ! "Entre moi qui joue la nuit, les Américains la journée et les Coréens le matin avant de partir au travail, j'ai des amis partout ! ", s'amuse Groborg. Il explique cependant comment le milieu est de plus en plus investi par l'argent : des encyclopédies en ligne, payantes, diffusent une masse incroyable de données sur les objets magiques, les cartes du monde, les personnages non-joueurs (gérés par le jeu lui-même), etc. L'argent virtuel gagné dans ces mondes imaginaires circule, bien réel, dans des sites d'enchères, où se monnaient des personnages du jeu particulièrement puissants. Une vente record de ce type a atteint 7 000 dollars ! Le business va encore plus loin, avec l'organisation de tournois géants réunissant des centaines de joueurs dans d'immenses salles équipées de rangées de PC à perte de vue. Dans un vacarme indescriptible, des groupes de spectateurs encouragent bruyamment leurs copains. Les visages des joueurs sont impassibles, mais les mâchoires serrées trahissent le stress. Sur les écrans géants, relayés par une puissante sono, des matches acharnés sont retransmis en direct. Les joueurs s'affrontent sur une journée ou un week-end. Au sommet de ces rencontres, il y a les World Cyber Games, les Corée du Sud 2001, des milliers de joueurs s'affrontent pour la qualification aux World Cyber Games (en haut). En France, les sélections pour la seconde édition ont déplacé 5 000 personnes au palais des sports Marcel- Cerdan de Levallois- Perret. Lors de ces rencontres géantes, les joueurs en réseau relèvent le défi de tenir jusqu'au bout de la nuit, malgré le stressintense ; et même si certains devront pour cela s'autoriser une bonne sieste. cyberjeux Olympiques, dont les qualifications françaises pour la seconde édition furent organisées en octobre par Samsung, au palais des sports Marcel- Cerdan de Levallois-Perret (92). Les participants jouent pour la gloire, du matériel ou du "cash". Au milieu des parties, certains s'endorment sur leur clavier ou dans des sacs de couchage au milieu des restes de pizzas... Mais quoi qu'il arrive, ils joueront jusqu'au bout de la nuit. Olivier Bonnet Rendez-vous surie Net Une seule adresse pour jouer à Everquest, http://everquest. station.sony.com. Idem pour les jeux Blizzard (Starcraft, Warcraft et Diablo), exclusifs à www.battle.net. Fouinez pour le reste sur www.zone.com (Microsoft), www.zonejeux.com (Vivendi) ou encore www.goa.com (France Telecom), pour Counter Strike, Age of Empires, Battlefield 1942, Jedi Knight... Un logiciel gratuit http://www.udpsoft.com/eye/, enfin, permet de trouver toutes les parties qui se jouent en réseau sur le Net, et ce pour quasiment tous les jeux existants. Novembre 2002 svm 83



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 209 novembre 2002 Page 1SVM numéro 209 novembre 2002 Page 2-3SVM numéro 209 novembre 2002 Page 4-5SVM numéro 209 novembre 2002 Page 6-7SVM numéro 209 novembre 2002 Page 8-9SVM numéro 209 novembre 2002 Page 10-11SVM numéro 209 novembre 2002 Page 12-13SVM numéro 209 novembre 2002 Page 14-15SVM numéro 209 novembre 2002 Page 16-17SVM numéro 209 novembre 2002 Page 18-19SVM numéro 209 novembre 2002 Page 20-21SVM numéro 209 novembre 2002 Page 22-23SVM numéro 209 novembre 2002 Page 24-25SVM numéro 209 novembre 2002 Page 26-27SVM numéro 209 novembre 2002 Page 28-29SVM numéro 209 novembre 2002 Page 30-31SVM numéro 209 novembre 2002 Page 32-33SVM numéro 209 novembre 2002 Page 34-35SVM numéro 209 novembre 2002 Page 36-37SVM numéro 209 novembre 2002 Page 38-39SVM numéro 209 novembre 2002 Page 40-41SVM numéro 209 novembre 2002 Page 42-43SVM numéro 209 novembre 2002 Page 44-45SVM numéro 209 novembre 2002 Page 46-47SVM numéro 209 novembre 2002 Page 48-49SVM numéro 209 novembre 2002 Page 50-51SVM numéro 209 novembre 2002 Page 52-53SVM numéro 209 novembre 2002 Page 54-55SVM numéro 209 novembre 2002 Page 56-57SVM numéro 209 novembre 2002 Page 58-59SVM numéro 209 novembre 2002 Page 60-61SVM numéro 209 novembre 2002 Page 62-63SVM numéro 209 novembre 2002 Page 64-65SVM numéro 209 novembre 2002 Page 66-67SVM numéro 209 novembre 2002 Page 68-69SVM numéro 209 novembre 2002 Page 70-71SVM numéro 209 novembre 2002 Page 72-73SVM numéro 209 novembre 2002 Page 74-75SVM numéro 209 novembre 2002 Page 76-77SVM numéro 209 novembre 2002 Page 78-79SVM numéro 209 novembre 2002 Page 80-81SVM numéro 209 novembre 2002 Page 82-83SVM numéro 209 novembre 2002 Page 84-85SVM numéro 209 novembre 2002 Page 86-87SVM numéro 209 novembre 2002 Page 88-89SVM numéro 209 novembre 2002 Page 90-91SVM numéro 209 novembre 2002 Page 92-93SVM numéro 209 novembre 2002 Page 94-95SVM numéro 209 novembre 2002 Page 96-97SVM numéro 209 novembre 2002 Page 98-99SVM numéro 209 novembre 2002 Page 100-101SVM numéro 209 novembre 2002 Page 102-103SVM numéro 209 novembre 2002 Page 104-105SVM numéro 209 novembre 2002 Page 106-107SVM numéro 209 novembre 2002 Page 108-109SVM numéro 209 novembre 2002 Page 110-111SVM numéro 209 novembre 2002 Page 112-113SVM numéro 209 novembre 2002 Page 114-115SVM numéro 209 novembre 2002 Page 116-117SVM numéro 209 novembre 2002 Page 118-119SVM numéro 209 novembre 2002 Page 120-121SVM numéro 209 novembre 2002 Page 122-123SVM numéro 209 novembre 2002 Page 124-125SVM numéro 209 novembre 2002 Page 126-127SVM numéro 209 novembre 2002 Page 128-129SVM numéro 209 novembre 2002 Page 130-131SVM numéro 209 novembre 2002 Page 132-133SVM numéro 209 novembre 2002 Page 134-135SVM numéro 209 novembre 2002 Page 136-137SVM numéro 209 novembre 2002 Page 138-139SVM numéro 209 novembre 2002 Page 140-141SVM numéro 209 novembre 2002 Page 142-143SVM numéro 209 novembre 2002 Page 144-145SVM numéro 209 novembre 2002 Page 146-147SVM numéro 209 novembre 2002 Page 148-149SVM numéro 209 novembre 2002 Page 150-151SVM numéro 209 novembre 2002 Page 152-153SVM numéro 209 novembre 2002 Page 154-155SVM numéro 209 novembre 2002 Page 156-157SVM numéro 209 novembre 2002 Page 158-159SVM numéro 209 novembre 2002 Page 160-161SVM numéro 209 novembre 2002 Page 162-163SVM numéro 209 novembre 2002 Page 164-165SVM numéro 209 novembre 2002 Page 166-167SVM numéro 209 novembre 2002 Page 168-169SVM numéro 209 novembre 2002 Page 170-171SVM numéro 209 novembre 2002 Page 172-173SVM numéro 209 novembre 2002 Page 174-175SVM numéro 209 novembre 2002 Page 176-177SVM numéro 209 novembre 2002 Page 178-179SVM numéro 209 novembre 2002 Page 180-181SVM numéro 209 novembre 2002 Page 182-183SVM numéro 209 novembre 2002 Page 184-185SVM numéro 209 novembre 2002 Page 186-187SVM numéro 209 novembre 2002 Page 188-189SVM numéro 209 novembre 2002 Page 190-191SVM numéro 209 novembre 2002 Page 192-193SVM numéro 209 novembre 2002 Page 194-195SVM numéro 209 novembre 2002 Page 196-197SVM numéro 209 novembre 2002 Page 198-199SVM numéro 209 novembre 2002 Page 200-201SVM numéro 209 novembre 2002 Page 202-203SVM numéro 209 novembre 2002 Page 204-205SVM numéro 209 novembre 2002 Page 206-207SVM numéro 209 novembre 2002 Page 208-209SVM numéro 209 novembre 2002 Page 210-211SVM numéro 209 novembre 2002 Page 212-213SVM numéro 209 novembre 2002 Page 214-215SVM numéro 209 novembre 2002 Page 216-217SVM numéro 209 novembre 2002 Page 218-219SVM numéro 209 novembre 2002 Page 220