SVM n°208 octobre 2002
SVM n°208 octobre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°208 de octobre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 228

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Internet... les nouveaux forfaits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 220 - 221  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
220 221
l'encyclo de la micro Conversation téléphonique GSM Radio FM Chaîne hi-fi qualité CD Canal TV numérique Vidéo DVD La vidéo par Internet Dans les flux rapides du streaming LA DÉFINITION Streaming 1 (adj) : qui coule. 2 (n) : Répartition par niveau (Harrap's Shorter). L'UNITÉ La fréquence des bandes détermine leur capacité à transmettre de l'information. Plus les fréquences sont élevées, plus l'information circule rapidement. 184 SVM Octobre 2002 9 kHz 16 kHz, 32 kHz 6 MHz 11 MHz Dans le jargon actuel de l'Internet, le streaming, c'est écouter de la musique ou regarder de la vidéo en direct. A ses débuts, l'Internet servait essentiellement à échanger des informations entre utilisateurs par l'intermédiaire d'e-mails. Ceux-ci étaient transmis sous la forme de fichiers. L'apparition de formats de codage numérique pour les sons (Wav), les images (Gif, JPG) et les vidéos (Avi, MPG) fit naître le désir de transmettre une information plus riche que le simple e-mail. Ce qui déclencha une augmentation significative de la taille des fichiers transmis. Une chanson de trois minutes nécessite un fichier de 30 mégaoctets environ dans le format Wav. La connexion à l'Internet était, et reste encore pour la majorité des utilisateurs privés, réalisée par l'intermédiaire d'une ligne téléphonique clas- 189 5 sique en utilisant un modem, dont la vitesse passa progressivement de 14,4 à 28,8 Kbits/s, puis 56 Kbits/s pour la voie descendante de la dernière norme V90. De tels débits entraînent des temps de téléchargement très longs. Par ailleurs, ce type de transmission nécessite la réception de la totalité du fichier avant de pouvoir commencer à l'utiliser. C'est pour pallier cet inconvénient que le streaming a été mis au point, dans le but de distribuer une information numérique sur un réseau, de telle sorte que cette information puisse être traitée comme un flot continu et régulier à l'instar de la vidéo reçue sur un téléviseur. Encore faut-il que le flux en provenance de l'Internet soit régulier, ce qui n'est pas toujours le cas. Dans le cas de l'ancienne méthode de transmission par fichier 1888 C'est grâce aux oscillations de cette machine, le "résonateur", que Hertz met en évidence les effets des ondes radio. Grâce à l'antenne radioélectrique inventée par l'ingénieur russe Popov, Marconi réalise les premières expériences de radiotransmission.
la fluidité de la reproduction d'une séquence vidéo ne soulevait pas de difficulté puisque le fichier Avi téléchargé était en totalité présent sur le disque dur local au moment du démarrage de la reproduction. Il n'y avait donc aucun risque de ralentissements ou de saccades liés à la variation du débit des données provenant du réseau. Mais cet avantage se payait par les inconvénients cités plus haut. Le streaming, lui, s'y prend autrement pour contourner le problème. Effet tampon Le processus du streaming nécessite plusieurs éléments. Tout d'abord, un logiciel de reproduction (player) présent dans le PC qui va recevoir le flux de données en streaming : Real Player de Real Networks, Windows Media Player de Microsoft, Sonique ou Winamp. Celui-ci va assurer la reproduction de la chanson ou de la vidéo à partir du flot reçu de l'Internet. Si le débit réel de l'Internet est supérieur au débit nécessaire à la reproduction normale de la chanson ou de la vidéo, le logiciel assure le stockage temporaire dans un fichier tampon. Ce tampon permet d'absorber, au moins de masquer en partie, les problèmes de transfert de flux en cas d'encombrement de l'Internet. Lorsque le flux provenant du réseau se 1970 tous désirez en -avoir plus SVM met en ligne un dossier complet sur ittp://svm.vnunett Avec eclda la numérisation.nfd deds donesons e natures différentes peuvent voyager sur une même ligne : voix, image, écrit. L'intégration des services devient possible. Pionnière, la France développe, dès la fin des années 80, le premier Réseau numérique à intégration de services (RNIS), commercialisé sous le nom de Numéris. L'INVENTEUR Le physicien Heinrich- Rudolf Hertz (1857-1894) consacra la plus grande partie de sa courte vie à mettre en évidence les ondes radio. Il exposa, d'emblée, la majeure partie de leurs propriétés. Toute la technologie de transmission d'informations se fonde sur ses travaux. Il parvint à mettre en évidence l'existence d'ondes électromagnétiques très courtes grâce à son "résonateur". La mesure directe de leurs longueurs d'onde lui permit de vérifier que la célérité de leur propagation est égale à celle de la lumière. Il découvrit aussi l'effet photoélectrique en montrant qu'une plaque de zinc électrisée se décharge lorsqu'elle reçoit de la lumière ultraviolette. tarit momentanément en raison d'un temps de transfert trop important, le tampon restitue le flux déjà reçu permettant ainsi de masquer l'interruption de débit. Le player doit être connecté à un serveur, c'est-à-dire à l'ordinateur qui contient la chanson ou la vidéo. Ce serveur renferme également le logiciel qui génère le flux. Ce logiciel de création du flux est évidemment adapté à la technologie de compression utilisée. Chaque couple encodeur/player est donc conçu pour produire une solution optimale de transport de l'information par rapport au débit disponible. 1993 Les technologies de streaming telles que Real Media ou Windows Media incorporent des technologies de DRM (Digital Rights Management). Elles permettent l'encodage et le décodage de l'information numérique à protéger, la vérification des droits de reproduction, la délivrance des licences permettant la copie sur des périphériques identifiés et, enfin, la reproduction en ligne et/ou hors ligne de l'ceuvre en respectant les droits qui y sont attachés. Ces technologies DRM sont encore aujourd'hui en pleine mutation pour assurer une meilleure sécurité et une meilleure adéquation avec les modèles de commercialisation utilisés depuis des années dans les industries phonographiques et cinématographiques. Jean-Paul Cognot Début des premiers essais de transfert en streaming sur l'Internet. On utilise alors des technologies telles que MBone et CU-SeeMe. A l'époque, elles nécessitaient des connexions à l'Internet à haut débit. Octobre 2002 SVM 185



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 208 octobre 2002 Page 1SVM numéro 208 octobre 2002 Page 2-3SVM numéro 208 octobre 2002 Page 4-5SVM numéro 208 octobre 2002 Page 6-7SVM numéro 208 octobre 2002 Page 8-9SVM numéro 208 octobre 2002 Page 10-11SVM numéro 208 octobre 2002 Page 12-13SVM numéro 208 octobre 2002 Page 14-15SVM numéro 208 octobre 2002 Page 16-17SVM numéro 208 octobre 2002 Page 18-19SVM numéro 208 octobre 2002 Page 20-21SVM numéro 208 octobre 2002 Page 22-23SVM numéro 208 octobre 2002 Page 24-25SVM numéro 208 octobre 2002 Page 26-27SVM numéro 208 octobre 2002 Page 28-29SVM numéro 208 octobre 2002 Page 30-31SVM numéro 208 octobre 2002 Page 32-33SVM numéro 208 octobre 2002 Page 34-35SVM numéro 208 octobre 2002 Page 36-37SVM numéro 208 octobre 2002 Page 38-39SVM numéro 208 octobre 2002 Page 40-41SVM numéro 208 octobre 2002 Page 42-43SVM numéro 208 octobre 2002 Page 44-45SVM numéro 208 octobre 2002 Page 46-47SVM numéro 208 octobre 2002 Page 48-49SVM numéro 208 octobre 2002 Page 50-51SVM numéro 208 octobre 2002 Page 52-53SVM numéro 208 octobre 2002 Page 54-55SVM numéro 208 octobre 2002 Page 56-57SVM numéro 208 octobre 2002 Page 58-59SVM numéro 208 octobre 2002 Page 60-61SVM numéro 208 octobre 2002 Page 62-63SVM numéro 208 octobre 2002 Page 64-65SVM numéro 208 octobre 2002 Page 66-67SVM numéro 208 octobre 2002 Page 68-69SVM numéro 208 octobre 2002 Page 70-71SVM numéro 208 octobre 2002 Page 72-73SVM numéro 208 octobre 2002 Page 74-75SVM numéro 208 octobre 2002 Page 76-77SVM numéro 208 octobre 2002 Page 78-79SVM numéro 208 octobre 2002 Page 80-81SVM numéro 208 octobre 2002 Page 82-83SVM numéro 208 octobre 2002 Page 84-85SVM numéro 208 octobre 2002 Page 86-87SVM numéro 208 octobre 2002 Page 88-89SVM numéro 208 octobre 2002 Page 90-91SVM numéro 208 octobre 2002 Page 92-93SVM numéro 208 octobre 2002 Page 94-95SVM numéro 208 octobre 2002 Page 96-97SVM numéro 208 octobre 2002 Page 98-99SVM numéro 208 octobre 2002 Page 100-101SVM numéro 208 octobre 2002 Page 102-103SVM numéro 208 octobre 2002 Page 104-105SVM numéro 208 octobre 2002 Page 106-107SVM numéro 208 octobre 2002 Page 108-109SVM numéro 208 octobre 2002 Page 110-111SVM numéro 208 octobre 2002 Page 112-113SVM numéro 208 octobre 2002 Page 114-115SVM numéro 208 octobre 2002 Page 116-117SVM numéro 208 octobre 2002 Page 118-119SVM numéro 208 octobre 2002 Page 120-121SVM numéro 208 octobre 2002 Page 122-123SVM numéro 208 octobre 2002 Page 124-125SVM numéro 208 octobre 2002 Page 126-127SVM numéro 208 octobre 2002 Page 128-129SVM numéro 208 octobre 2002 Page 130-131SVM numéro 208 octobre 2002 Page 132-133SVM numéro 208 octobre 2002 Page 134-135SVM numéro 208 octobre 2002 Page 136-137SVM numéro 208 octobre 2002 Page 138-139SVM numéro 208 octobre 2002 Page 140-141SVM numéro 208 octobre 2002 Page 142-143SVM numéro 208 octobre 2002 Page 144-145SVM numéro 208 octobre 2002 Page 146-147SVM numéro 208 octobre 2002 Page 148-149SVM numéro 208 octobre 2002 Page 150-151SVM numéro 208 octobre 2002 Page 152-153SVM numéro 208 octobre 2002 Page 154-155SVM numéro 208 octobre 2002 Page 156-157SVM numéro 208 octobre 2002 Page 158-159SVM numéro 208 octobre 2002 Page 160-161SVM numéro 208 octobre 2002 Page 162-163SVM numéro 208 octobre 2002 Page 164-165SVM numéro 208 octobre 2002 Page 166-167SVM numéro 208 octobre 2002 Page 168-169SVM numéro 208 octobre 2002 Page 170-171SVM numéro 208 octobre 2002 Page 172-173SVM numéro 208 octobre 2002 Page 174-175SVM numéro 208 octobre 2002 Page 176-177SVM numéro 208 octobre 2002 Page 178-179SVM numéro 208 octobre 2002 Page 180-181SVM numéro 208 octobre 2002 Page 182-183SVM numéro 208 octobre 2002 Page 184-185SVM numéro 208 octobre 2002 Page 186-187SVM numéro 208 octobre 2002 Page 188-189SVM numéro 208 octobre 2002 Page 190-191SVM numéro 208 octobre 2002 Page 192-193SVM numéro 208 octobre 2002 Page 194-195SVM numéro 208 octobre 2002 Page 196-197SVM numéro 208 octobre 2002 Page 198-199SVM numéro 208 octobre 2002 Page 200-201SVM numéro 208 octobre 2002 Page 202-203SVM numéro 208 octobre 2002 Page 204-205SVM numéro 208 octobre 2002 Page 206-207SVM numéro 208 octobre 2002 Page 208-209SVM numéro 208 octobre 2002 Page 210-211SVM numéro 208 octobre 2002 Page 212-213SVM numéro 208 octobre 2002 Page 214-215SVM numéro 208 octobre 2002 Page 216-217SVM numéro 208 octobre 2002 Page 218-219SVM numéro 208 octobre 2002 Page 220-221SVM numéro 208 octobre 2002 Page 222-223SVM numéro 208 octobre 2002 Page 224-225SVM numéro 208 octobre 2002 Page 226-227SVM numéro 208 octobre 2002 Page 228