SVM n°208 octobre 2002
SVM n°208 octobre 2002
  • Prix facial : 4 €

  • Parution : n°208 de octobre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 228

  • Taille du fichier PDF : 190 Mo

  • Dans ce numéro : Internet... les nouveaux forfaits.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
phénomène En solitaire ou en groupe, les trolls aiment se moquer des nouveaux venus dans les forums de discussion, ou profitent de la crédulité de contributeurs pour les faire sortir de leurs gonds. Un jeu qui met parfois à mal une communauté pourtant bien établie. Les attaques de trolls j'appelle tous les trolls à venir nous rejoindre surfrrec.philatelie ! 1-...] Une grosse équipe de dégénérés trollés nés sont là et répondent à tous les trolls possibles."En ce 24 février 2001, il ne faisait pas bon se balader sur le forum de discussion de philatélie (fr.rec. philatelie). Maldoror rameutait ses copains pour "s'en payer une tranche". Objectif : empoisonner la vie d'une communauté jugée trop paisible, trop crédule et trop ignorante des us et coutumes d'Intemet. Pendant plusieurs mois, Maldoror et ses comparses vont s'acharner à coup d'insultes ("Vous êtes paralysés du cerveau ?'), de vexations ('Et si vous laissiez tomber votre orgueil, les vieux ? "), ou de discours incompréhensibles (Tai écrit avec des erratas pour demonstrer que cette discussion de cet engueulant en debat n'avait m'interessé plus.") cousus de fautes d'orthographe... Quand Maldoror évoque des "trollés nés", il parle des habitués du forum qui se sentent obligés de répondre, d'argumenter, ou de s'offusquer. Le jeu du "troll" 78 svm Octobre 2002 consiste à utiliser tous les ressorts de la rhétorique pour semer la confusion et le chaos dans une discussion, et à faire en sorte que les échanges durent le plus longtemps possible, voire s'amplifient. "Ils arrivent à accrocher des gens qui sont là pour se mettre en avant, tem- Trois questions à... Quelles sont les motivations g des trolls ? D'après les cas déjà étudiés, leurs motivations se révèlent très diverses. Ils peuvent juste avoir envie de se moquer des débutants. Ils ont alors une fonction sociale : faire en sorte que les béotiens se sentent mal à l'aise. D'autres, plus pervers, sont réellement là pour déstabiliser voire détruire une communauté. Il y a dans tous ces cas une forte volonté de contrôler l'autre. Outre le fait qu'ils soient misanthropes et immatures, ils agissent aussi pour attirer l'attention. Pour eux, mieux vaut être haïs qu'ignorés. père Nicolas Prcovic, qui a lancé fr.rec.cinema.discussion en janvier 1996. Ceux qui sont réellement intéressés par les discussions du groupe comprennent vite quand ils ont affaire à des trolls et cessent de leur répondre."Maldoror et ses sbires font partie des trolls "pri- maires", fréquemment adolescents, qui utilisent des ruses grossières, mais bien souvent efficaces. D'autres, plus solitaires, plus fins, investissent des forums de discussion et des listes de diffusion à l'âge adulte. SusanC. Herring, universitaire américaine, a suivi les évolu- professeur en sciences de l'information, auteur d'une étude sur un cas de trolling Les membres d'une communauté peuventils sortir choqués d'une attaque de trolls ? Dans le cas du forum féministe que j'ai étudié, les membres du forum — hommes et femmes — étaient plus exaspérés par ses attaques répétées et son incapacité à écouter. Ils voulaient aussi retrouver "leur" forum, un espace pouvant certes accueillir des discussions animées, mais enrichissantes. Une communauté est-elle plus soudée après le passage d'un troll ? Généralement, ce type d'événement permet de redéfinir ce que sont véritablement les valeurs de la vie en communauté. En ce sens, elle peut être bénéfique. Mais, attention, dans certains cas, cela peut également signer l'arrêt de mort d'un forum.
tions d'un certain "Kent" qui a sévi pendant huit semaines dans un forum féministe. "Il a surtout exploité les tensions qui existaient dans le mouvement féministe en jouant aussi très intelligemment sur le registre de la liberté d'expression et de la légitimité d'analyses hors normes."Rapidement, au cours des discussions, il est apparu que l'objectif de Kent n'était pas de discourir mais d'attirer l'attention sur lui et de pourrir le débat. Impossible d'aller sur le forum sans tomber sur une de ses contributions. Impossible de participer sans être interpellé par lui. Parmi ses méthodes de manipulation se trouvait "l'assurance de sincérité" : "Je veux réellement discuter, s'emportait-il, et pas juste lâcher un slogan et des insultes." Quelques intemautes mordent à l'hameçon. "C'est une méthode classique, explique Dominique Chalvin, psychosociologue et auteur de livres sur la manipulation, qui consiste à mettre la victime en confiance, l'assurer de sa bonne foi pour mieux l'attaquer. D'autres manipulateurs vont se présenter comme des experts en utilisant un ton péremptoire. D'autres, encore, vont tenter de culpabiliser la victime en lui faisant croire qu'elle enfreint les règles qu'elle professe."Et Kent utilise toutes les armes à sa disposition pour faire durer les échanges et semer la confusion : "En fait, je devrais donc être banni parce que je développe des arguments bien documentés ? " Summum du jeu, il va jusqu'à fournir à l'adversaire sa seule arme efficace : "Mais si vous n'aimez pas les messages que j'écris, ne les lisez pas, n'y répondez pas." Et pourtant, les réponses fusent toujours. Pourquoi ? "La tentation est parfois forte. On se sent incapable de ne pas répondre à de telles inepties. On a envie de'sauver'un des membres de la communauté qui est tombé dans le panneau. On veut avoir raison. C'est à la fois de l'orgueil, de la compassion et de l'humanité", analyse SusanC. Herring. Mais l'acharnement peut parfois coûter cher.'Après une attaque de troll qui trouve écho dans une communauté, souligne Gilles Klein, qui a'tempéré'de nombreux forums depuis le début des années 90, les désengagements fusent pour atteindre parfois 5 à 10% des abonnés. Mais le H. PINEL POUR SV M C'EST QUOI, UN TROLL ? Si le troll est, dans les légendes scandinaves, un géant belliqueux doué d'un QI proche de zéro, dans les forums de discussion et autres listes de diffusion,ce mot se rapporte au verbe to troll ou "pêcher à la cuillère". Le but consiste à faire sortir un (ou des) membre(s) de ses gonds, ou à le ridiculiser. En posant des questions oiseuses, en lançant des sujets qui fâchent... le tout est d'occuper le terrain le plus longtemps possible. plus dommageable, ce sont les menaces concentrées sur une personne. Une jeune fille témoignant de remarques sexistes à son travail a été longuement insultée. J'ai exclu le troll, mais le mal était fait. Elle avait l'impression de subir une seconde agression."Dans les offensives des trolls, les modérateurs ont un rôle prépondérant pour alerter la communauté et rappeler la marche à suivre. Au sein de l'équipe de fr.societe. homosexualite, ces derniers veillent ainsi particulièrement aux provocateurs de tous poils, trolls inclus. Leur mot d'ordre : ne jamais répondre. Restent les membres des forums qui risquent de s'emballer. Une école de vie, diraient certains. Une triste démonstration, aussi, de cruauté. Serge Courrier Octobre 2002 svm 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 208 octobre 2002 Page 1SVM numéro 208 octobre 2002 Page 2-3SVM numéro 208 octobre 2002 Page 4-5SVM numéro 208 octobre 2002 Page 6-7SVM numéro 208 octobre 2002 Page 8-9SVM numéro 208 octobre 2002 Page 10-11SVM numéro 208 octobre 2002 Page 12-13SVM numéro 208 octobre 2002 Page 14-15SVM numéro 208 octobre 2002 Page 16-17SVM numéro 208 octobre 2002 Page 18-19SVM numéro 208 octobre 2002 Page 20-21SVM numéro 208 octobre 2002 Page 22-23SVM numéro 208 octobre 2002 Page 24-25SVM numéro 208 octobre 2002 Page 26-27SVM numéro 208 octobre 2002 Page 28-29SVM numéro 208 octobre 2002 Page 30-31SVM numéro 208 octobre 2002 Page 32-33SVM numéro 208 octobre 2002 Page 34-35SVM numéro 208 octobre 2002 Page 36-37SVM numéro 208 octobre 2002 Page 38-39SVM numéro 208 octobre 2002 Page 40-41SVM numéro 208 octobre 2002 Page 42-43SVM numéro 208 octobre 2002 Page 44-45SVM numéro 208 octobre 2002 Page 46-47SVM numéro 208 octobre 2002 Page 48-49SVM numéro 208 octobre 2002 Page 50-51SVM numéro 208 octobre 2002 Page 52-53SVM numéro 208 octobre 2002 Page 54-55SVM numéro 208 octobre 2002 Page 56-57SVM numéro 208 octobre 2002 Page 58-59SVM numéro 208 octobre 2002 Page 60-61SVM numéro 208 octobre 2002 Page 62-63SVM numéro 208 octobre 2002 Page 64-65SVM numéro 208 octobre 2002 Page 66-67SVM numéro 208 octobre 2002 Page 68-69SVM numéro 208 octobre 2002 Page 70-71SVM numéro 208 octobre 2002 Page 72-73SVM numéro 208 octobre 2002 Page 74-75SVM numéro 208 octobre 2002 Page 76-77SVM numéro 208 octobre 2002 Page 78-79SVM numéro 208 octobre 2002 Page 80-81SVM numéro 208 octobre 2002 Page 82-83SVM numéro 208 octobre 2002 Page 84-85SVM numéro 208 octobre 2002 Page 86-87SVM numéro 208 octobre 2002 Page 88-89SVM numéro 208 octobre 2002 Page 90-91SVM numéro 208 octobre 2002 Page 92-93SVM numéro 208 octobre 2002 Page 94-95SVM numéro 208 octobre 2002 Page 96-97SVM numéro 208 octobre 2002 Page 98-99SVM numéro 208 octobre 2002 Page 100-101SVM numéro 208 octobre 2002 Page 102-103SVM numéro 208 octobre 2002 Page 104-105SVM numéro 208 octobre 2002 Page 106-107SVM numéro 208 octobre 2002 Page 108-109SVM numéro 208 octobre 2002 Page 110-111SVM numéro 208 octobre 2002 Page 112-113SVM numéro 208 octobre 2002 Page 114-115SVM numéro 208 octobre 2002 Page 116-117SVM numéro 208 octobre 2002 Page 118-119SVM numéro 208 octobre 2002 Page 120-121SVM numéro 208 octobre 2002 Page 122-123SVM numéro 208 octobre 2002 Page 124-125SVM numéro 208 octobre 2002 Page 126-127SVM numéro 208 octobre 2002 Page 128-129SVM numéro 208 octobre 2002 Page 130-131SVM numéro 208 octobre 2002 Page 132-133SVM numéro 208 octobre 2002 Page 134-135SVM numéro 208 octobre 2002 Page 136-137SVM numéro 208 octobre 2002 Page 138-139SVM numéro 208 octobre 2002 Page 140-141SVM numéro 208 octobre 2002 Page 142-143SVM numéro 208 octobre 2002 Page 144-145SVM numéro 208 octobre 2002 Page 146-147SVM numéro 208 octobre 2002 Page 148-149SVM numéro 208 octobre 2002 Page 150-151SVM numéro 208 octobre 2002 Page 152-153SVM numéro 208 octobre 2002 Page 154-155SVM numéro 208 octobre 2002 Page 156-157SVM numéro 208 octobre 2002 Page 158-159SVM numéro 208 octobre 2002 Page 160-161SVM numéro 208 octobre 2002 Page 162-163SVM numéro 208 octobre 2002 Page 164-165SVM numéro 208 octobre 2002 Page 166-167SVM numéro 208 octobre 2002 Page 168-169SVM numéro 208 octobre 2002 Page 170-171SVM numéro 208 octobre 2002 Page 172-173SVM numéro 208 octobre 2002 Page 174-175SVM numéro 208 octobre 2002 Page 176-177SVM numéro 208 octobre 2002 Page 178-179SVM numéro 208 octobre 2002 Page 180-181SVM numéro 208 octobre 2002 Page 182-183SVM numéro 208 octobre 2002 Page 184-185SVM numéro 208 octobre 2002 Page 186-187SVM numéro 208 octobre 2002 Page 188-189SVM numéro 208 octobre 2002 Page 190-191SVM numéro 208 octobre 2002 Page 192-193SVM numéro 208 octobre 2002 Page 194-195SVM numéro 208 octobre 2002 Page 196-197SVM numéro 208 octobre 2002 Page 198-199SVM numéro 208 octobre 2002 Page 200-201SVM numéro 208 octobre 2002 Page 202-203SVM numéro 208 octobre 2002 Page 204-205SVM numéro 208 octobre 2002 Page 206-207SVM numéro 208 octobre 2002 Page 208-209SVM numéro 208 octobre 2002 Page 210-211SVM numéro 208 octobre 2002 Page 212-213SVM numéro 208 octobre 2002 Page 214-215SVM numéro 208 octobre 2002 Page 216-217SVM numéro 208 octobre 2002 Page 218-219SVM numéro 208 octobre 2002 Page 220-221SVM numéro 208 octobre 2002 Page 222-223SVM numéro 208 octobre 2002 Page 224-225SVM numéro 208 octobre 2002 Page 226-227SVM numéro 208 octobre 2002 Page 228